Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/08/18 | La mobilité durable s'expose à Irun

    Lire

    Le Parc d’Expositions Ficoba à Irun, au Cœur de l’Eurorégion Euskadi-Navarre-Aquitaine, accueillera les 27 et 28 novembre le salon Go Mobility, la 1ère exposition industrielle du Sud de l’Europe sur la mobilité durable. Point de rencontre des professionnels, des territoires et des entreprises consacrées au secteur de la mobilité durable et au stockage d’énergie, il vise à encourager les échanges à forte valeur ajoutée et favoriser les projets innovants et la transformation industrielle du territoire. Au menu : une zone d’exposition, des conférences et tables rondes et une zone de test.l*

  • 18/08/18 | Jürgen Essel en concert à La Réole

    Lire

    Privilège pour La Réole qui accueille le 26 août à 16h l'organiste allemand de renommée internationale Jürgen Essel en résidence dans le Réolais. Accueilli par les Amis de l’Orgue de La Réole l'organiste donnera un concert exceptionnel. Jürgen Essel est organiste, compositeur et enseignant à la prestigieuse école de Stuttgart. Interprète et improvisateur son répertoire s’étend de la musique ancienne jusqu’à la création de musique contemporaine. A son actif vingt enregistrements sur CD et des productions conjointes avec de grandes chaînes de radio (Entrée:libre participation) www.orgueslareole.com

  • 18/08/18 | Charente-Maritime : 7 communes reconnues en état de catastrophe naturelle

    Lire

    Suite aux fortes pluies du premier semestre 2018, l'Etat a reconnu 7 communes sinistrées en état de catastrophe naturelle - pour inondations et coulées de boues - publié au Journal Officiel du 15 août 2018 : Fléac-sur-Seugne, Pons, Bazauges, Chaillevette, Champagne, Léoville, Saint-Seurin-de-Palenne. Les sinistrés disposent d’un délai de 10 jours, à compter du 15 août 2018, date de publication de l’arrêté, pour déposer un état estimatif de leurs pertes auprès de leur compagnie d’assurance.

  • 16/08/18 | Charente : le festival de Confolens fête ses 60 ans

    Lire

    Le festival de danses folkloriques du monde de Confolens attire chaque année 100 000 visiteurs. Débutée le 13 aout, cette 60e édition se déroule jusqu'au 19 inclus, avec de nombreux spectacles costumés mais aussi des ateliers de danse ouvert au public. Parmi les pays les plus représentés cette année : la République Dominicaine, le Brésil, le Pérou, la Bolivie, la Moldavie et le Botswana. Onze groupes de nationalités différentes se produiront le dimanche soir pour la soirée de clôture.

  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Pau : "Il faut continuer à vivre"

15/11/2015 | Réunis samedi de manière exceptionnelle à l’appel de François Bayrou, les conseillers municipaux palois ont réaffirmé leur attachement aux valeurs de la République

François Bayrou : "Il ne faut pas que la vie s'arrête"

« Ce qui est visé, c’est notre pays dans ce qu’il est : un défenseur de la liberté et, au fond, d’une certaine idée de la fraternité » a estimé François Bayrou, en ouvrant samedi à Pau une réunion exceptionnelle du conseil municipal. Organisée au lendemain des attentats de Paris, et retransmise sur Internet, celle-ci a amené le maire à insister sur l’unité et la solidarité dont sa ville doit faire preuve après les massacres commis dans la capitale. Des principes approuvés par l’ensemble des élus. Quelle que soit leur sensibilité.

En tant que président du Modem, François Bayrou devait être reçu dimanche à Paris par le président de la République. Mais auparavant, il souhaitait inviter ses collègues béarnais à « réfléchir à la gravité de la situation », et témoigner leur soutien aux victimes des attentats et à leurs familles.

"Ils veulent que le pays s'effondre"

Car, dit-il, « face à ces assassinats, nous avons un certain nombre de responsabilités ».

La première réside dans un devoir d’unité face au terrorisme. La seconde consiste à affirmer la solidarité qui existe entre les Français. « Ce que les assaillants cherchent en effet, c’est que le pays s’effondre et que toutes ses activités s’arrêtent. Ils cherchent aussi à déclencher une guerre de religion, en allumant le feu entre les différentes communautés. Je propose qu’on ne leur donne satisfaction ni sur l’un ni sur l’autre de ces points ».

Afin d’illustrer cette volonté sur le plan local, les Rencontres littéraires « Les idées mènent le monde » prévues du 20 au 22 novembre à Pau seront par exemple maintenues. Quitte à prendre « toutes les précautions nécessaires » sur le plan de la sécurité. « La vie ne doit pas s’arrêter. Pour ne pas donner de nous l’apparence de victimes à ceux qui nous ont attaqués ».

"Quelle vie vont avoir mes enfants ?"

Pour le maire de Pau, il convient par ailleurs de veiller à ce que la colère et la rancœur ne débouchent pas sur un affrontement des religions. Et François Bayrou de citer une anecdote qui l’a marqué. « Vendredi soir, je devais me rendre en Argentine avec une délégation. Le voyage a été annulé en raison des attentats. Autour de nous, les hôtesses pleuraient. Deux d'entre elles  parce que leur mari est policier. Deux autres parce qu’elles sont de religion musulmane. L’une de ces dernières est tombée dans mes bras en me disant : ma fille s’appelle Alia et mon fils Abil. Quelle vie vont-ils avoir à partir d’aujourd’hui ? »

 Comment réagir ? En janvier dernier, des milliers de personnes avaient défilé à Pau pour témoigner leur émotion après l’attaque de Charlie Hebdo. « Il ne faut pas refaire deux fois le même geste » poursuit le maire, tout en rappelant que l’état d’urgence décrété par les pouvoirs publics ne recommande pas les rassemblements.

Par contre, les Palois qui le souhaitent pourront se retrouver lundi, place Royale, pour participer à la minute de silence prévue ce jour-là à midi. « On peut également allumer une bougie à sa fenêtre pendant les trois jours de deuil national. Pour montrer que l’on n’abandonne pas l’espoir ».

Des suggestions qui, estime-t-il, n’empêchent pas chaque citoyen « d’ouvrir l’œil » et de se montrer vigilant à l’égard des comportements inquiétants. « N’imaginons pas que la police peut tout faire. La responsabilité de chacun est engagée » estime l’élu qui craint de voir la France « être engagée dans une ère nouvelle et de longue durée ».

 "Ce n'est pas l'Islam qui a tué, ce sont des assassins"

Najia Bouchannafa, en larmes :

 Samedi, à l'hôtel de ville, certains élus étaient excusés, car en déplacement. C'était notamment le cas d' Olivier Dartigolles, porte-parole national du PCF. Mais les réponses apportées au maire ont souvent été unanimes.

En larmes, Najia Bouchannafa, adjointe de quartier chargée de la petite enfance, a ainsi rappelé que « ce n’est pas l’Islam qui a tué vendredi. Car l’Islam ne tue pas. C’est la folie d’assassins ».

Pour le socialiste André Duchateau, « la sérénité, la détermination et le maintien de notre vie quotidienne » constituent effectivement les meilleures réponses à apporter au terrorisme dans un pays où « la grande majorité des musulmans est imprégnée de l’esprit républicain ».  Même s’il convient de rappeler que l’accès à l’éducation est un élément à ne pas négliger dans une société de liberté. Tout comme  il importe de soutenir le lieu d’échange et de partage que constitue le milieu associatif.

« Nous devons aussi reprendre pied dans les banlieues, qui sont les foyers de la radicalisation » ajoute son colistier Pierre Chéret. Sans pour autant accepter « le racisme et l’obscurantisme » dont certains font preuve, y compris en Béarn.

« Il est  révoltant que la salle de prière d’Oloron ait été taguée la nuit dernière » s'insurge-t-il. Avant que la sénatrice PS Frédérique Espagnac cite le Coran pour en évoquer l'esprit de tolérance : « Ne tuez pas la personne humaine, car Allah l’a déclarée sacrée ». Une façon de rappeler que « chacun a sa place en France ».

Nathalie Larradet, André Duchateau et Frédérique Espagnac, parmi les élus de gauche

Ni excuses, ni auto-flagellation

« La France doit rester debout. Plus que jamais, il nous faut être unis » juge pour sa part Eric Saubatte (LR), adjoint au maire, délégué au sport. Tandis que son collègue Thibault Chenevière (parti radical) souhaite « faire redescendre la valeur de fraternité au niveau du simple citoyen ». Et que l'ancien préfet Marc Cabane rappelle que "la menace la plus forte porte aujourd'hui sur la dimension morale".

Eric Saubatte (LR) :

Proviseur de l’important lycée Louis Barthou, et conseiller municipal de la majorité, Alain Vaujany n’en avoue pas moins son trouble d’éducateur. « Cet acte absurde, irrationnel,  a été commis par des jeunes. Comment en est-on arrivé là ? Qu’est-ce qui a raté ? » s’interroge-t-il.

Un propos qui, au-delà de l’estime qu’il porte à son colistier,  suscite une réaction immédiate de l’ancien enseignant et ex-ministre de l’Education nationale, qu’est aussi François Bayrou. « Je sais bien que la mode est aujourd’hui de se flageller et de battre notre coulpe. Mais je n’ai pas l’intention d’offrir des excuses à ces comportements. Nous ne sommes pas responsables. Nous sommes les défenseurs de tout ce qu’ils veulent abattre ».

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
3379
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 23 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !