18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Le joli coup de "com" d'Anglet à l'occasion du naufrage du Luno

21/02/2014 | Les compliments ont afflué de la part de professionnels pour féliciter la ville d'Anglet pour sa gestion de la communication lors du naufrage du Luno le 5 février.

Une partie de l'équipe de communication de la Ville d'Anglet avec Christophe Harnie, le webmaster, Liane Béhobide, la directrice et Florence Jullien -Baron, chargé" de communication relations presse.

Le naufrage du cargo espagnol a révélé la fulgurance de l'information à travers Twitter, véritable agence de presse des réseaux sociaux. Pour faire face à ce véritable incendie, la Ville a créé un contre-feu alimenté... par le maire lui-même...

Les compliments ont afflué de la part de professionnels pour féliciter la ville d'Anglet pour sa gestion de la communication lors du naufrage du Luno qui s'est disloqué le 5  février contre un épi rocheux d'Anglet à la sortie du port de Bayonne avec 12 hommes à bord. Il est vrai que ce feuilleton de quatre jours a été vécu quasiment en direct avec les nouveaux médias, dont les télés d'information continue, BFM Télé et I Télé.
"Je pense avoir vécu  la fin du communiqué de presse, commente aujourd'hui Liane Béhobide, la directrice de la communication de la Ville d'Anglet depuis 1992 en présentant deux ramettes de papier, trois cents pages de tweets qui sont tombés en permanence. "Avant ce fait divers,  le compte Facebook de la ville comptait 1391 fans. En six jours, le seul compte tweeter est passé à 1558 abonnés  nous avons recensé les mots dièse, (#) appelés hachtags sur l'événement sur 6 jours à partir du 5 février. #anglet, lieu du naufrage, 6 278 tweets ; #luno: 5 102; #cargoéchoué: 3 253, #pompage: 743, etc... Pour ce qui me concerne, c'est un tweet de Radio France à 10h30 qui m'en a informé."
10h30, c'est quasiment le naufrage en direct. Mais la rapidité de l'information anticipée a une explication. Depuis la fin des années 80, les surfeurs professionnels américains et australiens ont été les premiers à utiliser internet pour communiquer avec leur famille, particulièrement lors des compétitions pros de Biarritz ou Hossegor. C'est inscrit dans les gênes des pratiquants et ils ont depuis un réflexe internet inné.
Ainsi Alain Bacalao Cassiède qui observe depuis l'Anglet Surf Club à la Chambre d'Amour au sud du littoral d'Anglet,  l'océan et la carte des vagues pour son site de Météo surf (www.angletsurfinfo.com) au petit matin avait repéré le Luno qui semblait avoir des problèmes. Un autre observateur, le photographe  Sébastien Marie installé à la Barre, à 4 kms au nord l'appelle pour lui dire vers 9 heures; "ce cargo est mal barré, il ne semble pas pouvoir entrer au port...." Et le naufrage a suivi sous l'oeil de plusieurs témoins... avertis par des tweets.

Répondre au tweet par le tweet"Entre temps la Ville, sous la direction du maire Jean Espilondo et son adjoint Guy Mondorge, déclenche les opérations de secours et développe son organigramme de gestion de crise en animant des cellules de communication, de gestion et technique d'ordre publique et un PC d'organisation opérationnel direct. Appelé aussi plan communal de sauvegarde, un protocole précis de mobilisation.
Parallèlement, le sous-préfet Dalennes, la direction du port, déploient leurs moyens spécifiques.... Mais voilà, BFMTV fait intervenir un premier témoin occulaire et donne le coup d'envoi du direct. Les médias traditionnels et la presse écrite lui emboitent le pas. Les premières rumeurs se répandent sur les circonstances de l'accident, le chargement du cargo et déjà les risques de pollution. Les vidéos sont en ligne, les photos tombent. Comment réagir à cette profusion d'informations fulgurante pour la plupart non vérifiées? 
La réplique vient de Pierre Duhaut-Laurent,  responsable de la communication du maire Jean Espilondo pour les élections municipales. Comme pour la plupart des candidats Facebook et Twitter sont devenus des liens avec les "digital électeurs".
"Répondons aux tweets par les tweets" propose-t-il. Le maire sait les vies en jeu et les risques de pollution et il ne souhaite pas qu'il se dise et s'écrive n'importe quoi sur le sujet d'autant que sur place, il relève l'inquiétude des gens qui affluent vers l'embouchure de l'Adour. Pierre Duhaut-Laurent lui suggère de rédiger les tweets lui même, ils auront plus de poids. Et c'est ainsi qu'apparait le premier: "on peut s'interroger sur la présence de ce cargo à l'entrée du port avec une mer si affreuse." Que la CCI qui gère le port aura quelque mal à digérer...
"Il en écrira 140, poursuit Liane Behobide, jusqu'au dernier, le samedi pour annoncer vers 16 heures, le départ du dernier camion chargé de fuel. "Le problème de la pollution est écarté" conclut-il.

C'est au début des opérations aussi qu'entre en lice, sur le terrain, Florence Jullien-Baron chargée de communication de la Ville auprès de la presse. Tandis que Liane coordonne la communication depuis le PC de la mairie, elle accompagne Jean Espilondo sur le terrain et organise les interviews qui s'enchaînent comme des perles. Le premier jour dès 15 heures France 3-Euskal Herri enregistre de la bouche du maire tout le récit du naufrage avant l'arrivée du ministre Cuvellier.

Pendant quatre jours la fièvre ne baissera pas  et tous les soirs, à 18h30, un communiqué officiel de la situation est rédigé par Liane Behobide et Florence Jullien-Baron

"Nous avons adapté nos outils à cette rapidité""Tous les quatre ou cinq ans, je participe à des rencontres des chargés de communications des villes et nous faisons le point sur les évolutions de la presse et je dois dire que nous l'avons vécue de manière un peu brutale." explique Liane Béhobide.
Quelles leçons retire-t-elle de ce joli coup de com? "D'abord, il faut le dire, nous avons échappé à deux drames qui auraient pu détériorer le climat dans lequel nous avons travaillé. Un drame humain car il y aurait pu avoir des victimes, et un drame environnemental. Anglet possède  4,5 kms de plages et du gasoil sur le sable aurait posé bien des soucis. J'en retire aussi une fragmentation de l'information. C'est la première crise majeure du genre depuis le Prestige en 2002. On a pris de plein fouet la rapidité de l'information. C'est l'info continue qui donne le tempo et qui précipite tout le monde dans la nécessité de communiquer. On a vu les medias et les réseaux sociaux démultiplier les sources. Tout le monde partage les infos et donne la priorité à l'image, on ne se pose pas sur le commentaire ou l'analyse. Cette propagation a un aspect viral par sa rapidité et il faut le dire grâce à la vivacité des réseaux. Et nous, collectivité, qu'allions nous faire? Eh bien nous avons répondu et avons adapté nos outils à cette rapidité. Mais nous avons quand même la responsabilité de l'information que l'on divulgue, nous devions délivrer une information fiable, et c'est ce que l'on a fait en jouant le jeu de la transparence. Mais en matière de communication, j'ai vraiment l'impression, après ce que nous avons vécu, que le Prestige date de la Préhistoire."
Florence Jullien-Baron renchérit: "L'époque du communiqué de presse a vécu pour informer en temps réel, en revanche cet épisode a montré quand même son importance, le soir, pour effectuer la synthèse de toutes les informations vérifiées."

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : F.D.

Partager sur Facebook
Vu par vous
1216
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !