Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/05/18 : Demain dimanche, de 10 h à 17 h se tiendra la deuxième édition du marché de producteurs fermiers du Pays basque IDOKI à Ustaritz. Outre la production de produits locaux, le matin, sera organisé le concours culinaire "Défi Crêpes"

16/05/18 : Amateurs de musique, rendez-vous ce week-end la 4ème édition du festival ODP de Talence. Coeur De Pirate, Les Négresses Vertes ou Alt-J en seront les principales têtes d'affiche. Ils chanteront au profit des "Orphelins des Sapeurs-Pompiers de France".

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

15/05/18 : Ils l'avaient annoncé, ils l'ont fait: 300 cheminots CGT de la SNCF de Bayonne et d'Hendaye se sont invités ce matin devant la résidence secondaire du PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, située au dessus de la falaise de la Côte des Basques à Biarritz.

12/05/18 : La 35e édition de Herri Urrats, le jour de fête des ikastola du Pays basque a lieu ce dimanche autour du lac de Saint-Pée-sur-Nivelle. Cette année, elle visera à récolter des fonds pour les travaux d'agrandissement du collège de Larceveau

08/05/18 : Le 35ème chapitre de la Confrérie du Chipiron de Bidart aura lieu dimanche 13 mai au Kirolak avec la participation d’une soixantaine de confréries. Après un défilé vers la Chapelle de la Madeleine, la Confrérie intronisera plusieurs personnalités.

03/05/18 : Deezer, leader du streaming musical en France, vient d’annoncer sa décision d’ouvrir un nouveau site dans la métropole bordelaise. "Une nouvelle reconnaissance de notre attractivité" soulignent satisfaits Alain Juppé et Virginie Calmels.

24/04/18 : Charente-Maritime : pendant la semaine de vacances du 16 au 22 avril, 14 accidents sont à déplorer sur les routes du département, au cours desquels 2 personnes ont perdu la vie, et 19 ont été blessées.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/05/18 | BHNS Bordeaux/Saint-Aubin : le Conseil d'État tranche

    Lire

    Le Conseil d'État a tranché et confirmé la décision de suspension de la déclaration d'utilité publique du futur BHNS Bordeaux/Saint-Aubin, en rejet du pourvoi en cassation de la métropole en octobre dernier. Le principal motif de rejet ? "Un vice de forme relatif au contenu de la notice explicative présentant le projet de lors de l’enquête publique", notamment concernant l'absence de justification dans le choix du tracé. Déjà repoussés à cet été, le début des travaux pour le futur BHNS pourraient être repoussés de plusieurs mois.

  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

  • 16/05/18 | La Gironde poursuit ses conseils de territoire

    Lire

    Le département de la Gironde poursuit ses travaux autour des "conseils de territoire". Autour de ces réunions, organisées deux fois par an, l'ensemble des acteurs locaux (collectivités, associations, entrepreneurs...), la Gironde tente de faire avancer ses pactes territoriaux, mis en place en 2017. Entre mai et juin 2018, neuf conseils de territoire se déclineront sur tout le département comme le 17 mai à Talais (Médoc), le 5 juin à Sainte-Foy-La-Grande (Libournais), le 18 juin à Lanton (Bassin d'Arcachon) ou encore le 19 juin à Bordeaux.

  • 15/05/18 | Trois jours de Fêtes de Bayonne payantes pour les non Bayonnais

    Lire

    Nous en avions fait écho, son maire l'a annoncé en fin de matinée: les Fêtes de Bayonne (25-29 juillet) seront gratuites pour les Bayonnais, et pour tous les enfants entre le vendredi midi et le lundi matin. Si on regarde le verre(de rosé)à moitié vide, gratuites pour tous mercredi et jeudi,elles seront en partie payantes -7 à 8 euros- pour les autres -non Bayonnais- le week-end afin, assure le maire Jean-René Etchegaray, de financer "le coût de leur sécurité et la pérennité de l'événement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Le feuilleton des OGM : des gènes... jusqu'au consommateur...

05/01/2008 |

Le feuilleton des OGM : des gènes et du plaisir

Si les OGM, ou plutôt les PGM (Plantes Génétiquement Modifiées) n'existaient pas, José Bové se morfondrait sans doute dans les bruines hivernales de l'ennuyeux plateau du Larzac. Et quelques autres écologistes de renom seraient en quête d'arguments. Mais les uns et les autres peuvent être rassurés, ces nouvelles "plantes miracle" sont incrustées dans le paysage réel et virtuel, et elles croissent et se multiplient. Le dernier Grenelle de l'Environnement qui s'est terminé par un "tout le monde il est content", n'a pas vraiment réglé leur cas. José Bové peut repartir en guerre et en grève de la faim.

Que la mise en oeuvre des conclusions du Grenelle ne satisfasse personne, en particulier les anti-ogm, on pouvait s'y attendre. On y a trop joué au poker menteur pour que les masques ne tombent pas au moment de la prise de décision. En ce cas, c'est la clause de sauvegarde qui est en cause, et José Bové et les siens entendent éviter qu'elle ne passe à la trappe. Semenciers et maïsiculteurs favorables aux PGM semblent en effet avoir manoeuvré pour que cette disposition qui permet à un Etat-membre de suspendre un OGM autorisé dans l'UE ne soit pas retenue. Le fils turbulent de l'ex-président de l'INRA de Bordeaux-Aquitaine, et le Charentais Yves Manguy, et au total une quinzaine de militants, vont donc par leur privation dans un lieu de la capitale, tenter de faire rétablir cette disposition. Laquelle n'instaurerait pas d'ailleurs automatiquement la paix des OGM puisqu'il resterait à la faire appliquer! Mais il est vrai que les semaines qui viennent sont capitales pour ce dossier, encore que pour celui-ci comme pour bien d'autres, seule l'UE fasse loi . Mais en France il s'agit de mettre en place la Haute autorité annoncée, laquelle est chargée d'évaluer le trop célèbre maïs Mon 810, lequel est d'ailleurs reconduit dans son autorisation par l'UE, mais suspendu provisoirement en France jusqu'au 9 février. Il est évident que l'on aura pas beaucoup semé de maïs en janvier!

Les abeilles menacées?

C'est dans ce contexte que Bio d'Aquitaine dévoile sur son site Internet les résultats d'une nouvelle étude "sur la pollution des ruches par le Mon810". Celle-ci a été commandée par le Comité de vigilance anti-ogm 47, Bio d'Aquitaine, et financée par la Fondation Terre Humaine. Organisations qui ont fait appel à des laboratoires dont la fiabilité ne saurait être mise en doute puisque aussi bien Ampligène qu'Atlangène sont agrées COFRAC. Il a également été fait appel à deux laboratoires apîcoles de référence: Cetam et Lune de Miel. La dissémination du pollen dans les ruches est constatée de façon différente qu'en 2006, avec des résultats qui varient selon les prélèvements et les laboratoires. Si parfois l'absence de pollen OGM est constatée, un prélèvement effectué en juillet en Lot-et-Garonne, indique 35g de pollen de maïs modifié sur 100g. En fait plus qu'un niveau de contamination l'étude démontre la variabilité et l'imprévisibilité de celle-ci. Apiculteurs et producteurs bios en concluent pas moins au risque permanent que font courir les PGM, et à "l'impossible cohabitation des cultures OGM et de l'apiculture". Les auteurs de la synthèse de l'étude s'interrogent par ailleurs sur les incidences de la présence permanente de pollen de maïs OGM pour les abeilles, et surtout les larves de celles-ci. Des études allemandes mettraient en évidence les effets néfastes du pollen contenant la protéine insecticide. Interrogation qui appellerait des études spécifiques. D'autant que l'on sait que le "maïs insecticide" n'atteint pas seulement la pyrale, mais aussi la sésamie (autre parasite du maïs) et peut-être des larves d'autres papillons (ex:l'affaire du monarque aux USA).

Des droits

Dans tout ceci, il n'en reste pas moins quelques notions incontestables. Si le mal logé a le droit au logement, le consommateur doit quant à lui, s'il le désire, conserver son droit à l'alimentation non OGM. De ce fait l'apiculteur doit pouvoir garantir du miel sans OGM ou pesticides, et de même pour le producteur agricole bio. Mais la capacité productive de l'agriculture française n'en est pas moins à préserver. On s'étonnera donc que la voie du zonage n'ait pas été retenue au dernier Grenelle. La multiplication des semences n'est-elle pas depuis longtemps soumise à un tel régime? Alors pourquoi ne pas soumettre la culture des PGM au régime des ilôts? Se refuse-ton à écrire le dernier chapitre du feuilleton?

La grève

Une quinzaine de militants anti-ogm, dont José Bové ont effectivement entamé hier, 3 janvier, une grève de la faim à Paris. Partis à pied depuis la Tour Eiffel, ils se sont rendus au ministère de l'Ecologie, avenue de Ségur, où ils ont installé une caravane. Une délégation a été reçue par la secrétaire d'Etat à l'Ecologie, Natahalie Kosciusko-Morizet. Celle-ci a assuré que les engagements du Grenelle de l'Environnement et du Président de la république seraient tenus, et que les travaux de la Haute Aurorité sur les OGM "éclaireront les conditions de mise en oeuvre de la clause de sauvegarde". Pour José Bové le gouvernement s'est engagé à appliquer cette disposition qui interdirait la culture du maïs Mon810. Or, selon lui, "la promesse n'a pas été tenue".

A Bordeaux aussi

Divers mouvements de solidarité se développent en France en soutien à José Bové et ses amis bien que la secrétaire d'Etat ait annoncé qu'une décision serait prise en janvier. Ainsi une quinzaine d'anti-ogm de Vigilance ogm 33, des Faucheurs volontaires, de Greenpaece, d'ATTAC et des Amis de la Terre, ont entamé un jeûne de 48 heures à la Maison de la Nature à Bordeaux après avoir distribué des tracts en ville. Ils demandent aux députés et sénateurs girondins de leur rendre visite pendant le week-end.

Gilbert Garrouty

Partager sur Facebook
Vu par vous
316
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !