Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/09/18 : Jean-Louis Comolli est le lauréat du Prix François Mauriac 2018 pour son ouvrage Une terrasse en Algérie (Éd. Verdier). Le prix lui sera remis le 5 octobre par Alain Rousset et Jean-Noël Jeanneney, président du jury.

25/09/18 : Charente-Maritime : la préfecture lève à compter du 26 septembre les mesures de restriction d'eau sur le bassin de la Seugne en Saintonge. Les autres bassins restent en alerte crise ou alerte été jusqu'à nouvel ordre.

25/09/18 : Nuit européenne des chercheur(e)s vendredi 28 septembre de 18h30 à minuit. A cette occasion, Cap Sciences proposent de partager avec plus de 50 chercheurs, 1001 histoires sur la magie de leur métier, au travers de récits, de jeux, de mises en scène…

25/09/18 : Renaud Lagrave, vice-président de la Région Nouvelle-Aquitaine en charge des infrastructures et des transports, animera le comité de ligne Ter 32 Bordeaux - Arcachon le lundi 1er octobre à 17h45 à la Maison des arts de Gujan-Mestras.

25/09/18 : Le 26 septembre, la Coordination Rurale 47 sera mobilisée devant l’abattoir de volailles de Bazas pour « défendre les éleveurs face aux mensonges des associations véganes qui organisent à nouveau, cette année, une veillée devant cet abattoir ».

25/09/18 : Avec l’appui de la DRAC, la CCI Bordeaux Gironde restaure les toitures du Palais de la Bourse. Un chantier d’une durée de 3 ans et d’un montant de 3,7 millions d’€. Début des travaux : septembre 2018. Surface à restaurer : 7 000 m2.

25/09/18 : Le Crédit Agricole d’Aquitaine organise un Café de la création le 4 octobre baptisé le Pitch de la création. « Vous avez un projet ? Pitchez-le et repartez avec votre financement » le 4 octobre de 9h à 11h30 au Campus des Bassins à Flot à Bordeaux.

24/09/18 : Le maire d'Anglet Claude Olive, vice président du Conseil départemental, va présenter sa candidature à la présidence départementale Les Républicains des Pyrénées Atlantiques occupée (?) jusque-là par Michèle Alliot-Marie.

24/09/18 : Pont de Ré : des travaux d'inspection étant programmés ce lundi, la circulation est interdite à tous les véhicules de transport de marchandises dont le Poids Total Autorisé en Charge (PTAC) est supérieur à 3,5 t à du 24 à 20h au 25 septembre à 6h.

20/09/18 : Charentes : la rivière Né passe en alerte de crise, niveau sécheresse. Un arrêté prévoit l'interdiction totale des prélèvements à usage d’irrigation agricole, y compris les cultures dérogatoires déclarées, à partir de ce matin 8h.

19/09/18 : Pont de l'île de Ré : Menée cette nuit, la visite d'inspection des services spécialisés du réseau scientifique et technique de l'Etat a confirmé le bien-fondé des mesures de restriction de circulation, qui restent appliquées jusqu'à nouvel ordre.

19/09/18 : Forum pour l’emploi organisé par l’ARCA, Association pour la Relation Client en Nouvelle-Aquitaine, jeudi 20 sept de 9h à 13h à la Maison des Associations de Mérignac. 10 recruteurs présents et 150 postes à pourvoir immédiatement.

Banque Alimentaire, Agrisud International: la solidarité et le partage, ici et là-bas!...

Rencontres, rencontres ! Ce métier, le mien, offre ce privilège rare des rencontres, de la découverte de notre commune humanité et parfois, souvent, pour peu qu'on le veuille, dans ce qu'elle a de meilleur. Ce vendredi 21 septembre nous a permis, successivement, ce bonheur et l'irrésistible envie de le partager. D'abord, ce fut de bon matin au sein de la Banque Alimentaire de Bordeaux et de Gironde pour s'informer, à l'initiative de l'association des Amis d'Aqui!, de l'extraordinaire travail accompli, à moins que ce ne soit avant tout une mission, par l'équipe réunie autour de Pierre Pouget. Découvrir, aussi, cette ruche où s'affairaient des dizaines de personnes, de tout âge – la doyenne des quelques 200 bénévoles de la Banque revendique joyeusement ses 86 ans – et de toute condition, parfois venues de très loin, du sud de la Méditerranée en attente de statut, occupés à trier les légumes et les fruits arrivant du Marché d'intérêt national de Brienne qui seraient redistribués par une noria de camions portant fièrement ce slogan : « Investissons dans la solidarité alimentaire ». Une ambiance où la convivialité, à l'heure de la pause café, fait merveille et où le moteur de chacun porte un nom : servir ! Second temps de ce samedi enchanteur : les retrouvailles, à l'Hôtel de Région, d'une autre équipe, celle d'Agrisud International, cette ONG magnifique née chez nous, ici en Gironde, du côté de l'Entre-deux-Mers à l'initiative d'un homme d'exception Jacques Baratier, comme Robert Lion son président l'a rappelé.


- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 26/09/18 | Intempéries, ZDS, prédation : l'agriculture 64 ne lâche rien

    Lire

    Les élus de la Chambre d'Agriculture des Pyrénées-Atlantiques, se sont réunis en session plénière mardi 25 septembre à Larrau. L'occasion de réaffirmer leurs positions sur 3 sujets principaux que sont les intempéries et les accompagnements à mettre en place, dont la reconnaissance de calamités agricoles; le nouveau zonage Zones Défavorisés Simples, et la demande d'un plan B pour les éleveurs des communes sortantes, et enfin la prédation, les élus souhaitant l'abandon du projet de réintroduction d'ours, et la mise en œuvre par la Préfecture des moyens nécessaires à l’éradication des hybrides chien/loup.

  • 26/09/18 | Béarn, les anti attendent les ourses dans la forêt

    Lire

    Alors que F. de Rugy évoquait des lâchers «en toute discrétion», selon la Fédération transpyrénéenne des éleveurs de montagne ceux-ci pourraient avoir lieu ce samedi 29 septembre en vallée d’Aspe. «Depuis la nuit dernière, les opposants aux réintroductions d’ours ont investi la forêt. En Béarn, rive gauche comme rive droite de l’Aspe, d’innombrables anonymes se sont transformés en guetteurs, souvent armés», poursuit le communiqué. Une clandestinité «réponse des montagnards à un Ministre contraint de dissimuler les réintroductions d’ours tant elles sont anti-démocratiques et anti-écologiques.» Ambiance.

  • 26/09/18 | Philippe Martinez en terre lot-et-garonnaise le 28 sept.

    Lire

    Le comité régional CGT Aquitaine organise une rencontre des Unions Locales les 27 et 28 septembre au Temple-sur-Lot (47). «Face aux attaques incessantes du gouvernement et du patronat, l’objectif de cette rencontre régionale est notamment de partager les expériences sur l’ensemble des territoires (…), en s’imprégnant des mutations profondes de nos territoires et de l’évolution du salariat». Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT, participera à la journée du 28.

  • 26/09/18 | Rochefort célèbre l'énergie solaire en octobre

    Lire

    Dans le cadre du Plan Climat Air Energie Territorial (PCAET) de la communauté d'agglomération Rochefort Océan (CARO), le Point Info Energie organise différents évènements autour de l'énergie solaire : une exposition sur les énergies renouvelables, place Colbert; une conférence sur le solaire et l’habitat, le 11 à 18h à la médiathèque ; des Visites de maisons équipées d’un système solaire ou bénéficiant d'une rénovation énergétique globale ; un film "Power to Change" à l'Appolo. Sur réservation.

  • 26/09/18 | Charente-Maritime : les Antilles de Jonzac, premier site labellisé Sécuri-Site

    Lire

    L'espace Aqua-ludique des Antilles à Jonzac va être le premier site touristique du département labellisé "Sécuri-Site", à partir du 27 septembre. Ce label est attribué par la préfecture sur plusieurs critères de protection et de sécurité interne et externe du site comme les mesures de prévention humaines (gardiennage, formation), organisationnelles (chaîne de sûreté, fiches réflexe) et techniques (protection de bâtiment, vidéo-protection), ainsi que les mesures prévues en situation de crise.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Le juge Lambert invité à débattre à l'Institut du Journalisme de Bordeaux

23/01/2015 | L'ancien juge de l'affaire Grégory a répondu aux questions des journalistes et des étudiants de l'IJBA au cours d'un débat sur les relations presse-justice.

Le juge Lambert était interrogé par des journalistes et un étudiant de l'IJBA

Anciennement surnommé "le petit juge" par la presse française, Jean-Michel Lambert, à l'occasion de la sortie de son dernier livre "De combien d'injustices suis-je coupable ?", a répondu à l'invitation de l'Institut de Journalisme Bordeaux Aquitaine pour être au centre d'un débat sur les relations conflictuelles entre les médias et la justice. L'ancien juge, reconverti en auteur de polar, s'était illustré dans les années 80 dans le cadre d'une affaire hors-norme dans les faits divers en France : le meurtre du petit Grégory Vuillemin. Il est revenu longuement sur cette affaire et ses conséquences

"La machine judiciaire est capable de vous briser", affirmait hier soir dans les locaux de l'IJBA (Institut du Journalisme Bordeaux Aquitaine) Jean-Michel Lambert, ancien juge d'instruction reconverti en auteur de romans policiers. Il était l'invité de l'institut dans le cadre d'un débat organisé par l'ODI (Observatoire de la déontologie de l'information) Bordeaux 5.0 qui avait pour thème "Les relations presse-justice et traitement des faits divers : quelle place pour la déontologie ?". Dans son dernier livre, "De combien d'injustices suis-je coupable" paru en 2014, il revient sur l'affaire qui aura le plus tragiquement marqué sa carrière, toujours irrésolue à ce jour : le tragique assassinat du petit Grégory Vuillemin âgé de 4 ans en 1984 à Lépange-sur-Vologne, dans les Vosges, et sur la "tempête médiatique" qui a suivi. "Ce livre est avant tout un témoignage des injustices dont les magistrats peuvent se rendre coupables", affirme le juge Lambert, "chaque magistrat devrait se poser la question, tout en sachant qu'il n'aura jamais la réponse". 

Pris dans un tourbillonInterrogé par Marie-Christine Lipani, chercheure en journalisme et directrice adjointe de l'IJBA, Jean-Michel Lambert déclare encore être interpellé par d'anciens prévenus : "J'ai découvert il n'y a pas si longtemps deux injustices dont j'étais l'auteur lorsque j'étais à Epinal. Au salon du livre, une femme et un homme sont venus me voir, l'un avait été déclaré coupable d'un vol dans une maison de la presse en 1986 et l'autre d'un cambriolage et condamné à 5 mois de prison. Ils sont venus me voir sans la moindre rancoeur, et j'ai été touché par ce poids qu'ils avaient du porter pendant tant d'années". 

L'un des rebondissements principaux de l'affaire Grégory est le meutre de Bernard Laroche, libéré un mois plus tôt, de la main de Jean-Marie Vuillemin, en mars 1985. Le juge Lambert estime "avoir été l'un des artisans de cette abjection. Je considère le fait d'avoir libéré Bernard Laroche comme un accident de parcours. J'ai été pris dans un tourbillon médiatico-judiciaire, j'étais au coeur de l'action et je n'avais pas le temps d'interroger ma conscience", avoue-t-il. Une tempête dont il s'éloigne d'ailleurs peu de temps après, en 1986, et fait son retour à la barre en 1987, avec un sentiment de culpabilité toujours fort : "la culpabilité est née d'une révolte, celle de voir que dans beaucoup de médias, on continuait de considérer Laroche comme coupable. Depuis, j'ai fait mon examen de conscience, je sais quelles erreurs j'ai commises ou non". 

Une surmédiatisation des faits divers ?En complément de son témoignage, Jean-Michel Lambert était aussi invité à répondre aux questions de plusieurs journalistes (AFP, l'Est Républicain et Sud Ouest) et des étudiants de l'IJBA sur les relations entre la presse et la justice, et la médiatisation croissante des faits divers en France. Lorsque Vincent Cerrano, étudiant, lui demande quel regard il porte sur le traitement médiatique des faits divers, il répond sans détour : "Je n'ai même pas suivi l'affaire d'Outreau... Je trouve que les faits divers prennent une place de plus en plus importante dans les médias. Sur les infos régionales de France 3, par exemple, lorsqu'un fait divers survient, on interroge les voisins, les amis... je trouve ça déplorable, c'est un nivellement par le bas de l'information que je trouve choquant, il y a un certain voyeurisme dont je ne suis pas un grand amateur". 

Patrick Eveno, historien des médias à la Sorbonne et président de l'ODI (Observatoire de la Déontologie de l'Information), s'oppose à cette vision, affirmant que "le fait divers intéresse le public, la presse de masse s'est d'ailleurs constituée grâce à lui. S'il y en a plus maintenant, c'est parce que les chaines de télévision s'en sont emparé. Les faits divers sont très structurants dans la société tout comme les contes de Perrault où les attraits d'Antigone, c'est un acte journalistique majeur et il doit le rester". 

Sur la question dont la justice voit la presse, là aussi, Jean-Michel Lambert a un avis très tranché. Il a d'ailleurs manifesté plusieurs fois son regret de ne pas voir dans les rangs des spectateurs du débat d'éventuels étudiants ou diplômés de l'Ecole Nationale de la Magistrature, affirmant que "cela aurait pu élever le débat de confronter les deux avis". "Il y a un rejet des médias par les magistrats. La seule relation établie passe par des communiqués de presse, mais les journalistes qui veulent faire un travail d'investigation ne peuvent pas se contenter de cela. Il faut savoir que pour le public, une personne qui est mise en examen est déjà considérée comme coupable, ce qui représente un travail de nuanciers essentiel pour les journalistes". Le juge Lambert a également insisté sur le côté humain plus que sur le formel et le structurel, déclarant qu'à ce niveau, il y avait "une vraie frontière. C'est très facile pour un journaliste de faire du mal. Les médias auraient pu me détruire. Si je me suis reconstruit, c'est parce que j'ai eu beaucoup de chance". 

L'IJBA, qui organise régulièrement des débats avec des figures médiatiques, compte bien poursuivre sur sa lancée. Le 28 janvier prochain, l'Institut organise, toujours dans ses locaux de la place Jacques Ellul, à Bordeaux, un débat à 18 heures sur les "caricatures, blasphèmes et libertés d'expression" en présence notamment de René Otayek, directeur de recherche au CNRS et politologue à Sciences Po Bordeaux. Un débat qui s'annonce riche et qui ne devrait pas manquer de rebondir sur l'attentat tragique du 7 janvier dernier... 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
2236
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 28 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !