17/06/22 : Le département des Landes est placé en vigilance rouge pour canicule extrême à compter de ce jour 14 h. En conséquence, les manifestations en plein air (sauf marchés) et les manifestations sportives en salles fermées non climatisées sont interdites

17/06/22 : En raison de la canicule, la Mairie de Cenon annonce l'annulation de la fête du Cypressat (ce soir) ainsi que celle de la Commémoration du 18 juin 1940 qui aurait du avoir lieu demain.

17/06/22 : Le département de la Gironde est placé en vigilance ROUGE canicule dès 14h ce jour jusqu’à la fin de l’épisode caniculaire. La température estimées ce jour est de 40°C et 41°C samedi. Elle restera supérieure à 23°C la nuit de vendredi à samedi.

12/06/22 : A Anglet (64), la députée sortante Florence Lasserre Modem) est en tête de ballotage de la cinquième circonscription avec 39,83% de suffrages, devant Sandra Pereira-Ostanel (Nupes), 22,12%. LR n'avait pas présenté de candidats.

10/06/22 : La préfecture de Nouvelle-Aquitaine appelle à la prudence sur toutes les plages de la région samedi 11 juin en raison de conditions de baignade dangereuses entre houle, vagues de bord, forts courants et baïnes, températures de l’air et de l’eau élevées.

02/06/22 : En Dordogne, la RD66 à Peyzac-le-Moustier est rouverte à la circulation depuis le 1er juin. Elle avait été fermée suite à la chute de blocs rocheux de plusieurs mètres cubes en novembre 2018 et dans l'attente du confortement définitif de la falaise.

20/05/22 : HAUTE-VIENNE Sur la 2e circonscription, la candidate LREM investie Shérazade Zaiter devra composer avec le dissident Jean-Luc Bonnet, maire du Vigen et son suppléant Bertrand Venteau, président de la Chambre d’agriculture et frère du député sortant.

19/05/22 : DORDOGNE. Dans la 4e circonscription, Jérôme Peyrat LREM, maire de La Roque-Gageac, se retire après une polémique sur sa condamnation pour violence conjugale. Il briguait le siège de la sortante Jacqueline Dubois, qui repart non investie par LREM.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 6 e circo, LREM prononce l’exclusion de Philippe Jouvet, candidat contre Vincent Bru, le sortant LREM. Philippe Jouvet était jusqu'ici le suppléant de Florence Lasserre dans la 5e circonscription.

18/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES. Dans la 4e, l'écolo Julien Brunel se retire au profit d'Inaki Echaniz PS-Nupes. "Notre responsabilité politique nous oblige au retrait. Mais notre responsabilité morale nous interdit de soutenir le candidat PS," tweete J. Brunel

13/05/22 : PYRENEES-ATLANTIQUES - Dans la 3ème circonscription, David Habib député socialiste sortant critique sur la NUPES, est candidat à sa succession en son nom propre face à un candidat LFI /NUPES. Alain Rousset vient de lui apporter son soutien.

12/05/22 : GIRONDE. Dans la 2e circonscription, Cyril Mouquet , candidat Nouvelle Donne se désiste au profit du candidat investi par la Nupes, l'écologiste Nicolas Thierry, au nom de "l'intérêt général premier avant tout" tweete Cyril Mouquet.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/06/22 | Partons à la découverte du Mas d'Agenais

    Lire

    Afin de valoriser son patrimoine, le Mas d'Agenais va se doter d'un espace de médiation patrimoniale. Pour cela, la municipalité va restaurer une maison à pans de bois en face de la collégiale pour y installer un espace de médiation patrimoniale, valorisant ainsi l'histoire du Mas d'Agenais, la collégiale et l’œuvre exceptionnelle qu’elle abrite : le "Christ en Croix" par Rembrandt. L'espace abordera plusieurs thématiques comme la collégiale, le Rembrandt, le patrimoine bâti et l'histoire du Mas d'Agenais accessibles aux petits et aux grands au moyen d'outils numériques, de maquettes, d'archives visuelles ou sonores.

  • 24/06/22 | Restauration collective: "Nourrir l'Avenir" pour mieux se nourrir

    Lire

    A Périgueux, l'Association Collectif les Pieds dans le Plat propose une restauration collective bio-locale depuis 15 ans. Pour mieux accompagner l'intérêt croissant des collectivités et de la société civile pour la restauration collective bio-locale, une société coopérative d'intérêt collectif va être montée (SCIC), Nourrir l'Avenir, qui aura pour mission de porter l'activité économique de formation et d'accompagnement notamment dans la mise en œuvre d’une transition alimentaire biologique, saine et durable au sein des collectivités et des établissements.

  • 23/06/22 | Le député des Landes, Boris Vallaud, président du groupe PS à l'Assemblée

    Lire

    Elu député PS des Landes en 2017, réélu confortablement dimanche dernier dans la troisième circonscription, Boris Vallaud est depuis ce jeudi 23 juin, président du groupe socialiste à l'Assemblée Nationale. Enarque âgé de 46 ans, négociateur de la Nupes pour le PS, il succède à Valérie Rabault (Lot et Garonne) qui ne se représentait pas. Il a emporté l'élection avec 26 voix d'avance sur son collègue de la Mayenne, Guillaume Garot.

  • 23/06/22 | "1 million d'arbres" : Votez pour vos projets de plantations préférés

    Lire

    En janvier dernier, Bordeaux Métropole a lancé le 1er budget participatif lié au programme « Plantons 1 million d'arbres ». Suite au dépôt des projets par les associations, vous avez jusqu'au 30 juin pour voter pour votre projet de plantation préféré : verger urbain, micro-forêt, parc, jardin... Les projets lauréats seront dévoilés début juillet et les plantations auront lieu cet hiver. Pour découvrir les projets et voter: budgetparticipatif.bordeaux-metropole.fr

  • 23/06/22 | Landes : Enedis soutient l'insertion des jeunes

    Lire

    Pour faciliter les actions de la Mission Locale des Landes en faveur de l'insertion professionnelle durable des jeunes, Enedis a remis le 21 juin dernier un véhicule reconditionné à la structure. Ce véhicule sera mis à disposition en auto-partage des jeunes de Sabres résidants dans l'ancienne gendarmerie réhabilitée en logements sociaux pour qu'ils puissent palier aux difficultés de mobilité sur le territoire landais.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Les futurs ingénieurs agros confrontés à l'agro-écologie et aux enjeux sociétaux

19/05/2022 | La formation des ingénieurs agronomes est largement ouverte sur l'agro-écologie et les questions économiques et sociétales qui en découlent.

Les futurs ingénieurs agros confrontés à l'agro-écologie et aux enjeux sociétaux

Sabine Brun Rageul, directrice de Bordeaux Sciences Agro, impulse depuis un an un nouveau plan stratégique à l’école d’ingénieurs agronomes de Nouvelle-Aquitaine. En s’appuyant sur un pilier : l’accompagnement des transitions de l’agriculture et notamment les évolutions agro-écologiques des filières et des territoires. Au moment où Bordeaux retrouve son Salon de l’Agriculture Nouvelle-Aquitaine, le point de vue des ingénieurs agronomes est au cœur du partage d’expériences entre monde rural et populations urbaines. Avec cette particularité que l’ingénieur agronome en formation est aujourd'hui plutôt une femme d’origine urbaine.

@qui! : Les attentes de la société sont fortes vis-à-vis de l’agriculture à la fois en matière de besoin alimentaire, de qualité et d’environnement. Comment préparer de futurs ingénieurs agronomes à tant de « pressions » ?

Sabine Brun Rageul : C’est dans l’ADN des écoles agro de former les jeunes, et non de les formater, à la diversité des agricultures. Il est important de ne pas opposer les modèles et les choses ne cessent d’évoluer depuis l’agriculture de l’après-guerre très industrialisée qui devait répondre à des besoins urgents d’alimentation des populations.

Au sein de nos écoles, nous avons à cœur de nous inscrire dans l’accompagnement des transitions de l’agriculture. Nous avons travaillé et coconstruit avec une centaine de parties prenantes, nos enseignants chercheurs, nos élèves et un certain nombre de partenaires proches, un plan stratégique « Bordeaux Sciences Agro 2030 » qui rassemble nos objectifs pour accompagner au mieux les filières de productions agricoles, agroalimentaires et agriforestière des territoires ruraux. Et l’un des quatre axes majeurs qui est ressorti de ce travail, c’est justement l’accompagnement des évolutions agro-écologiques, auprès des filières et des territoires. C’est au cœur de nos préoccupations.

@! : Concrètement, comment est-ce inscrit dans vos parcours de formation ?

S. B.R. : Nous avons lancé depuis plusieurs années la spécialisation dédiée à l’étude des pratiques agroécologiques. Nous travaillons aussi à faire en sorte que l’agroécologie imprègne l’ensemble de nos enseignements. Pour nous, l’agro-écologie est le nouveau nom du développement durable. La transition environnementale est un pilier, mais nous ne perdons pas de vue le pilier économique et le pilier social pour doter nos ingénieurs d’une vision pragmatique de l’accompagnement. Le futur ingénieur doit être en mesure de maîtriser les outils techniques de l’ingénieur, mais aussi devenir un ingénieur qui prend en compte la dimension économique de management dans l’entreprise, également en capacité d’assumer sa responsabilité sociétale. 

Médiation des conflits d'usage en forêt

@! : Cette évolution stratégique va-t-elle modifier l’ensemble des parcours de formation ?  

S. B.R. : Le nouveau plan date de l’an dernier. C’est un chantier prioritaire, au sein d’un plan stratégique qui s’étend sur dix ans. Mais nous sommes déjà en train de monter deux nouvelles formations. Dans le domaine forestier, le master spécialisé labellisé, Conférence des Grandes Ecoles “Médiation territoriale et responsabilité sociétale des entreprises appliquée aux filières forêt-bois”. Il s’agit de répondre aux nouvelles problématiques d’incompréhension ressenties par la société. Par exemple, les usages récréatifs du monde rural percutent parfois les contraintes de développement économique des propriétaires forestiers. Le deuxième exemple est le lancement d’un bachelor, à la demande des grandes maisons de Cognac, avec une dimension managériale et une orientation à l’accompagnement vers l’agroécologie.

@! : L’espace rural n’est il pas en train de devenir un enjeu sociétal, économique, écologique de plus en plus disputé ?  

S. B.R. : Je peux vous citer l’exemple du Château de Luchey-Halde, l’exploitation viticole de notre école, à la fois site d’expérimentation pour nos enseignants chercheurs et terrain de jeu pédagogique pour nos étudiants.  C’est un vignoble urbain intra-rocade de 23 ha d’un seul tenant, où des riverains viennent promener leur chien ou faire du jogging. Nous avons dû travailler le dialogue avec les habitants du voisinage pour expliquer nos pratiques et les avertir qu’il y a des moments où les traitements obligatoires pour protéger les vignes conduisent à réduire les accès. Comme à la plage, nous avons élaboré un système de drapeau vert, orange ou rouge en fonction de la possibilité de se balader ou non dans les vignes. Il faut expliquer ce que l’on fait, avec des pratiques respectueuses et des règles de cohabitation.

Le Salon de l’Agriculture de Nouvelle-Aquitaine est une opportunité pour ces échanges entre urbains et ruraux. Différentes actions des organisations professionnelles y contribuent comme Agriweb.tv qui traduisent cette volonté de communiquer positivement sur le monde agricole. C’est porteur d’optimisme d’expliquer ce qui est bien fait par ceux qui nous nourrissent.

Bordeaux Sciences Agro comptait 53% de filles dans les années 2000. En 2021 elles étaient 68%

Des filles urbaines et sensibles à la géo-politique

@!: Qui sont les jeunes qui choisissent la formation d’ingénieur agronome ?

S. B.R. : Il y a encore une proportion significative de jeunes, environ 20%, qui viennent par la voie de l’apprentissage ou professionnelle, qui recrute principalement dans le milieu agricole. C’est un marqueur d’ancrage pour nous. Mais notre principale voie de recrutement aujourd’hui ce sont à 60% les classes préparatoires bio ou véto, qui viennent le plus souvent du milieu urbain. Il y a un besoin d’acculturation et de remettre en cause certaines idées reçues auquel répond le stage en exploitation effectué dès la première année.

L’autre marqueur fort c’est la féminisation. Bordeaux Sciences Agro comptait 53% de filles dans les années 2000. En 2021 elles étaient 68%. C’est lié au mode de recrutement par les classes préparatoires.

Il est important que le monde agricole soit accueillant vis-à-vis des publics féminins car on retrouve ensuite nos ingénieurs dans beaucoup de domaines professionnels : agricole, alimentation et agro-alimentaires bien sûr, mais aussi dans les secteurs des services, des énergies renouvelables, du conseil, des bureaux d’études et même de la banque assurance. 

@! : Dans le contexte de la guerre en Ukraine, quelle est sensibilisation à la géopolitique, qui impacte fortement les enjeux alimentaires ?

S. B.R. : Nous essayons d’ouvrir et d’éveiller l’esprit de nos élèves et de mixer les publics en tenant compte des sujets d’actualité comme le conflit qui oppose la Russie et l’Ukraine en organisant notamment des conférences sur les productions en tension et qui traitent du concept de souveraineté. Au-delà des aspects géopolitiques et de sécurité, ce sont des marchés qui sont déstabilisés, des crises énergétiques et agricoles qui se profilent. Nous avons établi avec nos enseignants-chercheurs des passerelles avec Sciences Po et l'université Bordeaux Montaigne sur toutes ces questions.

Cyrille Pitois
Par Cyrille Pitois

Crédit Photo : Bordeaux Sciences Agro

Partager sur Facebook
Vu par vous
3227
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !
Travail dans les serres de tomate dans les Landes pour ces réfugiés afghans Société | 20/06/2022

Terre 2 Cultures : des réfugiés dans les champs

Bébé à la maternité Société | 17/06/2022

Nouvelle-Aquitaine et Grand Est : Régions pilotes du premier dépistage néonatal génétique

Les chercheurs de l’Ifremer cultivent les microalgues sur un banc de phénotypage Société | 15/06/2022

Une micro-algue au pouvoir thérapeutique pour soigner l’acné

Kapir montre une araignée de mer mâle, dont la saison de commercialisation vient de commencer Société | 14/06/2022

Apprentissage : Kapir Blandin, un jeune poissonnier en or

Thierry Mazabraud constate un engouement croissant pour la seconde main Société | 09/06/2022

La seconde main dope l’activité du Secours Populaire de Haute-Vienne

Jean-Noël Etchevery, alias Txetx, porte-parole de la plateforme et militant de l’association Alda Société | 08/06/2022

La fronde anti Airbnb du Pays basque freinée par la justice

Société | 03/06/2022

Lundi de Pentecôte: mais au fait, que fait-on pour les personnes âgées?

Institut du goût Société | 30/05/2022

Institut du goût Nouvelle-Aquitaine : « manger est un acte citoyen »

salon agri Société | 26/05/2022

Salon de l'agriculture : « Chaussez vos bottes » et venez découvrir les métiers du secteur !

Alain Rousset a salué les éleveurs lors de sa venue sur le Salon de l'agriculture Nouvelle-Aquitaine 2022 Société | 25/05/2022

Alimentation locale et de qualité : un pacte régional pour reprendre la main

Lancement du prix Joël Aubert avec Bernard Jouannaud, Dominique Graciet et Bruno Millet. Société | 22/05/2022

Le prix Joël Aubert a été lancé au Salon de l’Agriculture Nouvelle-Aquitaine

Les urgences d'Oloron-Sainte-Marie dans les Pyrénées-Atlantiques Société | 20/05/2022

Urgence sur les urgences : le cas grave mais pas si unique d'Oloron-Sainte-Marie

Le collège Paul-Langevin à Saint-Junien s’est vu décerner le label « Etablissement bio engagé » par Interbio Nouvelle-Aquitaine Société | 19/05/2022

A Saint-Junien, le collège Paul Langevin est le premier établissement scolaire bio engagé de Haute-Vienne

Delphine Rouba, écrivain public - Dans le secret des mots Société | 17/05/2022

Ecrivain public, Delphine met sa plume au service des autres

Du 14 au 29 mai 2022, opération Chaussez vos bottes Société | 13/05/2022

« Chaussez vos bottes », des idées de sorties pour découvrir et fêter l'agriculture !