Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

23/02/21 : Laurence Harribey, sénatrice de la Gironde, a été nommée par le Président du Sénat pour représenter la Chambre haute au conseil d'administration de l'Agence Nationale du Sport.

23/02/21 : L’ancien maire de Bayonne, Jean Grenet, est décédé ce mardi 23 février, à l'âge de 81 ans. Celui qui a également exercé les mandats d'élu départemental, régional et de député, a dirigé la ville, à la suite de son père Henri Grenet, de 1995 à 2014.

23/02/21 : La ministre Frédérique Vidal est à Poitiers ce 23 février pour rencontrer l'Association Fédérative des Étudiants de Poitiers. Début février, elle avait reçu 72 courriers d'étudiants poitevins qui l'interpelaient sur leurs difficultés au quotidien

19/02/21 : COVID 19 - Depuis 2 semaines, les indicateurs de surveillance du Sars-CoV-2 affichent une baisse significative dans tous les départements de Nouvelle-Aquitaine. Le taux d'incidence est de 113,3/100 000 et le taux de positivité à 4,2%.

19/02/21 : COVID 19 - Les dernières données sur l’évolution des nouveaux variants montrent une diffusion généralisée du variant anglais dans tous les départements de la région. Les variants sud-africain et brésilien sont aussi présents mais dans une moindre mesure

19/02/21 : COVID 19 - Le nombre de nouvelles hospitalisations est en baisse avec près d’une centaine d’hospitalisations et une vingtaine d’admissions en réanimation en moins par rapport à la semaine dernière. Néanmoins, l'activité hospitalière liée au COVID-19.

18/02/21 : A Libourne, le conseiller municipal d'opposition Charles Pouvreau a annoncé sa démission. Dans un communiqué, l'ancien élu raconte avoir fait face à des « menaces et insultes » répétées et choisit donc de se mettre en retrait de la politique libournaise.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 04/03/21 | Limoges : Le Village des Restaurateurs est prolongé

    Lire

    Depuis le 23 février, la Ville de Limoges a mis a disposition de l’Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie de la Haute-Vienne 12 chalets place de la Motte pour permettre aux restaurateurs d’organiser de la vente à emporter. Face au succès rencontré, cette opération « Le Village des Restaurateurs » est prolongé du 9 au 21 mars. Le Village est ouvert du mardi au jeudi de 10h à 14h et du vendredi au dimanche de 10h à 15h.

  • 03/03/21 | Poitiers : une collecte de protections hygiéniques ce 6 mars

    Lire

    Ce samedi 6 mars dans le cadre de la Journée Internationale des droits des femmes, le CCAS de Poitiers organise une collecte de protections hygiéniques pour lutter contre la précarité menstruelle. De 14h à 17h30, des boites seront disposées dans deux Carrefour City du centre-ville (rue Carnot et place du marché), ainsi que dans le Monoprix à l'entrée du centre commercial des Cordeliers. Des bénévoles seront présents pour accueillir, informer et échanger sur le sujet de la précarité menstruelle.

  • 03/03/21 | Grand Poitiers : le concert de "The Beggar’s Ensemble" disponible

    Lire

    Nous vous en avions parlé le 9 février dernier dans cet article. The Beggar’s Ensemble avait enregistré en vidéo au conservatoire de Grand Poitiers Gin Craze, un récital de morceaux de musique baroque composés par des Anglais dans la première moitié du XVIIIe siècle. Le concert (de 58 minutes) est sorti sur la page Facebook de l'ensemble, celle de Grand Poitiers et celle du conservatoire de Grand Poitiers ainsi que sur la page Youtube de Beggar’s Ensemble.

  • 02/03/21 | Un tiers-lieu hybride en Charente-Maritime

    Lire

    Lors de sa dernière commission permanente, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de soutenir le syndicat mixte Cyclad à Surgères en Charente-Maritime à hauteur de 60 000 euros pour la création d’un tiers-lieu hybride. Ce tiers-lieu a pour objectif de développer les nouvelles formes de travail, de créer des ateliers partagés et d’accompagner la création de nouvelles activités. Sur 1 200 m², le lieu comprendra notamment un atelier bois destiné au prototypage et à la réalisation d’ateliers

  • 02/03/21 | Le 1 000e agent vacciné au Centre hospitalier de la Côte basque

    Lire

    Le 1 000e agent du Centre hospitalier de la Côte basque à Bayonne a été vacciné contre le Covid en début de semaine. Un médecin réanimateur qui est en première ligne face à la prise en charge des patients les plus atteints par cette maladie. La campagne avait débuté le 6 janvier avec le vaccin Pfizer pour les agents de plus de 50 ans, ou présentant un risque accru. Un rythme que l'introduction, le 7 février, du vaccin AstraZeneka a accéléré. A ce jour, en moins de deux mois, au moins un tiers de l'effectif de l'hôpital basque aura reçu une première injection.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | « Les MAM, une véritable innovation ! » Martine Jardiné

30/01/2019 | Martine Jardiné, spécialiste de la petite enfance, porte un regard sur les Maisons d'assistant maternel

MAM Z'elle Coccinnelle, Bruges - © Département Gironde / Laëtita Solery

Maître de conférences à l’Université de Bordeaux, spécialiste de la Petite enfance et des modes d’accueil du jeune enfant, Martine Jardiné, vice-présidente du Conseil départemental de Gironde, chargée du Logement, de l'Habitat, du Développement Social, vient d’écrire un ouvrage consacré aux MAM « Les Maisons d’assistantes maternelles les lieux uniques à identités multiples », aux éditions Le Bord de l’eau. Sa principale préoccupation, et elle n’a de cesse de le marteler, est la qualité de l’accueil de l’enfant...

Depuis toujours, cette thématique lui trotte dans la tête. La qualité de l’accueil du petit enfant est une des préoccupations majeures de Martine Jardiné, vice-présidente du Conseil départemental en charge notamment du Développement Social. Du reste, en 1989, alors qu’elle enseigne à l’université elle décide de créer le réseau girondin petite enfance. Cet organisme développe des actions de réflexion - formation, de recherche, un pôle ressources, des projets européens, et une action d'éveil culturel en direction des jeunes enfants et des familles qui regroupent plus de 250 communes du département ainsi que plusieurs institutions telles que la Caisse d'Allocations Familiales de la Gironde, le Conseil départemental de la Gironde, le Fonds d'Action et de Soutien pour l'Intégration et la Lutte contre les Exclusions ou encore la Direction Régionale de l'Action Culturelle. « L’innovation peut répondre aux besoins » Martine Jardiné s’interroge donc depuis des dizaines d’années sur les structures d’accueil des jeunes enfants.

Martine Jardiné

En 2003, le sénateur de Mayenne Jean Arthuis lance l’idée des Maisons d’assistantes maternelles. Martine Jardiné voit alors dans ce nouveau dispositif une véritable innovation. « Des assistantes maternelles regroupées, travaillant ensemble, sans la présence d’un professionnel de la petite enfance, avec des horaires flexibles et une organisation souple, c’était véritablement innovant ! » Mais tous les professionnels du secteur, tels que les médecins et les puéricultrices de PMI ne voient pas d'un très bon œil ce nouveau dispositif. « Toutefois, le sénateur Arthuis tient bon ! » Mais ce n’est qu’en 2008, avec le rapport Tabaro, puis en 2010, avec la loi sur la petite enfance que le projet de MAM voit le jour. Ces MAM sont véritablement « innovantes » pour Martine Jardiné car répondent aux besoins des parents surtout en matière d’horaire. « La souplesse ne signifie pas forcément le non-respect des normes. Et à l’inverse, le fait de respecter les normes ne veut pas forcément dire une bonne qualité d’accueil pour les enfants », souligne l’élue. Crèche et MAM même combat Mais attention, si Martine Jardiné plébiscite le développement des MAM, elle ne souhaite absolument pas opposer la crèche à la Maison d’assistantes maternelles. Certes, elle regrette vivement la rigidité du fonctionnement de ces structures d’accueil, et désire véritablement une flexibilité que proposent ces MAM. « Deux assistantes maternelles qui décident de travailler ensemble dans une MAM peuvent accueillir jusqu’à huit enfants à deux. Les parents des enfants sont leurs employeurs. Et, par exemple, à 6 h 00 du matin, l’une des deux peut recevoir un enfant qui n’est pas sous contrat avec elle mais avec l’autre assistante maternelle. C’est une véritable innovation et une vraie flexibilité ! » En revanche, en crèche, deux personnes, minimum, doivent accueillir un enfant à 7 h 00 du matin – alors qu’en MAM l’assistante maternelle peut être seule – et si un seul enfant est accueilli à cette heure précise, moins de présentiel sera déclaré à la CAF, et donc moins d’aide financière. « D’où les horaires verrouillés dans les crèches ! » Certaines MAM font un travail « remarquable » avec les enfants. « Prenez Badaboum qui est située sur la Rive Droite. C’est une petite structure qui propose de multiples animations et tente de répondre au mieux aux exigences des parents grâce à un poids administratif quasi inexistant ». Un autre regard sur les « Assmat » Autre point bénéfique des MAM pour Martine Jardiné : le changement de regard de certains parents. « Certains parents ne veulent pas faire garder leur enfant par une assistante maternelle pour différentes raisons qui leur appartiennent et que je respecte. En revanche, si ces mêmes assistantes maternelles se regroupent, sortent de chez elles et forment une structure collective, là, la donne change. Pour illustrer mon propos, je vous compterai cet exemple édifiant. Une famille résidait dans une tour à un étage supérieur d’une assistante maternelle. Ces derniers ne souhaitaient pas lui confier leur nouveau-né. Mais, quand cette même assistante maternelle s’est exilée dans une MAM, là, ils ont décidé de le lui faire garder. » C’est pareil, dans certaines zones rurales où les systèmes de garde manquent cruellement. « Dans une commune girondine, des assistantes maternelles étaient au chômage. Elles ont alors décidé de se regrouper en MAM. En quelques jours, la Maison était pleine. Ces MAM sont une véritable solution pour les maires. Le coût est bien moindre par rapport à une crèche, et, en un rien de temps, ils disposent de huit places ou plus. Chaque petite commune en zone rurale pourrait très bien en posséder ! » Les MAM, cet eldorado ? Mais ne vous y trompez pas. Si certaines assistantes maternelles s’épanouissent pleinement dans ce nouveau lieu de travail, d’autres, au contraire, déchantent. « L’horizontalité dans ces structures est, il est vrai, un problème. Toutes sont sur le même pied d’égalité hiérarchiquement parlant. Et cela peut provoquer des malentendus voire des tensions. Le Département doit davantage être en soutien à ces structures pour les aider à se maintenir, à fonctionner durablement. Certes ces assistantes maternelles n’ont que 120 h pour se former au métier, mais, nous, Département, nous nous devons de les accompagner dans la rédaction de leur projet de MAM afin qu’il voit le jour sans heurts. » Pour ce faire, le Département met en place des formations pour les Assmats via la PMI. « Mais, malheureusement, trop souvent l’image des professionnels de la PMI n’est pas très positive. Ils sont vus comme des inspecteurs. Or, ils sont présents pour les accompagner. A l’avenir, ces professionnels les formeront, viendront chez elles et les écouteront, ce qui les familiarisera. »

Au sein d'une crèche - © Département Gironde / Aurélien Marquot

S’interroger sur les structures d’accueil« Aujourd’hui, nous avons trop tendance, en France, à rigidifier, à légiférer », rappelle Martine Jardiné. Et de poursuivre, « les normes n’assurent pas la qualité de l’accueil. Ce n’est pas parce que vous aurez deux personnes pour accueillir un enfant que la qualité d’accueil sera au rendez-vous. La qualité d’accueil doit être dans le relationnel ! Aussi, une petite structure accueillant une vingtaine d’enfants n’a pas besoin de la même cuisine qu’une entité de 60 enfants. Bien sûr qu’il faut respecter l’hygiène, mais ne soyons pas trop rigide ! » Cette nouvelle structure est bénéfique également pour Martine Jardiné car elle interroge l’organisation des structures d’accueil. Les élus doivent percevoir les besoins de leurs administrés « à l’image du sénateur Arthuis qui, en 2003, a écouté les besoins de ses habitants en proposant la création des MAM ». Pour la vice-présidente du Département, le privé a également toute sa place dans l’accueil de l’enfant, « mais n’oublions pas la principale préoccupation, celle de la qualité de l’accueil. Aujourd’hui, nous devons nous poser les bonnes questions, pourquoi cela fonctionne dans un endroit et pourquoi pas dans un autre. Arrêtons de nous cacher derrière les normes ! » « Rendre possible l’impossible ! » Aujourd’hui, Martine Jardiné bûche sur un projet « innovant » avec Brigitte Collet, adjointe au maire de Bordeaux chargée de la petite enfance et des familles. « Nous travaillons ensemble sur un projet d’accueil qui jumèlerait une MAM et un service d’accueil familial ». Toutes deux tentent de convaincre la Direction générale de la cohésion sociale afin de mettre en place une expérimentation à Bordeaux. « Notre ambition première est de répondre aux besoins des parents, permettre une qualité d’accueil optimale, assurer un lieu de travail répondant aux normes de sécurité et d’hygiène mais aussi privilégier un lieu d’accueil où l’enfant s’éveillera et se retrouvera davantage sur des temps collectifs. » Bref « rendre possible l’impossible » tel est le leitmotiv qui anime depuis tant d'années cette élue de terrain.
Enfin, pour développer davantage la réflexion autour de ce sujet, un colloque sur la qualité d’accueil se tiendra les 1er et 2 avril prochains au Rocher de Palmer à Cenon.
Les Maisons d’assistantes maternelles des lieux uniques à identités multiples, Edition Le Bord de l’eau, Martine Jardiné, octobre 2018.

Sybille Rousseau
Par Sybille Rousseau

Crédit Photo : © Département Gironde / Laëtita Solery / Aurélien Marquot

Partager sur Facebook
Vu par vous
10505
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 7 + 9 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !