Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/06/18 : L'interdiction de pêche et consommation des moules du bassin d’Arcachon a été levée ce 21 juin par le préfet de Gironde. Dans le banc d’Arguin et les passes, le taux de présence de toxines lipophiles a baissé mais ne permet pas de lever l'interdiction

20/06/18 : Ce 19 juin, l’état de catastrophe naturelle, a été reconnu pour les communes de Salies-de-Béarn et des Eaux-Bonnes (Gourette) pour les inondations des 12 et 13 juin 2018. Les autres demandes seront examinées le 3 juillet prochain.

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/06/18 | Viticulture: de nouvelles mesures de soutien

    Lire

    L'INAO, a décidé d'augmenter le niveau du volume complémentaire individuel à 20% maximum du rendement du cahier des charges et de faire évoluer de 30 à 50% le plafond cumulé de réserve sur 3 ans. Une manière de renforcer la résilience des exploitations face aux aléas climatiques et à leur récurrence, en jouant un rôle équivalent à celui d’une assurance récolte. Ainsi, les volumes complémentaires cumulés pourront être revendiqués en appellation d’origine en cas de récolte déficitaire. La structure a aussi donné un avis favorable à la demande d’expérimentation pour les vins liquoreux (Monbazillac, Sauternes et Barsac).

  • 22/06/18 | Le pont Simone Veil ne sera pas au rendez-vous de 2020

    Lire

    D'un commun accord, la Métropole et la société Fayat chargée du chantier annoncent une «divergence d’ordre technique et juridique», sur les conditions d’exécution des batardeaux (enceintes de travail permettant de construire les piles du pont) dans la Garonne. Fayat considère que davantage de protections sont nécessaires face à la force du courant et à un sol de mauvaise qualité, ce que réfute le cabinet d'études conseil de la Métropole. Un médiateur va donc être missionné pour donner son avis au plus tard fin 2018. Résultat: le pont sera livré avec 1 à 3 ans de retard et un possible surcoût de 18M€.

  • 22/06/18 | Un transport en commun en site propre sur le Nord Bassin

    Lire

    Dans le cadre de la concertation ouverte sur le Projet de Déplacements Durables du Nord Bassin, un atelier de travail dédié aux solutions de transport en commun en site propre est organisé lundi 25 juin au centre d'animation de Lanton. Objectif : échanger sur l’opportunité de la mise en œuvre d'un tel mode de transport entre Arès et Biganos, en présence des experts associatifs et bureaux d’études spécialisés. Ouvert à tous sur inscription en envoyant un mail à : contact-pddnb@gironde.fr

  • 22/06/18 | Charentes : de nouvelles plantations viticoles autorisées

    Lire

    Suite à son AG de juin, le Conseil viticole du bassin "Charentes-Cognac" a fait le point sur les demandes d’autorisation de plantations nouvelles en 2018. Elles ont dépassé les limitations fixées. Chaque demandeur de ces secteurs se verra donc attribuer une surface minimale dans la limite de la surface demandée. A savoir : 48 ares pour l’AOC Cognac ; 3 ares pour l’AOC pineau des Charentes ; 13 ares pour l’IGP charentais ; 59 ares pour les demandes de vins sans IG (VSIG).

  • 21/06/18 | Le kaolin au secours de la vigne contre la cicadelle des grillures

    Lire

    Agri Synergie, spécialiste des solutions alternatives dans les domaines de la fertilisation et du bio contrôle, annonce au-côté de la société Soka (productrice de kaolin) la création d'un produit homologué par l'ANSES, pouvant remplacer les produits phytos sur la cicadelle des grillures de la vigne. Créant une barrière minérale physique blanche, l’action est à la fois visuelle, modifiant la teinte du végétal rendant l’identification par le ravageur difficile, et mécanique, gênant les arrêts des parasites. Naturel et utilisable en Bio, ce produit est présenté aux viticulteurs lors d'une conférence le 27 juin au Château Olivier à Léognan (18h30).

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Le faible engagement citoyen des agricultrices préoccupe les responsables du syndicalisme en Aquitaine

08/12/2009 |

Henri Bies-Péré, Président de la FRSEA Aquitaine et Sylvie Lafourcade, Présidente de la Commission Agricultrices FRSEA Aquitaine

« On imaginait que les choses avaient progressé, mais il y a visiblement encore du chemin à parcourir ! ». Telle fut la réaction d'Henri Bies-Péré, Président de la FRSEA Aquitaine après la présentation du rapport sur « L'engagement citoyen des agricultrices », ce vendredi 4 décembre à Camiran (Gironde). Cette étude commanditée par les Commissions régionales des agricultrices des FRSEA Aquitaine et Midi-Pyrénées a de quoi laisser perplexe. Et cela, non seulement à propos de la sous représentation des agricultrices au sein des instances citoyennes mais aussi, sur les raisons pour lesquelles elles ne s'impliquent pas.

Les femmes représentent 37 % de la population active agricoles. Or, selon cette étude, en moyenne 4 agricultrices sur 10 n'ont aucun engagement dans une association, un syndicat, ou une institution. Et cela varie selon le type de production. Pour les grandes cultures, notamment, elles sont 55 % à n'avoir aucune implication associative ou autre.

Manque de temps, fatigue et responsabilités familiales
Parmi les freins principaux relevés, 86 % d'entre elles pointent le manque de temps, et la fatigue (61 %), auxquels peut s'ajouter la fragilité économique de l'exploitation (pour 44 % des personnes interrogées). Selon les agricultrices interrogées, nombreuses sont celles qui considèrent que l'équilibre entre responsabilités familiales et responsabilités professionnelles est difficile à trouver. Elles mettent, par exemple, en avant, la garde d'enfants ou d'adultes à charge (souvent les beaux-parents) ou bien encore un sentiment de culpabilité par rapport à un « abandon » de la vie familiale. Enfin, pour celles qui ne sont pas issues du milieu agricole, elles mettent en avant une difficulté d'intégration à la structure, ou un sentiment de ne pas être écoutées lorsqu'elles ont déjà eu ce genre d'expériences.

« S'évader » de son quotidien
Pourtant, et même pour les femmes n'ayant pas d'engagement citoyen, les motivations à l'implication sont clairement identifiées. Les deux qui priment sont d'abord l'amélioration de sa propre qualité de vie en cherchant à « s'évader » de son quotidien professionnel et familial, et ensuite, l'engagement relatif à la famille à travers notamment, les associations de parents d'élèves. Il est intéressant de noter que l'engagement dans le secteur professionnel ne motive directement qu'une personne interrogée sur cinq.

Un besoin de reconnaissance et de valorisation
Au-delà de la question de l'engagement, l'enquête fait le point sur le statut de ces femmes. Or, elle rappelle que celui-ci est peu significatif des réalités professionnelles des agricultrices ou des « conjointes collaboratrices ». D'ailleurs, selon les femmes interrogées la vraie reconnaissance ne se fait que par celui de « chef d'exploitation ». Il existe donc un vrai besoin de reconnaissance et de mise en valeur du travail et du rôle des femmes dans le monde agricole. Il en va de même sur l'évolution du statut qui, selon l'étude, se fait parfois en fonction de celui des parents ou des beaux-parents, et non pas en fonction d'une volonté propre de l'agricultrice.

Un plan d'action pour faciliter l'engagement citoyen des agricultrices

Face à ces différents freins ou difficultés, les membres de la Commission agricultrices Aquitaine ainsi que leur Présidente, Sylvie Lafourcade, ont énoncé les lignes d'un premier plan d'action pouvant être mis en œuvre dès l'année 2010. Sont ainsi envisagées un certain nombre d'actions que ce soit en termes d'informations métier, de communication, notamment sur la place de l'agricultrice dans l'exploitation, ainsi que d'échanges et de rencontres avec, par exemple, l'organisation de manifestations festives ou la création d'un site internet... Enfin, concernant plus strictement la facilitation et l'incitation financière, la Commission des agricultrices s'attachera à recenser les structures existantes visant à l'obtention de défraiements, de services de remplacement ou d'aide à domicile, permettant ainsi de libérer du temps aux agricultrices. En bref, c'est un gros chantier qui s'ouvre à toutes et à tous.

Solène Méric

Partager sur Facebook
Vu par vous
535
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !