Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/05/18 : Demain dimanche, de 10 h à 17 h se tiendra la deuxième édition du marché de producteurs fermiers du Pays basque IDOKI à Ustaritz. Outre la production de produits locaux, le matin, sera organisé le concours culinaire "Défi Crêpes"

16/05/18 : Amateurs de musique, rendez-vous ce week-end la 4ème édition du festival ODP de Talence. Coeur De Pirate, Les Négresses Vertes ou Alt-J en seront les principales têtes d'affiche. Ils chanteront au profit des "Orphelins des Sapeurs-Pompiers de France".

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

15/05/18 : Ils l'avaient annoncé, ils l'ont fait: 300 cheminots CGT de la SNCF de Bayonne et d'Hendaye se sont invités ce matin devant la résidence secondaire du PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, située au dessus de la falaise de la Côte des Basques à Biarritz.

12/05/18 : La 35e édition de Herri Urrats, le jour de fête des ikastola du Pays basque a lieu ce dimanche autour du lac de Saint-Pée-sur-Nivelle. Cette année, elle visera à récolter des fonds pour les travaux d'agrandissement du collège de Larceveau

08/05/18 : Le 35ème chapitre de la Confrérie du Chipiron de Bidart aura lieu dimanche 13 mai au Kirolak avec la participation d’une soixantaine de confréries. Après un défilé vers la Chapelle de la Madeleine, la Confrérie intronisera plusieurs personnalités.

03/05/18 : Deezer, leader du streaming musical en France, vient d’annoncer sa décision d’ouvrir un nouveau site dans la métropole bordelaise. "Une nouvelle reconnaissance de notre attractivité" soulignent satisfaits Alain Juppé et Virginie Calmels.

24/04/18 : Charente-Maritime : pendant la semaine de vacances du 16 au 22 avril, 14 accidents sont à déplorer sur les routes du département, au cours desquels 2 personnes ont perdu la vie, et 19 ont été blessées.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/05/18 | BHNS Bordeaux/Saint-Aubin : le Conseil d'État tranche

    Lire

    Le Conseil d'État a tranché et confirmé la décision de suspension de la déclaration d'utilité publique du futur BHNS Bordeaux/Saint-Aubin, en rejet du pourvoi en cassation de la métropole en octobre dernier. Le principal motif de rejet ? "Un vice de forme relatif au contenu de la notice explicative présentant le projet de lors de l’enquête publique", notamment concernant l'absence de justification dans le choix du tracé. Déjà repoussés à cet été, le début des travaux pour le futur BHNS pourraient être repoussés de plusieurs mois.

  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

  • 16/05/18 | La Gironde poursuit ses conseils de territoire

    Lire

    Le département de la Gironde poursuit ses travaux autour des "conseils de territoire". Autour de ces réunions, organisées deux fois par an, l'ensemble des acteurs locaux (collectivités, associations, entrepreneurs...), la Gironde tente de faire avancer ses pactes territoriaux, mis en place en 2017. Entre mai et juin 2018, neuf conseils de territoire se déclineront sur tout le département comme le 17 mai à Talais (Médoc), le 5 juin à Sainte-Foy-La-Grande (Libournais), le 18 juin à Lanton (Bassin d'Arcachon) ou encore le 19 juin à Bordeaux.

  • 15/05/18 | Trois jours de Fêtes de Bayonne payantes pour les non Bayonnais

    Lire

    Nous en avions fait écho, son maire l'a annoncé en fin de matinée: les Fêtes de Bayonne (25-29 juillet) seront gratuites pour les Bayonnais, et pour tous les enfants entre le vendredi midi et le lundi matin. Si on regarde le verre(de rosé)à moitié vide, gratuites pour tous mercredi et jeudi,elles seront en partie payantes -7 à 8 euros- pour les autres -non Bayonnais- le week-end afin, assure le maire Jean-René Etchegaray, de financer "le coût de leur sécurité et la pérennité de l'événement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Le grand virage de La Poste

20/01/2007 |

Postière pour la Une

Fini le train train de la poste de papa. La poste française se modernise et cherche sa voie au sein de la libéralisation de l'économie. Sur le terrain, les relais poste remplacent les agences, et le changement de cap est diversement apprécié. Quant aux salariés, ils renâclent. Regard sur les arguments des uns et des autres

Des comités de défense de la Poste qui fleurissent un peu partout en France, des élus ruraux qui s'inquiètent, des files d'attente qui s'allongent aux guichets, des horaires d'ouverture qui se réduisent, des protestations contre des hausses de tarifs, des salariés qui manifestent leurs craintes sur l'avenir du « service public ». Autant de signes qui, pour le moins, contrastent avec les sondages commandés par la Poste elle-même.

Ceux-ci indiquent tout le contraire avec des scores de satisfaction de l'ordre de 80 à 90% à l'égard des nouvelles solutions proposées (partenariats avec les communes, relais postes).
Où est la vérité ?

Chacun jugera en fonction de son propre vécu. Une chose est certaine: la Poste a amorcé le plus grand chambardement de son histoire, lequel lui est dicté par les impératifs de modernisation technique, par la contrainte d'équilibre financier vouluepar l'Etat, ainsi que parles directives européennes qui, elles-mêmes, découlent de la libéralisation économique et de la sacro-sainte mise en concurrence. Sur ce point, il faut noter que la Poste a déjà perdu le monopole du traitement du courrier de plus de 50 grammes, et que des discussions sont en cours à propos de l'incidence del'ouverture au courrier de 20 grammes en 2009.

 

 

Le pari de 2010

La distribution du courrier dans les campagnesEn régime de plein laisser-faire,il est probableque ,seules, les agglomérations les plus concentrées bénéficieraient de la livraison du courrier aux meilleures conditions alors que la notion de « service public » chère aux syndicats, et les textes nationaux et européens imposent la distribution de la moindre lettre dans le village le plus reculé de la Lozère. On remarquera tout de même que la notion de service public est bannie de la dialectique communautaire, et même gouvernementale, au profit de« service universel ». La loi française de régulation postale de mai 2005 garantit cependant aux usagers un point poste à moins de 5 km, et à moins de 20 minutes en voiture. Curieuse notion tout de même : en roulant pendant 20 minutes dans la campagne on fait beaucoup plus de 5km !....A moins que l'on se trouve sur un chemin de chèvre !

La Poste est engagée dans une véritable révolution pour chacun de ses quatre métiers avec, comme objectif annoncé, le renforcement desa présence de proximité et l'ambition de devenir l'opérateur européen de référence en 2010 .Elle a pour cela beaucoup de chemin à parcourir puisque, pour l'instant, ce sont les postes allemande et hollandaise qui sont les plus performantes. La Poste française a ainsi prévu d'investir 3,4 milliards d'euros, soit l'équivalent de 12 viaducs de Millaudans son programme « Cap Qualité Courrier » qui prévoit la construction de « plates formes industrielles courrier » équipées de machines à lecture optique et de toute la logistique adaptée complémentaire, l'objectif étant d'acheminer 90% du courrier à J+1.La construction d'une plate forme industrielle du courrier à Cestas (Gironde)et de plusieurs plates-formes de préparationpour la zone Aquitaine-Nord (Gironde, Lot-et-Garonne, Dordogne)doit entraîner un investissement de 95 millions d'euros.

 

Sans licenciement

Le service et le sourire de la poste en milieu rural.

Le service et le sourire
de la poste en milieu rural

 

Le chapitre Cap Qualité Courrier est doté d'un volet social de 800 millions d'euros au plan national « mais, souligne-t-onà la direction de la Poste, à Bordeaux, ce plan ne prévoit aucun licenciement ».Cette affectation doit servir à gérer les départs à la retraite etl'accompagnement à la mobilité des salariés, la formation et les équipements. Le programme « Cap Relations Clients » qui se rapporte au réseau de bureaux de poste,est doté d'un fonds de 770 millions d'euros, et d'un volet social de 150 millions. Il concerne l'immobilier et la modernisation des bureaux. La Poste dispose de quelques 17025 points de contacts avec le public, dont par exmple 390 en Gironde. A signaler également le programme « facteur d'avenir » qui, avec un budget de 700 millions d'euros, doit moderniser, voire élargir le métier de facteur, un métier que la Poste entend conserver et mettre en valeur.
D'autre part, depuis le début de l'année, les activités financières de la Poste sont du ressort de la filiale « La Banque Postale » qui, elle-aussi joue la proximité, et a l'ambition « d'être une banque comme les autres, mais pas comme les autres ». Entendez par là qu'elle entre dans le système concurrentiel,« avec les valeurs postales », notamment « l'accès à la banque pour tous ».
La Poste entend par ailleurs se positionner comme l'acteur principal en matière de colis, en particulier dans le domaine du commerce par Internet.

Le redéploiement du groupe de la Poste se traduitdonc par une réorganisation qui ne fait que commencer, mais qui a déjà des conséquences sur le terrain avec la fermeture de dizaines de bureaux, ce qui ne manque pas d'entraîner des réactions. « La Poste, expliquent ses responsables, doit repenser son organisation. Son réseau n'avait pas évolué depuis 50 ans » ! A la direction de la Poste on souligne cependant « qu'il n'y a pas fermeture de bureaux, mais transformation, et que le nombre de « points de contacts »demeure le même ».

 

816 euros : l'indemnité communale

La Poste ne prend pas toutefois de décisions unilatérales, mais seulement après concertation avec les élus, en particulier dans le cadre de la commission départementale de la présence postale territoriale. Elle s'efforce de maintenir une présence dans le cadre de relais poste installés chez un commerçant, ou à travers une agence postale communale mise en place en partenariat avec la municipalité. La Poste attribuealors une « indemnité » à la commune de 816 euros par mois. Dans le cas de relais poste installé dans un commerce, il est prévu une indemnité de base et un intéressement aux activités. « Ces formules de partenariat, assure-t-on à la direction de l'établissement, permettent de maintenir 95% des services d'unbureau de poste,y compris la possibilité de retraitsde dépannage en espèces ». Le relais poste est présenté « comme une solution adaptée au milieu rural ou péri-urbain,présentant à la fois un intérêt pour le commerçant et pour l'usager, avec unavantage important, celui d'un élargissement des horaires d'accessibilité ». Ilexiste déjà un millier de relais poste et 3000 agences postales communales en France.

Reste cependant une zone d'ombre : le financement du « service universel postal » dans le cadre de l'ouverture à la concurrence. La Poste, dont le statut est un EPIC (Etablissement Public à Caractère Industriel et Commercial ) qui s'autofinance se bat pour que les nouveaux et futurs opérateursassument leur part de la charge. Leprésident du groupe La Poste, Jean-Paul Bailly, déclarait dernièrement au journal « Le Monde » qu'il n'était pas question de financer le service universel par plus de productivité....

Gilbert Garrouty

Crédit photos - La Poste

 

Partager sur Facebook
Vu par vous
1733
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
restier | 09/01/2007

Témoignage d'une citadine (la capitale régionale) sur le service postal universel:
La semaine dernière je me trouve place St Projet, je me rends compte que je devais aller chercher quelque chose un peu loin, mais je n'ai pas le numéro de téléphone de la boutique .
J'entre à la poste où je n'avais pas mis les pieds depuis fort longtemps: pas de poste Internet consultable en bas, pas d'annuaire non plus, je monte à l'étage où se trouvaient dans ma jeunesse les cabines téléphoniques et les piles d'annuaires, rien bien évidemment (sinon,je crois, les Boîtes Postales).
Par contre en bas : deux ou trois guichets consacrés aux opérations classiques, plusieurs machines d'auto-affranchissement (je ne sais pas si c'est le terme exact ) et une superbe boutique avec plein d'enveloppes et colis pré-postés mais, surtout, des gadgets et colifichets de toutes sortes et de toutes les couleurs et même une vieille gibecière de facteur en toile de jute avec sa courroie et ses fermetures en cuir.
Je finis par demander à l'une des vendeuses de ce stand (car je ne vois pas très bien quel autre nom pourrait qualifier ce lieu) où je pourrais bien trouver un renseignement téléphonique :
-"Ici nous n'avons pas d'annuaire" me répond on.
J'insiste :
-"Il n'est pas possible de consulter les pages jaunes sur un poste Internet?"
-"Non plus... Il faudrait que vous vous adressiez peut-être à France Telecom"

Bien sûr il me reste mon portable pour obtenir ce type de renseignement (quel n° au fait?) mais j'ai pris un sacré coup de vieux et je me demande quand même comment réagissent les Bordelais encore plus âgés que moi!

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !