Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

13/04/21 : 264 196 311,23 euros c'est le montant des subventions votées ce 12 avril lors de la dernière commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine. 244 délibérations ont été votées par des élus régionaux sous la présidence d'Alain Rousset.

12/04/21 : Philippe Dubourg, Maire d'Illats depuis 1977, est décédé le 11 avril dernier. Plusieurs élus locaux, dont Christophe Duprat, Maire de Saint-Aubin du Médoc, saluent la mémoire d'un « élu de terrain attaché à son territoire ».

02/04/21 : Autour de la Journée de sensibilisation à l’autisme le 2 avril des villes illuminent leurs monuments en bleu: un symbole pour rappeler la nécessité de simplifier et améliorer le quotidien des personnes autistes. A Bordeaux ce sera la porte de Bourgogne.

01/04/21 : Le 9 avril prochain, la cité scolaire Alcide Dusolier de Nontron deviendra la 1ère cité scolaire 100% bio de France.

31/03/21 : Régionales- Signe de l'alliance entre GénérationS et EELV, Benoit Hamon sera à Bordeaux le 1er avril en soutien à Nicolas Thierry, tête de liste EELV de « Nos terroirs, notre avenir ». Sa numéro 2 en Gironde est Anne-Laure Bedu candidate GénérationS

24/03/21 : Charente-Maritime : Véronique SCHAAF, sous-préfète de Villeneuve-sur-Lot, est nommée sous-préfète de Saintes. Elle devrait prendre ses fonctions le 19 avril 2021. Elle succède à Adeline BARD, arrivée dans l’arrondissement de Saintes en juillet 2018.

19/03/21 : La Banque alimentaire Béarn-Soule organise, samedi 20 mars 2021, une collecte alimentaire exceptionnelle, mobilisant près de 400 jeunes bénévoles, dans 14 magasins de Pau.

18/03/21 : Charentes : L'Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC) vient de se doter d'un nouveau directeur général, Xavier RAFFENNE. Il était précédemment directeur de la Maison des Vins de Gaillac.

16/03/21 : La Rochelle : le festival de fiction télé se déroulera du 14 au 19 septembre, annonce aujourd'hui les organisateurs dans un communiqué. Une journée de plus sera dédiée à la création. Les candidatures pour les œuvres sont ouvertes.

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 15/04/21 | Saintes : La musique baroque se réinvente

    Lire

    A Saintes depuis 2015 l’Abbaye aux Dames propose « Musicaventure », un programme de parcours de visite. Ce parcours ne s’adresse pas qu’aux amateurs de musique baroque mais à tous les publics avec un voyage sonore 3D, des siestes sonores et un manège qui fait appel au toucher, à l’ouïe et à la vue. L’Abbaye souhaite désormais y intégrer une « Aventure urbaine et musicale ». L’idée est, sous la forme de course aux trésors, de mettre en valeur le territoire de Saintes.

  • 15/04/21 | Une meunerie bio et sans gluten à Thuré (86)

    Lire

    A Thuré, dans la Vienne, François Michaud produit des céréales en circuit court tout en pratiquant l’agroforesterie. Pour valoriser les céréales produites sur la ferme en farines ou semoules, il va construire une meunerie. Afin de répondre aux demandes de farines sans gluten, il prévoit également d’acquérir deux moulins et qui lui permettront d’assurer la vente en circuit-court auprès de boulangers et particuliers.

  • 14/04/21 | L’église de Notre-Dame de Soudan va être restaurée

    Lire

    Erigée au XIIe siècle, l’église de Notre-Dame de Soudan dans les Deux-Sèvres souffre de multiples désordres comme des zones d’instabilité structurelles en raison de nombreuses modifications architecturales ou d’une humidité trop importante qui ont détérioré les maçonneries intérieures et extérieures. Afin d’évacuer cette humidité, une tranchée de ventilation va être creusée permettant ainsi la restauration des maçonneries et des peintures murales.

  • 14/04/21 | Un jeu vidéo développé dans les Landes

    Lire

    La société Itchy à Saint-Etienne d’Orthe dans les Landes, s’est spécialisée dans la création de jeux vidéos en 2018 avec son projet « World of furry ». Ce projet permet d’offrir un jeu familial et bienveillant basé sur les animaux imaginaires possédant des caractéristiques humaines. Il sera gratuit à télécharger et la monétisation se fera sous forme d’achats d’objets premium et avec un système d’abonnement.

  • 14/04/21 | 618 000 euros pour les travaux d’urgence sur la ligne Niort-Saintes

    Lire

    Lors de sa dernière séance plénière du 12 avril, la Région vient d'accorder 618 000 euros pour les travaux d’urgence sur la ligne Niort-Saintes. Ce chantier « de maintien de la performance » est indispensables pour pérenniser les circulations des TER et empêcher la dégradation supplémentaire des performances (vitesse, capacité et exploitation). S'en suivront des travaux de régénération étalés jusqu’en 2028. Huit autres lignes sont bénéficierons de ces chantiers d'urgence en 2022.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Profession'L : un salon par et pour les femmes

09/04/2019 | 2000 personnes étaient attendues à la 7ème édition du salon Profession’L hébergé cette année encore par l’hôtel de ville de Bordeaux.

Ouverture salon Profession'L en présence de Nicolas Florian

Des femmes de tous âges et fortes de toutes sortes de projets se pressaient jeudi au Salon Profession’L. Ouvert pendant deux jours au sein de l’hôtel de ville de Bordeaux place Pey Berland, il proposait plusieurs pôles pour répondre au besoin des femmes en recherche d’emploi, en reconversion ou encore en quête d’orientation. Ateliers, conférences, espaces de co-working, rencontres avec les professionnels et les partenaires, offres d’emplois, accompagnements individuels ou encore témoignages étaient au programme de ce salon.

Déterminées, avec un CV sous le bras, des visages inquiets ou juste là par curiosité, la salle du conseil était pleine à craquer dès 10h pour l’ouverture officielle en présence du nouveau maire, Nicolas Florian. A travers lui, c’est la municipalité qui se dressait littéralement aux cotés des femmes pour accompagner l’initiative. " La question de vous héberger au sein de l’hôtel de ville ne se pose pas, le fait que le salon se tienne au centre de la ville montre l’importance que l’on donne à ce que vous faites. Vous voir toutes réunies est rassurant car cela prouve que vos initiatives marchent mais j’avoue ressentir une forme d’inquiétude car la question de la réalité de l’emploi au sein du territoire se pose. On sent que les choses sont à inventer : il faut refaire le monde, ne rien s’interdire.  Outre les encouragements, c’est une promesse que délivre le maire devant ces visages tournés vers lui " on souhaite identifier les gens qui viennent de l’extérieur de la filière administrative. On est prêt à réserver des emplois féminins issus du travail collaboratif, qui ont pris part à ce genre d’évènements, issus de journées comme celles-ci et ce, dès septembre ".

14eme édition française et 7ème en terres bordelaises, Profession’L se place sous le signe de l’espérance et du partage. Séverine Valette et Valentine Mulliez-Bardinet le crient haut et fort : l’entraide est primordiale et le soutien, moteur. Valentine intime qu’elle était d’ailleurs en reconversion professionnelle quand l’idée de ce salon à émergé. Et après avoir demandé à l’assemblée qui venait pour la première fois et avoir vu une marée de mains se lever, elle se rend compte du travail qu’il reste à fournir, et de tout ce qu’il reste à mettre en place.

En quête de changement, Le Casino Barrière de Bordeaux est en recherche de candidates pour un poste d’agent de sécurité. " On a l’habitude d’engager des femmes aux poste d’hôtesses d’accueil ou de cheffes de rang qui sont des postes presque exclusivement féminins. On a décidé d’ouvrir d’autres postes aux femmes et les agents de sécurité baignent dans une image de contact physique alors que le travail vis-à-vis de notre clientèle est surtout le dialogue. On mise donc sur la finesse féminine pour désamorcer les conflits " précise Ludovic. Partenaires du salon et déjà en contact avec un centre de formation, l’occasion était toute trouvée pour commencer à chercher la perle rare.

Outre les quatre thématiques mises en place pour accompagner ces femmes dans leur cheminement (formation, retour à l’emploi/recrutement, création d’entreprise, pole accompagnement individuel), elles sont appelées à s’exprimer : boite à questions et panneaux d’affichage sont ouverts à toutes les idées.

Ouverture salon Profession'L

 

Sous les dorures, les différents partenaires ont pris place et quelques 70 stands attendent les visiteuses : institutions publiques, organismes de formations, incubateurs, entreprises et coachs sont ouverts à qui veut bien parler de sa situation, de son parcours et de sa recherche ou juste par curiosité. Certaines sont inquiètes pour leur avenir, d’autres redoublent d’efforts et d’énergie, les unes n’en ont plus et sont venues en trouver, d’autres encore sont juste curieuses et attendent qu’une rencontre fasse le déclic. Des poussettes sont garées dans l’entrée, un petit ange blond de 2 ou 3 ans joue avec le stylo que sa mère a placé dans la poche de sa veste de tailleur et quelques hommes émergent de la foule.

Des femmes qui prennent la parole et d’autres qui les boivent, faisant le plein d’énergie. " Vous êtes authentiques, généreuses et sincères, à la recherche du WOW ! et d’un « j’ai envie d’en faire partie », on est là pour vous y aider ", scande le micro. Puis c’est au tour de Juliette de témoigner. Conductrice de travaux en région parisienne, elle redescend en région bordelaise après que son mari y ait trouvé un travail. " En sortant d’un entretien d’embauche, je me suis rendu compte que je ne voulais plus faire ce que je faisais depuis si longtemps déjà. Mon travail ne convenait pas à mon rythme de vie, je ne m’y sentais plus en confort. " La jeune femme prend alors du temps pour elle et se remet à la couture. Ses amis et sa famille lui demandent de plus en plus de créations et après 6 mois de réflexion, le projet émerge en janvier 2018. " Je me suis tournée naturellement vers pôle emploi en qui j’ai confiance et le CIDFF (centre d’insertion des droits de la femme). Je suis encore en CAP couture. La Ruche, un incubateur de projet, m’accompagne et j’ai même été retenue pour le concours des Audacieuses. " Le processus est long et la remise en question effrayante jusqu’à la prise de confiance grâce à l’accompagnement. " C’est une renaissance, j’ai appris à puiser dans mon énergie et à sortir de ma zone de confiance pour trouver ma place. Si j’ai un conseil à donner c’est de ne pas avoir peur de tout remettre en question pour donner un vrai sens à sa vie. "

 Ouverture salon Profession'L

Des copines se retrouvent sur les marches et débriefent ensemble des rendez-vous auxquels elles ont participé et les offres intéressantes. Cheveux courts et lunettes bleues vissées sur le nez, Martine, 56 ans, est sortie prendre le soleil. Elle est à quelques années de la retraite. Originaire de Poitiers, elle a suivi une formation de documentaliste à l’IUT de Bordeaux. Après son diplôme en deux ans, elle a été recrutée par France Télécom pour indexer le service minitel puis les pages jaunes. " Après avoir fait du management et être passée par plusieurs postes, le local a licencié un quart de son effectif et j’ai fait partie de la vague. Je n’ai pas de trous dans mon cursus, en ce moment je suis en congé mobilité mais en septembre, je serai en période de carence si je n’ai rien trouvé d’ici-là. " C’est grâce à son fils de 20 ans qu’elle a pris conscience de son besoin d’évolution au sein de son travail. " Tout se passe par internet maintenant, c’est une envie mais aussi un besoin d’évoluer par rapport à ma formation et de prendre une couleur digitale que je n’ai pas et qui est indispensable aujourd’hui. Je cherche une formation à faire pendant mon congé et je viens ici non seulement pour en trouver une adaptée mais aussi pour me caler par rapports aux offres. "

Après avoir surmonté ce sentiment de solitude face à un monde du travail en perpétuel mutation, c’est une recherche d’accompagnement que la plupart des femmes présentes au salon cherche en franchissant les portes de l’hôtel de ville. Louise elle, est venue avec ses enfants et son mari. Elle est vendeuse en boulangerie depuis bientôt 6 ans et sentant le cap des 30 ans arriver, elle s’est rendu compte de son envie de " faire avec ses mains ". Bien qu’entourée par sa famille, elle ne sait pas vers qui se tourner pour franchir le cap de la création d’entreprise. " En fait, je ne sais même pas de quoi j’ai besoin : formation, étude de marché, paperasse, budget… j’ai besoin d’un mentor pour la partie sur le papier, moi je ne sais que faire mes gâteaux. J’attends beaucoup du salon et pour l’instant je ne suis pas déçue de l’ambiance et des conseils que l’on me donne. Reste à voir si j’en ai l’audace ". Son mari Gabriel en est sûr et l’encourage dans cette voie. A la recherche d’un travail, d’une idée de formation ou d’un coup de pouce, toutes ici repartent avec l’espoir d’entendre des voix pour enfin trouver la leur.

Sabine Taverdet
Par Sabine Taverdet

Crédit Photo : Sabine T

Partager sur Facebook
Vu par vous
3593
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 17 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !