Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

20/06/21 : Dans la Vienne, le taux de participation aux élections départementales et régionales de 2021 a atteint 10,99% à midi. Il est en baisse par rapport aux scrutins de 2015 : les taux étaient de 15,43% pour les départementales et 16,53% pour les régional

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/06/21 | Régionales : Pas d'accord Rousset-Thierry ce lundi

    Lire

    Alors que se pose depuis hier soir la question d'un accord entre la liste du président sortant Alain Rousset et celle de Nicolas Thierry pour EELV, les négociations semblent pour aujourd'hui dans l'impasse. "Ce lundi, aucun accord n’a pu être signé. Il n’y avait manifestement aucune volonté d’accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation.", indique le service de presse du candidat Alain Rousset. "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable", indique le président sortant.

  • 21/06/21 | Pau, ville moins polluée par les particules fines

    Lire

    Sur les 323 villes européennes sondées, Pau est la 1ère ville française du classement établi par une étude de l’Agence européenne pour l’environnement parue le 17 juin. L’étude de fait notamment ressortir un taux de particules fines en suspension supérieur aux valeurs établies par l’OMS pour 196 villes européennes sur les 323 sondées. Dans notre région, Pau affiche un taux de PM2,5 de 5,6 µg/m³, Bayonne de 6,4 µg/m³ et de 9,23 µg/m³ pour Bordeaux. Selon l’OMS, il ne faut pas dépasser le seuil de 10 microgrammes de PM2,5 par mètre cube d’air (10 µg/m³). En trop grande quantité, les particules fines sont nocives pour la santé.

  • 21/06/21 | L'Orchestre des Champs-Elysées au musée Sainte-Croix de Poitiers

    Lire

    L'Orchestre des Champs-Elysées se produira, le mercredi 23 juin à 19h et 21h dans l'Auditorium du musée Sainte-Croix de Poitiers. Une partition de Rimsky-Korsakov, sommet de la littérature musicale de la fin du 19e siècle, sera présentée dans une version de chambre avec violon, violoncelle, clarinette et piano. Le musée offre la possibilité de visiter l’exposition temporaire (visible jusqu'au 4 juillet) "L'Amour fou ? Intimité et création (1910-1940)" avant le concert. Le concert est gratuit mais les réservations sont obligatoires : www.musees-poitiers.org

  • 21/06/21 | Lavaveix-les-mines (23) réhabilite ses bâtiments

    Lire

    La commune de Lavaveix-les-mines en Creuse souhaite réhabiliter l’ancienne infirmerie afin d’en créer un logement locatif à destination de jeunes agriculteurs ou de nouveaux arrivants envisageant d’y développer une activité professionnelle agricole. Afin de proposer les meilleures conditions de logements possibles, la réhabilitation correspondra à des performances énergétiques et une haute qualité environnementale.

  • 21/06/21 | A La Rochelle, le 2e tour se jouera avec les anciens candidats aux municipales

    Lire

    La Rochelle 1, le binôme falorniste/PS Christophe Bertaud et Marylise Fleuret-Pagnoux passe au 2e tour avec 28,83% des voix devant les écologistes (20,87%). A La Rochelle 2, ce sont les fountainistes Dominique Guégo et Marie Nedellec qui sont en tête avec 32% des voix contre 24,13% pour la liste LR. Sur La Rochelle 3, le duo EELV Marion Pichot - Jean-Marc Soubeste, ex candidat aux municipales se distingue parmi les 7 listes en lice avec 28,19% des voix.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Le rugby « un sport neuf » selon Guy Accoceberry, ancien international

05/02/2020 | L’ancien international de rugby, Guy Accoceberry, s’est livré devant près de deux cents étudiants le 4 février dernier…

Guy Accoceberry ancien international de rugby

Le 4 février dernier, l’école de commerce bordelaise ISEFAC Bachelor, a organisé ses premiers Pi Days, The Professionnal ISEFAC Days, à la Grande Poste au cœur de la capitale girondine. L’occasion pour près de deux cents étudiants d’écouter des parcours de vie de professionnels tels que Gaël Clavière, chef pâtissier du Premier ministre, Laure Melix, coordinatrice Presse Europe pour Disneyland Paris ou encore Guy Accoceberry, ancien international de rugby, pharmacien et conseiller municipal délégué au sport à la ville de Bordeaux…

« Je vous livre aujourd’hui le témoignage de quelqu’un qui a connu le vrai rugby amateur ! » Les yeux baignés de souvenirs, Guy Accoceberry se raconte… Ancien international, pharmacien et actuel conseiller municipal délégué au sport à la ville de Bordeaux, en ce 4 février, il compte anecdotes et expériences de vie liées au ballon ovale devant près de deux cents étudiants d’ISEFAC Bachelor à la Grande Poste à Bordeaux. Le regard est vif, les mains dansent au rythme des palabres, l’enfant de Saint-Vincent-de-Tyrosse vit toujours au gré de sa passion. « Filles et garçons, touts petits déjà nous étions tous conditionnés au rugby à Tyrosse, se souvient-il. Nos instits étaient d’anciens joueurs, notre club évoluait en 1ère division, nous recevions donc à chaque saison les grosses locomotives du championnat. »

Le rugby, une philosophie de vie
Fin des années 80, Guy quitte sa terre natale pour suivre des études de pharmacie à Bordeaux. « Pendant ces six années passées dans la capitale girondine, je redescendais tous les week-ends pour m’entraîner et jouer les matchs de championnat avec mon club de cœur, Tyrosse. Du reste, j’étais un peu le chouchou. Tout le monde prenait soin de moi pour que je ne me fasse pas trop amocher afin de poursuivre mes études », confie-t-il. A cette époque-là, le rugby était encore considéré comme un sport amateur. « Malgré les études que nous pouvions suivre où les professions que nous épousions à côté, notre investissement pour le club, le ballon ovale, cette noble cause, était total. Et la commune savait bien nous le rendre. En effet, lorsque certains rugbymen raccrochaient les crampons et devaient trouver un job, les Tyrossais n’oubliaient pas ce qu’ils avaient fait pour la ville et les aidaient. Telle était la philosophie du rugby. »

De l’amateurisme au professionnalisme
Alors qu’il évolue à Tyrosse et revêt la blouse blanche du pharmacien, Guy porte à trois reprises le maillot tant convoité de l’équipe de France de rugby. Trois fois remplaçant, il goûte alors au plus haut niveau. « Et quand on met le doigt dedans on veut aller encore plus loin… J’ai répondu donc aux sirènes béglaises et connu mes premières sélections en qualité de titulaire en équipe nationale. » C’est dans ces années-là que le professionnalisme pointe le bout de son nez. Si des clubs comme Toulouse ou Clermont n’ont rencontré aucune difficulté à se professionnaliser, en revanche pour d’autres écuries telles que Bègles la transition est plus compliquée. « J’avais des collègues qui bossaient chez EDF, au Crédit Lyonnais ou encore moi en pharmacie, donc réaliser des entraînements quotidiennement fut un peu compliqué pour nous. » Du coup, la solution trouvée fut de « recruter des jeunes qui ne pensaient qu’au rugby et ce fut bien dommage tout en amenant doucement vers la fin de carrière les amateurs que nous étions. » Pour Guy Accoceberry, cette professionnalisation a quelque peu « patiné ». Pour lui, ce n’est que dans les années 2000 que les clubs se sont vraiment organisés. « Sur le terrain, ça a commencé à ressembler à quelque chose. En revanche, dans les vestiaires, c’était une autre affaire... »

FFR et Ligue en discorde
En effet, aux yeux de l’ancien international, un problème de taille réside dans l’organisation de la planète rugby en France. « La Ligue nationale de rugby et la Fédération Française de Rugby ne parlent pas d’une même voix. Quand la première gère le Top 14 et la Pro D2, la deuxième s’occupe du rugby amateur et du XV de France. Du coup, lorsque le XV de France joue, certains joueurs du Top 14 ne peuvent pas évoluer dans leur club pour disputer le championnat. Si ces deux instances s’entendaient mieux, elles pourraient s’accorder sur l’organisation du championnat par rapport aux compétitions de l’équipe de France ». Aussi, ce dernier estime que « si les joueurs sont professionnels, en revanche, l’administration derrière ne l’est pas. Le rugby est encore un sport neuf. Derrière la remise en question peine à venir. Lorsque Guy Novès a été recruté pour gérer le XV de France, il était déjà sur le déclin à Toulouse et n’avait pas fait évoluer son coaching ». Aujourd’hui avec le nouveau duo Fabien Galthié « qui est l’homme du moment et Raphaël Ibanez, nous pouvons observer un coaching plus moderne. Au regard du match France-Angleterre du 1er février dernier Antoine Dupont est resté sur le terrain pendant 80 minutes car il faisait un bon match. L’ancien coaching l’aurait remplacé au bout de 65/70 minutes. »

« Le rugby c’est du spectacle »
La route est encore longue donc avant que le rugby français ne se professionnalisme totalement. Et même s’il souhaite que son sport passe le cap il ne désire pas que sa discipline fétiche ressemble à celle du ballon rond. « Oui, fort heureusement nous n’arriverons jamais au niveau du football car les salaires ne seront jamais aussi élevés. Nous ne compterons donc jamais dans nos rangs de rugbymen mondialement connus comme des Mbappé, Messi ou Ronaldo ». Il met en garde « nous ne devons pas oublier d’où vient le rugby, ce sport riche de valeurs humaines. Nous ne devons pas nous prendre pour ce que nous ne sommes pas. Le rugby c’est du spectacle avant tout, des rires, de la joie, de l’émotion, de l’humain en clair », conclut ce passionné.

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : SR

Partager sur Facebook
Vu par vous
3695
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !