Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

20/06/21 : Dans la Vienne, le taux de participation aux élections départementales et régionales de 2021 a atteint 10,99% à midi. Il est en baisse par rapport aux scrutins de 2015 : les taux étaient de 15,43% pour les départementales et 16,53% pour les régional

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/06/21 | A La Rochelle, le 2e tour se jouera avec les anciens candidats aux municipales

    Lire

    La Rochelle 1, le binôme falorniste/PS Christophe Bertaud et Marylise Fleuret-Pagnoux passe au 2e tour avec 28,83% des voix devant les écologistes (20,87%). A La Rochelle 2, ce sont les fountainistes Dominique Guégo et Marie Nedellec qui sont en tête avec 32% des voix contre 24,13% pour la liste LR. Sur La Rochelle 3, le duo EELV Marion Pichot - Jean-Marc Soubeste, ex candidat aux municipales se distingue parmi les 7 listes en lice avec 28,19% des voix.

  • 21/06/21 | Départementales : le RN en recul en Charente-Maritime

    Lire

    En 2015, le RN était au 2e tour dans 12 cantons sur les 19 que compte la Charente-Maritime. Le scénario ne se renouvellera pas en 2021, car il est en net recul. Sauf sur le canton de La Tremblade, où la déléguée départementale du RN Séverine Werbrouck se retrouve au coude à coude, avec 31,54% des voix, avec le binôme arrivé en tête, Fabienne Labarrière et Jean Prou (32,18%).

  • 21/06/21 | Départementales en Charente : le président sortant en tête pour le 2e tour

    Lire

    L'ancien président du Département et sénateur, François Bonneau est en tête avec Marie-Henriette Beaugendre, maire de Saint-Saturnin, dans le Val-de-Nouère avec 58,60% des voix. Au deuxième tour ils affronteront Michel Germaneau maire de Linars et Isabelle Moufflet maire de Vindelle (41,40%).

  • 21/06/21 | Elections départementales : coup dur pour Lionel Quillet sur l'île de Ré

    Lire

    Parti favori, le premier vice-président du Département, également président de la Cdc de l'île d'Oléron, Lionel Quillet (LR) se retrouve au 2e tour avec un écart de 435 voix face au maire de Rivedoux Patrice Raffarin et sa colistière, en tête avec 43,50%. Un résultat qui surprend mais n'inquiète pas le président sortant du Département Dominique Bussereau, qui compte sur la bonne position des candidats de droite à Montguillon, Saintes ou encore Saujon pour atteindre 40 élus de droite au 2e tour.

  • 18/06/21 | Tapisserie Manufacture Pinton de Felletin... à Hong Kong !

    Lire

    Spécialisée dans le tissage des tapis, tapisseries et moquettes, la manufacture Pinton dans la Creuse est l’une des entreprises les plus importantes du secteur de la tapisserie d’Aubusson. Afin de se développer, notamment vers l’international elle va construire un nouveau bâtiment moderne et écologique à Felletin et elle va moderniser ses équipements afin d’améliorer sa productivité, sa qualité et sa réactivité. Pour consolider sa présence à l’international elle va également ouvrir une filiale à Hong Kong.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Les antennes médico-sociales des Deux-Sèvres épousent les territoires des intercommunalités

25/03/2019 | À partir du 1er janvier, le territoire des Antennes Médico-Sociales du département des Deux-Sèvres se calque avec celui des intercommunalités.

Mutualiser les moyens, prendre en compte les bassins de vie, faciliter le travail sur le terrain, voilà l’objectif de ce redécoupage du territoire des AMS

Les Antennes Médico-sociales du département des Deux-Sèvres se veulent plus proches des habitants grâce à un redécoupage de leurs territoires. En effet, il est désormais calqué sur celui des intercommunalités. Il va permettre plus de proximité pour les usagers et une clarification, notamment pour les professionnels de l’AMS qui partageront les mêmes périmètres que ceux des partenaires sociaux. L’objectif premier est de gagner en efficacité. Illustration à Bressuire, où l’antenne a été rejointe par de nombreuses nouvelles communes. Selon la cheffe du bureau d’action sociale généraliste, tout s’est bien passé. Usagers comme professionnels ne paraissent pas troublés par ce changement.

À Bocapole, à Bressuire, on trouve l’une des six Antennes Médico-Sociales du département des Deux-Sèvres. Depuis le 1er janvier dernier, l’action sociale se calque totalement sur le découpage du territoire des intercommunalités. « Il était pertinent de faire un point deux mois après la mise en place pour voir si tout fonctionne correctement », précise Béatrice Largeau, vice-présidente du conseil départemental des Deux-Sèvres en charge de l’enfance et de la famille.  

Le rôle des AMS est essentiel. « Il s’agit d’un accueil social de proximité très important. Dans le département, toutes les antennes sont à moins de 30 minutes des habitants. Nous répondons à une injonction du président de la République. », explique Christophe Baron, le directeur général adjoint des solidarités au conseil départemental. Dans les Deux-Sèvres, en plus des six antennes, quarante-quatre points d’accueil et relais incarnent cette proximité. Les Antennes Médico-Sociales concernent tout le monde, des plus jeunes aux plus anciens, des valides aux personnes en situation de handicap. « Nous accompagnons les Deux-Sévriens dans toutes les étapes de la vie. Plus de la moitié des personnes rencontrées bénéficient d’un suivi sur la durée. Ces antennes, c’est un peu un guichet unique où les gens viennent aussi pour des questions sur leur accès au droit. » Les domaines de compétence sont variés. Cela concerne aussi bien l’action sociale, la protection maternelle infantile, l’aide sociale à l’enfance, l’insertion, la solidarité ou l’autonomie. Des missions qui ne sont pas forcément connues de tous. 

Plus de proximité

Calquer le territoire des AMS avec celui des intercommunalités est quelque chose de logique selon Béatrice Largeau. « Nous avons revu les périmètres d’affluence car ils ne correspondaient plus à rien. Dans certains territoires, cela devenait compliqué. Désormais nous prenons en compte les bassins de vie. Cela facilite le travail sur le terrain. Maintenant les usagers doivent identifier leur interlocuteur. » Sur le terrain, voici les évolutions visibles. Au nord du département, le relais médico-social de Montcoutant est rattaché à l’AMS de Bressuire. Les communes de Argentonnay, Chanteloup, Clessé, Geay, Genneton, La Chappelle-Saint-Étienne, La Chapelle-Saint-Laurent, Largeasse, Le Breuil-Bernard, Moncoutant, Moutiers-sous-Chantemerle, Neuvy-Bouin, Pugny, Saint-Aubin-du-Plain, Saint-Maurice-Etusson, Saint-Paul-en-Gâtine, Trayes, Voulmentin rejoignent donc cette antenne. Marnes, Saint-Généroux, Saint-Jouin-de-Marnes rejoignent l’AMS du Thouarsais. Au sud du département, Exoudun, La Couarde, La Mothe-Saint-Héray rejoignent l’AMS du pays mellois. Germond-Rouvre, celle de Niort Nord. 

Les Deux-Sèvres comptent 6 Antennes Médico-Sociales et 44 relais et points d’accueil

Bressuire est le territoire où il y a eu le plus de changements. Sylvie Fradin, la cheffe du bureau action sociale généraliste de l’antenne de Bressuire, a dû faire face à un transfert de personnel. « Six professionnels rejoignent l’AMS de Bressuire. Trois assistantes sociales et une secrétaire à Moncoutant et deux assistantes sociales à Argenton. On s’est adapté à notre rôle de service public. Je pense que ce redécoupage est plus lisible. Grâce à lui, nous sommes plus proches de la population. » Le conseil départemental des Deux-Sèvres souhaitait atteindre plus de proximité, plus de cohérence, plus de lisibilité. « Il y a eu des mutualisations, confie Béatrice Largeau. Il va falloir faire un suivi des usagers. Il ne faut pas qu’ils soient perdus ». « Cette territorialisation est importante pour créer du lien social », complète Christophe Baron. Ces antennes et leur point de relais abattent un travail conséquent. En 2018, ils ont rencontré 9% de la population deux-sévrienne, 17 545 demandes d’aides départementales ou extérieures ont été traitées. 

L’objectif de ce redécoupage est donc clair. Il va à la fois mutualiser les moyens, prendre en compte les bassins de vie, faciliter le travail sur le terrain, notamment avec les CCAS (Centres Communaux d’Action Sociale, les CIAS (Centres Intercommunaux d'Action Sociale) et les différents partenaires sociaux.  Les solidarités représentent un domaine important pour le département des Deux-Sèvres qui y consacre près de 60% de son budget annuel (soit plus de 190 millions d’euros). « Je pense que notre politique sociale a du sens », résume Béatrice Largeau, la vice-présidente du conseil départemental des Deux-Sèvres en charge de l’enfance et de la famille.

 

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr et Département des Deux-Sèvres

Partager sur Facebook
Vu par vous
5058
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !