Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/05/18 : Demain dimanche, de 10 h à 17 h se tiendra la deuxième édition du marché de producteurs fermiers du Pays basque IDOKI à Ustaritz. Outre la production de produits locaux, le matin, sera organisé le concours culinaire "Défi Crêpes"

16/05/18 : Amateurs de musique, rendez-vous ce week-end la 4ème édition du festival ODP de Talence. Coeur De Pirate, Les Négresses Vertes ou Alt-J en seront les principales têtes d'affiche. Ils chanteront au profit des "Orphelins des Sapeurs-Pompiers de France".

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

15/05/18 : Ils l'avaient annoncé, ils l'ont fait: 300 cheminots CGT de la SNCF de Bayonne et d'Hendaye se sont invités ce matin devant la résidence secondaire du PDG de la SNCF, Guillaume Pepy, située au dessus de la falaise de la Côte des Basques à Biarritz.

12/05/18 : La 35e édition de Herri Urrats, le jour de fête des ikastola du Pays basque a lieu ce dimanche autour du lac de Saint-Pée-sur-Nivelle. Cette année, elle visera à récolter des fonds pour les travaux d'agrandissement du collège de Larceveau

08/05/18 : Le 35ème chapitre de la Confrérie du Chipiron de Bidart aura lieu dimanche 13 mai au Kirolak avec la participation d’une soixantaine de confréries. Après un défilé vers la Chapelle de la Madeleine, la Confrérie intronisera plusieurs personnalités.

03/05/18 : Deezer, leader du streaming musical en France, vient d’annoncer sa décision d’ouvrir un nouveau site dans la métropole bordelaise. "Une nouvelle reconnaissance de notre attractivité" soulignent satisfaits Alain Juppé et Virginie Calmels.

24/04/18 : Charente-Maritime : pendant la semaine de vacances du 16 au 22 avril, 14 accidents sont à déplorer sur les routes du département, au cours desquels 2 personnes ont perdu la vie, et 19 ont été blessées.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 16/05/18 | Le Sénat veut indemniser les propriétaires du Signal

    Lire

    Ce mercredi, une grande partie des sénateurs se sont prononcés en faveur de la mobilisation du fonds Barnier dans le but d'indemniser les propriétaires de l'immeuble Le Signal, à Soulac, devenu un emblème local des dangers de l'érosion côtière et pour lequel les 78 propriétaires sont toujours face à un blocage, malgré l'évacuation de l'immeuble en 2014 par arrêté municipal. La proposition de loi n'est cependant qu'une première étape puisque le texte doit aussi être adopté devant l'Assemblée Nationale, or le gouvernement s'y est montré plutôt défavorable.

  • 16/05/18 | La biodiversité en 24h Chrono au Teich

    Lire

    Les amoureux de la nature sont convoqués les 25 et 26 mai prochain au Parc Naturel Régional des Landes de Gascogne du Teich pour les 24h de la biodiversité. Gratuit et ouvert à tous, cet évènement propose de nombreuses occasion de découvrir les enjeux autour de la préservation des espèces locales. Ciné-débat, spectacles vivants, expositions ou (plus original) inventaire d'espèces et sorties de terrain auront pour principales stars chauves-souris, oiseaux, reptiles ou escargots pour des temps forts organisés en partenariat avec des professionnels et des associations du territoire. N'oubliez pas les chaussures de randonnée !

  • 16/05/18 | La Gironde poursuit ses conseils de territoire

    Lire

    Le département de la Gironde poursuit ses travaux autour des "conseils de territoire". Autour de ces réunions, organisées deux fois par an, l'ensemble des acteurs locaux (collectivités, associations, entrepreneurs...), la Gironde tente de faire avancer ses pactes territoriaux, mis en place en 2017. Entre mai et juin 2018, neuf conseils de territoire se déclineront sur tout le département comme le 17 mai à Talais (Médoc), le 5 juin à Sainte-Foy-La-Grande (Libournais), le 18 juin à Lanton (Bassin d'Arcachon) ou encore le 19 juin à Bordeaux.

  • 15/05/18 | Trois jours de Fêtes de Bayonne payantes pour les non Bayonnais

    Lire

    Nous en avions fait écho, son maire l'a annoncé en fin de matinée: les Fêtes de Bayonne (25-29 juillet) seront gratuites pour les Bayonnais, et pour tous les enfants entre le vendredi midi et le lundi matin. Si on regarde le verre(de rosé)à moitié vide, gratuites pour tous mercredi et jeudi,elles seront en partie payantes -7 à 8 euros- pour les autres -non Bayonnais- le week-end afin, assure le maire Jean-René Etchegaray, de financer "le coût de leur sécurité et la pérennité de l'événement.

  • 14/05/18 | Bordeaux fait le point avec Darwin

    Lire

    Le maire de Bordeaux a réuni ce matin en mairie de Bordeaux des représentants de l'éco-système Darwin et de Bordeaux Métropole aménagement pour tenter de réconcilier les deux parties, en conflit depuis plus d'un an sur des emprises de la caserne Niel. Il a confirmé la cession à Darwin de deux hangars déjà occupés de manière provisoire (skate-park et dépôt Emmaüs), sous la forme d'un potentiel futur bail emphytéotique. En revanche, pas question de céder du terrain sur les 2000 mètres carrés de l'actuelle ferme urbaine : elle sera bien remplacée par la construction d'un parking prévu dans le cadre de la ZAC Bastide-Niel.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Les grands entretiens d'aqui.fr : Patrick Duval, programmateur du Rocher de Palmer à Cenon (33)

06/01/2011 |

Patrick Duval, programmateur du Rocher de Palmer

A la fin de l'année, Patrick Duval, le programmateur du Rocher de Palmer, nous a reçu dans ses locaux pour faire le bilan et parler un peu de son expérience avec la salle. Ouvert depuis à peine trois mois, le projet n'en est pas moins ancien et il y avait beaucoup à dire sur la conception et la prise en main de ce lieu culturel unique juché sur les hauteurs de Cenon. Le pari risqué de construire une salle moderne en partie dédiée aux musiques du monde et aux jazz au coeur de la rive droite. Il aborde entre autre le long travail à faire auprès de la population, ses inquiétudes avant l'ouverture et toute la difficulté à amener le public vers la programmation proposée.

Pour qui a déjà mis les pieds dans l'envers du décor des spectacles musicaux, les locaux sont gigantesques, bien agencés et laisseraient rêveur n'importe quel programmateur. C'est dans une salle de réunion où l'on pourrait caser tout le public de l'Heretic, que celui du Rocher de Palmer nous reçoit. Patrick Duval est un vieux routard, du genre à avoir commencé tout en bas de l'échelle, et 30 ans d'expérience dans l'organisation de concerts, notamment à Musiques de nuit, justifie aisément qu'il se retrouve à la tête de la programmation de ce lieu. Lucide, débrouillard avec les administrations en tous genres, mais toujours enthousiaste, il parle avec passion de son nouveau bébé.

Un centre de documentation « ouvert à tous »
Le Rocher de Palmer - CenonA commencer par le caractère unique de la salle, qui justement ne se cantonne pas à n'être qu'une salle de concert de plus. Patrick Duval l'a bien compris. Si Barbey a son école de musique, Le Rocher aura son centre de documentation et ses modules de découverte. « Patrick Labesse, qui dirige le centre, a vraiment travaillé sur cette question de modules, soit en proposant, soit en s'adaptant. Ça peut être sur la musique classique, la musique du Mali, la musique Klezmer... En deux mois on a une multitude de cas différents de gens qui ont fréquenté ce centre » Si ce résultat le surprend agréablement, il n'en était pas moins prévisible : « On est ouvert depuis deux mois, mais on a commencé le travail un an avant avec des concerts hors les murs, des ateliers, avec la convention Unesco autour de la diversité culturelle... Ce travail, on l'a fait autour de la population, mais aussi avec celles et ceux qui sont en contacts avec eux : travailleurs sociaux, éducateurs, animateurs, profs... » Au final un lieu qui se veut réactif avec l'actualité (La Coupe du Monde en Afrique du Sud ou bientôt l'année des Outre-Mers en France) et avec les besoins du public (« On a un enseignant qui est venu nous voir en nous disant qu'il travaillait sur les trois religions et Patrick a bâti très vite un module sur les chants sacrés »).

De la diversité pour contrer l'intimidation sociale
Le deuxième combat de Patrick Duval c'est bien évidemment ce qui touche plus à son champ de compétence : la programmation. « Il faut élargir le cercle limité qui va venir voir un concert de Sophia Hunger ou un orchestre de jazz. L'accessibilité n'est pas qu'une question de tarification, mais d'accompagnement. Ce lieu peut générer, comme dirait le ministère de la culture, « de l'intimidation sociale ». Ce n'est pas simplement réservée à l'Opéra de Bordeaux » La salle défend donc une programmation très ouverte dont le principal challenge est d'amener toute la population à la découvrir.
Et quand on lui demande si la venue de groupes très populaires comme les BB Brunes ou Sexion d'Assaut a à voir avec cette volonté, celui-ci acquiesce : « De temps en temps, c'est bien de montrer que le Rocher de Palmer n'est pas le lieu de l'élite culturelle. Les BB Brunes et Sexion d'Assaut font partie d'un champ musical qui doit avoir autant sa place ici autant que Cedric Tiberghien qui vient jouer Chopin. Je me suis battu pour que Sexion d'Assaut ne soit pas interdit et j'en suis fier. Et j'en suis encore plus fier quand je vois l'évolution du groupe ». Pour info, le groupe de rap qui avait été épinglé par le web et les associations LGBT pour avoir tenu des propos homophobes par le passé, s'est excusé, a censuré le texte incriminé et a accepté de participer à un débat juste avant le concert. Les artistes plus classiques espèrent même qu'il y ait des répercussions sur leur public mais comme Patrick Duval le dit bien : « Ça va prendre un peu de temps avant qu'il y ait des porosités entre genres musicaux mais on va y arriver ».

Des moments précieux
Soirée Ethiopiques avec Alemayehu Eshete, Selamenesh et le Badume's bandEn deux mois d'existence, même si ça lui donne parfois l'impression qu'il s'est écoulé un an, Patrick Duval ne rechigne pas à relater des anecdotes qui prouvent pour lui que le public s'approprie Le Rocher : « On a eu un centre de loisir qui nous a ramené des enfants à un concert du trio Biondini, Godard et Reijseger, qui joue pourtant une musique difficile d'accès. Les enfants avaient travaillé en amont dans le centre. Les animateurs leur avaient fait écouter et dessiner sur la musique. Et on a donc pu voir ces enfantsde quatre-cinq ans, avec leurs parents, en standing ovation. Comme on a affaire à des musiciens intelligents, ils ont vite vu qu'il y avait un public de néophytes. Pour autant, ils n'ont pas adapté leur musique. Mais ils ont compris qu'il fallait discuter, qu'il fallait encourager les gamins qui avaient fait l'effort. Quand on voit ça, on se dit qu'on a gagné ». La salle axe donc beaucoup sa communication sur les nombreuses rencontres entre l'artiste et le public. Et quand on lui demande si la fréquentation des concerts suit, il répond honnêtement : « Ce qu'on peut constater, c'est que la crainte que j'avais personnellement, d'avoir moins de public parce qu'on est sur la rive droite, n'était pas fondée. Je me suis renseigné pour comparer les scores de Sophie Hunger dans les autres villes, où elle jouait intra-muros dans des structures similaires. Elle a fait moins de monde qu'ici. Ça veut dire qu'il n'y a pas d'effet repoussoir parce qu'on est sur cette rive-là et qu'il y a plutôt un effet attractif parce que c'est un nouvel équipement ».

Prendre possession du bâtiment
Pour ce qui est de l'emplacement, qui pourrait paraître problématique, les gens qui ont travaillé sur la conception du Rocher de Palmer ont pensé à tout : « Il fallait un équipement fort avec un vrai projet architectural pour la rive droite, pas la salle des fêtes du village. On a été attentif aux petits détails, à l'accueil, à l'acoustique... La taille de la salle s'adapte au public et il y a même un restaurant abordable tenu par un chef étoilé. Quand il y a autant d'exigences de tous les côtés, un lieu comme celui-là peut accompagner la transformation de la rive droite ». Un projet sans équivalent dans la région pour une salle spécialisée.
« Au début, fin juillet, quand on est venu s'installer ici, j'étais pas fier. J'étais pas intimidé mais inquiet. J'ai mesuré ce qu'on avait sur les épaules en venant poser mes affaires ici. Et là d'un coup, j'ai eu très peur, simplement en disant « est-ce qu'on va y arriver ? Est-ce qu'on va se planter ? Est-ce que le public va suivre ? » On est quand même sur la rive droite... Toutes les questions normales qu'on se pose ». Si ensuite, il s'est senti libéré au moment de l'inauguration, le véritable démarragea été un peu plus difficile avec une faible affluence pour le premier concert. Une crainte qui partira vite dès le deuxième, presque complet. Et un enchainement très intense de spectacles s'en suivra. Une décision inconsciemment stratégique qu'il finit par avouer : « Organiser beaucoup de concerts, c'était une manière de prendre possession du bâtiment ». Pour le moment si Le Rocher s'est surtout concentré sur son lancement, Patrick Duval n'exclue aucun partenariat avec d'autres salles : « On veut travailler avec tout le monde. On n'est pas dans un esprit de concurrence ».

Plus d'infos sur le site du Rocher de Palmer
Photo : aqui.fr, BTuA, Christian Richters - Tous drois réservés

Thomas Guillot

Partager sur Facebook
Vu par vous
3131
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !