18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Les 70 ans du 1er vote des femmes célébrés en préfecture à Agen

05/06/2015 | A l'occasion des 70 ans du 1er vote des femmes en France un après-midi débat autour de la place de la femme dans la société d'aujourd'hui était organisé à Agen.

Table ronde autour du prinicpe d'égalité homme femme dans l'engagement politique

Le 29 avril 1945 les femmes étaient pour la première fois autorisées à voter. 70 ans après où en est le principe d'égalité homme/femme dans l'engagement politique et quelle place occupent les femmes dans la vie publique ? Telles étaient les questions débattues lors des deux tables rondes organisées le 3 juin dernier à la préfecture à Agen à l'occasion de cet anniversaire. Politiques et responsables d'association étaient invités à témoigner mais également Raymonde Daniel, 92 ans et actrice de ce 1er vote...

« Depuis cette date du 29 avril 1945 je me fais un devoir de voter à chaque élection ! » Âgée de 92 ans Raymonde Daniel a connu l'époque où les femmes n'avaient pas le droit de voter. « C'était un honneur pour moi de me rendre aux urnes, se souvient-elle. Cela nous a donné de l'autorité de l'importance aux yeux des hommes », même s'il a fallu s'imposer pour voter. « Avec mon mari, il n'y a pas eu de problème, en revanche, avec mon père ce fut une toute autre histoire... » Même son de cloche du côté de Suzanne Tastayre. A l'aube de ses 21 ans lors du premier vote des femmes, trop jeune elle n'a pas pu se rendre aux urnes... Pour elle, ce vote était « une victoire, une vraie avancée pour toutes les femmes, » même si toutes deux reconnaissent qu'à l'époque personne n'en parlait véritablement. « D'ailleurs, il a fallu du temps pour que les mentalités changent et que les femmes votent », ajoute Bertrand Solès historien agenais. « Arrêtons de légiférer pour donner une place aux femmes ! » Raymonde Daniel et Suzanne Tastayre étaient les deux marraines de l'après-midi débat organisé par le préfet de Lot-et-Garonne Denis Conus le 3 juin à Agen à l'occasion de l'anniversaire du 1er vote des femmes. Devant ces deux témoins, politiques et responsables d'association ont débattu sur la place des femmes dans l'engagement politique et la vie publique. Les dernières élections départementales furent mises en avant comme un acte déterminant pour que les femmes soient élues. Nathalie Bricard et Sophie Gargowitsch, deux nouvelles conseillères départementales, se sont d'ailleurs « agacées » contre cette loi. « Nous aurions aimé être élues grâce à nos compétences et non avec l'aide d'une loi sur la parité. Il faudrait arrêter de légiférer pour donner une place aux femmes. Aussi, nous aurions souhaité qu'on y arrive seule. Mais apparemment ce n'est pas possible ! » Pour Lucette Lousteau actuelle et première femme députée du Lot-et-Garonne « les femmes ont été élues grâce à leurs compétences. » Le femme … une mère avant tout ? Pendant cet après-midi de débat, si les échanges voulaient mettre en avant le rôle de la femme dans la vie publique et politique, certaines comme Clémence Brandolin-Robert, conseillère départementale, adjointe au maire et directrice des services d'une communauté de communes, ont rappelé qu'elles avaient également un rôle de mère. « J'ai un certain nombre de réunions le soir et ayant un enfant de 6 ans je ne peux être présente partout, a-t-elle raconté ». Le rôle de « maman » fut donc mis en avant. Olivier Paillaud, président de l'AMARE et directeur de la Mission locale de l'Agenais, de l'Albret et du Confluent de répondre « quid du conjoint ? ». D'ailleurs ce dernier a alerté l'assemblée en montrant son pessimisme sur le fait qu' « aujourd'hui les jeunes de 15-25 ans se dirigent pour les hommes vers les métiers manuels et pour les femmes vers le sanitaire et social et l'aide à domicile ». Alors comment lutter contre les stéréotypes ? Un travail indispensable à faire aujourd'hui, d'après lui. Comment concilier sa vie d'épouse, de mère et sa vie professionnelle ? Une question qui peut se masculiniser ? Et n'était-ce pas un choix de vie que d'être élu et de poursuivre ses activités professionnelles ? Alors oui certes il est légitime de se demander comment une femme peut concilier une vie d'épouse, de mère et de salariée, mais n'est-il pas aussi judicieux de masculiniser cette question ? Comment un homme peut concilier sa vie d'époux, de père et de salarié ? L'égalité homme/femme s'installera véritablement dans notre société lorsque peut-être la femme tiendra un autre discours que « je ne peux pas j'ai un enfant ». A la femme sans doute d'accepter d'être l'égale de l'homme...

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : SR

Partager sur Facebook
Vu par vous
1131
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !