17/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient vivre le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

  • 13/10/17 | A 63: travaux de maintenance en Gironde

    Lire

    En raison de travaux de maintenance de la signalisation sur l'A63, les mesures suivantes vont être mises en œuvre : fermeture de la bretelle d’accès des aires de Lugos Est et Ouest du dimanche 15 à 22h au lundi 16 octobre 17h,la fermeture des bretelles d’accès et de sorties de l’échangeur 21 (Salles), le lundi 16 de 8h à 17h, la fermeture de la bretelle d’accès et de sortie de l’échangeur 20 (Belin-Béliet), le mardi 17 de 8h à 17h. Déviations locales prévues pour les usagers souhaitant rejoindre Salles ou Belin-Béliet depuis l'A 63 ou une entrée d'autoroute depuis Salles ou Belin-Béliet.

  • 12/10/17 | Le maire de Captieux démissionne

    Lire

    Denis Berland, maire de Captieux depuis 2015 suite à l’élection de Jean-Luc Gleyze à la présidence du Conseil Départemental de la Gironde, a présenté par courrier au préfet de la Gironde sa démission. Celui qui a été premier adjoint jusqu’en 2015 n’a pas encore indiqué les raisons de son départ.

  • 11/10/17 | Une Landaise élue Miss Aquitaine

    Lire

    C'est au Théâtre Quintaou d'Anglet ce week-end qu'a été décernée l'écharpe 2017 de Miss Aquitaine en vue de succéder à la Lot-et-Garonnaise Axelle Bonnemaison. Le jury -avec l'aide du public- a désigné la Landaise Cassandra Jullia, 18 ans, du Comité Béarn-Landes ,domiciliée à Orthevielle. Étudiante en BTS esthétique, option management à Mont-de-Marsan. Elle qui représentera l'Aquitaine au concours Miss France de décembre. Pour la petite histoire, le Poitou-Charentes a son propre comité de miss régional.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Les Inspecteurs du travail n'oublient pas le drame de Saussignac

02/09/2014 | Plusieurs hommages à Daniel Buffière et Sylvie Trémouille sont programmés, dix ans après le drame. Une cérémonie avait lieu cet après-midi en Dordogne.

Une cérémonie en hommage aux deux inspecteurs du travail tués à Saussignac avait lieu en Dordogne

Cet après midi, François Rebsamen, le ministre du Travail, et Stéphane Le Foll, le ministre de l'Agriculture, ont rendu hommage à Sylvie Trémouille et Daniel Buffière, les deux inspecteurs du travail assassinés le 2 septembre 2004 à Saussignac. Ils ont été tués alors qu'ils réalisaient une mission de contrôle sur une exploitation agricole. La cérémonie parisienne a eu lieu en présence des familles des victimes et des plus proches collègues. Au même moment, à Périgueux, la cérémonie en souvenir des deux victimes organisée dans les locaux de la Dirrecte a pris une dimension particulière.

C'était le 2 septembre 2004. Ce jour là, en fin d'après midi, Sylvie Trémouille, tout juste promue contrôleur du travail et Daniel Buffière, inspecteur du travail à la MSA, effectuaient un banal contrôle sur l'exploitation agricole de Claude Duviau à Saussignac. Ils trouvèrent la mort dans l'exercice de leur mission : Daniel Buffière recevait deux balles à bout portant et allait décéder vers 19h30 à l'hôpital et Sylvie Trémouille, tentant de fuir, était abattue de deux balles dans le dos. En mars 2007, le meurtrier était condamné à trente ans de réclusion criminelle pour homicides involontaires sur personnes chargées d'une mission de service public.
Dès le lendemain du drame, l’affaire a pris une dimension symbolique qui a dépassé la seule rubrique des faits-divers. Au moment des obsèques de Sylvie Trémouille et de Daniel Buffière, dans leurs communes respectives, on comptait quatre ministres en exercice, des dizaines d’inspecteurs du travail venus de toute la France apporter leur soutien aux familles des victimes. Depuis que le corps des inspecteurs du travail a été créé, il y a une centaine d’années et jamais avant le drame de Saussignac, il n’y avait eu mort d’hommes. Cette profession, composée d’un millier de personnes, est de plus en plus souvent confrontée dans son quotidien à des agressions verbales ou physiques.

Personne ne veut oublier, ni ne doit oublier Dix ans après les faits, Saussignac reste dans toutes les mémoires. Chez les inspecteurs du travail, de France et de Navarre, personne n'a oublié et ne veut oublier. Cette semaine, ce triste anniversaire est marqué par une série d'hommages aux deux victimes. Une cérémonie avait lieu ce mardi après midi rue de Grenelle, où deux rosiers ont été plantés. A Périgueux, le préfet de la Dordogne, au côté de Béatrice Jacob, directrice de l'unité territoriale de la Dirrecte, en poste depuis novembre 2012, a tenu à rendre hommage à Sylvie Trémouille et Daniel Buffière. Une gerbe a été déposée dans le hall d'accueil où figure à jamais sur la porte d'entrée une plaque pour ne pas oublier. Chez les successeurs ou anciens collègues de Sylvie Trémouille et de Daniel Buffière, l'émotion est palpable. Dans un silence de plomb, le préfet Jacques Billant lit le message commun des ministres du Travail et de l'Agriculture. "Il faut être vigilant et j'apporte d'emblée tout le soutien du ministre du Travail  ses agents contre la violence qu'une société peut renvoyer, dans un moment de crise. Que tous sachent qu'ils me trouveront sans cesse à leurs côtés, contre toutes les violences et contre la peur qui peut parfois exister." Aujourd'hui, Béatrice Jacob est à la tête de l'unité départementale de la Dirrecte à Périgueux, où travaillent 42 agents dont 12 sont affectés à des missions de contrôle. "J'étais en poste au ministère du Travail en septembre 2004.  J'étais en congés au moment du drame de Saussignac. Cette tragédie a été véçue comme un séisme profond dans la profession. Aujourd'hui, nos missions n'ont pas fondamentalement changé : nous avons à la fois un rôle de conseil, de prévention, d'aides et de contrôle donc de répression. Nous ne sommes pas davantage confrontés à des situations conflictuelles qu'avant. Je ne pense pas qu'à l'époque un tel drame était prévisible. Depuis plusieurs années, nous proposons des formations qui offrent des solutions à nos agents pour désamorcer certaines situations pouvant devenir conflictuelles par le dialogue. Je crois que nous avons évolué dans la manière d'appréhender les missions de contrôles. "

Une autre cérémonie d'hommage aux deux inspecteurs du travail est annoncée vendredi après midi à la Mutualité sociale agricole en présence du  secrétaire général de FO, Jean Claude Mailly. Les conditions de travail actuelles des agents devraient être évoquées. 

Claude-Hélène Yvard
Par Claude-Hélène Yvard

Crédit Photo : Claude-Hélène Yvard

Partager sur Facebook
Vu par vous
1820
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 19 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !