Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/01/20 : Le maire de Bayonne et président de la Communauté territoriale Pays basque aux 158 communes Jean-René Etchegaray, 67 ans, avocat, annoncera ce mardi, s'il repart pour un nouveau mandat municipal. Probable malgré une agglomération dévoreuse d'énergie.

20/01/20 : Charente: La DDT organise une réunion d’information sur les aides animales de la PAC, en présence de l’ensemble des partenaires, ce mercredi à 10h à l'amphithéâtre de la communauté de communes Charente Limousine, rue fontaine des jardins à Confolens.

20/01/20 : La Rochelle se classe 3e du classement des villes et villages où il fait bon vivre par l'association éponyme, paru dans le JDD hier.

19/01/20 : La candidate socialiste aux municipales de Périgueux, Delphine Labails multiplie les soutiens nationaux : elle accueillera deux anciens ministres, Najat Vallaud Belkacem, le 22 janvier et l'ancien premier ministre Bernard Cazeneuve, le 8 février

17/01/20 : Le conseiller départemental PS Sébastien Saint-Pasteur a annoncé ce mercredi sa candidature aux prochaines municipales à Pessac, où il conduira la liste "Réinventons Pessac". La composition de sa liste est attendue pour février.

16/01/20 : Charente-Maritime: Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, chargé des Transports visitera l’entreprise STELIA-Aerospace à Rochefort ce vendredi à 15h.

16/01/20 : A partir du 27 janvier, l’Agence régionale de santé Nouvelle-Aquitaine centralise ses lignes téléphoniques pour proposer un numéro unique pour tous les départements : 09 69 37 00 33 afin de proposer "une réponse plus efficace et plus personnalisée

16/01/20 : Suite au courrier de réponse de la Garde des Sceaux, "courrier qui ne répond nullement aux attentes des avocats", le Conseil de l'Ordre de Bordeaux a décidé la reconduction de la grève avec un rassemblement le 17 janv à 10h30 devant la Cour d'Appel

16/01/20 : Angoulême: le festival international de la BD a dévoilé les 3 noms en lice pour le grand prix : Emmanuel Guibert, Catherine Meurisse et Chris Ware, suite au vote des professionnels organisé entre le 7 et le 12/01. Le lauréat sera connu le 29 janvier.

15/01/20 : Le Premier ministre Edouard Philippe a qualifié aujourd'hui de "baroque" la présence de deux ministre du gouvernement en lice pour les Municipales de Biarritz. Il donne quelques jours à Didier Guillaume et Jean-Baptiste Lemoyne pour se mettre d'accord?

15/01/20 : 3 figures de la «photographie humaniste» dans la France de l’après-guerre (Robert Doisneau, Henri Cartier-Bresson et Willy Ronis) seront à l'honneur les 15/02, 21/03 et 4/04 à la médiathèque de Pessac dans le cadre d'un cycle de conférences sur la photo

15/01/20 : Dordogne : Le maire de Nontron Pascal Bourdeau, âgé de 59 ans, (PS) a annoncé qu'il ne briguera pas de second mandat. Il se dit fatigué par ce mandat très exigeant. Pascal Bourdeau demeure vice-président du Conseil départemental.

14/01/20 : Thomas Cazenave, candidat LREM aux élections municipales de mars prochain à Bordeaux, recevra Stanislas Guerini délégué général du parti, le jeudi 16 janvier.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/01/20 | Les amphis du savoir : des conférences sur l'actualité scientifique à Poitiers

    Lire

    La fac des Sciences fondamentales et appliquées de l'université de Poitiers et L'Espace Mendès-France organisent les amphis du savoir. Des conférences sur l’actualité des sciences, des techniques et la vulgarisation scientifique. La conférence inaugurale "Normalité, pathologie, handicap, santé mentale, neurodiversité et inclusion à l’université" animée par Franck Ramus, directeur de recherches au CNRS, se déroule ce 22 janvier à 14h bât. A1, UFR Droit du campus de Poitiers. Programme à découvrir ici.

  • 20/01/20 | Immobilier : Bordeaux "assagi"

    Lire

    Dans une note récente, le réseau immobilier Orpi donne quelques tendances de l'immobilier à Bordeaux en 2019. Le dévissage se confirme : 4196 euros au mètre carré en moyenne, soit une baisse de -1,5%, malgré un prix moyen des loyers qui se maintient (740 euros). Selon Lionel Klotz, président du GIE Orpi Gironde, "cette régulation naturelle du marché pourrait permettre à des primo-accédants de profiter de taux bas et ainsi désengorger le marché locatif". Ce recul, selon la note, est "trop relatif pour observer un impact immédiat sur le marché mais laisse présager une stabilisation en 2020".

  • 20/01/20 | Le président des Deux-Sèvres défend les éducateurs de l'aide sociale à l'enfance (ASE)

    Lire

    Gilbert Favreau, président du Conseil départemental des Deux-Sèvres, a tenu à rappeler le professionnalisme des personnels de l'ASE sur son territoire. La réaction fait suite au reportage de Zone Interdite « Mineurs en danger : enquête sur les scandaleuses défaillances de l'ASE », diffusé sur M6, montrant la maltraitance des jeunes dans ces centres de l’État. Gilbert Favreau rappelle que « le Département a procédé à des recrutements et à l'engagement de moyens supplémentaires afin de soutenir les équipes. »

  • 20/01/20 | Poitiers, première grande ville française "où il fait bon étudier"

    Lire

    Lors du 30e Salon des lycéens et des étudiants, des 17 et 18 janvier, la ville de Poitiers a reçu le prix de la première grande ville de France "où il fait bon étudier" pour l'année 2019-2020. Un classement réalisé, chaque année, par le magazine L'Étudiant. Ce palmarès se base sur des critères tels que l'attractivité, la formation, le cadre de vie, la vie étudiante et l'emploi. Pour rappel, l'université de Poitiers compte 27 000 étudiants pour 128 000 habitants (soit 22% de la population).

  • 20/01/20 | Charente : Deux produits à l’honneur à l’Elysée

    Lire

    Les 18 et 19 janvier, le Palais de l’Elysée a organisé une exposition ouverte au public « Fabriqué en France » qui a réuni 120 produits d’entreprises françaises considérés comme emblématiques des territoires locaux. La Charente y était représentée par la tuile galbée la Romane Canal produite par Terreal et le cognac Antique XO produit par Thomas Hine & Co.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Profession'L : un salon par et pour les femmes

09/04/2019 | 2000 personnes étaient attendues à la 7ème édition du salon Profession’L hébergé cette année encore par l’hôtel de ville de Bordeaux.

Ouverture salon Profession'L en présence de Nicolas Florian

Des femmes de tous âges et fortes de toutes sortes de projets se pressaient jeudi au Salon Profession’L. Ouvert pendant deux jours au sein de l’hôtel de ville de Bordeaux place Pey Berland, il proposait plusieurs pôles pour répondre au besoin des femmes en recherche d’emploi, en reconversion ou encore en quête d’orientation. Ateliers, conférences, espaces de co-working, rencontres avec les professionnels et les partenaires, offres d’emplois, accompagnements individuels ou encore témoignages étaient au programme de ce salon.

Déterminées, avec un CV sous le bras, des visages inquiets ou juste là par curiosité, la salle du conseil était pleine à craquer dès 10h pour l’ouverture officielle en présence du nouveau maire, Nicolas Florian. A travers lui, c’est la municipalité qui se dressait littéralement aux cotés des femmes pour accompagner l’initiative. " La question de vous héberger au sein de l’hôtel de ville ne se pose pas, le fait que le salon se tienne au centre de la ville montre l’importance que l’on donne à ce que vous faites. Vous voir toutes réunies est rassurant car cela prouve que vos initiatives marchent mais j’avoue ressentir une forme d’inquiétude car la question de la réalité de l’emploi au sein du territoire se pose. On sent que les choses sont à inventer : il faut refaire le monde, ne rien s’interdire.  Outre les encouragements, c’est une promesse que délivre le maire devant ces visages tournés vers lui " on souhaite identifier les gens qui viennent de l’extérieur de la filière administrative. On est prêt à réserver des emplois féminins issus du travail collaboratif, qui ont pris part à ce genre d’évènements, issus de journées comme celles-ci et ce, dès septembre ".

14eme édition française et 7ème en terres bordelaises, Profession’L se place sous le signe de l’espérance et du partage. Séverine Valette et Valentine Mulliez-Bardinet le crient haut et fort : l’entraide est primordiale et le soutien, moteur. Valentine intime qu’elle était d’ailleurs en reconversion professionnelle quand l’idée de ce salon à émergé. Et après avoir demandé à l’assemblée qui venait pour la première fois et avoir vu une marée de mains se lever, elle se rend compte du travail qu’il reste à fournir, et de tout ce qu’il reste à mettre en place.

En quête de changement, Le Casino Barrière de Bordeaux est en recherche de candidates pour un poste d’agent de sécurité. " On a l’habitude d’engager des femmes aux poste d’hôtesses d’accueil ou de cheffes de rang qui sont des postes presque exclusivement féminins. On a décidé d’ouvrir d’autres postes aux femmes et les agents de sécurité baignent dans une image de contact physique alors que le travail vis-à-vis de notre clientèle est surtout le dialogue. On mise donc sur la finesse féminine pour désamorcer les conflits " précise Ludovic. Partenaires du salon et déjà en contact avec un centre de formation, l’occasion était toute trouvée pour commencer à chercher la perle rare.

Outre les quatre thématiques mises en place pour accompagner ces femmes dans leur cheminement (formation, retour à l’emploi/recrutement, création d’entreprise, pole accompagnement individuel), elles sont appelées à s’exprimer : boite à questions et panneaux d’affichage sont ouverts à toutes les idées.

Ouverture salon Profession'L

 

Sous les dorures, les différents partenaires ont pris place et quelques 70 stands attendent les visiteuses : institutions publiques, organismes de formations, incubateurs, entreprises et coachs sont ouverts à qui veut bien parler de sa situation, de son parcours et de sa recherche ou juste par curiosité. Certaines sont inquiètes pour leur avenir, d’autres redoublent d’efforts et d’énergie, les unes n’en ont plus et sont venues en trouver, d’autres encore sont juste curieuses et attendent qu’une rencontre fasse le déclic. Des poussettes sont garées dans l’entrée, un petit ange blond de 2 ou 3 ans joue avec le stylo que sa mère a placé dans la poche de sa veste de tailleur et quelques hommes émergent de la foule.

Des femmes qui prennent la parole et d’autres qui les boivent, faisant le plein d’énergie. " Vous êtes authentiques, généreuses et sincères, à la recherche du WOW ! et d’un « j’ai envie d’en faire partie », on est là pour vous y aider ", scande le micro. Puis c’est au tour de Juliette de témoigner. Conductrice de travaux en région parisienne, elle redescend en région bordelaise après que son mari y ait trouvé un travail. " En sortant d’un entretien d’embauche, je me suis rendu compte que je ne voulais plus faire ce que je faisais depuis si longtemps déjà. Mon travail ne convenait pas à mon rythme de vie, je ne m’y sentais plus en confort. " La jeune femme prend alors du temps pour elle et se remet à la couture. Ses amis et sa famille lui demandent de plus en plus de créations et après 6 mois de réflexion, le projet émerge en janvier 2018. " Je me suis tournée naturellement vers pôle emploi en qui j’ai confiance et le CIDFF (centre d’insertion des droits de la femme). Je suis encore en CAP couture. La Ruche, un incubateur de projet, m’accompagne et j’ai même été retenue pour le concours des Audacieuses. " Le processus est long et la remise en question effrayante jusqu’à la prise de confiance grâce à l’accompagnement. " C’est une renaissance, j’ai appris à puiser dans mon énergie et à sortir de ma zone de confiance pour trouver ma place. Si j’ai un conseil à donner c’est de ne pas avoir peur de tout remettre en question pour donner un vrai sens à sa vie. "

 Ouverture salon Profession'L

Des copines se retrouvent sur les marches et débriefent ensemble des rendez-vous auxquels elles ont participé et les offres intéressantes. Cheveux courts et lunettes bleues vissées sur le nez, Martine, 56 ans, est sortie prendre le soleil. Elle est à quelques années de la retraite. Originaire de Poitiers, elle a suivi une formation de documentaliste à l’IUT de Bordeaux. Après son diplôme en deux ans, elle a été recrutée par France Télécom pour indexer le service minitel puis les pages jaunes. " Après avoir fait du management et être passée par plusieurs postes, le local a licencié un quart de son effectif et j’ai fait partie de la vague. Je n’ai pas de trous dans mon cursus, en ce moment je suis en congé mobilité mais en septembre, je serai en période de carence si je n’ai rien trouvé d’ici-là. " C’est grâce à son fils de 20 ans qu’elle a pris conscience de son besoin d’évolution au sein de son travail. " Tout se passe par internet maintenant, c’est une envie mais aussi un besoin d’évoluer par rapport à ma formation et de prendre une couleur digitale que je n’ai pas et qui est indispensable aujourd’hui. Je cherche une formation à faire pendant mon congé et je viens ici non seulement pour en trouver une adaptée mais aussi pour me caler par rapports aux offres. "

Après avoir surmonté ce sentiment de solitude face à un monde du travail en perpétuel mutation, c’est une recherche d’accompagnement que la plupart des femmes présentes au salon cherche en franchissant les portes de l’hôtel de ville. Louise elle, est venue avec ses enfants et son mari. Elle est vendeuse en boulangerie depuis bientôt 6 ans et sentant le cap des 30 ans arriver, elle s’est rendu compte de son envie de " faire avec ses mains ". Bien qu’entourée par sa famille, elle ne sait pas vers qui se tourner pour franchir le cap de la création d’entreprise. " En fait, je ne sais même pas de quoi j’ai besoin : formation, étude de marché, paperasse, budget… j’ai besoin d’un mentor pour la partie sur le papier, moi je ne sais que faire mes gâteaux. J’attends beaucoup du salon et pour l’instant je ne suis pas déçue de l’ambiance et des conseils que l’on me donne. Reste à voir si j’en ai l’audace ". Son mari Gabriel en est sûr et l’encourage dans cette voie. A la recherche d’un travail, d’une idée de formation ou d’un coup de pouce, toutes ici repartent avec l’espoir d’entendre des voix pour enfin trouver la leur.

Sabine Taverdet
Par Sabine Taverdet

Crédit Photo : Sabine T

Partager sur Facebook
Vu par vous
2829
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !