Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/09/18 : Jean-Louis Comolli est le lauréat du Prix François Mauriac 2018 pour son ouvrage Une terrasse en Algérie (Éd. Verdier). Le prix lui sera remis le 5 octobre par Alain Rousset et Jean-Noël Jeanneney, président du jury.

25/09/18 : Charente-Maritime : la préfecture lève à compter du 26 septembre les mesures de restriction d'eau sur le bassin de la Seugne en Saintonge. Les autres bassins restent en alerte crise ou alerte été jusqu'à nouvel ordre.

25/09/18 : Nuit européenne des chercheur(e)s vendredi 28 septembre de 18h30 à minuit. A cette occasion, Cap Sciences proposent de partager avec plus de 50 chercheurs, 1001 histoires sur la magie de leur métier, au travers de récits, de jeux, de mises en scène…

25/09/18 : Renaud Lagrave, vice-président de la Région Nouvelle-Aquitaine en charge des infrastructures et des transports, animera le comité de ligne Ter 32 Bordeaux - Arcachon le lundi 1er octobre à 17h45 à la Maison des arts de Gujan-Mestras.

25/09/18 : Le 26 septembre, la Coordination Rurale 47 sera mobilisée devant l’abattoir de volailles de Bazas pour « défendre les éleveurs face aux mensonges des associations véganes qui organisent à nouveau, cette année, une veillée devant cet abattoir ».

25/09/18 : Avec l’appui de la DRAC, la CCI Bordeaux Gironde restaure les toitures du Palais de la Bourse. Un chantier d’une durée de 3 ans et d’un montant de 3,7 millions d’€. Début des travaux : septembre 2018. Surface à restaurer : 7 000 m2.

25/09/18 : Le Crédit Agricole d’Aquitaine organise un Café de la création le 4 octobre baptisé le Pitch de la création. « Vous avez un projet ? Pitchez-le et repartez avec votre financement » le 4 octobre de 9h à 11h30 au Campus des Bassins à Flot à Bordeaux.

24/09/18 : Le maire d'Anglet Claude Olive, vice président du Conseil départemental, va présenter sa candidature à la présidence départementale Les Républicains des Pyrénées Atlantiques occupée (?) jusque-là par Michèle Alliot-Marie.

24/09/18 : Pont de Ré : des travaux d'inspection étant programmés ce lundi, la circulation est interdite à tous les véhicules de transport de marchandises dont le Poids Total Autorisé en Charge (PTAC) est supérieur à 3,5 t à du 24 à 20h au 25 septembre à 6h.

20/09/18 : Charentes : la rivière Né passe en alerte de crise, niveau sécheresse. Un arrêté prévoit l'interdiction totale des prélèvements à usage d’irrigation agricole, y compris les cultures dérogatoires déclarées, à partir de ce matin 8h.

19/09/18 : Pont de l'île de Ré : Menée cette nuit, la visite d'inspection des services spécialisés du réseau scientifique et technique de l'Etat a confirmé le bien-fondé des mesures de restriction de circulation, qui restent appliquées jusqu'à nouvel ordre.

19/09/18 : Forum pour l’emploi organisé par l’ARCA, Association pour la Relation Client en Nouvelle-Aquitaine, jeudi 20 sept de 9h à 13h à la Maison des Associations de Mérignac. 10 recruteurs présents et 150 postes à pourvoir immédiatement.

Banque Alimentaire, Agrisud International: la solidarité et le partage, ici et là-bas!...

Rencontres, rencontres ! Ce métier, le mien, offre ce privilège rare des rencontres, de la découverte de notre commune humanité et parfois, souvent, pour peu qu'on le veuille, dans ce qu'elle a de meilleur. Ce vendredi 21 septembre nous a permis, successivement, ce bonheur et l'irrésistible envie de le partager. D'abord, ce fut de bon matin au sein de la Banque Alimentaire de Bordeaux et de Gironde pour s'informer, à l'initiative de l'association des Amis d'Aqui!, de l'extraordinaire travail accompli, à moins que ce ne soit avant tout une mission, par l'équipe réunie autour de Pierre Pouget. Découvrir, aussi, cette ruche où s'affairaient des dizaines de personnes, de tout âge – la doyenne des quelques 200 bénévoles de la Banque revendique joyeusement ses 86 ans – et de toute condition, parfois venues de très loin, du sud de la Méditerranée en attente de statut, occupés à trier les légumes et les fruits arrivant du Marché d'intérêt national de Brienne qui seraient redistribués par une noria de camions portant fièrement ce slogan : « Investissons dans la solidarité alimentaire ». Une ambiance où la convivialité, à l'heure de la pause café, fait merveille et où le moteur de chacun porte un nom : servir ! Second temps de ce samedi enchanteur : les retrouvailles, à l'Hôtel de Région, d'une autre équipe, celle d'Agrisud International, cette ONG magnifique née chez nous, ici en Gironde, du côté de l'Entre-deux-Mers à l'initiative d'un homme d'exception Jacques Baratier, comme Robert Lion son président l'a rappelé.


- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 26/09/18 | Intempéries, ZDS, prédation : l'agriculture 64 ne lâche rien

    Lire

    Les élus de la Chambre d'Agriculture des Pyrénées-Atlantiques, se sont réunis en session plénière mardi 25 septembre à Larrau. L'occasion de réaffirmer leurs positions sur 3 sujets principaux que sont les intempéries et les accompagnements à mettre en place, dont la reconnaissance de calamités agricoles; le nouveau zonage Zones Défavorisés Simples, et la demande d'un plan B pour les éleveurs des communes sortantes, et enfin la prédation, les élus souhaitant l'abandon du projet de réintroduction d'ours, et la mise en œuvre par la Préfecture des moyens nécessaires à l’éradication des hybrides chien/loup.

  • 26/09/18 | Béarn, les anti attendent les ourses dans la forêt

    Lire

    Alors que F. de Rugy évoquait des lâchers «en toute discrétion», selon la Fédération transpyrénéenne des éleveurs de montagne ceux-ci pourraient avoir lieu ce samedi 29 septembre en vallée d’Aspe. «Depuis la nuit dernière, les opposants aux réintroductions d’ours ont investi la forêt. En Béarn, rive gauche comme rive droite de l’Aspe, d’innombrables anonymes se sont transformés en guetteurs, souvent armés», poursuit le communiqué. Une clandestinité «réponse des montagnards à un Ministre contraint de dissimuler les réintroductions d’ours tant elles sont anti-démocratiques et anti-écologiques.» Ambiance.

  • 26/09/18 | Philippe Martinez en terre lot-et-garonnaise le 28 sept.

    Lire

    Le comité régional CGT Aquitaine organise une rencontre des Unions Locales les 27 et 28 septembre au Temple-sur-Lot (47). «Face aux attaques incessantes du gouvernement et du patronat, l’objectif de cette rencontre régionale est notamment de partager les expériences sur l’ensemble des territoires (…), en s’imprégnant des mutations profondes de nos territoires et de l’évolution du salariat». Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, participera à la journée du 28.

  • 26/09/18 | Rochefort célèbre l'énergie solaire en octobre

    Lire

    Dans le cadre du Plan Climat Air Energie Territorial (PCAET) de la communauté d'agglomération Rochefort Océan (CARO), le Point Info Energie organise différents évènements autour de l'énergie solaire : une exposition sur les énergies renouvelables, place Colbert; une conférence sur le solaire et l’habitat, le 11 à 18h à la médiathèque ; des Visites de maisons équipées d’un système solaire ou bénéficiant d'une rénovation énergétique globale ; un film "Power to Change" à l'Appolo. Sur réservation.

  • 26/09/18 | Charente-Maritime : les Antilles de Jonzac, premier site labellisé Sécuri-Site

    Lire

    L'espace Aqua-ludique des Antilles à Jonzac va être le premier site touristique du département labellisé "Sécuri-Site", à partir du 27 septembre. Ce label est attribué par la préfecture sur plusieurs critères de protection et de sécurité interne et externe du site comme les mesures de prévention humaines (gardiennage, formation), organisationnelles (chaîne de sûreté, fiches réflexe) et techniques (protection de bâtiment, vidéo-protection), ainsi que les mesures prévues en situation de crise.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Vers une décision favorable pour les habitants des yourtes de Bussière Boffy (87)

25/11/2015 | La Cour d’appel de Bordeaux jugeait mardi l’affaire dite des yourtes de Bussière-Boffy (87). Pour les sept personnes mises en cause, la victoire est amère.

Au club de la presse de Bordeaux, le comité de soutien s'est exprimé sur l'affaire des yourtes

C'est le dernier épisode d'un feuilleton judiciaire long de six années, qui s'est joué hier après-midi à Bordeaux, celle dite de la guerre des Yourtes de Bussière-Boffy en Haute-Vienne. La Cour d'appel s'est prononcée sur une affaire qui oppose le maire de ce petit village de 350 habitants et plusieurs familles qui ont construit et habité des yourtes sur la commune. Hier, le Ministère public a demandé la relaxe. Le délibéré est attendu le 12 janvier. Mais cet arrêté arrive bien tard pour ces personnes qui aspirent à vivre proches de la nature. Les yourtes ont été démontées en décembre 2014.

Depuis six ans, Jean-Paul Barrière, le maire sans étiquette de Buffière Boffy, village de 350 habitants s’oppose à l’existence de yourtes depuis leur installation, usant de moyens administratifs et de dépôt de plaintes. Depuis 2009, les décisions judiciaires s’enchaînent et se contredisent. Hier, prévenus et plaignants se sont retrouvés devant la cour d’appel de Bordeaux, pour le dernier acte de ce trop long feuilleton judiciaire.  Usés par six ans de procédure, les familles mises en cause et les propriétaires de terrain, également mis en cause, où se sont installées des yourtes, évoquent un harcèlement judiciaire absurde. Petit retour sur la chronologie des événements.

Une guerre d'usureDeux premières yourtes s’installent en  2005- 2006 sur la commune de Bussière-Boffy, sans autorisation de construire, les habitants de ces habitats légers sont néanmoins propriétaires des terrains. En 2008,  trois autres familles rejoignent le hameau, composé alors de cinq yourtes. Au départ, ces nouveaux venus sont plutôt bien vus dans le village peuplé de personnes âgées : ils rendent des services, retapent de vieilles bâtisses, construisent des projets de crèche alternative. La mairie de Bussière-Boffy élabore une  nouvelle carte communale qui déclare les terrains non constructibles. Mais dès la première élection  en 2008 du maire actuel, les choses  vont se gâter. A partir de 2009 jusqu'en 2012, la municipalité publie plusieurs arrêtés, interdisant le camping et le caravaning, destiné à chasser les yourtes. En 2010, il renforce ses dispositions par un nouveau plan local d'urbanisme.  A chaque fois, le tribunal administratif de Limoges annule ces dispositions. Une plainte pour infraction au code de l’urbanisme est déposée par la municipalité en 2011. En décembre 2012, le tribunal correctionnel de Limoges relaxe les familles considérant que les yourtes sont des tentes. Mais la décision contraire est prononcée en appel le 14 juin 2013. Elle donne raison au maire et ordonne la déconstruction et l'expulsion des familles.  L'arrêt est finalement annulé par la Cour de cassation de Bordeaux le 24 février 2015 en raison d’un vice de procédure.  Le dossier est alors repris par la Cour d’appel de Bordeaux qui  a statué hier. Le ministère public a demandé la relaxe des sept prévenus : trois familles et deux propriétaires de terrain. Le délibéré est attendu pour le 12 janvier.

De nombreux soutiens politiquesCet arrêté arrive bien trop tard. Depuis presque un an  toutes les yourtes ont été démontées, de guerre lasse. Les habitants des yourtes ont décidé d'aller vivre ailleurs, à la grande satisfaction de la municipalité. "On nous a tout simplement volé nos vies. J'ai choisi de m'installer dans ce petit village sur un terrain qui m'appartient, de vivre simplement proche de la nature, avec ma famille mes enfants. Puis il y a un an, on a démonté notre yourte, parce que l'on n'en pouvait plus. On a décidé de voyager à travers la planète. J'ai eu cette chance de pouvoir partir, mais je garde espoir de pouvoir revenir témoigne Alex Bovet, un des premiers mis en cause dans cette longue procédure. "Les 7 de Bussière" comme on les surnomme, ont reçu de nombreux soutiens. Mardi matin plusieurs élus dont Naïma Charaï, suppléante PS de Noël Mamère, députée EELV, avaient tenu à manifester leur soutien lors d’une conférence de presse organisée au Club de la Presse de Bordeaux avant le procès.

« Vous ne défendez pas seulement un mode d’habitat, mais aussi une façon d’habiter qui correspond aux solutions durables en phase avec la COP21 », résume Martine Alcorta, vice-présidente EELV de la Région Aquitaine, en charge de l’Habitat. « Je suis sûr que l’avenir vous donnera raison », la loi doit rejoindre cette nouvelle façon de vivre,"  souligne quant à lui Monseigneur Gaillot, descendu de Paris pour les soutenir.

Les espoirs de la loi ALURLa Loi Alur, votée en mars 2014, définit pour la première fois le statut juridique de ce type d'habitat, désormais considéré comme une construction nécessitant une déclaration préalable.« L’habitat choisi est toujours contraint," indique Paul Lacoste de l'association Halem (habitants de logements éphémères et mobiles), membre de leur collectif de soutien.  Il rappelle  que la loi ALUR est « d’accompagner le développement de l’habitat léger », et souhaite attirer l’attention sur le contexte général qui persiste de manière généralement défavorable à l’encontre de ces habitats et de leurs habitants; manque d’informations de la part des pouvoirs publics aux usagers, état de confusion des services instructeurs de l’urbanisme, absence d’informations délivrées aux élus sur la nécessaire prise en compte de « l’ensemble des modes d’habitats », discriminations diverses. On doit pouvoir avoir le choix d’accueillir, dans des tentes ou des yourtes, des personnes en difficulté. C’est un choix de solidarité." Le 12 janvier prochain, les personnes mises en cause espèrent une ultime décision favorable , symbole d'espoir, mais qui ne réparera pas les années de procédures.

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
7067
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !