Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/11/18 : La Rochelle : nouveaux blocages ce matin devant le site pétrolier de La Pallice, où les forces de l'ordre sont intervenues pour dégager l'accès et la route. Un automobiliste ayant forcé le barrage de police a été interpellé.

20/11/18 : En Dordogne, le trafic était encore perturbé ce mardi par les gilets jaunes, notamment dans l'agglomération de Bergerac, avec de nombreux poids-lourds bloqués et stationnés le long des routes. De nombreux blocages et barrages filtrants sont attendus.

20/11/18 : Les installations de péage automatique ont été incendiées à Virsac en Gironde sur l'autoroute A 10 par des gilets jaunes dans la nuit de lundi à mardi.

20/11/18 : Grand Poitiers organise le mercredi 21 novembre à 18h au centre socio-culturel des Trois Cités une réunion publique d'échanges sur le Projet de territoire de Grand Poitiers.

19/11/18 : Gironde: le préfet de Gironde et Nouvelle-Aquitaine annonçait la réouverture du Pont d'Aquitaine dans les deux sens de circulation à 19h15

19/11/18 : Charente-Maritime : grosse mobilisation des gilets jaunes encore aujourd'hui, avec des barrages filtrants renouvelés à La Rochelle, Royan et Saintes aux entrées et en sorties de villes.

19/11/18 : Le Château Smith Haut Lafitte a été sacré International Best Of Wine Tourism 2019 à Adélaïde (Australie). Sur 393 candidats au plan mondial, seuls 10 ont reçu ce trophée venant récompenser les propriétés les plus remarquables en matière d’œnotourisme

19/11/18 : Dordogne : lundi après midi, ils subsistaient encore une dizaine de points rassemblement organisés par les Gilets jaunes : à Thiviers, Mussidan, Montpon, Sarlat, Terrasson, Port de Couze, Eymet, St Laurent s/Manoire, Bergerac, Chancelade et Trélissac.

19/11/18 : Charente-Maritime : les communes de Marennes et de Hiers-Brouage, près de l'île d'Oléron, s'apprêtent à fusionner. Une charte commune a été adoptée par les élus lors du dernier conseil municipal du 15 novembre au soir.

19/11/18 : Charente-Maritime : Ce lundi matin, des manifestants bloquaient les accès sur la voie publique aux dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle. Les forces de sécurité sont intervenues afin de rétablir la libre circulation - opération sans incident.

19/11/18 : Une subvention de 50 000 euros a été votée en faveur de l’association « SOS Méditerranée » lors de la commission permanente du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine qui s’est tenue le vendredi 16 novembre à Bordeaux.

17/11/18 : Lors de l'ouverture des Rencontres littéraires "les Idées mènent le monde" à Pau, François Bayrou a annoncé le désistement du penseur Edgar Morin, pour des raisons de santé. Il devait initialement intervenir ce 17 novembre dans la matinée.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 20/11/18 | La Rochelle : de nouveaux blocages à La Pallice

    Lire

    La police et la gendarmerie sont intervenues ce matin à la demande du préfet pour assurer la fluidité de la circulation aux abords des dépôts pétroliers de La Pallice à La Rochelle, et pour libérer les accès à la rocade à Saintes, de nouveau bloquée. Selon un communiqué de la préfecture, "un automobiliste ayant forcé un barrage de police a été interpellé pour mise en danger de la vie d'autrui et violence sur agent de la force publique".

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : quatrième jour en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Dans le Lot-et-Garonne, plusieurs gilets jaunes, accompagnés de transporteurs et d'agriculteurs, bloquaient ce matin le péage de Samazan (A62 sortie 5) et laissaient passer les voitures. Un barrage filtrant était mis en place à Marmande sur le rond-point d'un centre commercial en direction de Bordeaux. La Charente Maritime a subi des embouteillages (nationale 11 de Beaulieu au pont de l'île de Ré). A Pau, 150 camions de forains et des gilets jaunes ont prévu d'organiser une opération escargot sur l'A64. Barrage filtrant à Langon

  • 20/11/18 | Gilets jaunes : la Gironde toujours perturbée

    Lire

    Plusieurs postes automates du péage de Virsac ont été brûlés dans la nuit de lundi à mardi par les gilets jaunes. Au nord de Bordeaux, un blocage subsiste toujours sur la RN10 au niveau de Saint-André de Cubzac. Au sud, la police a levé le blocage de l'A63 (au niveau de Marcheprime dans le sens Bayonne-Bordeaux), mais les itinéraires bis étaient toujours saturés ce matin. Sur l'A62, un barrage filtrant bloque toujours les camions au niveau de Langon. A 10h, la sortie 35 de l'A10 était fermée dans les deux sens de circulation.

  • 20/11/18 | La carte jeune s'exporte

    Lire

    Douze communes de la métropole (Ambarès-et-Lagrave, Ambès, Artigues-près-Bordeaux, Bordeaux, Bouliac, Gradignan, Le Bouscat, Le Taillan-Médoc, Saint-Aubin-de-Médoc, Saint-Louis-de-Montferrand, Saint-Médard-en-Jalles et Talence) ont annoncé leur intention de proposer dans chacune de leurs communes la mise en place d'une carte jeune accessible à tous les résidents de moins de 26 ans, prévue pour mars 2019. A Bordeaux, le dispositif a été lancé il y a cinq ans et profite à plus de 25 000 jeunes, leur permettant de bénéficier de différentes réductions dans des lieux culturels.

  • 20/11/18 | Le département de la Gironde conserve sa note AA-

    Lire

    Dans sa notation annuelle, Standard & Poor's évalue la stratégie financière départementale comme « transparente, claire, efficace et prudente ». Et la possible reprise financière sur les recettes de fonctionnement à partir de 2019, liée au dépassement probable du niveau maximal annuel des dépenses de fonctionnement fixé par l'Etat (dans un contexte de non contractualisation) n'inquiète pas outre mesure l'agence de notation qui considère que « le Département sera en mesure d’absorber ces impacts budgétaires négatifs et qu’il continuera de présenter de bons indicateurs d’endettement ainsi qu’une situation de liquidité favorable »

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Les chiffres de la précarité en Aquitaine

16/05/2012 | L'Aquitaine n'échappe pas à la progression de la précarité dont le champ s'élargit à de nouvelles catégories de la population

La précarité en quelques chiffres

Les acteurs sociaux constatent avec inquiétude une augmentation rapide de la pauvreté en Aquitaine avec l'apparition de nouveaux publics : les enfants, retraités, travailleurs pauvres et migrants. Une précarisation extrêmement récente puisque les chiffres explosent ces quatre dernières années. Statistiques de l'Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) à l'appui : état des lieux d'une réalité de plus en plus préoccupante.

En 2009 en Aquitaine, 400 000 personnes, soit une sur huit, vit sous le seuil de pauvreté avec moins de 954 euros mensuels. En Lot-et-Garonne et Dordogne, c’est une personne sur six. A noter que 185 000 Aquitains sont bénéficiaires du RSA (revenu de solidarité active). La misère affecte trois familles monoparentales sur dix dans la région. Malgré les prestations sociales perçues, la moitié d’entre elles disposent du plus bas niveau de vie avec moins de 1 200 euros par mois. La précarité touche particulièrement les personnes seules, une sur cinq et gagne du terrain chez les très jeunes : en Aquitaine, les familles de 16,8% des enfants mineurs vivent sous le seuil de pauvreté contre 15,9% en 2008. Le dénuement n’épargne pas non plus les jeunes adultes de 20 à 24 ans, elle concerne 17,8 % d’entre eux, contre 17,5 % l’année précédente, ce taux se situant autour de 11% pour les trentenaires.

Le travail n’exclut pas le risque de pauvreté.
Selon les dernières études de l'Insee en 2006, en Aquitaine, 8% des travailleurs, soit 100 000 personnes sont concernés par la pauvreté laborieuse. Ces dernières travaillent tout en vivant dans un ménage pauvre dont le revenu disponible en 2006 était inférieur à 880 euros par mois. En y ajoutant les conjoints et les enfants, ce sont en tout près de 230 000 personnes qui sont concernées par cette nouvelle forme de précarité, soit 58% des personnes pauvres de la région.

En France métropolitaine, les travailleurs pauvres représentent 7 % des travailleurs, plaçant l’Aquitaine dans les dix régions où leur part est supérieure à la moyenne nationale.

Nouveaux précaires : les retraités.
Phénomène récent, la précarisation des retraités. Plus de 13 % des personnes qui vivent dans un ménage dont le chef a au moins 75 ans sont concernées. Une situation préoccupante que constate Gilberte Schramm, présidente des Restos du cœur en Gironde : « En plus de l'augmentation d'une extrême pauvreté des familles et bénéficiaires du RSA, depuis trois ou quatre ans, les retraités viennent gonfler à leur tour les rangs des personnes démunies que reçoivent nos quarante centres en Gironde. »

Des maladies anciennes réapparaissent.
« Des pathologies liées à la pauvreté comme la tuberculose, la galle, des épidémies de rougeole qu'on pensait éradiquées réapparaissent », s’inquiète David Bridier, coordinateur général de Médecins du Monde en Aquitaine. Sur Bordeaux, l'association humanitaire reçoit environ 3200 personnes par an, un public à 90% migrant, majoritairement issu des pays de l'est. « Contrairement au discours ambiant, les migrants ne viennent pas en France pour ''profiter'' de la médecine. D'une part, il leur est extrêmement difficile d'accéder au droit commun français et d'obtenir une couverture sociale ; d'autre part, nous avons un mal fou à les sensibiliser aux soins », déplore David Bridier avant de dresser un constat amer, triste écho à celui des Restos du cœur : « La fréquentation dans nos trois pôles (Pau, Bayonne, Bordeaux) en Aquitaine a doublé en moins de quatre ans avec notamment l'explosion des consultions pédiatriques. Nous ne sommes plus en capacité, faute de temps et de moyen de recevoir les patients et de faire de la prévention. Nous attendons une vraie réponse de l'état, c'est urgent. »

L'écart se creuse entre plus pauvres et plus aisés ...
En 2009, la moitié des ménages en Aquitaine dispose pour vivre de 1 570 euros par mois soit 10 euros de plus qu’en 2008. Cependant, entre 2008 et 2009, le niveau de vie des plus modestes diminue de -0,2% tandis que celui des plus aisés marque une progression  de + 1,2 %. Pour 10 % des Aquitains les plus fragilisés, le niveau de vie n’atteint pas 10 600 euros par an (880 euros mensuels) tandis qu’il dépasse les 34 140 euros (2 840 euros mensuels) pour les 10 % les plus fortunés. Quant à la part des prestations sociales dans le revenu des plus modestes, elle progresse et passe de 32,1 % à 33%.

Claire Sémavoine
Par Claire Sémavoine

Crédit Photo : Degrés 360

Partager sur Facebook
Vu par vous
2328
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !