17/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient vivre le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Le Petit train de la Rhune vers de nouveaux sommets

07/05/2014 | Pour ses 90 ans,le Petit train de la Rhune, depuis un an sous gestion du Conseil général joue le pari de la diversité avec de surprenantes animations

Nouvelle saison pour le Petit train de la Rhune

Le petit train à crémaillère de la Rhûne qui culmine à 905 mètres d'altitude demeure le site payant d'Aquitaine le plus fréquenté.Cependant il est un lieu où l'on ne se rend souvent qu'une fois dans sa vie pour admirer le panorama, au sud, des Sept provinces basques ou,au nord, de la baie de Saint-Jean-de-Luz jusqu'aux Landes de Capbreton.Un p'tit tour et puis s'en vont après avoir effectué un détour par les fameuses ventas.Le Conseil général qui le gère depuis un an par l'intermédiaire de l'Etablissement public des stations d'altitude (comme Gourette) a décidé de l'enrichir d'étonnantes animations.

Les trois longs week-ends du mois de mai demeurent le véritable décollage de la saison du fameux Petit train de la Rhüne, qui, à l'aide de crémaillère atteint en 35 minutes les 905 mètres abrupts du sommet de la Côte basque. Un voyage à bord d'un train du Far West, made in basque, pendant lequel on traverse un massif souvent aride habité de pottocks, ces poneys basques, de brebis manech et survolé de vautours fauves qui ajoutent au climat mystérieux du Pays basque. Au sommet, quand le ciel est dégagé le panorama permet (presque) d'apercevoir le paradis: au sud, les sept fameuses Provinces basques, au nord, en premier plan, la superbe baie de Saint-Jean-de-Luz et le Fort de Socoa, puis plus au nord encore le Rocher de la Vierge de Biarritz avant de se perdre au loin vers le littoral landais d'Ondres ou de Capbreton. Quelques tapas et des provisions festives (et alcoolisées) dans les deux ventas du sommet et les visiteurs redescendaient par la première navette. La Rhune, son relais télé interminable et les roches qui la protègent restaient dans la mémoire d'un carnet de voyage.

C'est ce voyage souvent sans retour que le Conseil général des Pyrénées Atlantiques qui, depuis un an a pris les rênes de la gestion du site payant le plus fréquenté du Sud Ouest avec 320 000 voyageurs, veut enrayer. La Rhune, il fallait la rendre plus attrayante et lui donner le goût d'y revenir. Alors, munis des chiffres du premier exercice, la saison 2013, une chiffre d'affaire de 4,3 millions d'euros, mais un tassement de la fréquentation de 3%, en raison d'une météo plutôt pluvieuse,  Jean-Claude Coste, conseiller général délégué à l'économie montagnarde et président de l'Etablissement des station d'altitude (EPSA) gestionnaire du Petit train a décidé de jouer la carte de l'audace et confié l'ensemble de l'animation du site au collectif Ferraille, une association d'artistes qui a donné naissance à Panoramika, un voyage sous le signe de l'utopie, avec création sonore pendant le voyage contant l'histoire dela Rhune et les légende du Pays basque, une installation plastique de Frédéric Felder avec la ligne la Rhüne-La Lune, un vaste panneau sur fond de rail à crémaillère au plateau des Trois fontaines; au sommet, Plonk et Replonk, deux trublions suisses  qui réalisent une composition sur le toit de la gare mais aussi un parcours de minigolf. Un hors d'oeuvre qui n'a pas manqué d'étonner des puristes qui considèrent que la découverte de la Rhûne en famille, sans qu'elle ne soit incitée, accompagnée......  "Bientôt il y aura un numéro de dressage de pottoks pour assurer une animation", commentait, un peu ironique, un des participants de la visite inaugurale.

"Nous voulons optimiser le site, justifie Jean-Claude Coste et donner aux 90% de visiteurs étrangers au département de revenir et aux locaux aussi de trouver des animations diverses qui leur redonne l'envie d'en faire un rendez-vous de sortie dominicale. Quand le collectif Ferraille nous a proposé ce projet audacieux, nous avons été un peu étonnés....."Ligne, la Rhûne la Lune" avait de quoi surprendre. Nous faisons un test cette saison et nous en tirerons les conclusions pour les orientations futures."

Un parking agrandi et pourquoi pas bientôt, une rame en plusFaire revenir les gens est une chose mais assurer le confort des visiteurs au plus fort de la saison en est une autre. Aussi, dans ce but, 80 places de stationnement ont été ajoutées sur le parking du col de Saint-Ignace, départ du petit train et d'autres pourraient être créées. Mais cela n'est pas suffisant. Comme dans les stations de ski d'altitude, les rotations des skieurs et snowboarders sur les teleskis ou autres remontées mécaniques sont devenues essentielles, il Le train de la Rhune la luneen est de même des rotations des wagons du petit train. Aussi est-il envisagé d'ajouter une rame qui pourrait décongestionner les filles d'attente des visiteurs pendant la haute saison, un élément négatif. Créer un système de navettes. Mais il faut savoir que sur les 35 minutes de montée, il n'y a qu'un lieu ou les deux rames peuvent se croiser. En outre, une rame de ces trains à crémaillère si spécifiques constitue un très gros investissement mais demanderait aussi un allongement de l'aiguillage dans ce portion de croisement. Enfin comme pour les remontées mécaniques, l'achat des billets s'effectue de manière croissante sur internet,qui démontre d'une certaine manière l'engouement pour cette sortie en Pays Basque si typique, mais aussi si tendance pour les randonneurs.

Le samedi 28 juin, le 90e anniversaire  du Petit train sera fêté en grande pompe: musique, avec l'Orchestre régional  de Bayonne Côte basque, sur tout le domaine, culinaire avec de nombreux chefs, Iñaki Aizpitarte, chef du Chateaubriand, Jon Harlouchet, de la Ferme diarta  Corinne Minaberry et Patrick Sallaberry, de la Ferme  Bixartea. Mais aussi de représentation théâtrale sur tout le domaine par la Compagnie des vents et marées d'Hendaye.

Alors, ce Petit train de la Rhune aura-t-il trouvé avec l'audacieux Panoramika la bonne voie pour son développement éonomique tout en respectant le site classé Natura 2000? Premier élément de réponse fin novembre à l'issue de la saison.

Pratique.- aller retour:17 €,  adultes, 10 € enfants de 4 à 12 ans; départs toutes les 35 minutes; basse saison, de 9h30 à 11h30 et de 14h à 16h; haute saison (juillet et août), de 8h30 à 17h30. Des navettes sont en outre mises en place de 9h à 16h de la gare routière de Saint-Jean-de-Luz et de la place de Sare pour gagner le col de Saint-Ignace; retour de 10h à 20h. Possibilité d'acheter des billets à bord des navettes (Train + navette, 18 € pour les adultes et enfants de 4 à 12 ans, 11 €).L'accès par la navette évitera aux voyageurs d'attendre leur tour en gare et sont prioritaires. Pour tous renseignements,
(tel. 05 59 54 20 26) et achats de billets par internet (qui donnent aussi la priorité à l'accès au train): www.rhune.com

 

Félix Dufour
Par Félix Dufour

Crédit Photo : Photo Félix Dufour

Partager sur Facebook
Vu par vous
1340
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !