Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/12/18 : L'Association Petit Coeur de Beurre a décidé en accord avec la Jeune Académie Vocale d'Aquitaine JAVA et l'Ensemble Vocal Aquistriae d'annuler le concert "De choeurs à coeurs" prévu ce samedi 15 décembre en l'église St Louis des Chartrons à 20h30.

14/12/18 : Du 15/12/18 au 5/01/19 : le centre-ville montois sera piéton les week-ends du 15 et 22/12 et le 24/12 et le stationnement gratuit dans le centre-ville les samedis après-midi. 1h de stationnement gratuit par demi-journée, du lundi au samedi matin.

14/12/18 : Center Parcs Lot-et-Garonne. Les premiers coups de pioche de ce chantier sont donnés ce jour, 14 décembre, à l’étang du Papetier, à Pindères.

14/12/18 : En raison des mouvements sociaux actuels, le Grand-Théâtre sera fermé au public ce samedi 15 décembre entraînant le report du récital de Sondra Radvanovsky au 31 mars 2019. Les visites guidées sont également annulées.

13/12/18 : Le jeune rugbyman du Stade Français Nicolas Chauvin, 19 ans, victime d'un traumatisme cervical suite à un plaquage dimanche lors d'un match à Bègles est décédé au CHU de Pellegrin. Nouveau drame après la mort récente d'un jeune joueur d'Aurillac.

13/12/18 : Présente au salon Nautic de Paris, La Rochelle a lancé de Paris le Défi Atlantique, une nouvelle course en équipage réservée aux Class 40. Départ fin mars 2019 de la Guadeloupe, pour rejoindre La Rochelle mi-avril avec une escale à Horta aux Açores.

13/12/18 : La CCAS de Châtellerault organise ce samedi à la résidence Tivoli son marché de Noël. Lors d'ateliers manuels, les résidents ont réalisés des créations qui seront en vente lors du marché et dont les gains serviront à l'animation de la résidence.

12/12/18 : En raison des liens historiques et fraternels qui unissent les villes de Strasbourg et de Périgueux, le drapeau français sur la mairie de Périgueux sera en berne ce mercredi suite au drame survenu hier sur le marché de Noël de la capitale alsacienne.

12/12/18 : Vigipirate : Urgence Attentat. Renforcement de la sécurité en Gironde. Renforcement des contrôles notamment à l’aéroport de Bdx-Mérignac, surveillance des marchés de Noël, centres commerciaux et interdiction de manifestations sur la voie publique.

12/12/18 : Signature de la charte urbaine, architecturale et paysagère de Pessac le 13 déc. Elle entend garantir et préserver la qualité du cadre de vie des Pessacais en travaillant sur la qualité des espaces extérieurs, de la construction et des usages.

12/12/18 : La FFMC47 organise avec les Restos du Cœur la balade des pères Noël motards, le samedi 15 déc. au Gravier à Agen à 13h30. Le principe : venir déguiser en père Noël avec un cadeau neuf non emballé qui sera offert à des enfants par les Restos à Noël.

12/12/18 : Les 22-26 et 28 déc, Bordeaux Visite organise une visite-famille "Bordeaux à Noël", afin de découvrir la place Pey Berland, le cours de l'Intendance, les allées de Tourny, la place de la Comédie. Accessible aux familles avec enfants dès 7 ans.

12/12/18 : Forum « Sport en société, Droit au Sport et contraintes économiques », les vendredi 14 et samedi 15 décembre, organisé par le CDOS33 en cette année du 40ème anniversaire du mouvement sportif girondin, à l'Hôtel du Département à Bordeaux.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 15/12/18 | Biarritz: un feu d'artifice séuritaire pour le président

    Lire

    Nous nous en sommes fait écho, le président de la République Emmanuel Macron se déplace mardi 18 décembre à Biarritz pour la préparation du G7 en présence de vingt ambassadeurs. La ceinture de sécurité appliquée est celle que la Ville met en place depuis des années pour...le feu d'artifice du 15 août. Il sera donc difficile d'accéder en voiture au centre ville. Nous vous recommandons d'aller sur le site de la ville, www.biarritz.fr ou www.chronoplus.eu pour prendre connaissance du dispositif et déplacements.

  • 14/12/18 | Jacqueline Gourault en déplacement en Dordogne lundi 17 décembre

    Lire

    Jacqueline Gourault, ministre de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales sera en déplacement en déplacement en Dordogne ce lundi 17 décembre. En fin de matinée, elle sera à Coulounieix Chamiers pour le projet de rénovation urbaine. L'après midi, elle se rendra au Nord du département pour la pose de la première pierre de la maison médicale de Lanouaille. C'est la troisième fois que la ministre se rend en Dordogne depuis dix huit mois.

  • 14/12/18 | De nouveaux équipements pour la section foot d'un collège du 87

    Lire

    Créée en 2011, la section de football du collège André Maurois est labellisée et reconnue par la FFF et l’Education Nationale. Cette section rend possible la pratique du football dans un cadre scolaire privilégié. Afin de les soutenir, le Conseil Départemental de la Haute-Vienne vient de les doter de 14 équipements joueurs complets et 2 équipements gardiens. Dernièrement, la section sportive a formalisé de nouveaux partenariats avec la FFF, le Limoges Football Club et la Ville de Limoges.

  • 14/12/18 | L'industrie du pin maritime cherche de nouvelles ressources

    Lire

    Début décembre dans les Landes, l’Etat, les acteurs de la filière forêt-bois et les collectivités locales se sont réunis sur les difficultés d’approvisionnement des industries du bois qui nécessitent 6 M m³ annuels alors que la récolte actuelle est de 5,6 M m³. Avec 32 M m³ de bois ayant atteint ou dépassé l’âge d’exploitation préconisé, l’enjeu pour la filière est donc de récolter ces bois mûrs dans les années à venir. Outre l'engagement de l'Etat à intensifier sa communication en ce sens auprès des propriétaires, l'amont et l'aval de la filière pourraient en passer par la contractualisation pour garantir l'adéquation entre offre et demande.

  • 14/12/18 | La Rochelle lance une nouvelle course au Nautic de Paris

    Lire

    L'agglomération de La Rochelle profite de sa présence au salon Nautic de Paris, du 8 au 16 décembre, pour présenter une toute nouvelle course, organisée en partenariat avec le Grand Pavois Organisation : le Défi Atlantique. Cette nouvelle épreuve en équipage est réservée aux Class 40. Le départ sera donné fin mars 2019 de la Guadeloupe, pour rejoindre La Rochelle mi-avril avec une escale à Horta aux Açores.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Le passé négrier de Bordeaux sort péniblement de l'ombre

11/05/2009 |

Fers d'esclave

L'inauguration dimanche 10 mai par Alain Juppé des nouvelles salles du musée d'Aquitaine consacrées à la traite négrière est un pas important vers la reconnaissance de son passé par la cité portuaire. Pour le maire de Bordeaux, qui a souligné le travail réalisé avec les associations, il ne s'agit pas de « repentance » mais de faire « oeuvre de vérité ». L'exposition permanente permet en effet de bien comprendre la place de Bordeaux dans la traite des esclaves et les bénéfices qu'elle a pu en retirer. Pour autant, le « travail de mémoire » n'est certainement pas achevé.

Si la prise de conscience du caractère négrier du port de Bordeaux a été si tardive c'est « parce que la société bordelaise n'était pas assez mûre», estime Alain Juppé.Alors que Nantes, premier port négrier de France, commence dès le début des années 1990 son « travail de mémoire », à Bordeaux, il faut attendre 2003 pour que la question de l'esclavage soit officiellement débattue. Il aura fallu, pour la faire mûrir, la pression d'associations comme Diverscités ou le vote en 2001 de la loi Taubira qui reconnait dans la traite négrière et l'esclavage des « crimes contre l'humanité ».
En 2005, Hugues Martin, alors maire, met en place un comité de réflexion et de propositions présidé par Denis Tillinac. Malgré sa prudence, sa volonté de ne pas heurter les bordelais ni de stigmatiser le nom de quelques grandes familles d'armateurs, le rapport du comité semble plaider pour la construction d'un mémorial ou, pour le moins, d'un « lieu fixe qui permettrait de coordonner les activités des associations désireuses de promouvoir ce travail mémorial ». Quatre ans plus tard, il n'est plus question de mémorial mais, plus modestement, de salles permanentes intégrées au Musée d'Aquitaine (voir l'article d'aqui.fr du 07/05/09). L'évocation muséale est-elle suffisante ?

Une certaine relativisation de la traite négrière bordelaise
Bien loin derrière les Portugais et les Britanniques, les Français ont pris une part active à la déportation des 12 millions de noirs d'Afrique vers les Amériques. Nantes est sans contexte le premier port français qui a pratiqué le commerce triangulaire, avec 1714 expéditions, contre 419 pour Bordeaux, soit « seulement » 150 000 personnes déportées. Ces éléments permettent à l'exposition du Musée d'Aquitaine de minimiser quelque peu la traite négrière bordelaise, en l'intègrant dans un ensemble plus vaste consacré au commerce avec les Antilles et en insistant sur le commerce « en droiture » : moins risqué que le commerce triangulaire, il n'en était pas moins basé sur le sucre, le tabac ou le café, produits par les esclaves antillais. Venus plus tardivement au commerce massif des esclaves, les armateurs bordelais deviennent, à la fin du XVIII° siècle, des concurrents sérieux des Nantais, allant jusqu'à la dépasser au début du XIX° quand Napoléon Ier rétablit l'esclavage un temps aboli par la Révolution.

L'abolition a aussi été l'oeuvre des esclaves eux-mêmes
Autre reproche que l'on peut faire à l'exposition, l'accent est principalement mis sur les abolitionnistes français alors que cette abolition a également été le résultat dela lutte des esclaves eux-mêmes. Comme le constate Halidané Bacar, responsable de l'association « Regards d'Afrique », les « captifs » usaient de tous les moyens pour échapper à leur sort : mutineries sur les navires, suicides, fuites (« le marronage ») ou encore révoltes collectives. La vie des Antilles est émaillée de ces rébellions, comme celle de 1791 à Saint-Domingue qui réussit et entraina la fin de l'esclavage pour un demi-million de Noirs.

Malgré ses qualités, en particulier une muséographie de qualité, les nouvelles salles du Musée d'Aquitaine ne saurait remplacer un centre permanent sur la traite négrière, à l'image de celui que Nantes est en train de construire pour 2011. S'il n'est « pas question de payer pour ses ancêtres », insiste Raoul Gagnety, un des responsables de Diverscités, il faut que la ville assume pleinement son passé à travers un « lieu vivant, pas un lieu enfermé dans un musée ». Pour l'association présidée par Karfa Diallo, le projet de mémorial reste d'actualité. Mais Diverscités compte désormais plus sur les Bordelais que sur les élus politiques. L'avenir dira si le travail pédagogique initié en 2005et continué par l'ouverture de ces salles portera ses fruits. Sans verser dans une repentance stérile, Bordeaux ne devra-t-elle pas faire un pas de plus ?

Vincent Goulet

Le Scérén-CRDP d'Aquitaine vient de publier sur le sujet une synthèse très complète, sous la direction de Silvia Marzagali : « Comprendre la traite négrière atlantique » - 19 € 90.

Photo : Andréa Schmitz.

Partager sur Facebook
Vu par vous
475
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !