Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

18/06/18 : En raison de travaux de maintenance et d’entretien du pont d’Aquitaine, la rocade sera fermée entre les échangeurs 2 et 4, dans le sens extérieur, les nuits du 20 au 22 juin de 21h à 6h, et dans les 2 sens de circulation du 23 au 24 juin 22h à 18h

18/06/18 : Avec 28,1 M de touristes dont 24,7 M de touristes français accueillis et 175 M de nuitées dont 152 M par des voyageurs hexagonaux, la Nouvelle-Aquitaine est en tête des destinations les plus fréquentées des Français en 2017.

15/06/18 : Charente-Maritime : la reproduction de la frégate L'Hermione revient dimanche dans son port d'attache à Rochefort vers 7h du matin.

11/06/18 : La Ville de La Rochelle a reçu le 2e Prix dans la catégorie Participation citoyenne aux Prix européens de l'innovation urbaine Le Monde-Smart Cities décernés à Lyon le 17 mai 2018.

10/06/18 : Après sa 9e place qu’elle a obtenue samedi avec ses partenaires du K4 français, la kayakiste périgourdine Manon Hostens a décroché ce dimanche le titre de championne d’Europe de course en ligne sur 500 mètres associée à la Tourangelle Sarah Guyot.

Arte Flamenco 2018 - du 2 au 7 juillet - Mont de Marsan
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 18/06/18 | Bordeaux, ville hôte de la RoboCup

    Lire

    On l'a appris ce lundi : Bordeaux est officiellement la vile hôte de la prochaine RoboCup, la coupe du monde des robots, en 2020. Cette compétition rassemblera 45 pays, 450 équipes et 3500 participants. Elle se déroulera du 23 au 29 juin 2020, et le comité international de la RoboCup a affirmé que Bordeaux avait été choisie pour plusieurs raisons : les deux victoires successives de l'équipe bordelaise de Football humanoïde en 2016 et 2017, mais aussi l'union organisée entre la communauté scientifique et les partenaires institutionnels qui ont porté la candidature.

  • 18/06/18 | Bordeaux : réussite pour les vingt ans de la Fête du Vin

    Lire

    Elle s'est terminée sous la pluie ce lundi matin par la parade des grands voiliers : la Fête du Vin 2018 a donné ses premiers chiffres de fréquentation. On y apprend que 61 100 pass dégustation ont été vendus, soit "une augmentation de 26%" par rapport à 2014 et 2016. 520 000 dégustations ont été enregistrées sur les stands (+25%) et 18 000 visiteurs se sont rendus sur le stand de l'École du Vin de Bordeaux. Enfin, le site internet de la manifestation a réuni 217 000 visiteurs depuis le début de l'année dont 138 000 en juin. En 2016, 517 000 curieux avaient participé à la précédente édition pour 57 000 pass dégustation vendus.

  • 18/06/18 | Virginie Calmels limogée de la vice-présidence de LR

    Lire

    On l'a appris ce dimanche soir : Laurent Wauquiez, président des Républicains, a limogé Virginie Calmels de son poste de vice-présidente déléguée au profit de l'ancien ministre Jean Leonetti. La première adjointe d'Alain Juppé à la mairie de Bordeaux reprochait depuis plusieurs semaines la ligne politique de Laurent Wauquiez. Ce lundi, le maire de Bordeaux, Alain Juppé, a déclaré ne "pas se sentir concerné par ces turbulences internes. C’est à elle de voir maintenant dans quel cadre elle continuera son action politique". Une manière plus que mesurée de rebattre les cartes...

  • 16/06/18 | Bilan des intempéries en Dordogne

    Lire

    477 interventions ont été réalisées dans le cadre des orages des 10 et 11 juin dernier en Dordogne. Les entreprises touchées par les intempéries ont la possibilité de faire appel à une indemnisation au titre de l’activité partielle. La chambre d’agriculture a demandé à ce que soit mis en œuvre un dégrèvement au titre de la taxe sur le foncier non bâti (TFNB) pour les exploitations touchées. 10 communes ont déposé en préfecture une reconnaissance de Catastrophe Naturelle.

  • 15/06/18 | Le dossier Ford s'invite au Conseil de Métropole

    Lire

    Dans une motion votée ce 15 juin, le Conseil de Bordeaux Métropole "déplore, avec la plus grande force, la décision du groupe Ford de lancer une procédure d’information-consultation préalable à un plan de sauvegarde de l’emploi à Ford Aquitaine Industries." Une décision "incompréhensible" et "prématurée" au regard de la mission confiée par Ford au cabinet Géris, "voilà à peine 2 mois, de rechercher des repreneurs potentiels" et des "discussions en cours entre le groupe Ford et un industriel qui a visité le site le 30 mai". Les élus appellent "l'Etat à maintenir la plus grande vigilance pour que Ford assume ses responsabilités".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Les ostréiculteurs du bassin d'Arcachon protestent contre l'interdiction de consommer des huîtres ordonnée par la préfecture

11/08/2008 |

Les ostréiculteurs face au Wharf

C'est devenu malheureusement depuis 3, voire 4 ans, quasi inévitable. Chaque été, les ostréiculteurs du bassin d'Arcachon sont confrontés à plusieurs semaines de fermeture. Ces interdictions de consommer les huîtres du bassin d'Arcachon très mal vécues, en période estivale, car c'est là que les ostréiculteurs font près de 50% de leur chiffre d'affaires. Le 7 août, une nouvelle fermeture a été prononcée sur l'ensemble du bassin, sans qu'une toxine soit identifiée.

Agacés d'être face à des fermetures, sans avoir d'explication scientifique, les ostréiculteurs ont décidé de passer à l'offensive et s'apprêtent à saisir les tribunaux, notamment le tribunal administratif de Bordeaux.

Depuis le 24 juillet, seules les huîtres et les moules du banc d'Arguin situé à l'entrée du bassin étaient interdites. Jeudi 7 août, la préfecture de Gironde a décidé d'élargir l'interdiction à la consommation des huîtres et moules prélevées après le 3 août dans l'ensemble du bassin d'Arcachon. Le scénario se répète inlassablement depuis plusieurs étés et pour les ostréiculteurs, c'est trop. Symboliquement, le bureau de la section conchylicole d'Arcachon a donc démissionné jeudi soir pour faire part de son mécontentement. Mais, ce n'est qu'un début. Ce 8 août, quelques 200 ostréiculteurs du bassin d'Arcachon se sont rassemblés à la Salie, une plage de La Teste de Buch, où se situe le "Wharf", qui rejette, entre autres, les eaux usées de Smurfit, un très important papetier de la région. "On interdit nos huîtres à la vente, sans savoir quelle toxine les contamine. Nous, on pense que cela peut provenir des rejets de Smurfit. Car, à chaque fois, la pollution vient du large et atteint systématiquement, dans un premier temps, le banc d'Arguin. Maintenant, ça suffit, on veut comprendre", indique Sylvie Latrille ex vice-présidente de la section conchylicole du bassin d'Arcachon, en charge du dossier environnement. Smurfit, de son côté, rétroque que des contrôles sont régulièrement effectués par la Drire, direction régionale de l'industrie, de la recherche. "Sauf, qu'aucun test souris n'est effectués sur des moules et des huîtres sauvages qui vivent à côté du Wharf. On a d'office exclu toute éventuelle pollution", répond Sylvie Latrille.

Les ostréiculteurs portent plainte devant les tribunaux
Les ostréiculteurs s'opposent donc aux analyses biologiques et aux tests de mortalité de 24 heures des souris auxquelles ont été injectés des prélèvements effectués sur les mollusques. Ils estiment que ces tests débouchent sur une application trop stricte du principe de précaution alors que la nature même de la contamination n'est pas identifiée. "Le test souris de l'Ifremer est utilisé hors de son champ d'application. Originellement, il est censé détecter la dynophisis (une algue toxique que l'on trouve régulièrement dans le bassin d'Arcachon, ndlr). Or, là il n'y en a pas et aucune recherche n'est effectuée pour trouver l'agent polluant. On nous ferme par principe de précaution. On ne peut pas nous faire ça pendant 10 ans. De nombreuses entreprises se retrouvent en difficulté", s'emporte t-elle. Il semblerait qu'une dizaine ferme depuis chaque année, depuis deux, voire trois ans.

Philippe Madrelle soutient les ostréiculteurs
Même les politiques s'interrogent. "J'appelle les services de l'Etat à diligenter dans l'urgence, les recherches nécessaires pour identifier les causes de ce phénomène qui se répète depuis quelques années et sur lequel on ne peut imaginer de rester plus longtemps sans explication compte tenu des conséquences dramatiques qu'il produit. Je souligne aussi la nécessité de mettre en place un fonds de solidarité pour soutenir la profession lors de ces crises structurelles et conjoncturelles. Enfin, je partage l'avis de la profession lorsqu'elle réclame la mise au point d'un contrôle fiable par la mise au point de procédures plus explicites que le test de la souris", interpelle Philippe Madrelle, président du Conseil général de Gironde.

"Les modes de cultures des ostréiculteurs n'ont pas changé depuis des années, cela signifie que c'est un agent extérieur qui pollue le bassin", poursuit Me Ruffié.La loi cadre sur l'eau stipule que "tout rejet en mer ne doit pas modifier la qualité des eaux du bassin récepteur". La section conchylicole envisage donc, par l'intermédiaire de son avocat Me Ruffié de déposer une plainte pour pollution marine sur la base de l'article 218-73 du code de l'environnement. Par ailleurs, la semaine prochaine un recours sera déposé devant le tribunal administratif de Bordeaux contre l'arrêté préfectoral interdisant la consommation d'huîtres. Bien décidé à obtenir des réponses, la section conchylicole du bassin d'Arcachon va demander également, en référé, au même tribunal administratif de Bordeaux la nomination d'un collège indépendant et de renom pour répondre à deux questions que les ostréiculteurs se posent : est-ce que les huîtres du bassin étaient vraiment dangereuses lorsque l'interdiction de les consommer a été prononcée le 7 août ? Est-ce que le test de la souris est valable ?

Michel Barnier prône un nouveau test européen
Hier, Michel Barnier, ministre de l'Agriculture, a rappelé "son engagement pour l'élaboration d'un nouveau test de référence communautaire pour le suivi sanitaire des huîtres", dans un communiqué. "Ce type de test est aujourd'hui la seule méthode de référence autorisée dans l'ensemble de l'Union européenne", précise-t-il, mais "l'ensemble des ostréiculteurs du bassin d'Arcachon contestent la fiabilité de ce test". Le ministre "tient à rappeler l'engagement pris de travailler à l'élaboration d'un nouveau test de référence européen". Dans l'attente de cette validation, "le test souris à 24 heures reste la méthode qui offre la plus grande fiabilité", affirme-t-il et "donc les meilleures garanties de protection des consommateurs".

Nicolas César

Partager sur Facebook
Vu par vous
292
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 21 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !