Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

03/07/20 : Édouard Philippe a remis la démission de son gouvernement ce vendredi 3 juillet. Démission acceptée par l'Elysée.

30/06/20 : La Rochelle : Les inscriptions à L'université sont ouvertes du jeudi 2 au vendredi 17 juillet jusqu’à midi pour les néobacheliers et les étudiants admis en Master 1ère année. Dernière chance entre le 25 août et le 11 septembre jusqu’à 23h.

29/06/20 : La préfecture des Pyrénées-Atlantiques livre ce lundi le taux de participation définitif aux élections municipales et communautaires du 28 juin 2020. Dans le département, il est de 49,48 % contre 66,85 % en 2014.

29/06/20 : Beynac : C'est ce lundi, que le conseil d'état rendra une décision capitale dans l'épineux dossier de la déviation de Beynac en Dordogne. Le conseil d'état pourrait ordonner l'arrêt du projet porté par le Département et la remise en état du site.

29/06/20 : A Saintes (17), l'ancien adjoint au maire Bruno Drapon est devenu maire à la place du maire sortant Jean-Philippe Machon, avec 31,76% des voix. Bruno Drapon s'impose avec environ 230 voix d’avance face à Pierre Dietz.

29/06/20 : A Royan (17), le maire sortant (LR) Patrick Marengo conserve son fauteuil de maire avec 52,21% des voix face au marcheur Thomas Lafarie avec 21,63 %.Le taux de participation, 35,74 %, est sensiblement le même que celui du premier tour (35,25%).

29/06/20 : A Rochefort (17), le maire sortant Hervé Blanché a retrouvé son fauteuil avec 3494 voix (58,86%) contre 2442 pour Rémi Letrou (41,14%). Le taux de participation est de 35,08%.

29/06/20 : Le maire de Bayonne Jean-René Etchegaray (Bayonne toujours un temps d'avance) proche de la majorité présidentielle, a été réélu avec 51,23% face à la liste de gauche commune Bayonne-Ville ouverte et Demain Bayonne Bihar Baiona, avec 46,19%

28/06/20 : À Pessac, le maire sortant Franck Raynal est réélu de justesse avec 50,57% face au candidat tose et vert Sébastien Saint-Pasteur et son alliance avec Laure Curvale (49,63%).

28/06/20 : À Saint-Médard-en-Jalles, le maire sortant Jacques Mangon (47,54%) est battu face à Stéphane Delpeyrat (52,46%).

28/06/20 : À Mérignac, le maire sortant et ancien sénateur socialiste Alain Anziani est réélu avec 64,92% des voix face à Thierry Millet (25,53%) et Bruno Sorin (9,54%).

28/06/20 : A Périgueux, Antoine Audi, le maire sortant Les Républicains est largement battu (30,46 %) par la candidate socialiste Delphine Labails qui recueille 40,56 % des voix. Patrick Palem arrive en troisième position avec 28,98 % des voix.

Tourisme du Département du Lot-et-Garonne
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 03/07/20 | Nouvelle-Aquitaine : des chèques vacances pour les plus modestes

    Lire

    Trois millions d'euros, c'est la somme annoncée par la région Nouvelle-Aquitaine pour contribuer aux chèques vacances "solidarité tourisme" (sur sept millions au total) qui seront distribués à 30 000 foyers, soit environ 100 000 personnes. Le plafond par ménage oscillera entre 100 et 400 euros, pour des bons d'une valeur de 50 à 100 euros à destination prioritaire des ménages modestes (en fonction du quotient familial). Cinq nouveaux départements rejoignent le dispositif : les Landes, le Lot-et-Garonne, la Creuse, la Dordogne et la Haute-Vienne.

  • 03/07/20 | Poitiers parmi les grandes villes où il fait bon étudier

    Lire

    Poitiers de nouveau récompensée pour sa qualité de vie lorsqu'on est étudiant. D'après le site Internet étudiant.figaro.fr, elle se classe 2e grande ville étudiante derrière Angers. Pour établir ce classement, le site s'est basé sur des critères tels que la démographie, l'offre de formation, la vie étudiante, le logement, le cadre de vie... Poitiers recense 27 000 étudiants, dont 4 000 étrangers. En janvier, L'Étudiant la consacrait à la 1replace "des grandes villes où il fait bon étudier."

  • 03/07/20 | Limoges : un questionnaire pour repenser l'aquarium

    Lire

    La Ville de Limoges et l'Association Aquarium du Limousin souhaitent recueillir les attentes du public quant à l'évolution prochaine de l'aquarium de Limoges. C'est avec un questionnaire en ligne à retrouver sur le site de la Ville. Il est à remplir du 1er juillet au 10 septembre prochain et les questions interrogeront notamment la nécessité d'agrandissement de l'aquarium.

  • 02/07/20 | À Pessac, le cinéma latino-américain fait sa clôture

    Lire

    La 37ème édition des Rencontres du cinéma latino-américain, a bien eu lieu virtuellement du 6 mai au 17 juin. De retour en physique suite à la réouverture des cinémas le 22 juin, l'évènement organise sa clôture au travers de deux soirées de projection. La première se tiendra le vendredi 3 juillet à 20h et permettra au public de voir, pour la première fois hors de son pays d'origine, le film brésilien Pureza qui évoque l'esclavage contemporain en Amazonie. La seconde soirée présentera un film argentin, "La Vuelta de San Peron", et aura lieu le 10 juillet.

  • 02/07/20 | Baignades estivales : les autorités lancent une campagne de prévention

    Lire

    Les baïnes et vagues de bord, souvent ignorées du grand public, représentent un réel danger et sont la cause de nombreux accidents sur le littoral. A titre d'exemple, lors de la saison estivale 2019, 51 noyades dont 15 mortelles ont été recensées en Gironde sur les plages du littoral, les lacs et rivières ainsi que les piscines, soit 4 de plus qu’en 2018. Une campagne de sensibilisation https://preventionete.sports.gouv.fr/Baignade a été lancé pour rappeler les conseils de prudence tels que surveiller les enfants en permanence, choisir les zones de baignades surveillées, tenir compte de sa forme physique, rentrer dans l'eau progressivement

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Le muguet du 1er mai : une tradition mise au défi en Nouvelle-Aquitaine

29/04/2020 | Qu'advient-il aujourd'hui du traditionnel brin de muguet vendu chaque année le jour du premier mai ?

Do Vale Ermelinda

Il est apprécié pour son parfum printanier et ses belles clochettes blanches. Le muguet, fleur symbolique du 1er mai, se vend chaque année pour célébrer la fête du travail. Cette fleur porte-bonheur représente beaucoup pour les artisans fleuristes et les producteurs horticulteurs. En raison de la crise liée au Covid-19, et des mesures de confinement, la tradition est mise à mal et les conditions de ventes sont bouleversées.

Les clients ne peuvent pas les contempler. Pourtant, ils sont bien là, mis en valeur sur l'étalage. Linda Do Vale a installé, comme à son habitude, les brins de muguet parmi les autres fleurs dans son charmant magasin « Acacia Fleurs et Cannelle » situé à Mérignac. La fleuriste passionnée prépare les fameux bouquets de muguet, tant convoités les jours de 1er mai. Sa boutique est pourtant fermée. Les commerces de fleurs ont en effet dû fermer le 15 mars suite à la mesure imposée par le gouvernement face à l'épidémie de coronavirus. Linda Do Vale n’a donc pas l’autorisation d’ouvrir sa boutique, et aucune exception n’est permise pour le 1ermai. Pourtant, la Fédération Française des Artisans Fleuristes a adressé une lettre le 15 avril au ministre de l’Intérieur pour demander une autorisation exceptionnelle afin de vendre ce muguet à emporter. Cette autorisation n’a pas été accordée. « Les bureaux de tabac et autres commerces ont la possibilité d’en vendre, remarque la fleuriste de Mérignac. C’est une incohérence totale de ne pas pouvoir ouvrir. Heureusement, j’ai de très bonnes relations avec un buraliste près de ma boutique. Je vais pouvoir en vendre dans son commerce, grâce à sa solidarité ». Cet événement est très important pour les fleuristes. Pour Linda Do Vale, c’est la troisième vente la plus conséquente pour son chiffre d’affaires après la Saint-Valentin et la fête des mères.

Face à la fermeté du Gouvernement, la vente et la distribution du muguet doivent être réinventées. De nombreux fleuristes ont donc développé la livraison à domicile et le drive. C’est le cas de Linda Do Vale qui propose des livraisons à domicile de muguet du 29 avril au 1er mai ou des retraits de commandes devant la boutique. À ce jour, elle a pu prendre une trentaine de commandes pour la fin de la semaine. Mais pendant cette période, l’incertitude permanente pousse les commerçants à redoubler de vigilance et à ne pas prendre de risques économiques. « J’ai reçu pas mal de commandes de la part de clients, confie Linda, mais je n’ai pas pu prendre le risque de commander autant de muguet que les autres années chez mon producteur. J’en ai donc pris moitié moins que d’habitude. » La période est particulière et cela se ressent même au niveau de la production de la jolie fleur blanche…

« Une situation de mévente qui attriste »

La fleur cette année est arrivée précocement, et, par conséquent a été cueillie assez tôt en Nouvelle-Aquitaine. Malgré cette arrivée surprise, le muguet est sain et de bonne qualité. Linda Do Vale a été acheter son muguet mercredi matin chez son producteur avec qui elle travaille main dans la main depuis ses débuts. C’est chez Horticole Mourisset, à Martillac en Gironde, que la fleuriste a l’habitude de s’approvisionner en muguet. Cette entreprise familiale est le deuxième pôle le plus important de France uniquement spécialisé dans la production muguet depuis trois générations. Mélanie Mourisset s’occupe de l’exploitation familiale depuis des années et reconnaît que le 1er mai 2020 aura forcément une autre saveur. Le flou organisationnel lié à la crise sanitaire n’y est pas pour rien :  « Nous avons cueilli 20 % de notre récolte parce qu’à dix jours du 1er mai nous n’avions qu’un centième des commandes et que nous ne pouvions pas engager des frais de cueillette sans avoir des commandes en face. Les grossistes ont annulé leurs commandes et 90% des fleuristes n’ont pas ommandé. »

Ce week-end pourtant, la folie du muguet a repris, comme par magie… Cette effervescence est arrivée malheureusement un peu tard. « Il aurait fallu avoir quatre fois plus de muguet que ce que nous avons dans notre chambre froide actuellement, explique l’horticultrice. Nous en avions assez mais il est en train de pourrir sur le pied car nous ne l’avons pas cueilli… » Dans ce gigantesque hangar où reposent les muguets, les mesures de distanciation sont facilement respectées. La nouveauté pour ses horticulteurs réside dans le fait de devoir vendre cette fleur délicate et fragile à des clients inhabituels. « C’est alors que nous nous sommes convertis en professeur de muguet pour les boulangers, les buralistes ou les primeurs qui souhaitent vendre du muguet cette semaine », plaisante Mélanie Mourisset.

Tout cela laisse un goût amer aux professionnels de la fleur. La situation délicate actuelle liée au virus pèse lourd sur l’économie du muguet. Mais au-delà du malus financier, c’est toute une symbolique qui est touchée. « Cette situation de mévente nous attriste, confie l’horticultrice. Le symbole est un peu gâché car c’est quand même la fleur du bonheur et ce n’est pas dans l’air du temps d’empêcher sa vente. Nous aurions aimé une petite dérogation pour une journée pour mettre un peu de gaieté dans cette période difficile… »

Pour retrouver les points de vente de muguet près de chez vous, rendez vous sur la plateforme muguet-nouvelle-aquitaine.fr

Lucile Bonnin et Julien Privat
Par Lucile Bonnin et Julien Privat

Crédit Photo : Do Vale Ermelinda

Partager sur Facebook
Vu par vous
2642
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 5 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !