Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/04/21 : Un centre de vaccination de grande capacité va ouvrir ses portes au Parc des Expositions de Poitiers le 20 avril prochain.

13/04/21 : 264 196 311,23 euros c'est le montant des subventions votées ce 12 avril lors de la dernière commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. 244 délibérations ont été votées par des élus régionaux sous la présidence d'Alain Rousset.

12/04/21 : Philippe Dubourg, Maire d'Illats depuis 1977, est décédé le 11 avril dernier. Plusieurs élus locaux, dont Christophe Duprat, Maire de Saint-Aubin du Médoc, saluent la mémoire d'un « élu de terrain attaché à son territoire ».

02/04/21 : Autour de la Journée de sensibilisation à l’autisme le 2 avril des villes illuminent leurs monuments en bleu: un symbole pour rappeler la nécessité de simplifier et améliorer le quotidien des personnes autistes. A Bordeaux ce sera la porte de Bourgogne.

01/04/21 : Le 9 avril prochain, la cité scolaire Alcide Dusolier de Nontron deviendra la 1ère cité scolaire 100% bio de France.

31/03/21 : Régionales- Signe de l'alliance entre GénérationS et EELV, Benoit Hamon sera à Bordeaux le 1er avril en soutien à Nicolas Thierry, tête de liste EELV de « Nos terroirs, notre avenir ». Sa numéro 2 en Gironde est Anne-Laure Bedu candidate GénérationS

24/03/21 : Charente-Maritime : Véronique SCHAAF, sous-préfète de Villeneuve-sur-Lot, est nommée sous-préfète de Saintes. Elle devrait prendre ses fonctions le 19 avril 2021. Elle succède à Adeline BARD, arrivée dans l’arrondissement de Saintes en juillet 2018.

19/03/21 : La Banque alimentaire Béarn-Soule organise, samedi 20 mars 2021, une collecte alimentaire exceptionnelle, mobilisant près de 400 jeunes bénévoles, dans 14 magasins de Pau.

18/03/21 : Charentes : L'Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC) vient de se doter d'un nouveau directeur général, Xavier RAFFENNE. Il était précédemment directeur de la Maison des Vins de Gaillac.

16/03/21 : La Rochelle : le festival de fiction télé se déroulera du 14 au 19 septembre, annonce aujourd'hui les organisateurs dans un communiqué. Une journée de plus sera dédiée à la création. Les candidatures pour les œuvres sont ouvertes.

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/04/21 | Régionales : Geneviève Darrieussecq officiellement candidate

    Lire

    La ministre Geneviève Darrieussecq représentera la majorité présidentielle - entre autres UDI et Mouvement Radical - pour les prochaines élections régionales (20 et 27 juin). L'ancienne Maire de Mont-de-Marsan souhaite rapprocher la région de ses habitants avec une politique en trois axes : « Une Région de la proximité, une Région qui protège et une Région du progrès », éclaire-t-elle. Geneviève Darrieussecq estime qu'il faut du « sang neuf, de l'alternance » après 23 ans de règne d'Alain Rousset sur l'ex-Aquitaine et la Nouvelle-Aquitaine.

  • 16/04/21 | Une nouvelle sous-préfète à Oloron-Sainte-Marie

    Lire

    Depuis le 15 avril, Anna Nguyen est la nouvelle sous-préfète d’Oloron-Sainte-Marie (64). Elle a débuté sa carrière au Ministère en charge du budget avant d’être au Secrétariat général aux Affaires Européennes du Premier Ministre. Cette jeune diplômée de l’ENA était avant sa prise de fonction cheffe du bureau Aménagement, logement et développement économique à la Ville de Paris.

  • 16/04/21 | Festival BD d'Angoulême : le nouveau directeur artistique s'en va déjà

    Lire

    Fred Felder, codirecteur artistique du festival international de la bande-dessinée, quitte ses fonctions après une dizaine de mois de collaboration. "Le rapprochement espéré réciproquement n’a pas abouti à une démarche et à un projet pleinement partagés", informe l'organisation du festival dans un communiqué. Le festival prévoit de le remplacer rapidement, et de nommer un directeur artistique adjoint en charge du secteur asiatique. Sonia Deschamps, codirectrice artistique, assure l’intérim.

  • 16/04/21 | Revatec favorise le réemploi

    Lire

    L’association Revatec à Guéret avec une vingtaine d’acteurs issus des secteurs de l’économie sociale et solidaire porte le projet Remise En Valeur des Aides Techniques. Ce projet consiste en la création d’un centre de récupération, de remise en état et de redistribution des aides techniques « occasionnelles » à destination des personnes en perte d’autonomie. Associé à cette démarche, le pôle domotique de Guéret permet à l’association de présenter les différents matériels via un showroom.

  • 16/04/21 | E-sport: Rebound Capital Games saisit la balle au bond!

    Lire

    A Angoulême, Rebound Capital Games, studio de développement et d’édition de jeux vidéos de sport, va construire un catalogue de jeux vidéos sous licences sportives afin de sortir un jeu tous les 18 à 24 mois. Le studio va également développer un de ses jeux sur PC, Tennis Manager, qui est le 1er jeu de simulation de tennis réaliste permettant de gérer toutes les tactiques et stratégies mises en œuvre lors d’un match.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Rupture de câble : le pont de Ré bientôt réparé

21/11/2018 | Le câble défectueux repéré en septembre va être remplacé d’ici janvier

Pont de l'île de Ré

« Si tout se passe bien nous allons pouvoir lancer les travaux de remplacement du câble à partir du 3 décembre ». Pour le vice-président du Département Lionel Quillet, c’est presque un soulagement, même si l’addition a du mal à passer. Pour ces deux mois de travaux menant à fin janvier 2019, le Département devra débourser la bagatelle de 2 millions d’euros, dont 200 000 € pour le seul câble, pose incluse. Une somme importante prise dans les 6 millions du budget dédiés à l’investissement sur les 13 millions de budget annuel du péage du pont.

Priorité à la sécurité

« Suite au constat de septembre, nous avons lancé en urgence une consultation des entreprises dans un but de mise en concurrence », explique Lionel Quillet. Or le nombre d’entreprises françaises spécialisées dans ce type de problématiques se compte sur les doigts d’une main – Vinci, Bouygues et Eiffage. C’est la filiale Vinci-Freyssinet qui a finalement remporté le marché ce 19 novembre, après une visite de site et un mois pour plancher sur le dossier. Leur projet a été retenu à la fois parce qu’il mise sur la sécurité, en assurant des travaux sans bloquer la circulation, tout en garantissant une livraison dans les meilleurs délais. Contrairement à ses concurrents, Vinci-Freyssinet prévoit de construire une sorte d’échafaudage suspendu au dessus de la mer, fermé et grillagé comme une cage. Il permettrait aux ouvriers de circuler en sécurité sur le kilomètre à flanc de pont ralliant le début du viaduc, coté Ré, jusqu’à l’entrée technique du deuxième tronçon de l’ouvrage, où se situe le câble défectueux. Cet attirail est l’opération la plus coûteuse du chantier, mais aussi la plus longue à mettre en place : près d’un mois, avant d’entamer les travaux de remplacement du câble à proprement parler. Vinci-Freyssinet propose également de mettre en place un système de surveillance acoustique (radars à ultrasons) du pont, qui permettra de détecter d’autres éventuelles ruptures de câbles ou de têtes d’ancrage.

Tirer les leçons du passé

Une fois cette zone de sécurité mise en place, les travaux de remplacement du câble devraient pouvoir commencer autour du 7 janvier. Il s’agit en premier lieu de retirer un câble de 200m de long d’une dizaine de centimètres de diamètre. Composé de 19 filins d’acier appelés des torons, le câble sera coupé tous les un mètre à la fois pour éviter l’effet « coup de fouet » de la détente et pour identifier les traces de polyuréthane, cause de la fragilisation du câble (lire ci-dessous). Les ouvriers feront ensuite passer dans le conduit une nouvelle gaine de polyéthylène, dans laquelle ils glisseront un nouveau câble. Une fois tirée et reliée aux deux têtes d’ancrage, la gaine et son câble seront recouverts d’un coulis de ciment.

Tirant les leçons du passé, le Département a tenu à utiliser ce qui se faisait de mieux en matériaux de précontrainte. « Contrairement au câble initial, celui là est composé de 15 torons d’acier chacun entouré d’une gaine graissée à l’intérieur, permettant à chaque toron de glisser indépendamment selon les pressions exercées », explique Pierre-Marie Haudouin, le directeur général des services du Département, « ce dispositif permet également de tirer sur chaque toron indépendamment et donc de pouvoir les remplacer un par un sans avoir à changer tout le câble. Ca facilite les réparations sur le long terme ».

Suite au chantier, le Département compte lancer des opérations d’investigations sur le reste du pont, en vue de traquer la moindre faille qui pourrait apparaître dans les entrailles du pont. Le président de la Charente-Maritime, Dominique Bussereau a également annoncé lors de la session d’automne le lancement d’un appel d’offre en janvier 2019 dans le but de faire installer des systèmes de surveillance par ultrasons de l’ensemble des viaducs du département (ponts de Ré, Oléron, Seudre et du Matrou). En attendant d’en arriver là, il reste au Département et à Vinci-Freyssinet à se mettre d’accord sur le contrat, en vue d’une signature officielle en cette fin de semaine.

 

Les causes de la rupture du câble, le fin mot de l’histoire

Après avoir cru dans un premier temps que des infiltrations pouvaient être une des causes de l’érosion du câble, les techniciens des services ont fait d’autres constats, permettant d’arriver à une conclusion plus affinée. « Au vu de la configuration, on peut supposer qu’à l’époque, après avoir coulé le ciment par-dessus la gaine, ils ont dû constater qu’il y avait des bulles d’air. Le problème, c’est qu’une fois coulé il n’y a pas reprise possible. On peut imaginer que quelqu’un a alors eu l’idée d’injecter de la mousse de polyuréthane en complément », explique le directeur des services. Un détail qui ne figure évidemment nul part dans les archives de construction du pont. « Ca peut tout à fait être une solution née d’une initiative individuelle, sans que le maître d’ouvrage ait été informé », note Pierre-Marie Haudouin. « Le problème, c’est qu’on sait aujourd’hui que le polyuréthane est un matériau acide qui corrode. La cause de l’érosion du câble n’est donc pas liée à un éventuel ruissèlement, la gaine autour étant parfaitement étanche. L’humidité qu’on a retrouvée à l’intérieur de la gaine serait liée à une infime quantité d’eau injectée à l’époque pour vérifier son étanchéité : si l’eau ne ressortait pas, c’était bon. Ca se pratiquait beaucoup à l’époque. Donc pendant trente ans, cette humidité et l’acidité du matériau ont rongé doucement le câble ».

   

Le pont de Ré en chiffres :

  • Le pont est découpé en 6 tronçons de 250 à 450 m de long. Le problème se situe dans le tronçon n°2, en partant de l’île de Ré.
  • 236 câbles de 19 torons chacun, dont une cinquantaine sur le 2e tronçon du viaduc.
  • Un câble supporte en moyenne 35 kg de pression par mètre linéaire
  • 30 ans, l’âge du pont. C’est aussi le délai de prescription pour se retourner en cas de malfaçon…

Anne-Lise Durif
Par Anne-Lise Durif

Crédit Photo : Anne-Lise Durif

Partager sur Facebook
Vu par vous
4543
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !