Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

20/06/21 : Dans la Vienne, le taux de participation aux élections départementales et régionales de 2021 a atteint 10,99% à midi. Il est en baisse par rapport aux scrutins de 2015 : les taux étaient de 15,43% pour les départementales et 16,53% pour les régional

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/06/21 | Régionales : Pas d'accord Rousset-Thierry ce lundi

    Lire

    Alors que se pose depuis hier soir la question d'un accord entre la liste du président sortant Alain Rousset et celle de Nicolas Thierry pour EELV, les négociations semblent pour aujourd'hui dans l'impasse. "Ce lundi, aucun accord n’a pu être signé. Il n’y avait manifestement aucune volonté d’accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation.", indique le service de presse du candidat Alain Rousset. "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable", indique le président sortant.

  • 21/06/21 | Pau, ville moins polluée par les particules fines

    Lire

    Sur les 323 villes européennes sondées, Pau est la 1ère ville française du classement établi par une étude de l’Agence européenne pour l’environnement parue le 17 juin. L’étude de fait notamment ressortir un taux de particules fines en suspension supérieur aux valeurs établies par l’OMS pour 196 villes européennes sur les 323 sondées. Dans notre région, Pau affiche un taux de PM2,5 de 5,6 µg/m³, Bayonne de 6,4 µg/m³ et de 9,23 µg/m³ pour Bordeaux. Selon l’OMS, il ne faut pas dépasser le seuil de 10 microgrammes de PM2,5 par mètre cube d’air (10 µg/m³). En trop grande quantité, les particules fines sont nocives pour la santé.

  • 21/06/21 | L'Orchestre des Champs-Elysées au musée Sainte-Croix de Poitiers

    Lire

    L'Orchestre des Champs-Elysées se produira, le mercredi 23 juin à 19h et 21h dans l'Auditorium du musée Sainte-Croix de Poitiers. Une partition de Rimsky-Korsakov, sommet de la littérature musicale de la fin du 19e siècle, sera présentée dans une version de chambre avec violon, violoncelle, clarinette et piano. Le musée offre la possibilité de visiter l’exposition temporaire (visible jusqu'au 4 juillet) "L'Amour fou ? Intimité et création (1910-1940)" avant le concert. Le concert est gratuit mais les réservations sont obligatoires : www.musees-poitiers.org

  • 21/06/21 | Lavaveix-les-mines (23) réhabilite ses bâtiments

    Lire

    La commune de Lavaveix-les-mines en Creuse souhaite réhabiliter l’ancienne infirmerie afin d’en créer un logement locatif à destination de jeunes agriculteurs ou de nouveaux arrivants envisageant d’y développer une activité professionnelle agricole. Afin de proposer les meilleures conditions de logements possibles, la réhabilitation correspondra à des performances énergétiques et une haute qualité environnementale.

  • 21/06/21 | A La Rochelle, le 2e tour se jouera avec les anciens candidats aux municipales

    Lire

    La Rochelle 1, le binôme falorniste/PS Christophe Bertaud et Marylise Fleuret-Pagnoux passe au 2e tour avec 28,83% des voix devant les écologistes (20,87%). A La Rochelle 2, ce sont les fountainistes Dominique Guégo et Marie Nedellec qui sont en tête avec 32% des voix contre 24,13% pour la liste LR. Sur La Rochelle 3, le duo EELV Marion Pichot - Jean-Marc Soubeste, ex candidat aux municipales se distingue parmi les 7 listes en lice avec 28,19% des voix.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Le Tour de France prépare et détaille ses étapes basco-béarnaises

16/03/2018 | Les 18, 19 et 20ème étapes de la Grande Boucle auront lieu dans les Pyrénées-Atlantiques du 26 au 29 juillet. Toute une organisation à prévoir.

Josy Poueyto, pour la Ville de Pau et Robert Casadebaig, maire de Laruns entourés des responsable d'ASO Bertrand Charrier, Yannick Goasduff et  Stéphane Boury.

Après le temps des annonces, l'organisation du Tour de France dans les Pyrénées-Atlantiques se met véritablement en ordre de marche dans le département. Ce jeudi 15 mars, une première réunion officielle se tenait à la Préfecture entre l'organisation du Tour, les élus des communes concernées et, pour la première fois, les services déconcentrés de l'Etat. Un coup d'envoi technique, administratif et opérationnel, sous de bons augures selon les responsables d'ASO, la société organisatrice du Tour. De quoi pouvoir alors confirmer quelques repères, sportifs et organisationnels pour ce Tour, qui durant ses 4 jours d'épreuves basques et béarnaises, du 25 au 28 juillet, fera de Pau sa « base-arrière ». Et ce n'est pas peu dire.

« Le Tour de France c'est a minima 4500 personnes. 2000 qui sont liées à l'organisation et au Tour en lui-même, et 2500, pour ce qui est des « suiveurs » du Tour, à savoir, les journalistes, techniciens, caravaniers, partenaires, etc ». Quand le Tour débarque, autant dire, qu'il y a donc peu de place pour l'improvisation. Et d'autant moins en pleine période estivale, et touristique. C'est peu ou prou le message que sont venus porter Stéphane Boury, Yannick Goasduff et Bertrand Charrier respectivement Responsable des Arrivées, Responsable des Départs et Responsable des Parcours pour ASO. « L'enjeu est de parvenir à venir sans gêner la vie autour du Tour, il faut qu'il y ait une continuité de la ville autour et après l'évènement. Pour cela il y a encore pas mal d'enjeux à traiter mais à l'issue de notre réunion avec le Préfet, tous les feux sont au verts », assurent-ils. L'ambition de Christian Prud'homme, « de rapprocher les montagnes de Paris », pourra donc bien se concrétiser.

« Ces 4 jours et 4 nuits sont l'équivalent d'un grand départ »
Face à la presse les responsables d'ASO sont ainsi revenus en détail, au côté de Josy Poueyto, pour la Ville de Pau et Robert Casadebaig, maire de Laruns, sur l'organisation de ces 4 jours, durant lesquels la capital Béarnaise recevra staff et coureurs, entre chacune des étapes réalisées dans le département. Témoignage de la proximité et d'une fidélité entre la Ville et la direction du Tour selon les élus locaux, il est ici aussi affaire de praticité... tant en termes d'équipements nécessaires à cet accueil, que de calendrier estival avec la tenue d’événements parallèles, à l'image des Fêtes de Bayonne par exemple.
Pau ressort donc d'ores et déjà grande gagnante de ce Tour 2018 : 21 des 22 équipes cyclistes logeront à Pau et son agglomération pour 4 nuits: 4200 lits sont réservés dans 21 hôtels de l'agglomération (dont 14 à Pau), environ 200 000 à 220 000€ de dépenses d'hébergement sont prévues par jour uniquement pour l'organisation et les équipes... Ce à quoi il faut ajouter l'hébergement et la restauration des 2500 « suiveurs », sans oublier bien sûr, les innombrables retombées médiatiques de l'évènement... De quoi faire le bonheur de Josy Poueyoto, toute prête à considérer que « ces 4 jours et 4 nuits sont l'équivalent, ou presque, d'un grand Départ. »

Si Pau est base-arrière du Tour pendant 4 jours, elle est aussi ville d'arrivée de la 18ème étape de la Grande boucle 2018. Un 70ème passage dans la capitale du Béarn, qui donnera lieu à une célébration, aux détails non encore connus, le 26 juillet au soir. Ce jeudi-là, les coureurs arriveront à Pau "comme l'an dernier". Partis en début d'après-midi de Trie-sur Baïse, ils passeront par Maubourguet, Madiran, Aire-sur-Adour, Eugénie-Les-Bains, Samadet, Arzacq-Arraziguet, Thèze, Bernardets, Maucir, Morlaas puis Pau, où ils passeront la ligne d'arrivée Place de Verdun après 172 km d'efforts. Le Palais Beaumont tiendra lieu de salle de presse. « A Pau, l'organisation de l'arrivée est relativement simple puisque les équipements sont là, c'est un peu plus compliqué pour l'arrivée sur Laruns le lendemain », indique Stéphane Boury.

Un Village du Tour à connotation basque
En effet, transportés jusqu'à Lourdes, le vendredi 27 juillet, c'est du sanctuaire que les coureurs se lanceront dans la dernière, et décisive, épreuve de cols du Tour 2018. Après avoir grimpé le Col d'Aspun (1490 m), le Col du Tourmalet (2115 m), le Col de Bordères (1156 m) (une nouveauté dans le Tour) et le Col d'Aubisque (1709 m), l'arrivée à Laruns se fera autour du Stade Robert Paparemborde, sans oublier un passage devant la mairie. « Le gymnase servira de salle de presse, les bureaux de l'organisation et tous les moyens techniques seront également à proximité du stade... On a également prévu d'installer plus de 6000 m2 de plaque sur les parties enherbées qui recevront notamment les camions de France 2, pour ne pas courir le risque de rester enliser... le matériel coûte cher. » Ou le témoignage d'une capacité d'adaptation et d'anticipation du Tour de France, sans doute largement déjà mise à l'épreuve au fil de ses 104 précédentes éditions.

Une fois le maillot vert consacré, retour dans l'arrière-base paloise pour une nuit bien méritée, avant le contre la montre individuel organisé le lendemain, samedi 29 juillet, entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Une épreuve a priori pimentée de 31km 100% basque. Le traditionnel village du Tour installé devant le Fronton de Saint-Pée, où se feront les départs, sera lui aussi "à connotation basque", confie-t-on. Et pour cause ; le matériel habituellement utilisé sur les autres départs du Tour aura déjà pris la route dès le vendredi soir pour Houilles dans les Yvelines, d'où partira la dernière étape pour Paris. « Il est difficilement imaginable d'assurer le transport du village, qui se fait par camion, un samedi de chassé-croisé touristiques sur les routes de France », explique logiquement Yannick Goasduff. Un samedi basque, qui se terminera une fois encore à l'hôtel du côté de Pau. Quant à la liaison vers Paris des coureurs et de l'équipe organisatrice, c'est en avions privés au départ de l'aéroport de Pau, jusqu'au Bourget, qu'elle sera assurée le dimanche matin. Aux coureurs ensuite de reprendre leur vélo pour rejoindre les Champs-Elysées...

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
13412
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !