Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/06/18 : L'interdiction de pêche et consommation des moules du bassin d’Arcachon a été levée ce 21 juin par le préfet de Gironde. Dans le banc d’Arguin et les passes, le taux de présence de toxines lipophiles a baissé mais ne permet pas de lever l'interdiction

20/06/18 : Ce 19 juin, l’état de catastrophe naturelle, a été reconnu pour les communes de Salies-de-Béarn et des Eaux-Bonnes (Gourette) pour les inondations des 12 et 13 juin 2018. Les autres demandes seront examinées le 3 juillet prochain.

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 22/06/18 | La grogne des CCI de Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Réunis ce jeudi en AG à Bordeaux, les quinze présidents des Chambres de Commerce et d'Industrie régionales ont dénoncé la décision du gouvernement de raboter la Taxe pour Frais de Chambre de 100 millions d'euros par an sur les 4 prochaines années. "Fin 2017, plusieurs ministres s’étaient engagés à garantir la stabilité des ressources de 2019 à 2022 après une baisse de 150 millions en 2018. Que valent donc ces engagements, notamment quand le gouvernement refuse de reconnaître la performance des CCI sur les territoires ?" dénoncent-ils, parlant même d'une "casse sociale annoncée". Une réunion de crise est prévue le 5 juillet prochain.

  • 22/06/18 | Gourette: les travaux de la RD918 démarrent lundi

    Lire

    Après une semaine d'études du site de l'effondrement de la RD 918, suite aux intempéries du 12 juin, « les travaux commencent dès lundi », annonce le Département des Pyrénées-Atlantiques. La réalisation d’un remblai en terre armée sur une hauteur de 4 m permettra de rétablir une chaussée de 7 m de large, telle la voirie d’origine et garantissant les conditions de sécurité, pour un coût de 700 000 €. Le chantier devrait durer 4 à 5 semaines (sauf mauvaise météo), permettant d'assurer la 19ème étape du Tour de France. Des travaux de confortement et de drainage du talus amont seront aussi engagés sur le 2nd semestre 2018.

  • 22/06/18 | Viticulture: de nouvelles mesures de soutien

    Lire

    L'INAO, a décidé d'augmenter le niveau du volume complémentaire individuel à 20% maximum du rendement du cahier des charges et de faire évoluer de 30 à 50% le plafond cumulé de réserve sur 3 ans. Une manière de renforcer la résilience des exploitations face aux aléas climatiques et à leur récurrence, en jouant un rôle équivalent à celui d’une assurance récolte. Ainsi, les volumes complémentaires cumulés pourront être revendiqués en appellation d’origine en cas de récolte déficitaire. La structure a aussi donné un avis favorable à la demande d’expérimentation pour les vins liquoreux (Monbazillac, Sauternes et Barsac).

  • 22/06/18 | Le pont Simone Veil ne sera pas au rendez-vous de 2020

    Lire

    D'un commun accord, la Métropole et la société Fayat chargée du chantier annoncent une «divergence d’ordre technique et juridique», sur les conditions d’exécution des batardeaux (enceintes de travail permettant de construire les piles du pont) dans la Garonne. Fayat considère que davantage de protections sont nécessaires face à la force du courant et à un sol de mauvaise qualité, ce que réfute le cabinet d'études conseil de la Métropole. Un médiateur va donc être missionné pour donner son avis au plus tard fin 2018. Résultat: le pont sera livré avec 1 à 3 ans de retard et un possible surcoût de 18M€.

  • 22/06/18 | Un transport en commun en site propre sur le Nord Bassin

    Lire

    Dans le cadre de la concertation ouverte sur le Projet de Déplacements Durables du Nord Bassin, un atelier de travail dédié aux solutions de transport en commun en site propre est organisé lundi 25 juin au centre d'animation de Lanton. Objectif : échanger sur l’opportunité de la mise en œuvre d'un tel mode de transport entre Arès et Biganos, en présence des experts associatifs et bureaux d’études spécialisés. Ouvert à tous sur inscription en envoyant un mail à : contact-pddnb@gironde.fr

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Le combat des anciens soldats d'Outre Mer : le temps presse pour sauver l'honneur

14/12/2008 |

Le combat des anciens soldats d'Outre Mer

Il régnait une de ces ambiances chaleureuses, jeudi 11 décembre 2008, au Mégarama, rive droite de Bordeaux. Initialement ce devait être une conférence sur le statut des anciens combattants étrangers. Une conférence laborieuse. A celle-ci se sont rajouté des témoignages poignants de la salle. Des « papis » arabes étaient présents. Ils en avaient gros sur le coeur.

L’un de leurs accompagnateurs s’est improvisé traducteur : « Ils sont obligés de faire des allers-retours, entre le pays d’origine et la France, pour venir chercher leurs indemnités. C’est déjà usant, vu leurs états de santé, mais en plus il faut respecter des délais de voyage précis. Et quand l’un d’entre eux tombe malade ou se met en retard de quelques jours, il faut payer une sorte d’amende à la Caisse des dépôts et consignations ». Parce qu’ils sont tous d’un âge avancé, ces anciens combattants. C’est pour ça que le « combat » presse.

Un déni moral
Les conférenciers ont multiplié les démonstrations : historiques, juridiques, politiques. Chaque personnalité présente a donné dans la persuasion. Le général Pierre Lang a récapitulé à l’assemblée l’évolution de la décristallisation des pensions militaires. « Le système de la cristallisation est discriminatoire. Il consiste à geler le niveau financier, à un moment donné, d’un type de pension. La retraite du combattant étranger, sa pension militaire d’invalidité et sa pension civile de retraite ont subi cette opération. » Le micro se coupe. Vaille que vaille : le militaire n’est pas général pour rien. Il donne de la voix et se fait entendre : « En 2003, un ancien combattant français touchait 420 euros de retraite. Un Algérien, 56 euros. Pire : un Vietnamien, 15 euros. Et pourtant, cette pension est déjà considérée comme une cerise sur le gâteau pour un Français. Alors que dire des étrangers. Ce n’est pas comme les rythmes musicaux où une note blanche vaut deux noires. Ici, c’est une blanche qui vaut quatre noires ». Le rire est jaune, l’humour acéré.
Il parle de « déni moral », dans l’auditoire des têtes acquiescent. Même si le Conseil National pour les anciens combattants d’Outre-mer a travaillé sur le dossier. Et même si le film « Indigènes » a contribué à la médiatisation de cette problématique. La situation des anciens combattants étrangers n’est toujours pas égale à celle des anciens soldats français. Bien sûr, il y a eu la décision de l’ancien président Jacques Chirac de lancer un processus de décristallisation. Mais elle ne concernait que la retraite de l’ancien combattant ramené aujourd’hui à 520 euros pour tous. « Reste encore à décristalliser les pensions militaires de retraite » ajoute le général.

Une question d’honneur
Le combat des anciens soldats d'Outre Mer au Mégarama« Une façon de régler les problèmes de banlieues aussi », lance t’on dans la salle. Exact. « L’honneur rendu aux grands-parents va jouer sur l’idée qu’ont les jeunes de la France », renchérit Pierre Lang. Encore faut-il y apporter une solution d’ordre juridique. L’avocate Christelle Jouteau a défendu une revalorisation à la hausse de la pension des tirailleurs marocains, devant le tribunal administratif de Bordeaux.
Elle est là pour témoigner des anciens combattants errants face à la discrimination dont ils se sentent victimes. Déposer leurs dossiers aura aussi été un combat. Les six avocats ont essuyé des refus de l’administration de la Rochelle et du Ministère de la défense. Finalement, les 59 cas obtiennent des accords de principe favorables. « Mais là, on ne parle que des tirailleurs marocains, pas des autres combattants étrangers », précise Naïma Charaï. La conseillère régionale déléguée à la politique de la ville et à la lutte contre les discriminations a fait figure de modératrice. En attendant l’arrivée du député Alain Rousset.

Proposition de loi
Visiblement touché par le sujet, Alain Rousset aura joué de la larme à l’œil pour son discours. « La dignité d’un homme ne se mesure pas au sang reçu, mais au sang versé. Je ne comprends pas que le gouvernement ne se saisisse pas de ce geste politique », dira-t-il. Si ce n’est pas l’UMP qui s’en saisit, c’est le député aquitain qui le fera. Quatre articles. C’est ce qu’il propose à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale. « Le 29 octobre, j’y ai inscrit la décristallisation complète des pensions, l’amélioration des conditions de vie et d’accueil en France, mais aussi la suppression de la durée d’obligation de résidence en France pour avoir le droit au minimum vieillesse ». L’auditoire est enthousiaste. Le député vient de marquer un point. « Et si cette proposition de loi ne passe pas, j’en proposerai une autre. Et pourquoi pas la nationalité française pour tous les anciens combattants. On est tous d’accord avec cette idée, n’est ce pas ? A moins de lancer un référendum populaire. »
Populaire. C’est aussi dans cet état d’esprit que s’est conclue la conférence. Au moment du cocktail dinatoire, un concert de sept musiciens s’est improvisé. Parmi eux, quatre anciens. Des « papis » heureux de donner d’eux-mêmes. A pleines mains sur les instruments de percussions. Pendant qu’Abdrahime Rchouk, un « artiste libre », récitait un slam composé pour le Printemps des poètes. Il avait pour thème la mémoire.

Virginie Wojtkowski

 

Partager sur Facebook
Vu par vous
291
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !