Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

13/11/20 : Les élections régionales et départementales prévues en mars auront très vraisemblablement lieu en juin suite à la proposition faite en ce sens par Jean-Louis Debré qui a remis son rapport au premier ministre: option retenue par le gouvernement.

13/11/20 : Ce samedi 14 novembre, de 14h à 16h, associations, familles, professionnels de la santé et de l’éducation, vont manifester de l'Hôtel de ville au rectorat. Ils sont contre l'instruction à l'école obligatoire pour tous dès 3 ans. + d'info

12/11/20 : Confinement: Il serait irresponsable de lever ou d'alléger le dispositif actuel a déclaré le premier ministre, lequel a ajouté qu'un allégement strictement réservé aux commerces pourrait être envisagé le 1°décembre.

09/11/20 : Dans le cadre du reconfinement, la Ville de Bayonne et son maire J.R. Etchegaray ont aménagé 45 box au Palais des sports de Lauga pour accueillir les sans abri. Les lits ont été fournis par le 1er RPIma et dispositif assuré par l'association Atherbea

09/11/20 : Mme Estelle Leprêtre, directrice adjointe de la direction départementale de la cohésion sociale du Morbihan, est nommée sous-préfète de Jonzac en Charente-Maritime. Elle prendra ses fonctions le 23 novembre prochain.

05/11/20 : Charente-Maritime : suite à l'élection à la fonction de sénateur de Mickaël Vallet, ex président de la communauté de communes de Marennes, Patrice Brouhard, maire du Gua, a été élu président de la collectivité, lors du conseil communautaire ce jeudi.

05/11/20 : Avec la multiplication des cas de grippe aviaire en Europe, le Ministère de l'agriculture a passé en niveau d'alerte élevé 46 départements, dont la Charente-Maritime, les Deux-Sèvres, la Gironde, les Landes et les Pyrénées Atlantiques.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/11/20 | "Urgence sociale": des élus locaux et écolos interpellent J. Castex

    Lire

    Plusieurs élus locaux écologistes ont écrit au Premier ministre. Ils s’unissent pour faire face à la crise sociale qui découle de la crise sanitaire. Afin d’essayer de contrer des chiffres conséquents, "mettre en oeuvre une chaine de solidarité véritablement inconditionnelle est une priorité, une urgence". Que ce soit des aides sur l’accès au logement, l’hébergement d’urgence, l’aide alimentaire ou toute forme de précarité, ces élus demandent de l’aide et du soutien de la part de l’État. Pierre Hurmic, Maire de Bordeaux, Florence Jardin, Présidente de Grand Poitiers et Léonore Moncond’huy, Maire de Poitiers sont de ceux-là.

  • 23/11/20 | Val de Garonne Agglomération : un 2ème Plan de soutien à l’économie spécial COVID‐19

    Lire

    Dans la continuité du Plan de soutien n°1 ouvert en mai dernier suite au premier confinement (530 000 € attribués), Val de Garonne Agglomération déclenche un Plan de soutien n°2 mobilisant 800 000 € en faveur de l’économie locale durement touchée par la crise sanitaire. Ce 2ème Plan de soutien, planifié de mi-novembre 2020 à fin juin 2021, comporte 3 mesures de prêts à 0%.

  • 23/11/20 | Lescar dit stop aux violences faites aux femmes

    Lire

    Stop aux violences à l’égard des femmes. Le centre commercial Lescar s’engage dans cette cause en accueillant du 23 au 26 novembre, une exposition sur ce thème. C’est aux côtés de la direction départementale aux droits des femmes et à l’égalité et l’association Du côté des femmes que Lescar agit. Des affiches de l'ouvrage En chemin sont exposées. Différents thèmes sont abordés comme le mariage forcé, le viol, le consentement. Le but est de sensibiliser, libérer la parole des femmes, informer et dans l’idéal, participer à une prise de conscience et de responsabilité collective.

  • 23/11/20 | Financement acté pour la voie verte entre Marmande et Casteljaloux

    Lire

    Dans le cadre de son aide baptisée « Grands équipements structurants de rayonnement régional ou national », le Conseil départemental participe au financement de la voie verte entre Marmande et Casteljaloux à hauteur de 565 441 €, Val de Garonne agglomération (VGA) pour un montant de 417 491 € et la Communauté de Communes des Coteaux et Landes de Gascogne (C3LG) pour 147 950 €. D’un montant global de 5 654 416 €, la maitrise d’ouvrage de ce projet est assurée par VGA et C3LG, chacune sur leur périmètre géographique.

  • 22/11/20 | Rochefort : le centre de gestion des écoles de gendarmerie prend du galon

    Lire

    Le commandement des écoles de la gendarmerie nationale (GEGN) de Rochefort, dédié à la gestion des formations, des ressources humaines et des finances de 22 écoles et centres de formation de la gendarmerie, était appelé à disparaître. Le ministre de l'Intérieur a finalement annoncé cette semaine maintenir et même renforcer ses fonctions. Le service dédié à l'ingénierie des formation et du recrutement, basé à Issy (92), va rejoindre la structure, avec 60 équivalents temps-plein, d'ici 3 ans.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | « Les MAM, une véritable innovation ! » Martine Jardiné

30/01/2019 | Martine Jardiné, spécialiste de la petite enfance, porte un regard sur les Maisons d'assistant maternel

MAM Z'elle Coccinnelle, Bruges - © Département Gironde / Laëtita Solery

Maître de conférences à l’Université de Bordeaux, spécialiste de la Petite enfance et des modes d’accueil du jeune enfant, Martine Jardiné, vice-présidente du Conseil départemental de Gironde, chargée du Logement, de l'Habitat, du Développement Social, vient d’écrire un ouvrage consacré aux MAM « Les Maisons d’assistantes maternelles les lieux uniques à identités multiples », aux éditions Le Bord de l’eau. Sa principale préoccupation, et elle n’a de cesse de le marteler, est la qualité de l’accueil de l’enfant...

Depuis toujours, cette thématique lui trotte dans la tête. La qualité de l’accueil du petit enfant est une des préoccupations majeures de Martine Jardiné, vice-présidente du Conseil départemental en charge notamment du Développement Social. Du reste, en 1989, alors qu’elle enseigne à l’université elle décide de créer le réseau girondin petite enfance. Cet organisme développe des actions de réflexion - formation, de recherche, un pôle ressources, des projets européens, et une action d'éveil culturel en direction des jeunes enfants et des familles qui regroupent plus de 250 communes du département ainsi que plusieurs institutions telles que la Caisse d'Allocations Familiales de la Gironde, le Conseil départemental de la Gironde, le Fonds d'Action et de Soutien pour l'Intégration et la Lutte contre les Exclusions ou encore la Direction Régionale de l'Action Culturelle. « L’innovation peut répondre aux besoins » Martine Jardiné s’interroge donc depuis des dizaines d’années sur les structures d’accueil des jeunes enfants.

Martine Jardiné

En 2003, le sénateur de Mayenne Jean Arthuis lance l’idée des Maisons d’assistantes maternelles. Martine Jardiné voit alors dans ce nouveau dispositif une véritable innovation. « Des assistantes maternelles regroupées, travaillant ensemble, sans la présence d’un professionnel de la petite enfance, avec des horaires flexibles et une organisation souple, c’était véritablement innovant ! » Mais tous les professionnels du secteur, tels que les médecins et les puéricultrices de PMI ne voient pas d'un très bon œil ce nouveau dispositif. « Toutefois, le sénateur Arthuis tient bon ! » Mais ce n’est qu’en 2008, avec le rapport Tabaro, puis en 2010, avec la loi sur la petite enfance que le projet de MAM voit le jour. Ces MAM sont véritablement « innovantes » pour Martine Jardiné car répondent aux besoins des parents surtout en matière d’horaire. « La souplesse ne signifie pas forcément le non-respect des normes. Et à l’inverse, le fait de respecter les normes ne veut pas forcément dire une bonne qualité d’accueil pour les enfants », souligne l’élue. Crèche et MAM même combat Mais attention, si Martine Jardiné plébiscite le développement des MAM, elle ne souhaite absolument pas opposer la crèche à la Maison d’assistantes maternelles. Certes, elle regrette vivement la rigidité du fonctionnement de ces structures d’accueil, et désire véritablement une flexibilité que proposent ces MAM. « Deux assistantes maternelles qui décident de travailler ensemble dans une MAM peuvent accueillir jusqu’à huit enfants à deux. Les parents des enfants sont leurs employeurs. Et, par exemple, à 6 h 00 du matin, l’une des deux peut recevoir un enfant qui n’est pas sous contrat avec elle mais avec l’autre assistante maternelle. C’est une véritable innovation et une vraie flexibilité ! » En revanche, en crèche, deux personnes, minimum, doivent accueillir un enfant à 7 h 00 du matin – alors qu’en MAM l’assistante maternelle peut être seule – et si un seul enfant est accueilli à cette heure précise, moins de présentiel sera déclaré à la CAF, et donc moins d’aide financière. « D’où les horaires verrouillés dans les crèches ! » Certaines MAM font un travail « remarquable » avec les enfants. « Prenez Badaboum qui est située sur la Rive Droite. C’est une petite structure qui propose de multiples animations et tente de répondre au mieux aux exigences des parents grâce à un poids administratif quasi inexistant ». Un autre regard sur les « Assmat » Autre point bénéfique des MAM pour Martine Jardiné : le changement de regard de certains parents. « Certains parents ne veulent pas faire garder leur enfant par une assistante maternelle pour différentes raisons qui leur appartiennent et que je respecte. En revanche, si ces mêmes assistantes maternelles se regroupent, sortent de chez elles et forment une structure collective, là, la donne change. Pour illustrer mon propos, je vous compterai cet exemple édifiant. Une famille résidait dans une tour à un étage supérieur d’une assistante maternelle. Ces derniers ne souhaitaient pas lui confier leur nouveau-né. Mais, quand cette même assistante maternelle s’est exilée dans une MAM, là, ils ont décidé de le lui faire garder. » C’est pareil, dans certaines zones rurales où les systèmes de garde manquent cruellement. « Dans une commune girondine, des assistantes maternelles étaient au chômage. Elles ont alors décidé de se regrouper en MAM. En quelques jours, la Maison était pleine. Ces MAM sont une véritable solution pour les maires. Le coût est bien moindre par rapport à une crèche, et, en un rien de temps, ils disposent de huit places ou plus. Chaque petite commune en zone rurale pourrait très bien en posséder ! » Les MAM, cet eldorado ? Mais ne vous y trompez pas. Si certaines assistantes maternelles s’épanouissent pleinement dans ce nouveau lieu de travail, d’autres, au contraire, déchantent. « L’horizontalité dans ces structures est, il est vrai, un problème. Toutes sont sur le même pied d’égalité hiérarchiquement parlant. Et cela peut provoquer des malentendus voire des tensions. Le Département doit davantage être en soutien à ces structures pour les aider à se maintenir, à fonctionner durablement. Certes ces assistantes maternelles n’ont que 120 h pour se former au métier, mais, nous, Département, nous nous devons de les accompagner dans la rédaction de leur projet de MAM afin qu’il voit le jour sans heurts. » Pour ce faire, le Département met en place des formations pour les Assmats via la PMI. « Mais, malheureusement, trop souvent l’image des professionnels de la PMI n’est pas très positive. Ils sont vus comme des inspecteurs. Or, ils sont présents pour les accompagner. A l’avenir, ces professionnels les formeront, viendront chez elles et les écouteront, ce qui les familiarisera. »

Au sein d'une crèche - © Département Gironde / Aurélien Marquot

S’interroger sur les structures d’accueil« Aujourd’hui, nous avons trop tendance, en France, à rigidifier, à légiférer », rappelle Martine Jardiné. Et de poursuivre, « les normes n’assurent pas la qualité de l’accueil. Ce n’est pas parce que vous aurez deux personnes pour accueillir un enfant que la qualité d’accueil sera au rendez-vous. La qualité d’accueil doit être dans le relationnel ! Aussi, une petite structure accueillant une vingtaine d’enfants n’a pas besoin de la même cuisine qu’une entité de 60 enfants. Bien sûr qu’il faut respecter l’hygiène, mais ne soyons pas trop rigide ! » Cette nouvelle structure est bénéfique également pour Martine Jardiné car elle interroge l’organisation des structures d’accueil. Les élus doivent percevoir les besoins de leurs administrés « à l’image du sénateur Arthuis qui, en 2003, a écouté les besoins de ses habitants en proposant la création des MAM ». Pour la vice-présidente du Département, le privé a également toute sa place dans l’accueil de l’enfant, « mais n’oublions pas la principale préoccupation, celle de la qualité de l’accueil. Aujourd’hui, nous devons nous poser les bonnes questions, pourquoi cela fonctionne dans un endroit et pourquoi pas dans un autre. Arrêtons de nous cacher derrière les normes ! » « Rendre possible l’impossible ! » Aujourd’hui, Martine Jardiné bûche sur un projet « innovant » avec Brigitte Collet, adjointe au maire de Bordeaux chargée de la petite enfance et des familles. « Nous travaillons ensemble sur un projet d’accueil qui jumèlerait une MAM et un service d’accueil familial ». Toutes deux tentent de convaincre la Direction générale de la cohésion sociale afin de mettre en place une expérimentation à Bordeaux. « Notre ambition première est de répondre aux besoins des parents, permettre une qualité d’accueil optimale, assurer un lieu de travail répondant aux normes de sécurité et d’hygiène mais aussi privilégier un lieu d’accueil où l’enfant s’éveillera et se retrouvera davantage sur des temps collectifs. » Bref « rendre possible l’impossible » tel est le leitmotiv qui anime depuis tant d'années cette élue de terrain.
Enfin, pour développer davantage la réflexion autour de ce sujet, un colloque sur la qualité d’accueil se tiendra les 1er et 2 avril prochains au Rocher de Palmer à Cenon.
Les Maisons d’assistantes maternelles des lieux uniques à identités multiples, Edition Le Bord de l’eau, Martine Jardiné, octobre 2018.

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : © Département Gironde / Laëtita Solery / Aurélien Marquot

Partager sur Facebook
Vu par vous
9833
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !
Opération « Urgence Froid Bordeaux » dans la Maison éco-citoyenne de Bordeaux Société | 23/11/2020

Opération « Urgence Froid Bordeaux » : carton plein pour « Les Gratuits »

Entrée de l’hôpital de La Rochelle Société | 20/11/2020

L'hôpital de La Rochelle développe un outil précurseur pour anticiper les cas graves de Covid-19

La Maison Régionale des Sports de Talence Société | 18/11/2020

Coronavirus : le mouvement sportif néo-aquitain perd 165 000 licenciés

Travailleur en situation de handicap Société | 17/11/2020

Handicap et insertion professionnelle : naissance du passeport compétences "gestes barrières"

Illustration représentant Mathilde Puges et Maud Begon Société | 13/11/2020

Mathilde Puges, l'infectiologue bordelaise contaminée par la BD

statistiques pauvreté 2018 Société | 13/11/2020

« La crise est un révélateur de pauvreté » Christophe Vénien (Secours Catholique)

Les salariés de l'Atelier Remuménage pendant une livraison Société | 13/11/2020

Reconfinement : A Bordeaux l’Atelier Remuménage va plus loin dans la solidarité

Enquête Cyberlife Société | 11/11/2020

Cyber-harcèlement au collège : L'Université de Bordeaux mène l'enquête

Hopital mobile Bayonne Société | 10/11/2020

Bayonne accueille l'hôpital mobile déployé par le CHU de Toulouse

L'arrivée du train TER en gare de Bedous Société | 09/11/2020

La régularité des TER au coeur du comité de lignes Sud Aquitaine (Béarn)

Les ateliers du Mois de l'Innovation Publique en Nouvelle Aquitaine se dérouleront à La Base à Bordeaux Société | 08/11/2020

Mois de l’Innovation Publique : imaginer le service public du futur dans nos territoires

Shop in Limoges Société | 06/11/2020

Les commerçants de Limoges ont pignon sur rue avec « Shop in Limoges »

Le TER Nouvelle Aquitaine entre La Rochelle et Bordeaux Société | 06/11/2020

Perturbations à venir sur la ligne Bordeaux-La Rochelle

Le parcours Sud Ouest du tour de France 2021 Société | 05/11/2020

Le Tour de France de retour à Libourne après 28 ans !

En Haute-Vienne, les établissements hospitaliers anticipent la progression de la pandémie Société | 05/11/2020

En Haute-Vienne, les établissements hospitaliers anticipent la progression de la pandémie