Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

  • 20/02/18 | Logement : la flambée bordelaise confirmée

    Lire

    Le nouveau baromètre des prix moyens de l'immobilier dans les villes de plus de 100 000 habitants est riche en enseignements. On y apprend, sans grande surprise, que Bordeaux figure dans le top 3 des dix villes les plus chères de France : 266 124 euros en moyenne (juste derrière Lyon et ses 279 524 euros), soit une hausse de 13,2%. En comparaison, la ville de Toulouse se situe loin derrière en douzième position (175 609 euros). Enfin, le baromètre d'LPI-Se Loger affirme que le prix moyen d'un logement dépasse les 200 000 euros dans sept villes (sur 34) de plus de 100 000 habitants.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | "Les Français et le numérique": entre enthousiasme et méfiance

06/04/2014 | Appropriation mais méfiance, telle pourrait être la synthèse paradoxale de l'étude INRIA-TNS Sofres «Les français et le numérique», présentée à l'INRIA Bordeaux Sud ouest.

La table ronde réunissant Michel Cosnard Julien Bruneau et Luc Paboeuf président du CESER Aquitaine

2014 marque la fin du mandat de Michel Cosnard en tant que Président Directeur général de l'INRIA, Institut de recherche en sciences du numérique. A cette occasion, il s'offre une tournée des différents centres de recherche installés sur le territoire. Ce 3 avril, il était à Talence, à l'INRIA Bordeaux Sud ouest. L'occasion pour le centre d'accueillir ses partenaires régionaux afin de leur présenter les recherches en cours, ainsi que les résultats du récent baromètre Inria-TNS Sofres «Les français et le numérique».

Une des qualités de ce baromètre qui vient prendre le pouls de la relation des français au numérique, c'est qu'il fait suite à un premier baromètre réalisé en 2011. Il permet donc de tracer l'évolution de la perception du numérique sur les 3 dernières années. Premier constat de cette évolution: une forte accélération dans l'appropriation des usages. De 17% en 2011, ils sont désormais un peu plus du tiers des français (34%) à pouvoir être identifiés comme des « Homo Numericus ». En d'autres termes en 3 ans, le nombre de français considérant que les outils numériques sont devenus indispensables dans leur vie de tous les jours, à doublé. De la même manière, l'utilité du numérique, déjà fortement perçu en 2011, elle aussi s'accroît. 73% des français considèrent par exemple que le numérique est utile pour l'économie, 91% pour la médecine, 79% pour l'enseignement et même 61% pour l'agriculture, soit 7 points de plus qu'en 2011. 79% d'entre eux pensent que le numérique à des conséquences positives sur la capacité à entreprendre, 65% sur l'emploi, 59% sur la croissance économique.
Pour autant, conscients de ces nouvelles opportunités et d'une meilleure maîtrise des outils, la plupart d'entre eux restent prudents (82%), attentifs aux nouveaux risques et responsabilités d'un numérique en perpétuel renouveau. Ils sont d'ailleurs en demande d'informations à la fois sur la protection de la vie privée (69% d'entre eux), sur les usages du numérique dans la santé et la médecine (66%) ou encore sur la sécurisation des transaction financière sur internet (63%),... Et plus on utilise le numérique plus on craint ses effets. Au sein des « homo numéricus », 75% d'entre eux pensent par exemple que le numérique a des effets négatifs sur la vie privée.

1 français sur 2 pour l'apprentissage du code informatiqueFace à ses inquiétudes, et l'envie de maîtriser, voire d'être «acteur de ce monde numérique», 75% des français estiment que les cours d'informatique et de sciences numériques doivent être proposés avant la terminale. Un français sur deux est d'ailleurs favorable à l'apprentissage du code informatique.
Si à l'idée de « nouveaux pouvoirs », les français accolent volontiers celle de «nouvelles responsabilités», il n'en reste pas moins que 61 % d'entre eux, au total, se sentent «à l'aise» dans leurs usages au numériques. Une appropriation accélérée qui questionne le chercheur Michel Cosnard. L'utilisateur, est désormais le moteur des usages, et selon lui, les scientifiques doivent prendre la mesure, qu'en matière de numérique, «il ne sert à rien de proposer des outils pour qu'ils restent sur l'étagère». Il considère bien au contraire qu'un Centre tel que l'INRIA doit «mettre l'Humain au coeur de ses recherches». Une tâche qui n'est pas facile pour les mathématiciens ou informaticiens, forces vives de l'INRIA, reconnaît-il. Il faut donc selon lui, continuer à développer fortement les partenariats avec d'autres acteurs économiques et sociétaux. Un exercice que s'applique à mettre en œuvre le centre aquitain de l'INRIA qui a des collaborations avec de grands groupes comme Total ou EADS Astrium, mais développe également des partenariats avec des PME.

Solène Méric
Par Solène Méric

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
7736
Aimé par vous
2 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !