aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

11/02/16 : Le journaliste François Ruffin se rendra aux Montreurs d'images à Agen le lundi 15 février à 20h30, pour présenter en avant-première son documentaire « Merci patron ! »

10/02/16 : Patrick DALLENNES, sous-préfet de Bayonne, a été nommé préfet délégué pour la défense et la sécurité auprès du préfet de la région Bretagne, préfet de la zone de défense et de sécurité Ouest, préfet d’Ille-et- Vilaine.

10/02/16 : Pont d’Aquitaine: la circulation sera interdite sur la rocade A630 entre les échangeurs 2 (Croix Rouge) et 4 (Labarde), ainsi que sur les pistes cyclables :dans le sens intérieur et dans le sens extérieur, du jeudi 11 février 21h au vendredi 12 à 6h

10/02/16 : A Périgueux, l'Isle est sorti de son lit la nuit dernière : les quais en contrebas de la cathédrale, la rue nouvelle-des-quais et le Moulin du Rousseau sont fermés. Les eaux vont continuer de monter jusqu'à 14 heures.

09/02/16 : Leader dans les services à domicile, le groupe O2 prévoit de recruter cette année 93 personnes en CDI (le plus souvent à temps partiel) dans les Pyrénées-Atlantiques. Ces offres concernent principalement la garde d'enfants à domicile. + d'info

09/02/16 : Les mutations sociétales seront au cœur des rencontres "antro-Pau-logiques" organisées les jeudi 11 et vendredi 12 février par le laboratoire de recherche Identité, territoires, expressions, mobilités de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour.+ d'info

09/02/16 : "Les droites extrêmes en Europe" seront évoquées lors d'une soirée libre expression organisée le jeudi 11 février à 20h30 salle Lacaze à Billère (64) par la députée PS Martine Lignières-Cassou, en présence du politologue Jean-Yves Camus.+ d'info

09/02/16 : Muse en tête d'affiche du prochain Garorock qui se déroulera du 30 juin au 3 juillet à Marmande (47)

09/02/16 : Le violoncelliste Tonycello, maitre de l'ironie, présentera le vendredi 12 février son spectacle : «Chansons pauvres à rimes riches», à 21 h, à l'espace James Chambaud, à Lons (64). Il revisitera les œuvres de Brassens, Barbara, Bobby Lapointe. + d'info

09/02/16 : Le prochain spectacle "sons et brioches", à vivre en famille, proposé par l'orchestre de Pau Pays de Béarn sera présenté au cours du week-end des 13 et 14 février. Il s'agira de "La tête dans le sac", d'après le livre de Marjorie Pourchet.+ d'info

06/02/16 : Gargantua et le Petit chaperon rouge font l'objet de deux projets théâtraux présentés en février et en avril par les scènes Espaces Pluriels et Agora, à Pau. Ils sont proposés par le comédien et metteur en scène José Mellano et par Joël Pommerat+ d'info

Partez au ski avec aqui.fr et N'Py
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 11/02/16 | De nouveaux radars fixes « double sens » en Lot-et-Garonne

    Lire

    Les communes de Condezaygues, Penne d'Agenais, Roumagne, Bourlens, Villeneuve-sur-Lot et Moncrabeau viennent de voir la mise en place de radars fixes « double sens » « pour mieux lutter contre les vitesses excessives ou inadaptées » selon le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve. En Lot-et-Garonne, le dispositif « double sens » est déjà mis en service sur six radars implantés sur les communes de Laffite-sur-Lot, Tonneins, Nérac, Port-Ste-Marie, Seyches et labastide Castel-Amouroux.

  • 11/02/16 | L'accident de Rochefort: : Alain Rousset rejoint les ministres

    Lire

    Alain Rousset président de la Région s'est rendu à Rochefort ce midi après le terrible accident qui a coûté la vie à six adolescents fauchés par une ridelle de camion, à l'intérieur du bus scolaire, qui les emmenait à Surgères: « Mes pensées vont vers la famille et les proches des victimes, le conducteur du bus scolaire, et également vers les adolescents blessés ou choqués. Je tiens également à saluer le travail des services de secours et des forces de police, actuellement sur place". Ségolène Royal, Najat Vallaud Belkacem, Dominique Bussereau sont venus soutenir les familles

  • 11/02/16 | 12 000 Périgourdins au match Trélissac OM à Chaban

    Lire

    Ce soir, le stade Chaban Delmas retrouve le football avec la rencontre de 8e de la Coupe de France entre les Périgourdins de Trélissac et l'Olympique de Marseile. Ils sont plus de 12 000 supporters à faire le déplacement à Bordeaux. Trélissac avait déjà rencontré les Marseillais en janvier 2010, en Coupe de France. Les Périgourdins avaient perdu en 16e de finales. Supporters et joueurs sont fin prêts pour un match historique. En cas d'exploit, ils rencontreront Granville, l'autre petit poucet.

  • 10/02/16 | Christian Pèes est nommé président du think tank Momagri

    Lire

    Christian Pèes a été nommé président du laboratoire d'idées Momagri et de l'agence de notation Momagri. Cet agriculteur béarnais, qui préside le groupe coopératif Euralis, a également été le vice-président de la COGECA (syndicat européen des coopératives agricoles) et il est aujourd'hui le vice-président de Coop de France. Défenseur du modèle coopératif, il milite depuis des années pour une régulation mondiale des marchés agricoles. Car la volatilité des prix est selon lui à l’origine de troubles socio-économiques et politiques majeurs.

  • 10/02/16 | Crise aviaire: Le département des Landes solidaire de la filière

    Lire

    Ce 8 février, les Conseillers départementaux landais, ont voté à l'unanimité une motion de soutien à la filière palmipède à foie gras touchée par l'influenza aviaire. Outre la solidarité exprimée par cette motion, il a aussi été voté une enveloppe de 550 000€ pour les éleveurs landais en complément des dispositifs nationaux. Objectifs: les aider à passer le cap et faciliter la mise en place d’équipements de biosécurité dans les exploitations. 1,5M€ ont aussi été réservés afin d'avances remboursables pour les accouveurs confrontés à des problèmes de trésorerie.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Quand les Tribunes de la presse placent le rôle d'Internet au coeur des débats

19/10/2013 | Ce vendredi 18 octobre, la 3ème édition des Tribunes de la Presse a consacré 2 débats à la question d'Internet et de son rôle parfois ambivalent au sein de l'information.

B.Bayart, E.Parody, P.Haski et H. Mostafavi aux Tribunes de la presse lors du débat" Faut-il contrôler Internet "

Evoquer la presse et l'information en 2013, c'est bien-sûr soulever la question d'Internet tant les journaux en ligne et autres blogs d'information sont aujourd'hui devenus un pan incontournable du monde journalistique. De fait, la 3ème édition des Tribunes de la presse a, ce vendredi 18 octobre, consacré deux débats au rôle du web et son statut particulier pour le journalisme. La Salle Vitez du TnBA a alors invité le public, lycéens, professionnels, étudiants en journalisme et autres curieux, à s'interroger sur deux questions: " Faut-il contrôler Internet? " et " Le journalisme d'investigation sauvé par Internet? ", deux débats lors desquels des professionnels ont fait part de leurs expériences et de leur conception de la presse aujourd'hui.

" Faut-il contrôler Internet? ", à l'heure du questionnement sur les droits et et les libertés sur le web ou des révélations politico-fiancières  via des sites d'information, le rôle et les limites d'Internet sont aujourd'hui bel et bien au coeur du propos lorsqu'il s'agit d'évoquer la presse. Animé par Hamdam Mostafavi, responsable éditoriale du site de Courrier International, le premier débat consacré à la question s'est articulé autour de trois points de vue, ceux de Pierre Haski, journaliste et cofondateur de Rue89, Benjamain Bayart, Président de la Fédération des Fournisseurs d'Accès à Internet ( FAI ) associatifs et Emmanuel Parody,  journaliste et publisher B2B du groupe CBS Interactive France. A la question de ce débat, Pierre Haski a alors exprimé combien " il s'agisait là d'un véritable problème de société; Internet répond aux lois de la République, ce n'est pas une zone de non droit et de la même manière qu'il n'existe pas d'activité au monde qui ne soit pas aujourd'hui contrôlée, l'espace du web doit se plier au règles et aux contrôles de la même manière qu'un autre support ". Situant concrètement son propos, ce dernier a rappelé que depuis la création de Rue89 il y a maintenant 5 ans, lui et son équipe avaient très souvent eu affaire à la justice avec 16 procès en diffamation, confrontations judiciaires " pas surprenantes puisque rentrant dans cette logique d'espace soumis au droit " selon lui. Pour Benjamin Bayart, " effectivement, le droit de censure relève du judiciaire mais la dimension politique a aujourd'hui une place énorme en ce qui concerne le contrôle sur Internet; ceux et celles au pouvoir qui sont ou se sentent remis en cause vont nécessairement faire contrôler ce qui se dit sur le web et aujourd'hui, le vrai problème est qu'il y a une inadéquation entre la question primordiale et nécessaire du rôle et du fonctionnement d'Internet et les politiques au pouvoir qui, bien souvent issus de la génération qui  précéde d'une, de deux ou de trois décennies, ne savent pas de quoi il s'agit vraiment et comment cette révolution du web fonctionne, tant il s'agit là d'un élément de société qui leur échappe ".

Le contrôle d'Internet soumis à " l'ignorance ou la bêtise des décideurs " Allant dans le sens de ce décalage, P.Haski a en effet souligné combien " l'ignorance ou la bêtise des décideurs entraînait souvent un mauvais contrôle du traitement de l'information en ligne et que de ce fait, la protection de celui ou celle qui parle et écrit sur Internet était devenu essentielle ". Plus nuancé, Emmanuel Parody a parlé " d'un discours un peu dépassé qui, certes d'actualité, est écrasé par la question de la responsabilité des plates-formes qui est aujourd'hui au coeur du débat; il existe bien-sûr des intermédiaires techniques comme les forums mais le vrai problème est de savoir comment désengager la responsabilité de telle plate-forme ou de tel site hébergeur ". B. Bayart a alors à son tour soulevé la question des réseaux sociaux en général et de Facebook en particulier, mettant alors en avant la question cruciale du contrôle des publications et des commentaires qui " dès lors qu'elle intervient et tait des choses, fait passer facebook ou tout autre réseau social du statut d'hébergeur à celui d'éditeur, donc responsable ".

Magnus Falkehed, Nicolas Beau, Fabrice Arfi et Gerry Feehily aux Tribunes de la presse lors du débat

Suite à cette vaste question du contrôle et de la responsabilité sur Internet, la question du journalisme d'investigation sauvée ou non par Internet s'est posée lors d'un débat animé par Gerry Feehily, responsable de la rubrique médias à Courrier International. A ses côtés, Fabrice Arfi, journaliste d'investigation à Médiapart, Nicolas Beau, journaliste, écrivain et fondateur et ancien directeur du site Bakchich et Magnus Falkehed, correspondant en France du quotidien suédois Dagens Nyheter. Avant de rentrer dans le vif du sujet, ce dernier cité a rappelé combien la France avait " un train de retard " dans tout ce qui concernait Internet tant elle était " sclérosée dans ses institutions ", la Suède étant le pays au monde où la liberté de la Presse est la plus ancienne ( 1766 ). Nicolas Beau a confirmé cette conception française quelque peu à part: " c'est une fatalité française de se retourner sans cesse vers l'Etat, elle est aujourd'hui en retard parce qu'elle fonctionne trop en écho avec le monde politique ou judiciaire. Il faut d'abord se tourner vers la profession elle-même, ce sont les journalistes et leur travail rigoureux et précis qui peuvent et doivent sauver le journalisme ".

" Le journaliste a un rôle nécessaire dans une démocratie " C'est ensuite Fabrice Arfi qui s'est exprimé, allant dans le sens de cette même idée de sauvegarde de la profession par les journalistes eux-mêmes: " c'est à nous journalistes de faire preuve d'assez de rigueur et de clairvoyance dans cette période politique trouble. Internet ne sauvera pas le journalisme d'investigation, c'est un tuyau, un support, un moyen de rendre compte au plus vite mais ce n'est pas là la remède ". A l'origine des révélations sur l'affaire Cahuzac en début d'année, ce dernier s'est fait applaudir par l'ensemble de la salle Vitez au moment où il a rappelé combien le journaliste avait " un rôle nécessaire " dans une démocratie: " Au moment de nos recherches concernant l'affaire Cahuzac, le souci n'était pas de savoir si Internet était ou non le bon moyen de dire, il fallait dire et rendre compte des réseaux, des amitiés politiques et des mensonges d'un homme qui se trouvait à l'un des postes les plus importants de l'Etat, le rendre compte est une dimension essentielle de notre travail et Internet a été un support puisque Médiapart est un site d'information mais on aurait pu faire ça sur papier aussi, la question n'est pas là des plus importantes ". Saluant alors le travail effectué concernant cette affaire, N.Beau a toutefois soulevé la question du domaine public et du domaine privé lorsqu'il s'agissait d'écoutes téléphoniques, une remarque à laquelle a rapidement répondu M.Falkehed en disant que ce " tempo judiciare de la presse était très français ", idée reprise par Arfi pour qui " la transparence sur les affaires publiques est nécessaire " avant de de comparer les journalistes à des " militants de la vérité, et non appartenant à tel ou tel parti ", une manière pour lui de répondre à une question de la salle évoquant l'ancrage à gauche évident de Médiapart.

Lise Gallitre
Par Lise Gallitre

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
119
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 13 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !