Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/01/21 : Au 16 janvier, 34 689 vaccinations ont été réalisées en Nouvelle-Aquitaine, la plaçant parmi les régions ayant le plus vacciné. L’objectif national de 1 million de vaccinations à fin janvier, se traduit par un objectif régional de 100 000 vaccinations.

11/01/21 : Le 18/01 à 18h le MEF 33, le Centre Europe Direct Bordeaux-Aquitaine et les Jeunes Européens Bordeaux organisent un webinaire le "Plan de Relance et budget européens: Où va l'Europe?" Commission et Parlement européens, et la Région seront représentés+ d'info

08/01/21 : Influenza aviaire - la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques annonce désormais 159 communes en zone réglementée en lien avec 2 foyers dans des élevages de palmipèdes à Baigts-de-Béarn et Préchacq-Navarrenx et 4 suspicions fortes à Arget, Lichos et Garlin

06/01/21 : 823kg de jouets et de livres ont été collectés par la Communauté d’Agglo de Pau et ses partenaires grâce à l’opération "Le père Noël fait de la récup’"! Elle se poursuit jusqu'au 17 janvier dans les déchetteries et points de dépôts.+ d'info

28/12/20 : Le 22 décembre, les communes de Tocane-Saint-Apre et Bergerac en Dordogne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boues en septembre 2020.

28/12/20 : Suite aux inondations et coulées de boues survenues dans les Landes en octobre dernier, les communes de Mimbaste, Bélus et Rivière-Saas-et-Gourby ont été reconnues le 22 décembre en état de catastrophe naturelle.

23/12/20 : Le préfet de la Charente-Maritime a validé la sortie de la communauté d'agglomération de La Rochelle du syndicat départemental Eau 17, à compter du 1er janvier 2021.

23/12/20 : 60 000 € ont été votés lors de la dernière commission permanente du Département des Deux-Sèvres en faveur de la recherche scientifique et l'innovation. Cette somme sera attribuée sous formes de bourses doctorales

23/12/20 : Le Conseil communal des jeunes de Poitiers a organisé mi-décembre, une collecte de produits de puériculture dans les collèges. Plus de 150 produits (couches, lait, produits d’hygiène…) ont ainsi été remis au restos du Coeur et au Secours Populaire

19/12/20 : Le Biarrot Jacques Lajuncomme-Hirigoyen, 64 ans, est le nouveau président de la Fédération française de surf. Il succède à Jean-Luc Arassus, élu en 2005 . Il sera le président qui inaugurera l'entrée du surf à Tokio, mais aussi aux JO 2024 à Teahupoo.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 20/01/21 | La Charente, premier département Néo-terra

    Lire

    Mercredi, la Charente a adhéré à Néo Terra, le programme néo-aquitain de préservation de l’environnement. « On risque d’être dans le climat de Séville dans une trentaine d’années, on a un travail d’adaptation à faire », signale Alain Rousset, présent pour l'occasion. Gestion de l’eau, transports, alimentation, habitat… « Il faut que l’action publique retrouve de l’anticipation et bouscule certaines habitudes et certaines certitudes ». Parmi les actions que la Charente veut lancer, 200000 € serviront à accompagner les agriculteurs dans la certification Haute Valeur Environnementale, et 1M€ à l’achat de voitures électriques pour l'aide à domicile.

  • 20/01/21 | Divagation d'ours : le tribunal de Pau annule 20 arrétés municipaux

    Lire

    A l'automne 2018, 20 maires des Pyrénées-Atlantiques ont pris des arrêtés interdisant la divagation des ours sur le territoire de leur commune. Déférés devant le tribunal administratif de Pau, ces arrêtés viennent d'être annulés par le juge considérant d'une part qu'"aucune circonstance particulière ne mettait en évidence les dangers auxquels les personnes ou les biens seraient exposés en raison de la présence d’ours sur le territoire" et d'autre part que ces arrêtés "ne précisaient pas les mesures susceptibles d’être prises dans l’hypothèse où, malgré l’interdiction, la divagation d’ours serait néanmoins constatée".

  • 20/01/21 | Rive droite bordelaise : les élus demandent un deuxième centre de vaccination

    Lire

    Les maires du Grand Projet des Villes rive droite - Bassens, Cenon, Floirac et Lormont - estiment que « le centre de vaccination de la clinique Bordeaux Tondu à Floirac ne suffira pas si on veut proposer un service efficace ». Selon eux, la problématique des transports pourrait dissuader les habitants de Bassens, Carbon-Blanc, Ambès ou encore Ambarès-et-Lagrave. Ainsi, les élus demandent l'ouverture d'un centre de vaccination à Lormont, « permettant aussi de soulager les soignants ».

  • 20/01/21 | La MONA change de gouvernance

    Lire

    Après son directeur pendant l'été 2020, la Mission des Offices de Tourisme de Nouvelle-Aquitaine (MONA) change de président. En effet, Nicolas Martin, directeur de l'office de tourisme du Pays Basque a pris cette fonction ce mardi 19 janvier. Il succède à la landaise Frédérique Dugény, présidente de la Mona dix-sept ans durant. Mona est un réseau de 171 organismes de tourisme, représentant plus de 1 400 salariés.

  • 20/01/21 | Gironde : le Département a lancé sa campagne de vaccination

    Lire

    Elle a débuté le 18 janvier. Le Conseil départemental de Gironde commence à vacciner les personnels soignants et les publics prioritaires à la Maison du Département de la Promotion de la Santé (2 Rue du Moulin Rouge, à Bordeaux). Ainsi, les personnels soignants de plus de 50 ans, ceux présentant des signes de comorbidité et les personnes de 75 ans et plus peuvent s'inscrire sur Doctolib pour se faire vacciner dans l'établissement public, « dans l'attente de la mise en place d'autres centres de vaccination sur la Métropole et le département », indique la collectivité.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Bordeaux: Le Village des Recruteurs fait le plein

13/06/2019 | L’événement né de la collaboration entre la mairie de Bordeaux et la société Aglae Events pour porter les offres d'emploi en place publique s’est tenu ce jeudi 13 juin.

Le Village des Recruteurs, jeudi 13 juin 2019

Jeudi 13 juin, de 9h00 à 17h00, place Pey Berland, se tenait le Village des recruteurs. Sous l’œil attentif de Chaban-Delmas, les chercheurs d'emplois de la région bordelaise étaient invités à un job dating. Pour l'occasion, la société Aglae Events en collaboration avec la mairie de Bordeaux avait rassemblé pas moins de 50 entreprises offrant des postes à pourvoir où des formations. Au programme : rencontres, informations, entretiens d'embauche, et pour certains, un contrat signé à la clé.

Ce sont deux rangées de chapiteaux qui se font face. Ils ont poussé dans la nuit sur les dalles de la Place Pey Berland. Non ce ne sont pas des petits lutins, mais presque. C'est le Village des recruteurs qui s'est installé à Bordeaux ce jeudi 13 juin. Et pour sa quatrième édition, l'événement organisé par l'agence Aglaé Events, en collaboration avec la Ville de Bordeaux, voit grand : pas moins de 2500 offres d'emploi et de formation sont à pourvoir. Objectif : dépasser les 300 postes pourvus. Pour ce faire, les recruteurs se pressent.

Parce que la recherche d'emploi peut parfois s'apparenter à la quête du roi Arthur et le Graal à l'obtention d'un entretien d'embauche, cette initiative permet aux postulants de décrocher une entrevue sans avoir à passer par la case "quête de l'impossible". Autre avantage, cette discussion se tient dans un lieu neutre : la place publique. Bien différente de celle d'un bureau des ressources humaines, l'ambiance du Village permet plus d'aisance au postulant et offre plus de disponibilité de la part du recruteur. Un cadre particulier dont la création s'inscrit dans une philosophie chère aux politiques bordelaises : "mettre sur la place publique ce qui se fait en matière d'offre d'emploi" explique Yohan David, adjoint au maire en charge de l'emploi.

Dans la cinquantaine de stands, on compte des entreprises habituées du rendez-vous dont l'enseigne de grande distribution Lidl, mais aussi des petits nouveaux venus à la rencontre des job daters comme le bus de la Chambre régionale d'artisanat ou encore l'armée. Un large panel de propositions qui correspond à l’importante diversité des offres. "À Bordeaux, il y a un réel développement économique, l'idée est de le rendre accessible à tous les demandeurs d'emploi". Un objectif que l'événement espère atteindre en se fixant un seuil de 300 signatures de contrat (CDI, CDD, stages, formations, apprentissages) minimum.

Zoom sur quatre candidats

Léa, Gabin et leur père

Parmi les 2700 personnes inscrites au Village des Recruteurs, Léa Vedel, 18 ans, et son frère Gabin, 17 ans, sont venus avec leur père pour chercher un emploi saisonnier en juillet-août. « Je suis ouverte à tous les emplois, mais il faut que les horaires coïncident avec mes entrainements », précise la jeune femme qui fait du tennis de haut niveau. « Comme je suis mineur, j’ai beaucoup moins de chance d’être recruté », se désole son petit-frère, qui est aussi allé déposer ses CV dans plusieurs châteaux viticoles, puisque le secteur agricole recrute plus facilement des jeunes.

« Je trouve cela important qu’ils se familiarisent avec le milieu de l’entreprise pour apprendre la valeur du travail, explique leur père. J’ai moi-même commencé à 16 ans en tant que moniteur de colonie de vacances. » Ce professeur de sport circule avec ses enfants entre les stands de plusieurs agences d’intérim, de baby-sittings, et de service à la personne. Au bout d’une heure, ils se retrouvent tous les trois sous la tente du Village, la mine déconfite. « Je ne trouverai rien. En plus, je ne suis pas véhiculée », se plaint Léa. « Avec tes entraînements de tennis, tu as aussi des exigences d’horaires compliquées », la recadre son père.

À 46 ans, Laurent Brethes est ingénieur en énergétique et en développement durable. Hautement qualifié, il a travaillé pendant plus de vingt ans à l’usine Ford de Blanquefort. « Elle ferme à la fin de l’année donc je suis bien obligée de chercher autre chose », regrette le scientifique. « Beaucoup d’entreprises m’ont approché donc je vais faire un tri. » Celui qui est en milieu de carrière témoigne d’une certaine inquiétude par rapport à son âge, en constatant que la plupart des stands qu’il approche recrutent plutôt des juniors : « L’âge n’est pas forcément un avantage, mais je m’entretiens ! », plaisante-t-il.

Même préoccupation pour Catherine Cogan. À 56 ans, cette personne en recherche d’emploi a trente ans d’expérience derrière elle dans la banque et l’assurance. « J’ai quitté mon poste pour un projet de création qui n’a pas abouti », dévoile celle qui est actuellement en mission d’intérim. « Mon contrat se termine demain, donc la date du salon tombe particulièrement bien. » Déterminée, elle va mettre en avant sa capacité d’adaptation aux différentes missions qu’elle a pu accomplir : « À mon âge, on ne peut pas se permettre de faire la difficile ! », en conclut-elle.

Anna Bonnemasou Carrere, Alix Fourcade
Par Anna Bonnemasou Carrere, Alix Fourcade

Crédit Photo : Alix Fourcade

Partager sur Facebook
Vu par vous
3547
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !