Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

  • 14/08/18 | EasyJet relie Paris et les pistes de ski

    Lire

    EasyJet vient de lancer une ligne Paris-Pau pour l’hiver 2019. L’aéroport de Pau proposera des navettes directes vers les pistes de ski, disponibles à la vente dès le 1er septembre, et la compagnie facilite le transport des équipements de ski. Deux vols quotidiens sont proposés et jusqu’à deux vols par jour les lundis, jeudis et vendredis.

  • 14/08/18 | Madiran et Pacherenc à la fête!

    Lire

    Ces 14 et 15 août, le village béarnais de Madiran met à l'honneur les appellations Madiran et Pachrenc du Vic Bilh à l'occasion de sa Fête du vins. Pour célébrer les 70 ans des 2 appellations, à travers de nombreuses animations: un espace vins (entrée 5 €) avec dégustations, ventes de vins et rencontres avec les vignerons, mais aussi jeux pour enfants, marché gourmand, défilé des confréries, soirées tapas, bals, concerts le tout accompagnée d'une fête foraine et d'un feu d'artifice pour finir en beauté, le 15 août à 23h30.

  • 13/08/18 | Revenu de base : une expérimentation dans les départements préconisée

    Lire

    Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, note avec intérêt que le rapport de préfiguration de France stratégie, qui vient d'être remis au Premier ministre sur l'allocation sociale unique préconise en conclusion "une expérimentation préalable dans une partie du territoire. Il rappelle la volonté de la Gironde d'expérimenter le revenu de base et précise que les scénarios d'expérimentation d'un revenu de base portés par la Gironde et 12 autres départements ne "font pas de perdants".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Le projet d'un élevage de veaux divise la commune de Daglan en Dordogne

15/01/2013 | La création d'un élevage de 300 veaux par Alain Rilievo, jeune agriculteur à Daglan, ne fait pas l'unanimité. Son projet soulève une levée de boucliers.

La manifestation de soutien à l'éleveur de Daglan a recueilli 150 personnes

En milieu rural, les difficultés de cohabitation entre agriculteurs, retraités, propriétaires de résidences secondaires, actifs font jour en Dordogne. On assiste à la multiplication des contentieux. Le dernier sous le feu de l'actualité est l'histoire d'Alain Rilievo, jeune agriculteur de 30 ans à Daglan. Ce dernier souhaite se reconvertir sa petite exploitation laitière dans la production de veaux de boucherie, la seule qui lui permette à ses yeux, de faire vivre une famille avec 4 enfants. Deux collectifs opposés au projet se sont constitués. Lui a pourtant toutes les autorisations en main.

Comment parvenir à concilier à la campagne, plusieurs économies : la productive, la touristique et la résidentielle ? Alain Riliévo, jeune agriculteur à Daglan, est au coeur de cette problématique, sans le vouloir.
Installé depuis 2006, sur la ferme familiale de 22 hectares  de SAU, il avait une activité laitière, qu'il a du cesser en raison de la crise du lait. "Je ne parvenais pas en m'en sortir financièrement. J'ai arrêté le lait en janvier 2011." Pour subvenir à sa famille de quatre enfants, il trouve un emploi à l'extérieur de la ferme et réfléchit en parallèle à trouver une production plus rentable. "J'ai pensé à créer un atelier de veaux de boucherie de 300 têtes. Car la demande est là."
Il constitue son dossier, obtient toutes les autorisations nécessaires. Inquiets des nuisances que pourrait générer l'exploitation, certains riverains ont créé "le collectif Bien vivre sur les Mas de Cause". Il ne s'agit pas de néo-ruraux, mais de personnes vivant à l'année et dont certains sont agriculteurs avec une activité agritourisme.  
Entre ce collectif et l'éleveur, une solution amiable a été tentée avec une médiation en sous-préfecture. La proposition a été faite à Alain Rilievo  de construire son bâtiment à 2 km sur une autre parcelle lui appartenant avec prise en charge du surcoût estimé à 13 000 euros. Un second collectif, celui de la Bégonie, hameau, près duquel se trouve le second projet, s'est aussitôt constitué.
L'éleveur, pour des questions d'accès, de réseaux d'eau, d'electricité, et borne incendie, a finalement privilégié le premier projet. Le permis de construire à Mas de Cause a été validé le 4 janvier mais l'affaire a pris une grande ampleur. Vendredi dernier, se sont succédé manifestations de soutien et actions d'opposants. Et la commune du canton de Domme 550 habitants est divisée sur le sujet.  

Sauver sa fermeAlain Rilievo veut sauver sa ferme : Je suis fils, petit- fils, et arrière -petit -fils d'agriculteur. Je réclame juste de vivre du métier que j'ai choisi. Etre paysan, j'ai cela dans les gènes. La création de  chambres d'hôtes, ce n'est pas mon projet. Et il y en a déjà 14 sur la commune. J'ai aussi une petite activité de vente directe de produits fermiers." Le jeune éleveur espère pouvoir commencer les travaux en mars. Il redoute un recours au tribunal administratif. 
Ce type de situation vécue par cet éleveur de Daglan risque de ne pas être un cas isolé. Les élus locaux, pouvoirs publics doivent s'interroger sur le monde rural souhaité. Pour Jean-Pierre Saint Amand, vice président chargé de l'agricuture, "la Dordogne est un territoire rural, où le tourisme et l'agriculture sont deux pans essentiels de l'économie départementale. On ne peut les opposer. Dans la mesure où les projets agricoles répondent aux normes sanitaires et sont en conformité avec les régles en vigueur, il faut laisser les projets voir le jour. La Dordogne, premier département français, pour l'agritourisme, ne peut se permettre de ne plus avoir d'agriculteurs. L'an passé, seuls 24 agriculteurs se sont installés. Sans ferme active, les touristes ne viendront plus."

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : FDSEA 24

Partager sur Facebook
Vu par vous
1112
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !