Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/09/18 : Nuit européenne des chercheur(e)s vendredi 28 septembre de 18h30 à minuit. A cette occasion, Cap Sciences proposent de partager avec plus de 50 chercheurs, 1001 histoires sur la magie de leur métier, au travers de récits, de jeux, de mises en scène…

25/09/18 : Renaud Lagrave, vice-président de la Région Nouvelle-Aquitaine en charge des infrastructures et des transports, animera le comité de ligne Ter 32 Bordeaux - Arcachon le lundi 1er octobre à 17h45 à la Maison des arts de Gujan-Mestras.

25/09/18 : Le 26 septembre, la Coordination Rurale 47 sera mobilisée devant l’abattoir de volailles de Bazas pour « défendre les éleveurs face aux mensonges des associations véganes qui organisent à nouveau, cette année, une veillée devant cet abattoir ».

25/09/18 : Avec l’appui de la DRAC, la CCI Bordeaux Gironde restaure les toitures du Palais de la Bourse. Un chantier d’une durée de 3 ans et d’un montant de 3,7 millions d’€. Début des travaux : septembre 2018. Surface à restaurer : 7 000 m2.

25/09/18 : Le Crédit Agricole d’Aquitaine organise un Café de la création le 4 octobre baptisé le Pitch de la création. « Vous avez un projet ? Pitchez-le et repartez avec votre financement » le 4 octobre de 9h à 11h30 au Campus des Bassins à Flot à Bordeaux.

24/09/18 : Le maire d'Anglet Claude Olive, vice président du Conseil départemental, va présenter sa candidature à la présidence départementale Les Républicains des Pyrénées Atlantiques occupée (?) jusque-là par Michèle Alliot-Marie.

24/09/18 : Pont de Ré : des travaux d'inspection étant programmés ce lundi, la circulation est interdite à tous les véhicules de transport de marchandises dont le Poids Total Autorisé en Charge (PTAC) est supérieur à 3,5 t à du 24 à 20h au 25 septembre à 6h.

20/09/18 : Charentes : la rivière Né passe en alerte de crise, niveau sécheresse. Un arrêté prévoit l'interdiction totale des prélèvements à usage d’irrigation agricole, y compris les cultures dérogatoires déclarées, à partir de ce matin 8h.

19/09/18 : Pont de l'île de Ré : Menée cette nuit, la visite d'inspection des services spécialisés du réseau scientifique et technique de l'Etat a confirmé le bien-fondé des mesures de restriction de circulation, qui restent appliquées jusqu'à nouvel ordre.

19/09/18 : Forum pour l’emploi organisé par l’ARCA, Association pour la Relation Client en Nouvelle-Aquitaine, jeudi 20 sept de 9h à 13h à la Maison des Associations de Mérignac. 10 recruteurs présents et 150 postes à pourvoir immédiatement.

19/09/18 : Fermeture du Pont d’Aquitaine dans les deux sens sur la section de la rocade A630 entre les échangeurs 2 et 4 du mercredi 19 à 21h au jeudi 20 sept à 6h, du jeudi 20 à 21h au vendredi 21 sept à 6h, du samedi 22 à 22h au dimanche 23 sept à 18h.

19/09/18 : Charente-Maritime : un nouvel arrêté limite l'irrigation à compter de ce matin 9h à un volume hebdomadaire de 7% du volume restant à consommer depuis le 15 juin, sur les bassins Seudre, Bruant, Charente aval, Marais Sud et Nord de Rochefort, Seugne.

Banque Alimentaire, Agrisud International: la solidarité et le partage, ici et là-bas!...

Rencontres, rencontres ! Ce métier, le mien, offre ce privilège rare des rencontres, de la découverte de notre commune humanité et parfois, souvent, pour peu qu'on le veuille, dans ce qu'elle a de meilleur. Ce vendredi 21 septembre nous a permis, successivement, ce bonheur et l'irrésistible envie de le partager. D'abord, ce fut de bon matin au sein de la Banque Alimentaire de Bordeaux et de Gironde pour s'informer, à l'initiative de l'association des Amis d'Aqui!, de l'extraordinaire travail accompli, à moins que ce ne soit avant tout une mission, par l'équipe réunie autour de Pierre Pouget. Découvrir, aussi, cette ruche où s'affairaient des dizaines de personnes, de tout âge – la doyenne des quelques 200 bénévoles de la Banque revendique joyeusement ses 86 ans – et de toute condition, parfois venues de très loin, du sud de la Méditerranée en attente de statut, occupés à trier les légumes et les fruits arrivant du Marché d'intérêt national de Brienne qui seraient redistribués par une noria de camions portant fièrement ce slogan : « Investissons dans la solidarité alimentaire ». Une ambiance où la convivialité, à l'heure de la pause café, fait merveille et où le moteur de chacun porte un nom : servir ! Second temps de ce samedi enchanteur : les retrouvailles, à l'Hôtel de Région, d'une autre équipe, celle d'Agrisud International, cette ONG magnifique née chez nous, ici en Gironde, du côté de l'Entre-deux-Mers à l'initiative d'un homme d'exception Jacques Baratier, comme Robert Lion son président l'a rappelé.


- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 24/09/18 | Les Jeudis de l’Installation en Corrèze

    Lire

    Le 27 septembre, la Chambre d’Agriculture de la Corrèze organise à Montaignac St Hippolyte, dans le cadre des Jeudis de l’Installation, un après-midi sur le thème du maraîchage bio à destination des porteurs de projets et des jeunes en formation. Cet après-midi sera l’occasion de mieux connaître la filière maraîchage, et sa spécificité en bio, ainsi que d’échanger avec des agriculteurs récemment installés, des conseillers spécialisés mais aussi de visiter une exploitation.

  • 24/09/18 | Le désamiantage du Signal à Soulac se prépare

    Lire

    Les travaux préalables au désamiantage de l'immeuble Le Signal à Soulac-sur-Mer qui menace de s'effondrer,ont débuté mercredi 19 septembre afin de conforter la dune par un apport de sable et de mettre en sécurité le bâtiment pour permettre l’intervention des entreprises en toute sécurité. Les premiers travaux dureront une dizaine de jours, et en plusieurs étapes dont la protection des espèces floristiques. Ces travaux seront intégralement financés par l’État ainsi que les travaux de désamiantage de l’immeuble qui seront menés en début d’année prochaine.

  • 24/09/18 | La brigade "loup" missionnée dans les Pyrénées-Atlantiques

    Lire

    Conformément à son engagement pris le 20 septembre, lors de sa venue à Pau, François de Rugy, ministre de la transition écologique et solidaire, a missionné la brigade mobile d’intervention spécialisée de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage pour remédier aux attaques de troupeaux par le loup hybride en vallée d’Ossau. "La mission sera préparée la semaine prochaine avec les maires et bergers. Des équipes seront sur place la semaine suivante pour une période d’une quinzaine de jours", annonce la Préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

  • 24/09/18 | La Gironde informe sur la fibre optique

    Lire

    A l'occasion du déploiement de la fibre optique sur le territoire de la Gironde à travers le plan "Gironde Haut Méga" visant à raccorder, d'ici 2014, "410 000 logements, entreprises, services publics et collectivités à un réseau public de fibre optique", le département lance officiellement une nouvelle phase de réunions publiques d'information. Ces dernières démarreront le 24 septembre à Avensan et se termineront notamment à Cadillac et Cestas les 2 et 3 octobre prochain. Pour retrouver l'ensemble des dates, des horaires et des lieux de ces réunions, rendez-vous sur www.girondehautmega.fr.

  • 21/09/18 | Gironde : les ministres "en action"

    Lire

    Programme chargé pour les visites ministérielles en Gironde ce vendredi. Les ministres de l'Agriculture et de l'Environnement (François De Rugy et Stéphane Travert), en "opération séduction post-Hulot", visitent une entreprise développant une micro-algue censée remplacer les intrants chimiques en viticulture et un domaine viticole en agriculture raisonnée (château Sénéjac). Bruno Le Maire devait rencontrer syndicats et élus autour du dossier Ford Blanquefort à Bordeaux. Enfin, la ministre des transports Elizabeth Borne, intervenait à 15h à l'occasion d'une conférence "mobilité et santé" à Bordeaux.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Les petites merveilles d'Aqui! Les « petits » de mon jardin

17/11/2014 | En ces temps d'automne pluvieux Alice nous offre un retour à peine nostalgique sur un été en blanc et rouge coté jardin...

Les « petits » de mon jardin

Vous avez une notification. Et zut, pas moyen d’être tranquille. La « Machine » m’interpelle. Quelle invention géniale ! Même les marques s’en emparent pour y développer leurs clubs de « fans ». « Heu, il faudrait peut-être demander son avis à Alice ? ». Avis sur quoi, au fait ? Dérouler le ruban de réponses ; et de réponses aux réponses. Retrouver la logique des conversations. Message d’origine : « Bon, les gars. Cette année… », signé Aurore.

Ils sont bien loin mes premiers envois de mails ! « Ne laissez pas vos enfants reprendre la voiture… Mon jardin les attend à bras ouverts ». Message sincère. Généreux, m’avait-on dit. « Tu ne crains pas d’être envahie ? »  J’étais sûre (et le suis encore) que je n’étais pas la seule. Habitants de Dax, de Bayonne ou d’ailleurs. Veinards des centre-ville, ces endroits stratégiques, au cœur même de l’épicentre du « tsunamistayre ». Phénomène estival qui se propage, inexorablement, de ville en village, chaque été, dans le Sud-Ouest.  La « communauté » des festayres s’en va de Pampelune jusqu’à Bayonne, de Dax jusqu’à Mont de Marsan… le grand pèlerinage ! Convivialité, emblème de notre région ! Alors, comment ne pas les accueillir, ces jeunes ?! D’accord, il a fallu user de quelques arguments. Pas gagné… Encore aujourd’hui, François tord un peu le nez quand tombent les premières estimations de l’invasion estivale.

« Heu, maman, si j’ai bien compté, rien que ma promo et les anciens d’Auzeville on sera… 30 ! ». Oups. Merci FaceBook ! S’il y en a autant par enfant… ça va être plus que serré. Heu pas possible, même !!! Moment de panique. Et les copains d’Alex ? Et l’équipe de Sylvère ?...« Mais, tu sais, ils ne seront pas là tous en même temps ! » Ouf, me voilà rassurée. Car ça, c’est sans compter les enfants de mes amis d’enfance. En fait, c’est simple ! Les amis de mes enfants et les enfants de mes amis… tous se retrouvent là. Petit à petit, parfois même avec un jour d’avance, ils débarquent. Transhumance, retour des estives, d’un tour du monde ou de vacances en famille. Echappés, juste pour quelques jours, de leur nouveau travail. Ils arrivent de partout. Se retrouvent. Laissent leur clef de voiture au tableau des festayres. Tout comme celles de mon petit bolide rouge, pas chic mais pratique, qui restera à quai pour la semaine.

« Alors, cette année comment ça s’est passé ? » « C’est pas vrai ! non ?! Tim ? Mais ils donnent l’agrégation à n’importe qui ! ». « Et toi, tu pars quand à la Réunion ? ». Et puis the question : « Je mets où ma tente ? ». On verra ce soir. Quelques petites choses à régler au bureau… je reviens tout à l’heure. Bref. « Alice regarde, j’ai tondu le jardin. On peut installer nos tentes maintenant ! ». Et mes iris ?! Regard penaud. Baptiste ne sait plus où se cacher. Passés sous les lames de la tondeuse, les iris seront transformés, le soir-même, en un magnifique bouquet de Lys. Et de gros bisous. « Oh ?! Cochonou ! ». Laurie débarque de Perpignan. On lui a dit rouge et blanc. Elle passe le portail, vêtue d’une jolie chemisette à carreaux. C’est parti. Elle s’appellera désormais Cochonou. Mais elle n’est pas seule. Robes, bermudas, shorts, espadrilles, chemises, nappe de la table du jardin… tout le monde applique le code. Et la ville se pare des couleurs de la fête. Comme tous, venus là pour chanter, danser. Bref, faire la fête et parler, parler, parler encore, jusqu’au bout de la nuit. Cinq jours, non-stop, de chants, éclats de rire, bandas, rencontres improbables, découvertes. Avec toujours, toujours, ce besoin de discuter, de « batailler », comme on dit ici. Echanger simplement avec des inconnus-confidents d’un soir. Cela se confirme. Au petit matin, enfin vers 11h, quand les têtes émergent des tentes… les voix sont, légèrement, cassées. Mais, dès le premier café avalé, les regards, un temps hagards, retrouvent vite leur jovialité et leur pétillant. « Alors « Stop » ça va mieux ? Pas mal pour un premier soir ! ». « Et vous, vous êtes rentrés à quelle heure ? ». «  Un peu plus de pâté pour tremper dans ton café, Bob ? ». Devenu maître dans l’art de tartiner, Bob-le-pâteur s’attaque au pâté de Mamie-Croucrou. Les histoires croustillantes de la veille occupent la matinée. Chacun rajoute sa version, ses détails. Et l’on rit, encore et encore. Des semaines après, avant de tirer leur révérence pour l’hiver, les feuilles des tilleuls en frémissent encore. 15h, la sieste s’impose. La plage, ce sera pour une autre fois. Le jardin s’endort. Avec les petits de mon jardin. Tapis de sol, serviettes et duvets prennent l’air. Le soleil chatouille les plantes de pieds, abandonnées à la chaleur de ses rayons. 

Quelques retardataires arrivent encore à la mi-temps des fêtes. Il va falloir à nouveau lire le cahier. Tout un programme. « On dit bonjour, Alice », « on ne critique pas Marc L.», « on ne débranche pas le chauffe-eau pour recharger la batterie de son portable », « on ne tague pas la chienne, ni en orange, ni dans une autre couleur », « on est à l’heure pour la daube de Toro », « on ne roule pas Estelle dans le sable, surtout après l’avoir badigeonnée de mayonnaise »… Longue liste. Fruit de quelques années d’expériences et de collectes de bons et mauvais points. Le cahier regorge de ces règles de vie censées faciliter la cohabitation. Cette année, nous rajouterons « on n’offre pas de trompette à François ». A force, tous connaissent ces règles par cœur. Et surtout, leur histoire. Mais les nouveaux découvrent avec attention, religieusement, respectueusement. Quelques explications, et les voilà dans l’ambiance.

Quel bonheur de les voir autour de nous. Fourmilière par moment. La gazinière des fêtes est de sortie. C’est la queue à la douche. Une équipe est partie au ravitaillement : thon, mayonnaise, pâtes… c’est le régime. « Ah, non… c’est dans le cahier : vous vous êtes engagés à manger des légumes, au moins une fois dans la semaine ! ». Daube de toro, piperade, et même, de superbes melons venus tout droit de chez les parents de Komack. « Vous n’y échapperez pas !». De son côté, très inspirée, Flo invente une recette : délicieuse la brioche tartinée à la daube de Toro ! Moment génial où les idées, les jeux de mots… se testent, sans préjugés. La créativité-joyeuse. Le jardin vit comme jamais. Champignons de toutes couleurs. Les tentes ont poussé en un rien de temps

Quelle gaîté ! La bodega d’Alex a repris sa place. Sorte de « talenquère » nomade, elle nous rassemble pour d’interminables apéritifs. Les voisins, les amis qui passent dans la rue… sont les bienvenus. Discussions hautement philosophiques ou, au contraire, humour potache et répétitif. Merci pour la trompette offerte à François, les gars ! Les voisins s’en souviennent encore. Mais, quel régal, quelle énergie, ce mélange d’amitiés. L’âge n’est pas la question, les études non plus. François et moi nous enivrons de leur insouciance joyeuse. Les enfants de mes amis grandissent. Adultes, ils deviennent nos amis.  On prend des nouvelles, on se raconte les derniers potins. « Non, c’est pas vrai, il a fait ça ? » et on pouffe comme des gosses. Comme autrefois, avec leurs parents.  On médit, on « pipelette ». Les absents ont toujours tort. « Et, tu sais pas la dernière… ?».  Les amis de mes enfants tendent l’oreille. « Mais, vous êtes de la même famille ? ». Presque…

Il est temps de se changer. Nouvelle tenue, rouge et blanc, bien sûr ! François revient, moi je pars. Comme beaucoup dans la ville, nous assurons, chacun notre tour, une permanence à la Bodega. Géniale, la fête de ce côté du comptoir ! Les petits de mon jardin viendront m’y retrouver. Karaoké géant ; ensemble, nous nous égosillons. D’un bout à l’autre du comptoir je danse, tout en servant bières et tapas. Et puis, je craque. « Quand la musique est bonne… » Je passe de l’autre côté. « Alors, ce rock, on se le fait ? ». Au petit matin, j’ai les jambes en compote. Je rentre, épuisée, mais des images de pleins les yeux.  Les yeux d’Emilie dans la tête. Retour sous escorte de quelques petits de mon jardin, venus me chercher. Ils ont fait le tour des bodegas, suivi une banda et sont allés écouter un concert, un bon « sandwich-réparateur », à la ventrèche, à la main. « On fait un arrêt au banc de la Halte ? ». On s’assied, les uns sur les autres. Le petit banc, au coin de la rue, comme chaque soir nous accueille. Les yeux dans le vide, on regarde passer les derniers festayres de la nuit. « Bonne nuit ! ». On repart. 3h du matin. Débriefing dans le jardin. Tout le monde au rapport. A ne manquer pour rien au monde. Autour de la table, devant un verre d’eau pétillante bien méritée… on finit la soirée. Petit à petit, par petit groupes, les derniers rentrent au bercail. « Paul a retrouvé Marc, fabuleux, non ?! », « Et tu sais qui on a vu ? » C’est reparti... « Bon, les gars, au lit maintenant ! » En bon capitaine de son équipe, mon petit dernier sonne l’heure du coucher. Luigi, du haut de ses 1,90 m, obtempère sans mot dire. Comme un robot, hop, debout, demi-tour. Direction la tente. Antoine, lui, n’ira pas plus loin que le hamac.

Demain sera un autre jour…

Alice
Par Alice

Crédit Photo : Alice

Partager sur Facebook
Vu par vous
1640
Aimé par vous
1001 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 27 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !