23/09/22 : La compagnie aérienne des capitales régionales européennes Volotéa enregistre une progression de 24% du nombre de ses vols par rapport à l'an dernier. A Bordeaux, 195 000 passagers ont été transportés entre juin et août soit une hausse de 27%.

19/09/22 : Dans le cadre d'Octobre rose, la Chambre de métiers et de l’artisanat de Nouvelle-Aquitaine et les Chambres départementales se mobilisent au côté de la Ligue contre le cancer. 250 agents sont inscrits à différentes courses organisées dans la région.

16/09/22 : L’incendie dans le secteur de Saumos est fixé depuis jeudi après-midi. La surface brûlée est réévaluée à 3400 hectares. Les personnes n'habitant pas sur les zones brûlées, 1700 sur plus de 1800 évacuées, ont pu regagner leur domicile.

15/09/22 : L'incendie de Saumos n'a pas progressé dans la nuit de mercredi à jeudi stagnant à plus 3700 ha. En raison d'une très faible visibilité due aux fumées et au brouillard, la préfecture appelle les automobilistes du secteur à la prudence.

14/09/22 : A Saumos, le feu a légèrement progressé cette nuit et dans la matinée, portant la surface totale brûlée à plus de 3600 ha. Jusqu’à 1000 pompiers sont mobilisés au plus fort de la journée ainsi que 6 Canadairs, 3 Dash et 2 hélicos bombardiers d’eau

14/09/22 : L'incendie dans le secteur de Saumos, a continué de progresser dans la journée détruisant plus de 3200 ha. 900 pompiers sont engagés dans ce combat contre le brasier qui a nécessité l'évacuation de 840 personnes et la fermeture de plusieurs routes.+ d'info

13/09/22 : Sur le secteur de Saumos (33), l'incendie démarré hier après-midi a parcouru 1 300 ha cette nuit. Les 340 pompiers déjà engagés vont être rejoints par des renforts d’autres départements. 2 Canadairs, 1 Dash et 3 hélicos bombardiers d’eau interviennent

06/09/22 : L'alerte "baïnes" est confirmé ces 6 et 7 septembre sur le littoral néo-aquitain. En Charente-Maritime, 5 communes sont particulièrement ciblées : Le-Grand-Village-Plage, Saint-Georges-d’Oléron, Saint-Trojan-les-Bains, La Tremblade et Les Mathes.

01/09/22 : Eric Spitz, préfet des Pyrénées-Atlantiques est nommé ce 1er septembre haut-commissaire de la République en Polynésie française. Il est arrivé à Pau en janvier 2019, notamment pour préparer le G7 qui s'est réuni en août 2019 à Biarritz.

31/08/22 : La première rentrée scolaire de l’Institut de formation d’auxiliaires de puériculture (IFAP) a lieu ce mercredi 31 août à l'hôpital Garderose à Libourne. 23 places supplémentaires sont ainsi créées par la région pour accéder à cette formation.

26/08/22 : Le niveau de ressource en eau reste faible en Pyrénées-Atlantiques. 95 communes de l'agglomération Pays basque passent en situation de crise. L'arrosage des terrains de sport et golfs est limité à deux fois par semaine, et interdit par ailleurs.

25/08/22 : En cette année jacquaire 2022, le Département des Pyrénées-Atlantiques et plusieurs associations locales proposent un cycle de huit ciné-débats. Entrée libre et gratuite. Ouverture avec le film « Rosy » au cinéma Le Méliès à Pau, lundi 29 août à 20h30.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/09/22 | L'usine Magna de Blanquefort vendue à un groupe industriel allemand

    Lire

    La section syndicale CGT de l'usine Magna Powertrain (ex Ford) de Blanquefort (Gironde) annonce que la direction a indiqué ce vendredi 23 septembre en réunion extraordinaire du CSE, la vente de l'usine à Mutares, un groupe industriel allemand spécialisé dans le rachat d'entreprises en difficulté. "Ce rachat prend effet au 1er janvier prochain et laisse peu de temps pour agir pour notre avenir" déplore le syndicat qui n'a pas d'autre information. Un nouveau CSE extraordinaire est prévu le 29 septembre.

  • 23/09/22 | Un salon du bien être ce week-end à Périgueux

    Lire

    La 9e édition du salon du bien être, est organisée à la Filature de l'Isle de Périgueux, samedi 24 et dimanche 25 septembre de 10 h à 19 h. Quatre-vingt professionnels pratiquant le yoga, le coaching, la relaxation, la réflexologie sont attendus. Cet événement est dédié aux thérapies brèves et médecines naturelles. Dix-huit conférences et une quarantaine de séances seront proposées pour tester les différentes techniques. Entrée : 4 euros, gratuit pour les moins de 18 ans et les personnes à mobilité réduite.

  • 23/09/22 | Une aide régionale pour la Flow vélo

    Lire

    La Région accompagne les territoires dans la réalisation des aménagements cyclables longues distances favorisant la pratique d'itinérance. Au sein du schéma régional des véloroutes, V92 - Flowvélo est un itinéraire reliant sur 290 km l'Ile d'Aix (17) à Thiviers (24). Sur la section Javerlhac - Nontron (24), le tracé proposé prévoit de réutiliser l'emprise de l'ancienne voie ferrée. Ainsi, sur les 11 km de cette section, 9 km pourront être aménagés en voie verte et permettront de se connecter à la Charente. Ce projet est financé par la Région à hauteur de 247 356,75 euros.

  • 23/09/22 | La CdC La Rochefoucauld Porte du Périgord se végétalise

    Lire

    Afin de préserver et restaurer la biodiversité du territoire, la Communauté de communes La Rochefoucauld Porte du Périgord et ses 27 communes membres vont implanter dans les communes des semences fleuries de la marque « végétal d’origine locale ». Des actions de végétalisation vont aussi être entreprises sur les emprises publiques avec la plantation de haies bocagères ou fruitiers. Des plantations vont être réalisées enfin dans les trouées existantes le long de la Coulée d’Oc, afin d'assurer la continuité écologique de cette voie verte de 21 km.

  • 22/09/22 | Smurfit Kappa va mener des travaux pour son efficacité énergétique

    Lire

    Le groupe Smurfit Kappa, leader mondial dans la fabrication de papier pour emballage, va mener des travaux portant sur la consommation d'énergie fossile de son site de Biganos. En effet, malgré un approvisionnement énergétique d'origine biomasse en très grande majorité (l’entreprise utilise comme matière première les sous-produits de la forêt d'Aquitaine), une consommation importante en gaz naturel demeure dans le four à chaux du site.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Le logement solidaire face à la crise : entre désarroi et espérance

04/02/2021 | La 3ème édition des Solutions Solidaires, portées par le Département de la Gironde, s'est tenue ces 2 et 3 février en format digital. Focus sur les solutions du logements solidaires.

1

« Des valises et des ballons », voilà ce qu'aura laissés derrière elle, en un an, la crise sanitaire devenue économique et sociale. Face à l'ampleur des dégâts, les valises sont parfois bien lourdes, notamment, pour les acteurs du logement solidaire, quels qu'ils soient : associatifs, comme Anne-Cécile Dockès, directrice de l'Association de coopération pour le logement étudiant de France (ACLEF), politiques comme Martine Jardiné, vice-présidente du Conseil départemental de la Gironde en charge du logement, administratifs ou techniques, comme Marie-Christine Darmian directrice de l'habitat au sein du même département, ou encore Emmanuelle Causse, ancienne ministre du logement, et présidente de l'Union sociale de l'habitat (USH). Autant d'intervenantes qui ont échangé à l'occasion des Solutions solidaires organisés ces 2 et 3 février par le Département de la Gironde. Car s'il y a des valises, il y a aussi de l'espoir.

Parmi les valises, « la notion de ''misère'' réapparue en lien avec l'exclusion sociale, culturelle sociétale... Bref, l'exclusion humaine que la crise a provoqué », cite immédiatement Marie-Christine Darmian, appuyée dans son constat par Emmanuelle Causse. « Cette misère on ne peut pas faire comme si on ne l'avait pas vue. Et en plus elle dure, avec une insécurité alimentaire qui s'ajoute à ce qu'on pouvait connaître avant », dénonce-t-elle avec tristesse.
Autre valise portée au plus fort de la crise sanitaire pour la présidente de l'Union social de l'habitat : « les conditions de travail des acteurs du logement et de nos salariés qui ont du parfois ouvrir des centres d'hébergement sans équipements de protection. Ou encore la nécessité d'avoir du se battre avec acharnement pour pouvoir maintenir ouvertes nos agences de proximité. Elles sont bien souvent le premier lieu de contact social pour nos bailleurs mais aussi utile pour le repérage de locataires nécessitant la mobilisation d'aides, alimentaires ou sociales... »

"Nous nous sommes sentis beaucoup trop petits"
Pour Anne-Cécile Dockès, c'est un certain sentiment d'impuissance, dont elle fait état. L'association qu'elle dirige, vise, face à l'envolée des prix immobiliers à Paris et désormais Bordeaux, à organiser des projets de colocations étudiantes dans des appartements du parc social. « Nous louons aux bailleurs sociaux de grands appartements que nous meublons et équipons puis que nous sous-louons en colocation à des étudiants, avec pour chacun des baux individuels », détaille-t-elle. « Habituellement nous nous voyons comme un petit complément du CROUS à destination des étudiants trop ''riches'' pour bénéficier de ces logements CROUS mais trop pauvres pour pouvoir se loger dans le parc privatif... Là, avec l'arrêt des jobs étudiants notamment, nous avons eu un afflux énorme de jeunes qui habituellement arrivent à se loger dans le parc privé... Notre valise, c'est que nous nous sommes sentis beaucoup trop petits face à cette vague. »

Une impuissance ressentie finalement à tous les niveaux, y compris jusqu'à la vice-présidence du Conseil départemental. « Ma devise, rendre possible l'impossible, en a pris un sacré coup », reconnaît Martine Jardiné. Et là aussi le sentiment d'être submergée : « On a été confronté à la misère et à l'absence de possibilité de réponse car il y a eu des demandes exponentielles liées à la question des violences intra-familiales et de conflits de voisinages notamment », reconnaît-elle visiblement encore un peu sonnée par une forme de désillusion. « J'ai eu l'impression que tout ce qu'on avait mis en place et tout ce qu'on avait amélioré, tout s'écroulait », avoue-t-elle. Au total « un sentiment d'impuissance avec une problématique lourde de la question des espaces, des conditions de vie, d'insalubrité parfois, de voisinage, de petites pièces, d'absence d'accès à l'extérieur... Des choses que l'on ne voit pas forcément ou en tout cas que l'on supporte ou avec lesquelles on ''fait avec''... tant que l'on sort librement de chez soi. Mais qui deviennent invivables dès lors que vous y êtes enfermés du matin au soir ».

" Il faut un sursaut des élus pour plus de logements sociaux ! "
Un constat assez terrible qu'Emmanuelle Causse décide de voir comme un « point positif », un « ballon » de cette crise. « La promiscuité est invivable. Le sujet de l'espace disponible pour chacun doit amener demain à rouvrir des débats », espère-telle. De même que celui de l'accès à l'extérieur, à des terrasses » ajoute Martine Jardiné dans la même idée. En d'autres termes, revenir à un confort de vie, finalement basique et évident mais un peu trop délaissé au profit d'autres priorités. Autre « ballon » pour demain dans la vision d'Emmanuelle Causse : « il faudra se battre pour des loyers abordables, c'est une nécessité sociale, pas seulement politique. Demain il faut un sursaut des élus des territoires (communes et EPCI, ndlr) pour produire plus de logements sociaux, qu'ils mettent à disposition des m2 pour les bailleurs ». Une affirmation d'autant plus forte qu'elle rappelle que les chiffres de 2020 sont particulièrement mauvais en termes de nombre de projets de logements sociaux accordés par les collectivités.
Autre enjeu, plus large qu'elle souligne, la question du lieu de vie au-delà même du logement mais aussi des EPADH, des Résidences autonomie... « Un sujet qui vaut aussi pour les jeunes, quels modes d'habitats on imagine, et comment on intègre le vivre ensemble... »

De nouvelles formes d'habitats à inventer
Le vivre ensemble sans la promiscuité, c'est justement le ballon d'Anne-Cécile Dockès : « notre vision de la collocation, avec chacun son espace, a été fondamental durant la crise. Dans nos appartements il n'y avait pas d'étudiant seul toute la journée face à un écran ou seul le soir... ». Une remarque important au regard des dégâts psychologiques des différentes formes de confinements causées sur la population et notamment chez les jeunes.
Le vivre ensemble sans la promiscuité c'est aussi sans doute de nouvelles formes d'habitats à inventer, à l'image du projet « maison tortue » porté par Alexandre Brun, candidat au budget participatif de la Gironde. Un projet « en balbutiement », né il y a quelques mois à peine et dont la vocation est « de pouvoir avoir accès à la propriété en dissociant le bâti du foncier avec deux types de logements principaux : l'habitat léger (les tiny houses), facile et rapide à mettre en place et des habitats modulables réalisés à partir de conteneurs maritimes ». Le tout organisé sur des terrains adaptés pour créer des éco-villages, des villages étudiants ou intergénérationnels... Anne-Cécile Dockès et Alexandre Brun ont pris contact, le monde d'après est en marche.


A lire aussi sur l'évènement "Solutions solidaires": Solidarités : « la participation citoyenne est essentielle » - Jean-Luc Gleyze

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Pxhere.com

Partager sur Facebook
Vu par vous
12563
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !
Jean-Luc Thévenot, délégué départemental du Refuge a hâte d’ouvrir un leiu d’hébergement. Société | 23/09/2022

Les jeunes LGBT+ pourront trouver refuge dans un appartement à Limoges

Les partenaires du dépistage du cancer du sein organisé en Dordogne Société | 16/09/2022

Le dépistage du cancer du sein, c'est toute l'année

Ter Nouvelle Aquitaine en gare de Bordeaux Société | 14/09/2022

Les tops et les flops estivaux des TER de Nouvelle-Aquitaine

L'équipe du CHU était présente ce lundi pour l'habituelle conférence de presse de rentrée. Société | 13/09/2022

Recrutement, canicule, projets : le CHU de Bordeaux tire un bilan positif de l’été

Déménagement Société | 13/09/2022

Dans les territoires ruraux Sud-Aquitains, on aime déménager !

Emmanuel Macron a fait la promesse devant Rémi, la loi sera débattue en 2023 Société | 13/09/2022

Olivier Falorni : « la loi sur la fin de vie, notre ultime liberté, c’est maintenant »

La 1ère promo de 17 étudiants est ravie des conditions d’accueil Société | 12/09/2022

Santé : Saint-Yrieix-la-Perche accueille sa première promo d'élèves infirmiers

Université de Pau Pays de l'Adour Société | 09/09/2022

Bien-être étudiant : l'Université de Pau Pays de l'Adour tire les leçons de la crise sanitaire

Les élèves sont allés à la rencontre d’exploitants agricoles Société | 08/09/2022

A Limoges, les élèves vétérinaires sensibilisés aux besoins des campagnes

L'équipe d'Into The Ride Société | 07/09/2022

Into The Ride : 3 jeunes landais à vélo pour un tour d'Europe écolo

La façade du nouveau bâtiment est équipé d'un brise soleil pour permettre de conserver une température fraîche, même en période de canicule Société | 06/09/2022

Un internat au collège de l’île de Ré pour enrayer la baisse des effectifs

Inauguration du collège Bordeaux-Lac Société | 06/09/2022

Gironde : Six nouveaux collèges pour répondre à la hausse des effectifs

Anne Bisagni-Faure, Rectrice de l'académie de Bordeaux et Xavier Le Gall, Scrétaire général de l'Académie de Bordeaux Société | 01/09/2022

Rentrée 2022 : Pas de pénurie de profs pour l'Académie de Bordeaux

Le secrétaire général, Philippe Vulliet et Nathalie Malabre, directrice de la DESEN de la Dordogne Société | 01/09/2022

Dans les écoles de Dordogne, de nouveaux personnels auprès des élèves en situation de handicap

 Limoges se positionne parmi les fers de lance du sport santé en Nouvelle-Aquitaine Société | 29/08/2022

A Limoges « 1800 personnes ont pratiqué une activité grâce au sport sur ordonnance »