Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Le CJD s'intéresse au bonheur d'entreprendre

08/06/2016 | Ce mardi 7 juin au Rocher de Palmer s'est déroulée la deuxième édition de la conférence-spectacle du CJD (Centre des Jeunes Dirigeants d'entreprise)

Florence Servan-Schreiber

Taïg Khris et Florence Servan-Schreiber. C'est la tête d'affiche qu'a réussi à se payer le Centre des Jeunes Dirigeants d'Entreprise pour sa deuxième conférence-spectacle organisée ce mardi 7 juin au Rocher de Palmer à Cenon. L'occasion pour les invités présents d'échanger leurs expériences et d'écouter celle des intervenants sur scène. Le sujet ? "Entreprendre son pied" pour avoir une autre philosophie de l'entreprise.

Le CJD, c'est 75 000 entrepreneurs (dont 4500 en 2016), 117 sections locales qui fonctionnent grâce à de nombreux bénévoles. MAis c'est aussi un certain sens du show. Ce mardi 7 juin, le Centre des Jeunes Dirigeants d'Entreprise de Bordeaux a rempli la salle du Rocher de Palmer pour une conférence un peu particulière sur le plaisir d'entreprendre. Dans la salle, une majorité de trentenaires et de quadras, chefs d'entreprises pour la plupart. Les organisateurs sont pour cela partis d'un constat chiffré, un sondage Opinion Way publié en 2015 indiquant que 37% des français (19 millions de personnes) envisagent de reprenndre ou de crééer une entreprise, ce chiffre montant à 40% chez les jeunes. Comment passer le cap ? Qu'est ce qui pousse à entreprendre ? C'est à ces questions qu'ont notamment du répondre les invités de la soirée : Taïg Khris, champion du monde de sports extrêmes reconverti dans une entreprise de télécoms; Florence Servan-Schreber, se définissant comme "professeure de bonheur" et ayant fondé en 2015 la première académie de psychologie positive en ligne et enfin les quatre fondateurs de l'écosystème Darwin. 

Une leçon de volonté

En quelques lignes : qu'à-t-on appris lors de cette conférence ? D'abord une petite leçon de persévérance donnée par Taïg Khris, qui a raconté comment il a créé de toute pièces une collection de papeterie en 20 jours, signé une commande de 350 000 euros (le tout sur un lit d'hôpital) et dépassé le million d'euros de chiffres d'affaires au bout de trois ans. Il a également raconté ce projet de record sportif, "pour se refaire". Un saut par dessus la Seine devant Notre Dame : refusé. Un saut de la Tour Eiffel : refusé en 2009 pour des raisons de pelouses et de monument historique, paraît-il, puis finalement accepté en novembre 2009. "Tous les directeurs techniques, je les rendais dingues. Pour pouvoir faire ce saut, je devais prouver qu’il ne m'arriverais rien. C'est vrai, imaginez que je me tue en direct devant 100 000 personnes. Alors tous les mois, j'envoyais une vidéo de 500 essais au maire de Paris de saut sur la rampe d'un terrain vague. L’excès de passion, de persévérance, montrer que tout est possible. C’est mon amateurisme qui m’a fait me concentrer sur les solutions". Depuis janvier 2014, il est le PDG et fondateur de la société OnOff Telecom, un service d'hébergement de numéris de téléphone dans le cloud. Elle pourrait atteindre 100 millions d'euros de valorisation en 2017. 

La recette du bonheur

Le témoignage des quatre mousquetaires fondateurs de Darwin (Philippe Barre, Laurent Colmagro, Jean-Benoît Perello et Jean-Marc Gancille) a aussi été un temps fort, bien que bref. "On ne savait pas ce qu’on allait vraiment faire", a notamment témoigné Philippe Barre à propos de la fondation de l'écosystème Darwin, "on a eu des rêves, on les a entrepris, c'est devenu possible par plein de concours de circonstance". "On se demande parfois si on n'aggrave pas les choses plus qu'on ne les arrange", a ajouté Jean-Marc Gancille, qui n'a pas hésité à se poser la question de la "suralcoolisation des jeunes pour viabiliser un festival" (en parlant bien sûr d'Ocean Climax, dont les prochaines têtes d'affiche seront Selah Sue et Metronomy). 

Enfin, cela à été l'occasion pour Florence Servan-Schreiber de donner un petit cours de bonheur aux personnes présentes dans la salle. "Nous ne sommes pas tous Taïg Khris, mais nous avons quand même voulu vivre des vies épanouissantes. 10% de notre capacité à être heureux provient des conditions extérieures, 50% de la génétique et 40% de la façon dont nous interprétons ce que nous vivons. Corriger ses défauts ne sert pas à grand-chose, il est beaucoup plus difficile de parler de ce que nous faisons bien", a notamment professé cette ancienne journaliste et auteure. Une soirée qualifiée de "Prestige" qui a au moins eu le mérite d'essayer de combattre les craintes des jeunes entrepreneurs pour, peut-être les pousser à se lancer. Sans doute rejoindront-ils bientôt les 16 300 entreprises (dont 90% de moins de 10 salariés) de Bordeaux ou celles de sa métropole... 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
4988
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !