Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

15/10/18 : Charente-Maritime : Pole emploi et le Département 17 organisent un forum des emplois saisonniers hivernaux, le 16 octobre DE 9h à 16h30 à la Maison de la Charente-Maritime, 85 boulevard de la République à La Rochelle. Entrée libre.

15/10/18 : Yves Foulon, maire d'Arcachon, a été élu ce week-end en tant que nouveau président du parti LR en Gironde. Il succède à Alain Juppé dans un scrutin dans lequel il était le seul candidat avec 100% des voix et 55,73% de participation.

15/10/18 : Dans le cadre du cycle de ses conférences-débats #europedémocratique2019, la Maison de l'Europe Bordeaux Aquitaine reçoit le 19/10 à 19h, Pascal Durand, eurodéputé Ecologiste sur le thème “L’Europe face au glyphosate: un signal d’alerte?”

15/10/18 : Dominique Bussereau, président du Conseil départemental de Charente-maritime et de l'ADF ( Départements de France) rencontre ce mardi 16 à l'Elysée Emmanuel Macron en présence du premier ministre et du président du Sénat.

11/10/18 : Ligne Ter Bordeaux-Agen : comité de ligne, lundi 15 octobre à 17h45, salle F. Mauriac, à Langon. Cette réunion est ouverte aux usagers et vise à échanger sur l'actualité de la ligne notamment sur les horaires prévus à partir du 9 décembre 2018.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 17/10/18 | Les métiers de la propreté en lumière

    Lire

    Le 18 octobre aura lieu la 1ère journée nationale des métiers de la propreté afin de mettre en lumière ces métiers souvent oubliés. A Bordeaux, une animation dédiée au métier « Laveur de vitres » se déroulera de 10h à 12h entre la place de la Comédie et le cours Alsace-Lorraine avec entre autre une parade originale et décalée ou encore une boîte à CV place Saint-Projet. De 8h à 20h, la gare Saint-Jean accueillera une exposition éphémère #500000visages atour des jeunes en formation qui seront présents pour échanger.

  • 17/10/18 | La restauration du château de Commarque (24) récompensée

    Lire

    Le château de Commarque à Sireuil sur la commune des Eyzies -de- Tayac (24) vient de se voir décerner le grand trophée 2018 de la plus belle restauration d'un monument historique par le journal le Figaro. Doté de 30 000 euros, il a été remis au propriétaire Hubert de Commarque le 11 octobre à Paris. Ce prix récompense près d'un demi siècle de travaux menés par le propriétaire. Il accueille 45 000 visiteurs chaque année depuis son ouverture au public.

  • 17/10/18 | Les Foulées littéraires sportives

    Lire

    La 8ème édition des Foulées Littéraires auront lieu les 23 et 24 novembre au Pôle culturel et sportif du Bois Fleuri à Lormont avec pour thème "sport et humour". Vincent Clerc, ancien rugbyman, et Michel Iuttria, dessinateur de presse, en seront les invités d’honneur. Dès le 13 novembre le public pourra découvrir une grande rétrospective consacré à l’oeuvre de Michel Iturria et tout au long du Salon de nombreuses animations et temps forts sont attendus. Entrée gratuite.

  • 17/10/18 | Rochefort : lancement d'une souscription pour la Maison de Pierre Loti

    Lire

    Suite à un premier apport financier du loto du patrimoine, la Fondation du Patrimoine et la Ville de Rochefort lancent un appel à souscription national en faveur de la maison de Pierre Loti. Cet appel aux dons porte sur la restauration de la totalité de l’édifice, de ses collections et de son jardin. Le coup d'envoi de la souscription sera donné à Paris, au carrousel du Louvre à Paris, le samedi 27 octobre à 16h.

  • 16/10/18 | Laurent Nuñez a été sous-préfet au Pays basque

    Lire

    La nomination de Laurent Nuñez secrétaire d’État au ministère de l'Intérieur ne laissera pas le Pays basque indifférent. De 2010 à 2012, il a en effet été sous-préfet de Bayonne, à la suite d'Éric Morvan, actuel directeur général de la police nationale. Un des sous-préfets qui a laissé le meilleur souvenir en Pays basque dont il avait compris bien des dossiers. Il avait succédé à Patrick Caivar à la tête de la DGSI (Direction générale de la Sécurité Intérieure) en juin 2017.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Les grands entretiens d'aqui.fr : Patrick Duval, programmateur du Rocher de Palmer à Cenon (33)

06/01/2011 |

Patrick Duval, programmateur du Rocher de Palmer

A la fin de l'année, Patrick Duval, le programmateur du Rocher de Palmer, nous a reçu dans ses locaux pour faire le bilan et parler un peu de son expérience avec la salle. Ouvert depuis à peine trois mois, le projet n'en est pas moins ancien et il y avait beaucoup à dire sur la conception et la prise en main de ce lieu culturel unique juché sur les hauteurs de Cenon. Le pari risqué de construire une salle moderne en partie dédiée aux musiques du monde et aux jazz au coeur de la rive droite. Il aborde entre autre le long travail à faire auprès de la population, ses inquiétudes avant l'ouverture et toute la difficulté à amener le public vers la programmation proposée.

Pour qui a déjà mis les pieds dans l'envers du décor des spectacles musicaux, les locaux sont gigantesques, bien agencés et laisseraient rêveur n'importe quel programmateur. C'est dans une salle de réunion où l'on pourrait caser tout le public de l'Heretic, que celui du Rocher de Palmer nous reçoit. Patrick Duval est un vieux routard, du genre à avoir commencé tout en bas de l'échelle, et 30 ans d'expérience dans l'organisation de concerts, notamment à Musiques de nuit, justifie aisément qu'il se retrouve à la tête de la programmation de ce lieu. Lucide, débrouillard avec les administrations en tous genres, mais toujours enthousiaste, il parle avec passion de son nouveau bébé.

Un centre de documentation « ouvert à tous »
Le Rocher de Palmer - CenonA commencer par le caractère unique de la salle, qui justement ne se cantonne pas à n'être qu'une salle de concert de plus. Patrick Duval l'a bien compris. Si Barbey a son école de musique, Le Rocher aura son centre de documentation et ses modules de découverte. « Patrick Labesse, qui dirige le centre, a vraiment travaillé sur cette question de modules, soit en proposant, soit en s'adaptant. Ça peut être sur la musique classique, la musique du Mali, la musique Klezmer... En deux mois on a une multitude de cas différents de gens qui ont fréquenté ce centre » Si ce résultat le surprend agréablement, il n'en était pas moins prévisible : « On est ouvert depuis deux mois, mais on a commencé le travail un an avant avec des concerts hors les murs, des ateliers, avec la convention Unesco autour de la diversité culturelle... Ce travail, on l'a fait autour de la population, mais aussi avec celles et ceux qui sont en contacts avec eux : travailleurs sociaux, éducateurs, animateurs, profs... » Au final un lieu qui se veut réactif avec l'actualité (La Coupe du Monde en Afrique du Sud ou bientôt l'année des Outre-Mers en France) et avec les besoins du public (« On a un enseignant qui est venu nous voir en nous disant qu'il travaillait sur les trois religions et Patrick a bâti très vite un module sur les chants sacrés »).

De la diversité pour contrer l'intimidation sociale
Le deuxième combat de Patrick Duval c'est bien évidemment ce qui touche plus à son champ de compétence : la programmation. « Il faut élargir le cercle limité qui va venir voir un concert de Sophia Hunger ou un orchestre de jazz. L'accessibilité n'est pas qu'une question de tarification, mais d'accompagnement. Ce lieu peut générer, comme dirait le ministère de la culture, « de l'intimidation sociale ». Ce n'est pas simplement réservée à l'Opéra de Bordeaux » La salle défend donc une programmation très ouverte dont le principal challenge est d'amener toute la population à la découvrir.
Et quand on lui demande si la venue de groupes très populaires comme les BB Brunes ou Sexion d'Assaut a à voir avec cette volonté, celui-ci acquiesce : « De temps en temps, c'est bien de montrer que le Rocher de Palmer n'est pas le lieu de l'élite culturelle. Les BB Brunes et Sexion d'Assaut font partie d'un champ musical qui doit avoir autant sa place ici autant que Cedric Tiberghien qui vient jouer Chopin. Je me suis battu pour que Sexion d'Assaut ne soit pas interdit et j'en suis fier. Et j'en suis encore plus fier quand je vois l'évolution du groupe ». Pour info, le groupe de rap qui avait été épinglé par le web et les associations LGBT pour avoir tenu des propos homophobes par le passé, s'est excusé, a censuré le texte incriminé et a accepté de participer à un débat juste avant le concert. Les artistes plus classiques espèrent même qu'il y ait des répercussions sur leur public mais comme Patrick Duval le dit bien : « Ça va prendre un peu de temps avant qu'il y ait des porosités entre genres musicaux mais on va y arriver ».

Des moments précieux
Soirée Ethiopiques avec Alemayehu Eshete, Selamenesh et le Badume's bandEn deux mois d'existence, même si ça lui donne parfois l'impression qu'il s'est écoulé un an, Patrick Duval ne rechigne pas à relater des anecdotes qui prouvent pour lui que le public s'approprie Le Rocher : « On a eu un centre de loisir qui nous a ramené des enfants à un concert du trio Biondini, Godard et Reijseger, qui joue pourtant une musique difficile d'accès. Les enfants avaient travaillé en amont dans le centre. Les animateurs leur avaient fait écouter et dessiner sur la musique. Et on a donc pu voir ces enfantsde quatre-cinq ans, avec leurs parents, en standing ovation. Comme on a affaire à des musiciens intelligents, ils ont vite vu qu'il y avait un public de néophytes. Pour autant, ils n'ont pas adapté leur musique. Mais ils ont compris qu'il fallait discuter, qu'il fallait encourager les gamins qui avaient fait l'effort. Quand on voit ça, on se dit qu'on a gagné ». La salle axe donc beaucoup sa communication sur les nombreuses rencontres entre l'artiste et le public. Et quand on lui demande si la fréquentation des concerts suit, il répond honnêtement : « Ce qu'on peut constater, c'est que la crainte que j'avais personnellement, d'avoir moins de public parce qu'on est sur la rive droite, n'était pas fondée. Je me suis renseigné pour comparer les scores de Sophie Hunger dans les autres villes, où elle jouait intra-muros dans des structures similaires. Elle a fait moins de monde qu'ici. Ça veut dire qu'il n'y a pas d'effet repoussoir parce qu'on est sur cette rive-là et qu'il y a plutôt un effet attractif parce que c'est un nouvel équipement ».

Prendre possession du bâtiment
Pour ce qui est de l'emplacement, qui pourrait paraître problématique, les gens qui ont travaillé sur la conception du Rocher de Palmer ont pensé à tout : « Il fallait un équipement fort avec un vrai projet architectural pour la rive droite, pas la salle des fêtes du village. On a été attentif aux petits détails, à l'accueil, à l'acoustique... La taille de la salle s'adapte au public et il y a même un restaurant abordable tenu par un chef étoilé. Quand il y a autant d'exigences de tous les côtés, un lieu comme celui-là peut accompagner la transformation de la rive droite ». Un projet sans équivalent dans la région pour une salle spécialisée.
« Au début, fin juillet, quand on est venu s'installer ici, j'étais pas fier. J'étais pas intimidé mais inquiet. J'ai mesuré ce qu'on avait sur les épaules en venant poser mes affaires ici. Et là d'un coup, j'ai eu très peur, simplement en disant « est-ce qu'on va y arriver ? Est-ce qu'on va se planter ? Est-ce que le public va suivre ? » On est quand même sur la rive droite... Toutes les questions normales qu'on se pose ». Si ensuite, il s'est senti libéré au moment de l'inauguration, le véritable démarragea été un peu plus difficile avec une faible affluence pour le premier concert. Une crainte qui partira vite dès le deuxième, presque complet. Et un enchainement très intense de spectacles s'en suivra. Une décision inconsciemment stratégique qu'il finit par avouer : « Organiser beaucoup de concerts, c'était une manière de prendre possession du bâtiment ». Pour le moment si Le Rocher s'est surtout concentré sur son lancement, Patrick Duval n'exclue aucun partenariat avec d'autres salles : « On veut travailler avec tout le monde. On n'est pas dans un esprit de concurrence ».

Plus d'infos sur le site du Rocher de Palmer
Photo : aqui.fr, BTuA, Christian Richters - Tous drois réservés

Thomas Guillot

Partager sur Facebook
Vu par vous
4011
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !