Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/10/18 : En 2018, le Festival Musicalarue organisé à Luxey (40) a accueilli 49 110 personnes. Combien seront-elles pour l'édition des 30 ans ? Les dates viennent d'être dévoilées : le rendez-vous est donné les 15, 16 et 17 août 2019 !

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

15/10/18 : Charente-Maritime : Pole emploi et le Département 17 organisent un forum des emplois saisonniers hivernaux, le 16 octobre DE 9h à 16h30 à la Maison de la Charente-Maritime, 85 boulevard de la République à La Rochelle. Entrée libre.

15/10/18 : Yves Foulon, maire d'Arcachon, a été élu ce week-end en tant que nouveau président du parti LR en Gironde. Il succède à Alain Juppé dans un scrutin dans lequel il était le seul candidat avec 100% des voix et 55,73% de participation.

15/10/18 : Dans le cadre du cycle de ses conférences-débats #europedémocratique2019, la Maison de l'Europe Bordeaux Aquitaine reçoit le 19/10 à 19h, Pascal Durand, eurodéputé Ecologiste sur le thème “L’Europe face au glyphosate: un signal d’alerte?”

11/10/18 : Ligne Ter Bordeaux-Agen : comité de ligne, lundi 15 octobre à 17h45, salle F. Mauriac, à Langon. Cette réunion est ouverte aux usagers et vise à échanger sur l'actualité de la ligne notamment sur les horaires prévus à partir du 9 décembre 2018.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 19/10/18 | Rochefort : une application pour visiter le patrimoine local

    Lire

    A l'occasion des Journée nationales de l’Architecture (du 19 au 21 octobre), Rochefort lance une nouvelle application de visites (libres ou guidées) de la ville et de son Arsenal : Visite Patrimoine. Téléchargeable sur tous les smartphones, elle entraîne le visiteurs à travers 18 lieux emblématiques de la ville, présentés au moyen d’anecdotes, d’indications historiques et pratiques. Visite patrimoine est né d’une collaboration entre les musées de la région et l'université de La Rochelle.

  • 19/10/18 | Laurent Nuñez en visite à Hendaye ce vendredi

    Lire

    Laurent Nuñez, secrétaire d’État auprès du ministre de l'Intérieur, ancien sous préfet de Bayonne revient au pays et effectuera ce vendredi 19 octobre une visite à Hendaye qui débutera par une visite du Centre de rétention administrative (CRA) d'Hendaye, pour une présentation des missions de la police aux frontières. Elle se poursuivra par celle du Centre de coopération policière et douanière d'Hendaye, accompagnée d’une présentation de ses missions et activités. Elle se terminera au péage frontalier de Biriatou.

  • 19/10/18 | Hot Vienne et son colloque international

    Lire

    Dans le cadre de la saison culturelle Hot Vienne, Limoges se la joue jazz. Passionnés du jazz de renom se retrouveront lors du colloque international dédié au jazz du 22 au 24 octobre à la Bibliothèque francophone multimédia de Limoges. Durant ces 3 jours, les 25 intervenants se succéderont pour s’exprimer sur les figures emblématiques du genre autour de thèmes l’écriture du jazz ou son histoire à Limoges. Entrée libre et gratuite.

  • 18/10/18 | Floirac : budgets participatifs n°2

    Lire

    A Floirac dans le cadre de la 2ème édition des budgets participatif, 160 000 € ont été réservés par le conseil municipal pour financer ces actions proposé par les habitants, dont 60 000 € pour des projets visant à améliorer le cadre de vie en milieu scolaire. 45 projets ont été déposés: 35 pour la ville, 10 pour les écoles. Le vote est désormais ouverts aux habitants jusqu'au 29 octobre, pour l'élection de 4 projets de ville et 3 projets d'écoles. Les 45 projets déposés sont présentés sur internet et à la M.270, où une urne est disposition pour le vote qui peut aussi se faire sur internet.

  • 18/10/18 | Une journée de travail autour des migrations

    Lire

    Samedi 20 octobre, de 9h30 à 17h le département DEFLE de l’Université Bordeaux 3 Montaigne à Talence accueille une journée de travail des Etats Généraux des migrations en Gironde portés localement par le collectif d'associations Collectif Réfugiés Solidarité 33. L'occasion à travers 6 ateliers de réfléchir et être force de proposition sur des thèmes liés à l'action, à la communication, et à la structuration du collectif, ainsi qu'aux conditions d’accueil des personnes migrantes en France, et particulièrement en Gironde. L’objectif est de préparer les actions que ce collectif militant veut organiser tout au long de l’année.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Les Girondins de Bordeaux champions de France, mais l'Europe c'est autre chose

31/05/2009 |

Le retour des joueurs à Bordeaux avec le trophée

« On est champions », criaient à tue-tête, samedi soir, les 80 000 bordelais réunis sur la place des Quinconces, après la victoire des Girondins de Bordeaux à Caen (0-1), lors de la dernière journée de Ligue 1. Une victoire, qui laisse son dauphin, l'OM, large vainqueur de Rennes 4 à 0 à trois points et permet aux Marines et Blancs de remporter le sixième titre de leur histoire. Un titre, qui suscite beaucoup d'espoir du côté des bords de Garonne.

« Ce titre est largement mérité. Notre équipe termine en tête avec 11 victoires consécutives. C'est historique », rappelle Arnaud, 36 ans, un supporteur. « Bordeaux est un très beau champion. Ils ont réalisé un formidable triplé, championnat, coupe de la ligue et trophée des champions », a reconnu Frédéric Thiriez, le président de la Ligue, qui a remis le trophée dimanche aux joueurs à Bordeaux.

Comment expliquer un parcours aussi exceptionnel ? « La force de Bordeaux, c'est avant tout son collectif, alors que Lyon était surtout dépendant de ses leaders (Juninho et Benzema) », analyse Bernard Lions journaliste à L'Equipe. « Il y toujours eu une très bonne ambiance dans le vestiaire, même quand les résultats étaient moins bons, comme en février », confirme Yoann Gourcuff. Ceci étant, « le plus dur reste à faire. Il va falloir confirmer et assumer notre statut », commente Ulrich Ramé, le capitaine et gardien bordelais. Après son dernier titre en 1999, le club avait dû attendre trois ans et une Coupe de la Ligue pour ajouter une ligne à son palmarès.

Quelle équipe l'an prochain ?

Les supporteurs, eux aussi, s'interrogent : quels joueurs, quels moyens auront les Girondins de Bordeaux l'année prochaine ? Première bonne nouvelle, le meilleur joueur de Ligue 1, Yoann Gourcuff, jusque là prêté par le Milan AC, vient de signer au club pour quatre ans. Deuxième source d'espoir, Laurent Blanc, l'entraîneur, sera encore sur les bords de la Garonne l'année prochaine. Troisième bonne nouvelle, Marouane Chamakh, l'attaquant formé au club, qui avait exprimé la semaine dernière son souhait de tenter une nouvelle aventure en Premiere League anglaise, devrait être girondin l'an prochain. « Normalement, je reste », a-t-il déclaré dimanche aux 20 000 supporteurs venus fêter avec les joueurs ce trophée sur la place des Quinconces à Bordeaux. « Ils restent tous ensemble », a enchaîné Jean-Louis Triaud. En effet, pour la saison prochaine, le président du club s'est fixé comme première mission de conserver l'ossature de son effectif, car « cette victoire, c'est surtout celle d'un groupe d'amis. Sans amitiés, on ne peut pas arriver à un tel résultat ».

Un club familial

Loin de l'exposition médiatique de l'OM, du PSG ou de l'OL, Bordeaux cultive son image d'un club familial, discret, « sain ». « C'est tout ceci qui m'a donné envie de rester », explique Yoann Gourcuff. Mais, sur le long terme, Bordeaux a-t-il les moyens de rivaliser avec Lyon, qui a raflé les sept derniers titres, et de s'illustrer en Ligue des Champions ? Financièrement, la réponse est sans équivoque. Le budget des Girondins de Bordeaux est de l'ordre de 80 millions d'euros, alors que celui de Lyon culmine à 160 millions d'euros. Et, « nous n'aurons pas de rallonge budgétaire pour la saison prochaine, hors mis le bonus pour notre participation à la Ligue des champions (4 millions d'euros environ) et le titre », prévient Jean-Louis Triaud. Le propriétaire, M6, malgré l'évidente satisfaction de son président Nicolas de Tavernost, ne devrait donc pas investir davantage dans le club. Pourtant, pour bien figurer en championnat et en Ligue des Champions, « Bordeaux a besoin d'un groupe plus étoffé », relève Marius Trésor, un ancien grand joueur du club, reconverti en tant qu'entraîneur adjoint de l'équipe B, en CFA2. Selon lui, il est nécessaire notamment de recruter en attaque et en défense. En coulisse, les dirigeants s'activent déjà pour le prochain mercato, mais aucun nom n'a été révélé.

Un nouveau stade à Bordeaux ?

Car, si Ulrich Ramé, le capitaine loue « la marge de progression d'un groupe de jeunes doté de qualités mentales exceptionnelles », l'entraîneur, Laurent Blanc, ne se fait pas d'illusions : pour affronter des géants du football européen comme Chelsea, Barcelone, Manchester, il faut des joueurs d'expérience et sans argent... Jean-Louis Triaud en est pleinement conscient. « Nous espérons seulement passer les poules en Ligue des champions », avance-t-il, prudent. Cette saison, Bordeaux avait échoué.

En tout cas, ce titre donne des idées au maire de Bordeaux. Alain Juppé entend construire un nouveau stade (40 000 places contre 34 000 aujourd'hui) au nord-ouest, à Bordeaux-Lac. Le coût se chiffrerait entre 200 et 250 millions d'euros. « Ce titre peut nous aider à convaincre des partenaires privés ». Avec M6, une étude de faisabilité a été lancée. Une décision doit être prise avant la fin de l'année si Bordeaux veut pouvoir accueillir des matchs de l'Euro en 2016.

Nicolas César

Crédit photo : Nicolas César

Partager sur Facebook
Vu par vous
297
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
1 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Thomas | 02/06/2009

Ligue 1 : le sacre dans la rue des Quinconces à la Victoire

Un samedi soir que l'on avait pas vécu depuis dix ans. A en juger par la circulation marine et blanche qui parcourt l'artère Sainte Catherine et qui vient s'agglutiner sur la place des Quinconces, tout Bordeaux est dans la rue pour soutenir son équipe. Les girondins étaient à Caen pour jouer leur titre, mais le public, resté sur place, jouait sa rencontre à domicile.

La foule se déplace lentement vers le centre des festivités. L'écran géant des grandes occasions a été déployé devant le monument des girondins. Sur la place, l'ambiance est fébrile. Les sirènes résonnent, timidement pour commencer. Le service de sécurité est aux aguets, avec un maitre-chien tous les dix mètres autour du poste de contrôle. Les enfants, les parents, les vieux, les jeunes se croisent et discutent à l'avant match. « 80 000 personnes » selon les organisateurs, même si la place est prévue pour n'en accueillir que 50 000. On murmure même que le maire est venu assister au match. Peu avant le début, l'animateur de la soirée, vite rejoint par le speaker des Ultra Marines, égrène la composition de l'équipe. Au nom de Gourcuff, comme pour confirmer l'évidence, un torrent de cris se déverse devant l'estrade. Des cris féminins bien sûr, vu qu'il est sûrement responsable de l'augmentation significative des femmes dans le public girondin.

Le match commence et les drapeaux se baissent. La foule est attentive mais toutes les occasions sont bonnes pour exulter. Un tacle trop appuyé déchainera leur colère, mais chaque coup franc fera augmenter la pression. La tension est intense. Il suffit d'un match nul mais tout le monde souhaite une victoire, le but qui marquera les esprits Et c'est à l'heure de jeu, quand Gouffran permettra à l'équipe de respirer, qu'il déclenchera aussi l'explosion des fumigènes, l'éclosion des drapeaux, des cris, des chants, des larmes parfois. Le ciel des Quinconces s'embrase de rouge, c'est Apocalypse Now. Intense moment de joie offert par l'équipe à une ville qui prend enfin la mesure de la victoire. Le titre est là, il n'en fait plus aucun doute. D'ailleurs, les cannais auront beau essayer de redonner du suspense à la rencontre, le c?ur des supporters ne s'emballera plus jusqu'à l'attente du coup d'envoi. Lorsque celui-ci retentit, les supporters s'embrassent devant des images de joueurs cannais effondrés. Avant de laisser repartir le public vers la Victoire, les animateurs insistent : le rendez-vous est à 13h demain pour la remise du trophée à l'équipe sur cette même estrade.

Dans les rues de la ville, le calme qui régnait après la victoire sur Monaco la semaine dernière semble avoir été publié. Bordeaux se rattrape et peut enfin laisser exploser sa joie. Sur la place du parlement, un supporter improvise un strip-tease du haut de la fontaine. Sur la place Fernand Lafargue, des feux d'artifices s'écrasent sur les façades. Mais c'est sur la place de la Victoire, qui n'aura jamais mieux porter son nom, que la marée girondine est venue s'écraser. Deux couleurs dominantes et une atmosphère de fête qui durera jusqu'à la fermeture des bars. Dur retour à la réalité pour certains, point de départ pour le quai Paludate pour d'autres. Quelques courageux proposeront même de rester éveillé jusqu'au retour de l'équipe. La soirée est loin d'être terminée et le sacre semble être une bonne excuse pour ne pas partir se coucher tout de suite.

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !