18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Le TGV plus bruyant que prévu ?

20/07/2017 | Lisea annonce des mesures complémentaires autour de la nuisance sonore autour de la nouvelle LGV SEA

TGV de la LGV

Ce mercredi, un groupe d'habitants de Marsas en Gironde, riverains de la nouvelle LGV Paris-Bordeaux, a fait connaître avec l'appui du maire Brigitte Misiak, leur mécontentement quant à la nuisance sonore causée par le passage quotidien de nombreux TGV à proximité de chez eux. Une grogne entendue par Liséa, concessionnaire de la ligne, qui organisait, en réponse, ce 20 juillet, une conférence de presse pour tenter de calmer le jeu, avant de rencontrer élus et riverains, le 21 juillet, dans l'après-midi. Si la réaction des habitants n'est pas vraiment une surprise pour Hervé Le Caignec, président de Liséa, il assure qu'une campagne de mesures acoustiques en conditions réelles de trafic va être mise en place à partir de septembre sur une centaine de points de contrôles. En fonction des résultats, de nouveaux aménagements pourront éventuellement être réalisés. Mais il n'y aura sans doute pas de quoi totalement contenter les habitants...

Pour la construction de toute infrastructure, la loi fixe un niveau sonore maximum de nuisance pour les riverains. Ce seuil est de 60 décibels en moyenne dans la journée. Lors de la première phase d'étude autour de la construction de la ligne, « des études acoustiques par simulation ont ainsi permis de situer et de dimensionner les protections à mettre en place pour respecter ce niveau sonore réglementaire », rappelle le président de Liséa. Un travail de modélisation qui doit désormais être complété, sur la période de septembre 2017 à février 2018, par des tests en situation réelle de trafic, pour adapter si besoin les protections déjà mises en place. Une campagne de mesures qui était prévue dès avant le « cas » Marsas. « Les élus des communes touchées par la LGV ayant été prévenus par courrier à la fin du mois de juin », assure Liséa. Ces mesures sonores seront réalisées par un expert indépendant (la CEREMA) par la pose de micro sur les façades des maisons pour une durée de 24 heures. « L'objectif est de vérifier que ce que l'on a conçu à partir de modèles théoriques correspond bien au respect du seuil de réglementation. Si on dépasse le seuil des 60 db, on devra intervenir à nos frais pour une meilleure protection sonore, mais dans le cas inverse nous n'interviendrons pas », précise Hervé Le Caignec.

"Les riverains doivent se retourner vers l'Etat"
Mais, toute la subtilité de cette norme réglementaire est que le seuil en question est un seuil moyen mesuré sur la journée (de 6h à 22h), et non pas la mesure du pic sonore ponctuel mais (très) répétitif, du passage de chaque TGV à proximité des maisons... Il n'est donc pas impossible qu'à Marsas, comme ailleurs (Lisea a à ce jour reçu 32 courriers de réclamation concernant les nuisances sonores), le cap des 60 décibels de moyenne jour soit bel et bien respecté.
« Si en respectant les normes la situation n'est pas tenable, les riverains doivent se retourner vers l'Etat, car c'est lui qui a fixé ce seuil », conseille Hervé Le Caignec qui admet que le pic sonore du passage du TGV est « une nuisance indéniable ». « Tout est fait pour minimiser ces nuisances, mais on ne peut pas résoudre celles de tout le monde. Nous allons nous en tenir à ce que l'on nous demande de faire ».

Quant à la réunion à Marsas de ce vendredi après-midi et celles qui suivront, avec pour l'heure des réunions programmées dans sept autres communes le long du tracé de la LGV, il s'agit de rencontrer l'équipe municipale et d'expliquer la campagne de mesures à venir. « En fonction des spécificités de la commune et de ce que nous diront aussi les riverains, nous sommes tout à fait prêts à déplacer ou ajouter des points de contrôles auxquels nous n'aurions pas pensé », précise l'équipe de Lisea. Seule petite « bonne nouvelle » pour l'heure, les nouvelles rames Océane du TGV, qui sont appelées à se multiplier sur la ligne, ont été travaillées pour engendrer moins de bruits que celles de première génération, indique l'équipe du concessionnaire... Un faible contentement sans doute pour les riverains.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
7080
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Roland | 24/07/2017

Rien d'étonnant. cela était prévisible, les associations luttant contre ces LGV avaient prévenu. La mesure comme vous l'écrivez est une mesure moyenne. Or l'échelle et la méthode de mesure écrasent les émergences (pics très courts et très bruyants) lors des passages des TGV. La gêne rencontrée n'est pas liée au bruit moyen mais à l'émergence très violente.

De plus, la mesure ne tient pas compte des basses fréquences qui se diffusent non pas dans l'air mais préférentiellement par le sol. Ce sont ces basses fréquences qui font vibrer les assiettes au fond des vaisseliers.

alain renard | 24/07/2017

Les propos rassurant, voir condescendant parfois quant au respect des normes environnementales sonores sont maintenant confrontés à la réalité de la mise en service. La loi la plus récente ayant prévue une obligation de résultats et non plus une obligation de moyens,on pouvait être rassuré. Mais le diable se cachant dans les détails, il s'agit du respect de la valeur moyenne sur la journée! Cette culture de la moyenne qui devrait nous faire accepter de recevoir un coup ponctuel sur la tête au motif qu'il serait régulièrement espacé et ne créerait pas de plaie!
En l'occurrence remarquons que le confort du passager utilisateur est lui bien assuré.
Triste évolution de hiérarchie des normes....

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !