Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/06/18 : L'interdiction de pêche et consommation des moules du bassin d’Arcachon a été levée ce 21 juin par le préfet. Dans le banc d’Arguin et les passes, le taux de présence de toxines a baissé mais ne permet pas de lever l'interdiction dans cette zone

20/06/18 : Ce 19 juin, l’état de catastrophe naturelle, a été reconnu pour les communes de Salies-de-Béarn et des Eaux-Bonnes (Gourette) pour les inondations des 12 et 13 juin 2018. Les autres demandes seront examinées le 3 juillet prochain.

19/06/18 : La Rochelle : Raphaël Glucksmann, Directeur du Nouveau magazine littéraire, sera au Musée maritime samedi 23 juin à 14h30 pour une rencontre avec le public sur le thème des relations entre océan et climat et les impacts du changement climatique.

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/06/18 | La grogne des CCI de Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Réunis ce jeudi en AG à Bordeaux, les quinze présidents des Chambres de Commerce et d'Industrie régionales ont dénoncé la décision du gouvernement de raboter la Taxe pour Frais de Chambre de 100 millions d'euros par an sur les 4 prochaines années. "Fin 2017, plusieurs ministres s’étaient engagés à garantir la stabilité des ressources de 2019 à 2022 après une baisse de 150 millions en 2018. Que valent donc ces engagements, notamment quand le gouvernement refuse de reconnaître la performance des CCI sur les territoires ?" dénoncent-ils, parlant même d'une "casse sociale annoncée". Une réunion de crise est prévue le 5 juillet prochain.

  • 22/06/18 | Gourette: les travaux de la RD918 démarrent lundi

    Lire

    Après une semaine d'études du site de l'effondrement de la RD 918, suite aux intempéries du 12 juin, « les travaux commencent dès lundi », annonce le Département des Pyrénées-Atlantiques. La réalisation d’un remblai en terre armée sur une hauteur de 4 m permettra de rétablir une chaussée de 7 m de large, telle la voirie d’origine et garantissant les conditions de sécurité, pour un coût de 700 000 €. Le chantier devrait durer 4 à 5 semaines (sauf mauvaise météo), permettant d'assurer la 19ème étape du Tour de France. Des travaux de confortement et de drainage du talus amont seront aussi engagés sur le 2nd semestre 2018.

  • 22/06/18 | Viticulture: de nouvelles mesures de soutien

    Lire

    L'INAO, a décidé d'augmenter le niveau du volume complémentaire individuel à 20% maximum du rendement du cahier des charges et de faire évoluer de 30 à 50% le plafond cumulé de réserve sur 3 ans. Une manière de renforcer la résilience des exploitations face aux aléas climatiques et à leur récurrence, en jouant un rôle équivalent à celui d’une assurance récolte. Ainsi, les volumes complémentaires cumulés pourront être revendiqués en appellation d’origine en cas de récolte déficitaire. La structure a aussi donné un avis favorable à la demande d’expérimentation pour les vins liquoreux (Monbazillac, Sauternes et Barsac).

  • 22/06/18 | Le pont Simone Veil ne sera pas au rendez-vous de 2020

    Lire

    D'un commun accord, la Métropole et la société Fayat chargée du chantier annoncent une «divergence d’ordre technique et juridique», sur les conditions d’exécution des batardeaux (enceintes de travail permettant de construire les piles du pont) dans la Garonne. Fayat considère que davantage de protections sont nécessaires face à la force du courant et à un sol de mauvaise qualité, ce que réfute le cabinet d'études conseil de la Métropole. Un médiateur va donc être missionné pour donner son avis au plus tard fin 2018. Résultat: le pont sera livré avec 1 à 3 ans de retard et un possible surcoût de 18M€.

  • 22/06/18 | Un transport en commun en site propre sur le Nord Bassin

    Lire

    Dans le cadre de la concertation ouverte sur le Projet de Déplacements Durables du Nord Bassin, un atelier de travail dédié aux solutions de transport en commun en site propre est organisé lundi 25 juin au centre d'animation de Lanton. Objectif : échanger sur l’opportunité de la mise en œuvre d'un tel mode de transport entre Arès et Biganos, en présence des experts associatifs et bureaux d’études spécialisés. Ouvert à tous sur inscription en envoyant un mail à : contact-pddnb@gironde.fr

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Pauvreté : la précarisation s'installe durablement

10/11/2017 | Le Secours Catholique publie son rapport statistique sur l’état de la pauvreté en France. Une réalité qui perdure et augmente.

Affiche campagne du Secours Catholique

En 2016, les 67 900 bénévoles du Secours Catholique de France ont rencontré 1 438 000 personnes en difficulté. Du côté de la métropole bordelaise on atteint régulièrement les 280 personnes sans solutions de logement tous les soirs. Fort de ce constat, le Secours Catholique interpelle sur cette misère qui s’installe mais également sur la fragilité de la cohésion sociale mise à l’épreuve par les préjugés qui touchent les plus précaires.

Il vient presque tous les jours, bonnet rouge sur la tête, et trois ou quatre pulls pour lui donner bien chaud au corps. Alain est un habitué de la Halte du Secours Catholique de Bordeaux depuis près d’un an « parce que les repas ne coutent que 20 centimes ». Cet homme de 74 ans assure qu’il gagnait bien sa vie.  Aujourd’hui, s’il a besoin d’aide c’est parce que il y a eu des problèmes avec la justice, « une sale histoire avec une chauffeuse de car il y a 10 ans ». Résultat de la « sottise » il doit 130 000 euros à la victime. Une somme bien trop importante pour sa petite retraite. Désormais, ne touchant aucune aide, tous les mois il est a découvert. Sa famille, il ne veut pas en entendre parler. Alors chaque matin il prend le bus depuis Floirac et vient chercher de quoi se réchauffer et manger un peu. Quand son budget est plus confortable il va à St Michel, à la Marmite, où les repas coutent trois euros. Alain ne reste jamais bien longtemps à la Halte, il passe simplement avant d’aller à la bibliothèque, emprunter des livres d’Agatha Christie pour les lire dans les parcs. 

Les femmes et les jeunes en ligne de mire 

 A la Halte de Secours Catholique les parcours de vies se croisent mais ne se ressemblent pas. Il y a Alain, Marco, la famille nombreuse albanaise arrivée ce matin et tous les autres. En six ans, le Secours Catholique rue de Lafaurie de Monbadon est passé de 50 accueils à 150 par jour, « une misère cachée ». Aujourd’hui en publiant leurs derniers chiffres sur la pauvreté en France, il espère bien faire entendre « leur cri du cœur » selon les mots du Président du Secours Catholique de Gironde, Alain De Brugière.

A l’échelle nationale, ce sont la situation des femmes, des enfants et des jeunes qui sont mises en avant. Les femmes représentent la majorité des adultes rencontrés par les équipes en 2016. Elles viennent chercher de quoi se nourrir dignement mais aussi une écoute attentive, « un peu d’humanité ». Cette surreprésentation des femmes par rapport aux hommes s’explique par la forte proportion de mères isolées et par l’augmentation plus récente de la proportion des femmes seules dont les ressources et pensions de retraites sont faibles. Les enfants, quant à eux, représentent 47% du nombre total de personnes rencontrées, une part qui reste stable au cours du temps.

Infographie des chiffres de la pauvreté en Gironde selon le Secours Catholique

Du côté des personnes accueillies en Gironde, on note une légère augmentation des hommes seuls (+0,3%) et une baisse importante des mère seules (-5,6%). Le nombre de couples aidés avec enfants a lui beaucoup augmenté (+ 4,8%). Parmi les tendances du département on note une très importante augmentation des étrangers en provenance d’Europe de l’Est (hors Union Européenne) passant de 3,9% en 2015 à 14,2% en 2016. De la même manière, la paupérisation provoque une augmentation des personnes sans droit au travail, de 4% en 2015 à 13,3% en 2016. Et pour en finir avec ces comparaisons, le rapport note une diminution des logements stables de 83,1% en 2015 contre 76% en 2016, donc une augmentation des logements précaires. Des chiffres sur la pauvreté qui viennent contrebalancer la croissance économique positive de la métropole et son flux de touristes toujours plus important. Un paradoxe que le Président souligne par l’adage suivant « la grandeur d’une société se reconnaît à la manière dont elle traite ses sujets les plus fragiles »

Préjugés, les mots qui blessent

Depuis plusieurs années déjà, le Secours Catholique accompagne ses chiffres avec les préjugés les plus entendus sur les personnes en situation de précarité. Parce que « les mots aussi peuvent blesser ces personnes déjà très affectées moralement », insiste Anne-Marie Guillembet, vice-présidente du Secours Catholique de Gironde. Ils sont bien trop nombreux, mais l’association a choisi de déconstruire huit préjugés courants. Les étrangers vivent-ils des allocations familiales ? Faux, répond le rapport. Au sein des ménages rencontrés, le niveau de revenu mensuel médian des ménages étrangers (139€) est bien plus faible que celui des ménages français (930€). De manière générale quelle que soit l’origine de leurs ressources, les ménages étrangers rencontrés vivent en quasi-totalité au dessous du seuil national de pauvreté. Une grande précarité qui s’explique en partie par l’absence de ressources des personnes étrangères accueillis.

Parmi les préjugés les plus courant il y a aussi celui-là « les pauvres sont des assistés et des fraudeurs ». Faux, encore une fois. D’abord parce que les minima sociaux en France ne sont pas plus élevés en France que dans le reste de l’Europe. Une personne seule en France perçoit 655€ de minima sociaux, 772€ en Allemagne ou encore 699€ en Belgique. Enfin, le montant de non-recours aux aides est plus élevé que le montant de la fraude. Par exemple, en 2016, 31% des ménages français ou étrangers en règle avec au moins deux enfants de moins de 20 ans ne touchent pas les allocations familiales. De même, le taux de non-recours au RSA augmente par rapport à 2015 passant de 38% à 40%. Au regard des chiffres du Secours Catholique, l’association pose encore la question « qui croit encore que les démunis ont la belle vie ? ». Et si les journalistes devaient aussi se remettre en question ? L’idée est suggérée par le rapport qui chiffre que 66% des personnes interrogées affirment que les préjugés viennent en partie des médias. 

Révolution fraternelle

Pourtant derrière les chiffres, les situations sont bien réelles. Le Secours Catholique regroupe à la fois des personnes pauvres mais aussi 67 900 bénévoles en France, pour 750 en Gironde. Des bénévoles qui ne sont pas suffisant pour répondre à toute la misère. L’accueil de Bordeaux par exemple n’est pas ouvert le dimanche contrairement à ceux de Paris. Au sein de l’association on l’assure pourtant les dons et le temps des bénévoles sont essentielles pour qu’une révolution fraternelle soit est en marche. Christophe Venien, bénévole en est certain :« les meilleurs experts de la pauvreté, c’est quand même ceux qui la vivent ». Ainsi, l’association essayent d’inclure de plus en plus les personnes accueillies aux activités quotidiennes, « comme Marco qui fait la plonge ». En donnant plus de place aux concernés, l’association espère bien nouer des liens avec eux, « pour les remettre dans le système, leur donner confiance ». 

 

Pour faire un don au Secours Catholique, plus d'informations sur le site secours-catholique.org

Alizé Boissin
Par Alizé Boissin

Crédit Photo : Secours Catholique

Partager sur Facebook
Vu par vous
30644
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !