15/12/17 : Futuroscope : le président du directoire Dominique Hummel a annoncé dans La Nouvelle République qu'il allait quitter ses fonctions en mars prochain.

14/12/17 : Depuis ce 12 décembre, la FRSEA Sud Ouest a de nouveaux contours. Regroupant désormais les régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine elle représente 25 départements. Le même jour, Philippe Moinard en a été élu à la présidence.

13/12/17 : Pont d’Aquitaine fermé dans les 2 sens : rocade A630 entre échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4a (Bordeaux - Nouveau Stade) du jeudi 14 décembre 21h00 au 15 à 6h00. Déviations rocade intérieure et extérieure, via le pont François Mitterrand.

12/12/17 : Philippe Martinez,le secrétaire général de la CGT se rendra ce jeudi en Dordogne. Il visitera les ateliers SNCF du Toulon avant de rencontrer le syndicat cheminot. L'après midi, il participera à une assemblée avec tous les syndicats CGT du département.

11/12/17 : Catherine Seguin, 45ans, fille de Philippe Seguin qui était sous-préfète de Bayonne depuis 2016 a pris du galon et sera la nouvelle préfète du Gers en remplacement de Pierre Ory nommé dans les Vosges. Deuxième femme à occuper ce poste dans le Gers

11/12/17 : La Charente-Maritime est passée ce matin en vigilance "jaune" vents violents : la circulation est coupée sur le pont de l'île d'Oléron et les liaisons maritimes coupées avec l'île d'Aix, en raison d'une forte houle.

10/12/17 : A Orthez la liste menée par le socialiste Emmanuel Hanon remporte l'élection municipale (49,69%) devançant celle du maire sortant Yves Darrigrand (39,87%) et de Hélène Marest (Lrem -Modem 10,44%

10/12/17 : Philippe Mahé préfet de Meurthe-et-Moselle depuis août 2015 est le nouveau directeur général des services de la Gironde. Il a occupé plusieurs postes similaires depuis 1995 en Côtes d'Armor Finistère aux communautés urbaines de Nantes et de Toulouse.

10/12/17 : Dans un communiqué du 9/12, le président de la Charente-Maritime Dominique Bussereau annonce que l'instauration d'un péage à l'entrée d'Oléron ne sera finalement pas soumis au vote lors de la session du Département du 18 décembre comme annoncé.

10/12/17 : Charente-Maritime : Météo France annonce une tempête ce lundi, avec de violentes rafales pouvant atteindre localement 120 à 130 Km/h sur le littoral et 100 à 110 Km/h à l'intérieur des terres.

09/12/17 : Après l'annonce de la présence du groupe NTM, les Francofolies ont annoncé cette semaine leurs prochaines têtes d'affiches de l'édition 2018, qui se tiendra du 11 au 15 juillet : Orelsan, Jain, Véronique Sanson, Mc Solaar, Calogero et Shaka Ponk.

08/12/17 : Les maires de Port-au-Prince et de La Rochelle ont signé un accord mardi à l’occasion des 2e Assises de la coopération franco-haïtienne à Port-au-Prince. Une aide nouvelle sera apportée pour la construction d’un lieu d’accueil en cas de catastrophe.

07/12/17 : Le maire de Saint-Jean-de-Luz et premier vice-président de la Communauté Pays basque, Peyuco Duhart, 70 ans, est mort ce vendredi matin à 10 heures au Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne. Il avait été victime d'un AVC la semaine dernière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 15/12/17 | Les radicaux de gauche Nouvelle Aquitaine...

    Lire

    Après la récente fusion du Parti Radical de Gauche et du Parti Radical Valoisien au sein "d’une nouvelle structure baptisée « Mouvement Radical » dans laquelle ils ne se reconnaissent pas totalement les élus Radicaux de Gauche du Conseil régional ont souhaité prendre leurs distances avec ce contexte politique national. Ainsi Soraya Ammouche-Milhiet, Benoît Biteau, Régine Marchand, Francis Wilsius,réaffirment leur place au sein de la majorité d’Alain Rousset et gardent leurs distances avec les jeux politiques des appareils nationaux, partageant des valeurs communes autour du triptyque républicain et de la Laïcité."

  • 15/12/17 | La Charente-Maritime toujours en manque d'eau

    Lire

    Au vu de la situation hydrologique actuelle et de l’absence de pluviométrie, le préfet de la Charente-Maritime a décidé de prolonger l'arrêté en date du 31 octobre 2017 jusqu’au dimanche 14 janvier 2018 inclus. Le prélèvement d’eau en vue du remplissage ou du maintien du niveau des retenues d’eau à usage d’irrigation agricole et tous les plans d’eau est interdit sur tous les bassins de gestion de Charente-Maritime (sauf bassin Charente aval) pour les remplissages par prélèvement superficiel.

  • 15/12/17 | Martin Leÿs délégué régional EDF en janvier 2018

    Lire

    Benoît Thomazo délégué régional d'EDF en Aquitaine puis Nouvelle Aquitaine depuis 4 ans passera le relais en janvier prochain à Martin Leÿs. Celui-ci, jusque là directeur du dialogue social au sein du groupe, présidait le Comité central d'entreprise et le Comité européen ainsi que le Fonds "Agir pour l'emploi" d'EDF qui soutient les projets portés par les associations d'insertion. Martin Leÿs avait été en 2002 directeur de cabinet de la délégation d'Aquitaine à Bordeaux avant de devenir conseiller social auprès de François Roussely et de diriger depuis la Chine le développement Asie d'EDF pendant six ans.

  • 15/12/17 | Asphodèle, le plus bio des salons revient à Pau

    Lire

    Plus grand et plus ancien salon des produits bio du Sud ouest, Asphodèle, est de retour, du 15 au 17 décembre, au Parc des expositions à Pau pour sa 22ème édition. Résolument engagé pour la planète et le bien être, il se dédié à la bio et aux nouvelles façons de vivre et de consommer, à travers cette année plus de 220 exposants. Des artisans, producteurs, viticulteurs, créateurs, entreprises de transformation triés sur le volet. Au programme aussi de nombreuses animations et conférences qui évoqueront notamment les OGM, l'agriculture bio, l'éco-construction ou encore les semences libres.

  • 15/12/17 | Le point sur la tuberculose bovine en Dordogne

    Lire

    La campagne de prophylaxie 2017-2018 de la tuberculose bovine a débuté en avance avec un nouveau mode de dépistage qui donne des résultats encourageants. Il s’agit d’un procédé à la fois plus efficace mais aussi plus contraignant, car nécessitant une bonne contention des bovins. Depuis le début novembre, 106 dossiers de prophylaxie ont été traités et 5 élevages ont présenté des résultats positifs. Le nombre de foyers de tuberculose pour 2017 est toujours de 28 élevages, dont 8 ont fait l’objet d’un abattage total et 20 d’un abattage sélectif.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Les grands entretiens d'aqui.fr : Patrick Duval, programmateur du Rocher de Palmer à Cenon (33)

06/01/2011 |

Patrick Duval, programmateur du Rocher de Palmer

A la fin de l'année, Patrick Duval, le programmateur du Rocher de Palmer, nous a reçu dans ses locaux pour faire le bilan et parler un peu de son expérience avec la salle. Ouvert depuis à peine trois mois, le projet n'en est pas moins ancien et il y avait beaucoup à dire sur la conception et la prise en main de ce lieu culturel unique juché sur les hauteurs de Cenon. Le pari risqué de construire une salle moderne en partie dédiée aux musiques du monde et aux jazz au coeur de la rive droite. Il aborde entre autre le long travail à faire auprès de la population, ses inquiétudes avant l'ouverture et toute la difficulté à amener le public vers la programmation proposée.

Pour qui a déjà mis les pieds dans l'envers du décor des spectacles musicaux, les locaux sont gigantesques, bien agencés et laisseraient rêveur n'importe quel programmateur. C'est dans une salle de réunion où l'on pourrait caser tout le public de l'Heretic, que celui du Rocher de Palmer nous reçoit. Patrick Duval est un vieux routard, du genre à avoir commencé tout en bas de l'échelle, et 30 ans d'expérience dans l'organisation de concerts, notamment à Musiques de nuit, justifie aisément qu'il se retrouve à la tête de la programmation de ce lieu. Lucide, débrouillard avec les administrations en tous genres, mais toujours enthousiaste, il parle avec passion de son nouveau bébé.

Un centre de documentation « ouvert à tous »
Le Rocher de Palmer - CenonA commencer par le caractère unique de la salle, qui justement ne se cantonne pas à n'être qu'une salle de concert de plus. Patrick Duval l'a bien compris. Si Barbey a son école de musique, Le Rocher aura son centre de documentation et ses modules de découverte. « Patrick Labesse, qui dirige le centre, a vraiment travaillé sur cette question de modules, soit en proposant, soit en s'adaptant. Ça peut être sur la musique classique, la musique du Mali, la musique Klezmer... En deux mois on a une multitude de cas différents de gens qui ont fréquenté ce centre » Si ce résultat le surprend agréablement, il n'en était pas moins prévisible : « On est ouvert depuis deux mois, mais on a commencé le travail un an avant avec des concerts hors les murs, des ateliers, avec la convention Unesco autour de la diversité culturelle... Ce travail, on l'a fait autour de la population, mais aussi avec celles et ceux qui sont en contacts avec eux : travailleurs sociaux, éducateurs, animateurs, profs... » Au final un lieu qui se veut réactif avec l'actualité (La Coupe du Monde en Afrique du Sud ou bientôt l'année des Outre-Mers en France) et avec les besoins du public (« On a un enseignant qui est venu nous voir en nous disant qu'il travaillait sur les trois religions et Patrick a bâti très vite un module sur les chants sacrés »).

De la diversité pour contrer l'intimidation sociale
Le deuxième combat de Patrick Duval c'est bien évidemment ce qui touche plus à son champ de compétence : la programmation. « Il faut élargir le cercle limité qui va venir voir un concert de Sophia Hunger ou un orchestre de jazz. L'accessibilité n'est pas qu'une question de tarification, mais d'accompagnement. Ce lieu peut générer, comme dirait le ministère de la culture, « de l'intimidation sociale ». Ce n'est pas simplement réservée à l'Opéra de Bordeaux » La salle défend donc une programmation très ouverte dont le principal challenge est d'amener toute la population à la découvrir.
Et quand on lui demande si la venue de groupes très populaires comme les BB Brunes ou Sexion d'Assaut a à voir avec cette volonté, celui-ci acquiesce : « De temps en temps, c'est bien de montrer que le Rocher de Palmer n'est pas le lieu de l'élite culturelle. Les BB Brunes et Sexion d'Assaut font partie d'un champ musical qui doit avoir autant sa place ici autant que Cedric Tiberghien qui vient jouer Chopin. Je me suis battu pour que Sexion d'Assaut ne soit pas interdit et j'en suis fier. Et j'en suis encore plus fier quand je vois l'évolution du groupe ». Pour info, le groupe de rap qui avait été épinglé par le web et les associations LGBT pour avoir tenu des propos homophobes par le passé, s'est excusé, a censuré le texte incriminé et a accepté de participer à un débat juste avant le concert. Les artistes plus classiques espèrent même qu'il y ait des répercussions sur leur public mais comme Patrick Duval le dit bien : « Ça va prendre un peu de temps avant qu'il y ait des porosités entre genres musicaux mais on va y arriver ».

Des moments précieux
Soirée Ethiopiques avec Alemayehu Eshete, Selamenesh et le Badume's bandEn deux mois d'existence, même si ça lui donne parfois l'impression qu'il s'est écoulé un an, Patrick Duval ne rechigne pas à relater des anecdotes qui prouvent pour lui que le public s'approprie Le Rocher : « On a eu un centre de loisir qui nous a ramené des enfants à un concert du trio Biondini, Godard et Reijseger, qui joue pourtant une musique difficile d'accès. Les enfants avaient travaillé en amont dans le centre. Les animateurs leur avaient fait écouter et dessiner sur la musique. Et on a donc pu voir ces enfantsde quatre-cinq ans, avec leurs parents, en standing ovation. Comme on a affaire à des musiciens intelligents, ils ont vite vu qu'il y avait un public de néophytes. Pour autant, ils n'ont pas adapté leur musique. Mais ils ont compris qu'il fallait discuter, qu'il fallait encourager les gamins qui avaient fait l'effort. Quand on voit ça, on se dit qu'on a gagné ». La salle axe donc beaucoup sa communication sur les nombreuses rencontres entre l'artiste et le public. Et quand on lui demande si la fréquentation des concerts suit, il répond honnêtement : « Ce qu'on peut constater, c'est que la crainte que j'avais personnellement, d'avoir moins de public parce qu'on est sur la rive droite, n'était pas fondée. Je me suis renseigné pour comparer les scores de Sophie Hunger dans les autres villes, où elle jouait intra-muros dans des structures similaires. Elle a fait moins de monde qu'ici. Ça veut dire qu'il n'y a pas d'effet repoussoir parce qu'on est sur cette rive-là et qu'il y a plutôt un effet attractif parce que c'est un nouvel équipement ».

Prendre possession du bâtiment
Pour ce qui est de l'emplacement, qui pourrait paraître problématique, les gens qui ont travaillé sur la conception du Rocher de Palmer ont pensé à tout : « Il fallait un équipement fort avec un vrai projet architectural pour la rive droite, pas la salle des fêtes du village. On a été attentif aux petits détails, à l'accueil, à l'acoustique... La taille de la salle s'adapte au public et il y a même un restaurant abordable tenu par un chef étoilé. Quand il y a autant d'exigences de tous les côtés, un lieu comme celui-là peut accompagner la transformation de la rive droite ». Un projet sans équivalent dans la région pour une salle spécialisée.
« Au début, fin juillet, quand on est venu s'installer ici, j'étais pas fier. J'étais pas intimidé mais inquiet. J'ai mesuré ce qu'on avait sur les épaules en venant poser mes affaires ici. Et là d'un coup, j'ai eu très peur, simplement en disant « est-ce qu'on va y arriver ? Est-ce qu'on va se planter ? Est-ce que le public va suivre ? » On est quand même sur la rive droite... Toutes les questions normales qu'on se pose ». Si ensuite, il s'est senti libéré au moment de l'inauguration, le véritable démarragea été un peu plus difficile avec une faible affluence pour le premier concert. Une crainte qui partira vite dès le deuxième, presque complet. Et un enchainement très intense de spectacles s'en suivra. Une décision inconsciemment stratégique qu'il finit par avouer : « Organiser beaucoup de concerts, c'était une manière de prendre possession du bâtiment ». Pour le moment si Le Rocher s'est surtout concentré sur son lancement, Patrick Duval n'exclue aucun partenariat avec d'autres salles : « On veut travailler avec tout le monde. On n'est pas dans un esprit de concurrence ».

Plus d'infos sur le site du Rocher de Palmer
Photo : aqui.fr, BTuA, Christian Richters - Tous drois réservés

Thomas Guillot

Partager sur Facebook
Vu par vous
2206
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 17 + 18 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !