Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

20/06/21 : Dans la Vienne, le taux de participation aux élections départementales et régionales de 2021 a atteint 10,99% à midi. Il est en baisse par rapport aux scrutins de 2015 : les taux étaient de 15,43% pour les départementales et 16,53% pour les régional

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/06/21 | Tapisserie Manufacture Pinton de Felletin... à Hong Kong !

    Lire

    Spécialisée dans le tissage des tapis, tapisseries et moquettes, la manufacture Pinton dans la Creuse est l’une des entreprises les plus importantes du secteur de la tapisserie d’Aubusson. Afin de se développer, notamment vers l’international elle va construire un nouveau bâtiment moderne et écologique à Felletin et elle va moderniser ses équipements afin d’améliorer sa productivité, sa qualité et sa réactivité. Pour consolider sa présence à l’international elle va également ouvrir une filiale à Hong Kong.

  • 18/06/21 | Gan a sa voie verte

    Lire

    La commune de Gan dans les Pyrénées-Atlantiques souhaite achever la réalisation de la voie verte de la vallée d’Ossau traversant son bourg. Les aménagements concernent les revêtements en dur, la sécurisation, la plantations et la signalisation. La continuité de cette voie verte sera assurée par le Conseil Départemental des Pyrénées-Atlantiques qui procède actuellement aux études de tracés en site propre pour rejoindre Buzy.

  • 18/06/21 | Deux-Sèvres: La Fromagerie des Gors s’agrandit

    Lire

    A Melle, dans les Deux-Sèvres, la Fromagerie des Gors produit le Chabichou du Poitou et le Mothais sur Feuille. Suite à la reprise de l’entreprise en janvier 2020, son objectif est aujourd’hui d’augmenter sa surface de production afin de répondre à la demande du client. Pour cela, elle va construire une extension de 140 m² à son bâtiment et acquérir des équipements de salage et de lavage.

  • 17/06/21 | Mérignac : dimanche dernier jour de vote pour le budget participatif !

    Lire

    Dans le cadre de son budget participatif, la Ville Mérignac (33)consacre une enveloppe de 350 000 euros pour réaliser les projets qui auront reçu le maximum de votes en ligne. Dans ce cadre, 51 projets aux thématiques diverses ont été proposés par les Mérignacais : éducation, environnement, numérique, jeunesse, culture, patrimoine, cadre de vie, mobilités... A ce jour près de 6000 votes ont été enregistrés sur le site dédié, pour ceux qui n'auraient pas encore voter, il ne reste plus que 4 jours pour découvrir et voter pour vos projets préférés! Rdv sur budgetparticipatif.merignac.com

  • 17/06/21 | Corrèze : Des Tiny House au Castang

    Lire

    Suite à la reprise de Tiny Eco.Rrèze, les nouveaux repreneurs souhaitent développer une nouvelle activité : la construction et la vente de tiny house, les mini-maisons roulantes fabriqués uniquement avec des produits locaux. Au coeur de ce projet, l’approche écologique avec des toilettes sèches, un traitement des eaux grises par phytoépuration notamment. Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir ce projet à hauteur de 8 000 €.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | « Les MAM, une véritable innovation ! » Martine Jardiné

30/01/2019 | Martine Jardiné, spécialiste de la petite enfance, porte un regard sur les Maisons d'assistant maternel

MAM Z'elle Coccinnelle, Bruges - © Département Gironde / Laëtita Solery

Maître de conférences à l’Université de Bordeaux, spécialiste de la Petite enfance et des modes d’accueil du jeune enfant, Martine Jardiné, vice-présidente du Conseil départemental de Gironde, chargée du Logement, de l'Habitat, du Développement Social, vient d’écrire un ouvrage consacré aux MAM « Les Maisons d’assistantes maternelles les lieux uniques à identités multiples », aux éditions Le Bord de l’eau. Sa principale préoccupation, et elle n’a de cesse de le marteler, est la qualité de l’accueil de l’enfant...

Depuis toujours, cette thématique lui trotte dans la tête. La qualité de l’accueil du petit enfant est une des préoccupations majeures de Martine Jardiné, vice-présidente du Conseil départemental en charge notamment du Développement Social. Du reste, en 1989, alors qu’elle enseigne à l’université elle décide de créer le réseau girondin petite enfance. Cet organisme développe des actions de réflexion - formation, de recherche, un pôle ressources, des projets européens, et une action d'éveil culturel en direction des jeunes enfants et des familles qui regroupent plus de 250 communes du département ainsi que plusieurs institutions telles que la Caisse d'Allocations Familiales de la Gironde, le Conseil départemental de la Gironde, le Fonds d'Action et de Soutien pour l'Intégration et la Lutte contre les Exclusions ou encore la Direction Régionale de l'Action Culturelle. « L’innovation peut répondre aux besoins » Martine Jardiné s’interroge donc depuis des dizaines d’années sur les structures d’accueil des jeunes enfants.

Martine Jardiné

En 2003, le sénateur de Mayenne Jean Arthuis lance l’idée des Maisons d’assistantes maternelles. Martine Jardiné voit alors dans ce nouveau dispositif une véritable innovation. « Des assistantes maternelles regroupées, travaillant ensemble, sans la présence d’un professionnel de la petite enfance, avec des horaires flexibles et une organisation souple, c’était véritablement innovant ! » Mais tous les professionnels du secteur, tels que les médecins et les puéricultrices de PMI ne voient pas d'un très bon œil ce nouveau dispositif. « Toutefois, le sénateur Arthuis tient bon ! » Mais ce n’est qu’en 2008, avec le rapport Tabaro, puis en 2010, avec la loi sur la petite enfance que le projet de MAM voit le jour. Ces MAM sont véritablement « innovantes » pour Martine Jardiné car répondent aux besoins des parents surtout en matière d’horaire. « La souplesse ne signifie pas forcément le non-respect des normes. Et à l’inverse, le fait de respecter les normes ne veut pas forcément dire une bonne qualité d’accueil pour les enfants », souligne l’élue. Crèche et MAM même combat Mais attention, si Martine Jardiné plébiscite le développement des MAM, elle ne souhaite absolument pas opposer la crèche à la Maison d’assistantes maternelles. Certes, elle regrette vivement la rigidité du fonctionnement de ces structures d’accueil, et désire véritablement une flexibilité que proposent ces MAM. « Deux assistantes maternelles qui décident de travailler ensemble dans une MAM peuvent accueillir jusqu’à huit enfants à deux. Les parents des enfants sont leurs employeurs. Et, par exemple, à 6 h 00 du matin, l’une des deux peut recevoir un enfant qui n’est pas sous contrat avec elle mais avec l’autre assistante maternelle. C’est une véritable innovation et une vraie flexibilité ! » En revanche, en crèche, deux personnes, minimum, doivent accueillir un enfant à 7 h 00 du matin – alors qu’en MAM l’assistante maternelle peut être seule – et si un seul enfant est accueilli à cette heure précise, moins de présentiel sera déclaré à la CAF, et donc moins d’aide financière. « D’où les horaires verrouillés dans les crèches ! » Certaines MAM font un travail « remarquable » avec les enfants. « Prenez Badaboum qui est située sur la Rive Droite. C’est une petite structure qui propose de multiples animations et tente de répondre au mieux aux exigences des parents grâce à un poids administratif quasi inexistant ». Un autre regard sur les « Assmat » Autre point bénéfique des MAM pour Martine Jardiné : le changement de regard de certains parents. « Certains parents ne veulent pas faire garder leur enfant par une assistante maternelle pour différentes raisons qui leur appartiennent et que je respecte. En revanche, si ces mêmes assistantes maternelles se regroupent, sortent de chez elles et forment une structure collective, là, la donne change. Pour illustrer mon propos, je vous compterai cet exemple édifiant. Une famille résidait dans une tour à un étage supérieur d’une assistante maternelle. Ces derniers ne souhaitaient pas lui confier leur nouveau-né. Mais, quand cette même assistante maternelle s’est exilée dans une MAM, là, ils ont décidé de le lui faire garder. » C’est pareil, dans certaines zones rurales où les systèmes de garde manquent cruellement. « Dans une commune girondine, des assistantes maternelles étaient au chômage. Elles ont alors décidé de se regrouper en MAM. En quelques jours, la Maison était pleine. Ces MAM sont une véritable solution pour les maires. Le coût est bien moindre par rapport à une crèche, et, en un rien de temps, ils disposent de huit places ou plus. Chaque petite commune en zone rurale pourrait très bien en posséder ! » Les MAM, cet eldorado ? Mais ne vous y trompez pas. Si certaines assistantes maternelles s’épanouissent pleinement dans ce nouveau lieu de travail, d’autres, au contraire, déchantent. « L’horizontalité dans ces structures est, il est vrai, un problème. Toutes sont sur le même pied d’égalité hiérarchiquement parlant. Et cela peut provoquer des malentendus voire des tensions. Le Département doit davantage être en soutien à ces structures pour les aider à se maintenir, à fonctionner durablement. Certes ces assistantes maternelles n’ont que 120 h pour se former au métier, mais, nous, Département, nous nous devons de les accompagner dans la rédaction de leur projet de MAM afin qu’il voit le jour sans heurts. » Pour ce faire, le Département met en place des formations pour les Assmats via la PMI. « Mais, malheureusement, trop souvent l’image des professionnels de la PMI n’est pas très positive. Ils sont vus comme des inspecteurs. Or, ils sont présents pour les accompagner. A l’avenir, ces professionnels les formeront, viendront chez elles et les écouteront, ce qui les familiarisera. »

Au sein d'une crèche - © Département Gironde / Aurélien Marquot

S’interroger sur les structures d’accueil« Aujourd’hui, nous avons trop tendance, en France, à rigidifier, à légiférer », rappelle Martine Jardiné. Et de poursuivre, « les normes n’assurent pas la qualité de l’accueil. Ce n’est pas parce que vous aurez deux personnes pour accueillir un enfant que la qualité d’accueil sera au rendez-vous. La qualité d’accueil doit être dans le relationnel ! Aussi, une petite structure accueillant une vingtaine d’enfants n’a pas besoin de la même cuisine qu’une entité de 60 enfants. Bien sûr qu’il faut respecter l’hygiène, mais ne soyons pas trop rigide ! » Cette nouvelle structure est bénéfique également pour Martine Jardiné car elle interroge l’organisation des structures d’accueil. Les élus doivent percevoir les besoins de leurs administrés « à l’image du sénateur Arthuis qui, en 2003, a écouté les besoins de ses habitants en proposant la création des MAM ». Pour la vice-présidente du Département, le privé a également toute sa place dans l’accueil de l’enfant, « mais n’oublions pas la principale préoccupation, celle de la qualité de l’accueil. Aujourd’hui, nous devons nous poser les bonnes questions, pourquoi cela fonctionne dans un endroit et pourquoi pas dans un autre. Arrêtons de nous cacher derrière les normes ! » « Rendre possible l’impossible ! » Aujourd’hui, Martine Jardiné bûche sur un projet « innovant » avec Brigitte Collet, adjointe au maire de Bordeaux chargée de la petite enfance et des familles. « Nous travaillons ensemble sur un projet d’accueil qui jumèlerait une MAM et un service d’accueil familial ». Toutes deux tentent de convaincre la Direction générale de la cohésion sociale afin de mettre en place une expérimentation à Bordeaux. « Notre ambition première est de répondre aux besoins des parents, permettre une qualité d’accueil optimale, assurer un lieu de travail répondant aux normes de sécurité et d’hygiène mais aussi privilégier un lieu d’accueil où l’enfant s’éveillera et se retrouvera davantage sur des temps collectifs. » Bref « rendre possible l’impossible » tel est le leitmotiv qui anime depuis tant d'années cette élue de terrain.
Enfin, pour développer davantage la réflexion autour de ce sujet, un colloque sur la qualité d’accueil se tiendra les 1er et 2 avril prochains au Rocher de Palmer à Cenon.
Les Maisons d’assistantes maternelles des lieux uniques à identités multiples, Edition Le Bord de l’eau, Martine Jardiné, octobre 2018.

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : © Département Gironde / Laëtita Solery / Aurélien Marquot

Partager sur Facebook
Vu par vous
11048
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !