18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Le non-recours au RSA, un choix ?

21/06/2013 | Le RSA est l'allocation qui a le plus fort taux de non recours. En vue de ses prochaines Assises de l’insertion, les 8 et 9 juillet, le Conseil général creuse la question

Nadia Okbani, Clara Deville, Phillipe Villetorte, Directeur des politiques de luttes contre l'exclusion, CG 33, et Martine Jardiné, Vice Présidente du CG33en charge de l'insertion, du logement et du développement social

En Gironde, depuis deux mois consécutifs, le budget RSA du Conseil général de la Gironde, c’est 15M€, un chiffre impressionnant. Pourtant, il est troublant de remarquer qu’en vérité 50% des personnes éligibles au RSA ne le demandent pas. Un chiffre qui, selon la CAF, monte à 68% s’agissant du RSA activité destiné aux «travailleurs pauvres». Ce 20 juin, afin de mieux comprendre le phénomène, le Conseil général de Gironde a invité Nadia Okbani, doctorante au Centre Emile Durkheim, et Clara Delville, étudiante en Master de sociologie à partager le résultat de leurs recherches sur ce sujet.

«Que nous dit le non recours au RSA?», tel était le sujet de la carte blanche laissé aux deux jeunes femmes ce jeudi soir. Se poser la question du non recours au RSA, c’est en réalité se poser la question de l’efficacité d’une politique publique. Hors avec 68% de taux de non recours au RSA activité, il est assez évident que l’efficacité de cette politique de la lutte contre la pauvreté est ici plus que relative. Mais au-delà de ce constat, les deux jeunes femmes se sont penchées sur les différents types de non recours, autrement dit sur les raisons de ce non recours. Le résultat de leur recherche, ici plus précisément celles de Nadia Okbani, c’est qu’il existe quatre grandes causes de non recours.
La première la plus évidente peut être, c’est la non connaissance du dispositif, et «plus particulièrement de son volet RSA activité, ou encore de sa prise en compte de la situation familiale» explique-t-elle. Une méconnaissance souvent liée à un manque de communication sur ces aspects du dispositif. Deuxième type de non-recours: la non identification des bénéficiaires potentiels. Ceux là connaissent le dispositif, mais ne se sentent pas concernés par celui-ci. Ici, la jeune femme rapporte que de ses nombreux entretiens avec des bénéficiaires potentiels la notion de «travailleur pauvre» liée au RSA activité, n’est pas identifiante pour une partie de la population qui refuse de se placer dans cette catégorie. «C’est une sorte de blocage psychologique lié à cette notion jugée trop stigmatisante et dans laquelle les gens ne se reconnaissent pas».

Avoir le RSA, "c'est une honte"La complexité de la procédure ressort également de son étude. Une complexité qui se trouve d’autant plus avérée en ce qui concerne les travailleurs indépendants qui souhaiteraient bénéficier du RSA. « Ici la procédure n’est clairement pas adaptée, souligne-t-elle d’autant que ces métiers atypiques sont a priori le cœur de cible du RSA activité »
Enfin, un certain nombre d’entre non pas recours au RSA de manière volontaire, considérant que le calcul coût de la demande en terme de temps, ou de contraintes administratives ne sera pas à la hauteur de l’avantage financier qu’ils pourraient en retirer. Pour d’autres c’est en vertu d’un principe général de non adhésion à l’assistance publique, ou au RSA en particulier, qu’il se refuse à demander leur droit. Enfin le non-recours volontaire, peut être justifié au regard de la catégorie sociale de référence, les fameux «travailleurs pauvres». Certaines des personnes interrogées percevant le bénéfice du RSA comme un constat d’échec voire pour certains, une véritable «honte».  
Des résultats qui pourront sans doute permettre de faire progresser la réflexion quant au futur programme départemental 2014-2020 qui sera initié à l’issu du travail collaboratif dont les Assises seront le point cardinal.

Solène Meric
Par Solène Meric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1426
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !