18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Le salon Aquitec pour construire son avenir

15/02/2013 | Plus de 95 000 visiteurs sont attendus lors du 24e salon Aquitec. Un rendez-vous essentiel pour les lycéens qui cherchent parfois leurs orientations.

Il y a déjà beaucoup de monde qui arpentent les allées du salon. Plus de 450 exposants sont présents.

Aquitec accueille cette année plus de 400 exposants. Près de 95 000 visiteurs sont attendus jusqu'à dimanche. Dès l'ouverture, de nombreux cars ont amené des lycéens qui bénéficiaient pour l'occasion d'une journée exceptionnellement banalisée. Au détour des allées, Aqui a rencontré aussi bien des exposants proposant leurs formations que des adolescents en recherche d'emplois et envisager de futures orientations.

Il est un peu plus de dix heures et les allées du hall 1 du parc des expositions de Bordeaux-Lac sont déjà combles. Le 24e salon Aquitec recense cette année plus de 400 exposants. Divers secteurs sont représentés aussi bien dans l'enseignement supérieur (prépas, IUT, université, écoles, BTS), qu'en lycées professionnels et centres d'apprentissage. Certains venaient même de loin comme Poitiers ou La Rochelle pour accueillir de futurs étudiants ou former des jeunes. Communication, informatique, santé social, commerce, droit, gestion, arts, multimédia, aéronautique, agriculture... Il y en avait pour tous les goûts et surtout tous les projets d'avenir.

Une meilleure visibilitéLes exposants voient en ce salon une véritable aubaine. « Le point fort est la visibilité, indique Sidonie Marty, professeur de communication à l'IUT d'informatique de Bordeaux, après le lycée, les adolescents sont perdus et là nous avons une meilleure visibilité parce que les écoles privées disposent souvent d'un budget de communication contrairement à nous. Aquitec nous permet donc d'avoir un impact. » Sur les stands, les interlocuteurs sont variés. « Nous faisons venir des étudiants et des enseignants qui témoignent et répondent aux différentes questions, précise Martine Vinches, responsable de la scolarité de l'IUT à Bordeaux, nous présentons les formations et nous montrons que nous existons. » Puis, ils font la guerre à certains préjugés. « Nos formations à l'IUT ne sont pas seulement destinées aux élites. Contrairement aux idées reçues, il ne faut pas 13 de moyenne pour les intégrer. Elles sont professionnalisantes et nous nous inscrivons dans la continuité du lycée », poursuit-elle. Ils sont même obligés de répondre à des interrogations parfois loufoques. « Souvent, on nous demande s'il faut travailler en-dehors des cours et quelles sont les modalités de contrôles. Il n'y a pas d'examens, ce sont des contrôles continus. »

Se renseigner pour l'avenirBeaucoup de jeunes arpentent les allées. Certains sont un peu perdus et dans le flou concernant leur orientation. Des classes de terminal en CAP vente au lycée Jean Renou de la Réole ont fait le déplacement en bus et sont arrivées à 9h30 au parc des expositions. Parmi eux, des jeunes filles de 17 ans, Camille et Océane se destinent plutôt à des études dans le commerce, Morgane à la coiffure et Vanessa recherche un emploi pour l'an prochain. « Nous nous renseignons sur les lycées qui proposent des BTS ou des baccalauréats professionnels commerce, affirment en cœur Camille et Océane, on regarde aussi d'autres choses par curiosité. » Quant à Océane, elle dresse un constat surprenant. « Les écoles de coiffure sont un peu chères. En plus on doit payer ses instruments... » Vanessa a vu quelques métiers qui pourraient lui correspondre mais n'a pas encore fait son choix.

D'autres adolescents se déplacement en famille. A 17 ans, Louisa fréquente le lycée Victor Louis de Talence, en 1ere ES section européenne anglais. Elle profite de la journée banalisée pour découvrir peut-être sa future formation aux côtés de sa mère. « Je viens là pour savoir ce que je vais faire dans deux ans après le bac. » Elle se destine plutôt à des études dans la communication et les relations publiques. « J'ai regardé, il y a des écoles privées et l'IUT Bordeaux Montaigne III qui proposent ces formations. Mais je trouve qu'il n'y a pas beaucoup de stands à ce sujet. En revanche, on en trouve beaucoup dans l'audiovisuel. Cependant je pense que tout le monde y trouve son compte ». Sa mère, Heather, paraît quelque peu rassurée. « C'est bien de s'y prendre tôt pour construire son avenir. Comme ça, dès l'an prochain, elle sait plus ou moins où elle va s'orienter. Elle sera plus à l'aise. En terminal, elle n'aura pas forcément le temps de se poser des questions. Puis, elle laisse mûrir les idées. »

Il reste encore deux jours, ces vendredi 15 et samedi 16 février, pour se renseigner et découvrir des formations. Certains trouveront peut-être leur voie pour tenter de se construire un avenir. 

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
1200
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !