Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Le Héron et la place de l’homme dans l’économie

21/01/2016 | Jeudi soir au Marché des Douves, à Bordeaux, l’économiste et maître de conférences à Science Po, s’est exprimé sur « la valeur de l’humain dans l’économie de marché ».

Edwin Le Héron durant le débat « Quelle valeur pour l’humain dans l’économie de marché ? »

A l’occasion du débat « Quelle valeur pour l’humain dans l’économie de marché ? », organisé ce 21 janvier par l’association les Bruits de la Rue à Bordeaux, le maître de conférences à Science Po et membre des économistes atterrés, Edwin Le Héron, a pu éclairer le public en donnant le point de vue des économistes sur le sujet. Pour répondre à cette question, il a choisi de distinguer ce que signifie le terme « valeur » mais aussi de savoir si l’homme a une valeur en soi.

« D’où vient la valeur des richesses ? »Pour  déterminer le terme de « valeur », Edwin Le Héron dresse un historique de ce mot depuis l’époque des Grecs jusqu’au XIXe siècle. « La valeur a été définie comme quelque chose de subjectif pendant des années, pour être ensuite qualifiée d’objectif. Le terme n’a cessé d’évoluer au fil des années » confie l’économiste. En effet, le mot « valeur » avait une signification d’utilité jusqu’au XVIIIe siècle, où Marx a objectivé le terme par la valeur du travail. La valeur a également été le symbole de « bien commun par une vision collective au Moyen-Age, lié à la morale et la religion ». Selon l’économiste, Marx définissait l’homme comme étant une marchandise en définissant la valeur comme travail incorporé.

Le marginalisme a par la suite fait son apparition dans les années 1980 engeandrant « un retour à l’utilité du dernier bien où le prix allait équilibrer l’utilité marginale du producteur et du consommateur ». Ce retour à l’utilité du dernier bien a été, pour Edwin Le Héron, « une théorie subjective qui s’est étendue dans le monde entier mais aussi dans le monde moderne ». Le maître de conférences souligne toutefois que le premier rapport social a eu lieu grâce au système monétaire qui fut « au cœur du capitalisme ». « La monnaie a pu canaliser le désir, qui a permis à l’homme de se définir par ce désir commun ou différent » ajoute-t-il.

« Peut-on valoriser l’homme ? »L’économiste a insisté sur l’importance qu'i y a à définir la valeur de l’homme. Selon lui, la valeur de l’homme est liée à « une logique d’aménagement du territoire et ’une logique politique publique ». « Il n’existe aucune valeur économique liée à l’homme », insiste Edwin Le Héron. De son point de vue, « en France, l’unité de vie est la plus développée et renvoie à la valeur du travail ». Pour répondre à cette question qu’il s’est lui-même posé sur la valorisation de l’homme, le maître de conférences avoue qu’il s’agit d’un problème. Il n’est pas aisé de connaître la réelle valeur de l’homme. En manière de conclusion Edwin Le Héron a souligné « la nécessité d’une réflexion sur la richesse » et fait part de sa « gêne liée à la schizophrénie de cette science qui mesure tout ». « Si je dois faire un constat, pour moi, nous vivons dans un monde qui veut tout ramener à la marchandise. Il existe une confusion du fait que le prix bat les valeurs »

Laure-Hélène Bonenfant
Par Laure-Hélène Bonenfant

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
11878
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !