Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

25/05/18 : L'Hermione est arrivé hier à Pasaia, au pays basque espagnol, où elle restera jusqu'au 27 mai.

24/05/18 : "Accords commerciaux : CETA, Mercosur... où en sommes-nous?" C'est le thème de la conférence qu'organise dans ses locaux agenais la Maison de l'Europe 47. Elle sera animée par V.Rozière, députée européenne Sud-Ouest et J.Louge, conseiller au CESER.

23/05/18 : Charente-Maritime : le 19e festival des arts de la rue du bassin de Rochefort se tiendra ces vendredi et samedi à La Gripperie Saint-Symporien. Vingt compagnies de théâtre, de danse, de cirque et autres spectacles de rue sont attendus. Gratuit.

22/05/18 : Emmanuel Macron: 90 minutes de discours mais pas d'annonce, sinon celle d'un changement de méthode et cette phrase: "Pour juillet je veux qu’on ait finalisé un plan de lutte contre le trafic de drogue." Mais il n' y aura pas de plan banlieues.

22/05/18 : Le chantier de rénovation de l’A89 entre Libourne (33) et Mussidan (24) va nécessiter la fermeture partielle de l’échangeur de Montpon-Ménestérol (sortie 12), mercredi 23 et jeudi 24 mai, entre 7 h et 19 h. Durant ces deux jours, l’entrée sera fermée.

22/05/18 : Gauvin Sers et Les Tambours du Bronx seront les principales têtes d'affiche de la quinzième édition des Odyssées d'Ambès, festival gratuit qui se déroulera le 25 août prochain à partir de 15h. Entre 5 et 8000 visiteurs y sont attendus.

22/05/18 : La quatrième édition du festival ODP, qui s'est tenue du 18 au 20 mai à Talence, a réuni 17 000 personnes pour l'ensemble de ses concerts au profit des Sapeurs Pompiers de France, contre 19 000 en 2017 et 12 000 en 2016.

16/05/18 : La Cour d'Appel de Paris a condamné Jérôme Cahuzac ex-ministre du budget jugé pour fraude fiscale et blanchiment à 4 ans de prison, dont 2 avec sursis et à une amende de 300.000 euros et 5 ans d'inéligibilité. Sa peine de prison ferme sera aménagée.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 25/05/18 | Contournement de Beynac (24) : 3 nouveaux référés rejetés

    Lire

    Les décisions du tribunal administratif de Bordeaux concernant le contournement de Beynac (Dordogne) se suivent et se ressemblent. À la suite de son audience du 15 mai, il a rejeté, trois nouvelles requêtes contre les arrêtés d’autorisation de travaux de la préfecture et de la commune de Castelnaud-la-Chapelle. Les opposants requérants ont été déboutés et condamnés à verser 500 euros chacun au Conseil départemental et à la commune de Castelnaud-la-Chapelle pour les frais de justice.

  • 25/05/18 | Laura Flessel en visite à La Rochelle

    Lire

    La ministre des Sports Laura Flessel est en visite en Charente-Maritime ce vendredi 25 mai pour échanger avec lors du congrès des élus en charge du Sport (ANDES), au sujet de la nouvelle agence du sport. La ministre doit également visiter le Pole France Voile, basé à La Rochelle. Elle remettra la médaille de bronze de la Jeunesse, des Sports et de l’Engagement associatif à M.Ancel, proviseur du Lycée Dautet, avant de visiter le bateau du cercle handi rochelais.

  • 24/05/18 | Regardez voler les fusées à Biscarrosse

    Lire

    Du 24 au 27 mai à Biscarrosse, 40 équipes s'affrontent au sein du Rocketry Challenge, le concours amateur international de fusées. Les jeunes collégiens et lycéens ont pour objectif de construire une fusée qui doit voler jusqu’à une certaine altitude sur un temps défini avec à son bord un œuf cru devant revenir au sol intact! Cette année, l’événement sera pour la première fois ouvert gratuitement au grand public le samedi 26 mai de 14h à 18h au Centre Culturel et Sportif de l’Arcanson. A voir!

  • 24/05/18 | Bordeaux: un projet de territoire numérique intelligent

    Lire

    Bordeaux Métropole vient de confier à SPIE ICS, filiale de services numériques du groupe SPIE, la conception, la fourniture et la maintenance d'un système de télégestion d'équipements connectés dans le quartier du stade Matmut Atlantique. Objectif de ce projet pilote de territoire numérique intelligent : « réduire les consommations énergétiques et collecter des informations sur les équipements publics afin d'optimiser les services proposés aux usagers ». Exemple : évaluer le taux de remplissage des containers permettra de rationaliser les tournées de relève et ainsi diminuer la pollution et le trafic.

  • 24/05/18 | Les huîtres du Bassin d'Arcachon toujours bloquées

    Lire

    Nouveau coup dur pour les huîtres du Bassin d'Arcachon : l'interdiction provisoire de la pêche et de la consommation de tous les coquillages prononcée vendredi par la préfecture de la Gironde n'a pas été levée, même après de nouvelles analyses effectuées par IFREMER ce lundi. En cause : la présence, toujours à un seuil supérieur à la norme, d'une micro-algue (dinophysis) pouvant potentiellement provoquer des troubles gastriques. Pour que l'interdiction soit levée, les ostréïculteurs du Bassin doivent attendre deux tests négatifs avant de reprendre la commercialisation, sauf en cas de stockage avant l'interdiction.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Les petites merveilles d'Aqui ! Colchiques et brebis, retour en vallées d’Aspe et Ossau

12/11/2016 | C'est à un beau voyage dans nos vallées pyrénéennes que nous convie Alice, une vraie petite merveille

Colchiques et brebis, retour en vallées d’Aspe et Ossau

« Ça te dit d’aller à la fête du fromage ? » Garçons absents, belle journée ensoleillée en prévision… Hop c’est parti ! Thon à la catalane, reste de poulet, compote et petites graines (pistaches, noisettes et autres canneberges). Le pique-nique est déjà dans le sac. Coup d’œil sur le portable. C’est à Etsaut. La chienne est dans le coffre. Ses yeux frétillent de joie. Dans mon petit bolide rouge, pas chic mais pratique, l’ambiance est gaie, légère. La route s’annonce magnifique. Même en fin de matinée, la lumière de septembre est vaporeuse. Entre deux bavardages, on répète l’entretien programmé par skype d’Aurore. « Bon, c’est pas mal du tout. Allez répète. Ça doit tenir en 2 minutes maxi ». Pas simple de se concentrer. Sur les côtés, les bosquets aux essences variées, attirent nos regards. Les pins et champs de maïs sont maintenant dernière nous. Longeant la vallée des gaves, nous approchons Oloron. Tout le monde est en montagne.

Un dimanche ensoleillé à Oloron, c’est calme. « Non, mais tu sens ce que je sens ? » Une odeur fine et intense de chocolat s’engouffre dans nos narines. Envoûtante, elle nous accompagne à travers la ville. Habitées par cette senteur exquise, nous nous engageons sur la route qui mène en vallée d’Aspe. Chaque nom de village qui défile me rappelle des souvenirs de cette, si belle, vallée. Inconsciemment, et comme portée par eux, je quitte la route principale pour entrer dans le village d’Accous. Alors, telles un feu d’artifice, les couleurs vives de la carte de géologie tourbillonnent devant mes yeux. « Mais oui, ça y est, c’est bien là ! Tu vois cette petite montagne, comme un pain de sucre, c’est le Poey. Et, si ma mémoire est bonne, il est composé d’une roche remarquable : de l’Ophite dont on se sert pour les ballastes des voies de chemin de fer ». Tout se bouscule. Est-ce bien là ? Est-ce là aussi qu’a lieu, chaque année, la Course de la fête des patates ? Sculpté dans la fougère, une sorte d’écusson, décore le pied du Poey. Sans vraiment comprendre, je laisse la voiture avancer, s’engouffrer dans les petites rues sinueuses qui séparent les vieilles maisons aux toits d’ardoise. « Et !? on va finir coincées ! » Aurore me sort de l’hypnose étrange qui s’emparait de moi. OK on se gare là. La maison de la grand-mère de Chantal et Patrick, c’est cela que ma mémoire cherchait. Est-ce elle ? Peut-être. Derrière un de ces murs de pierre, il y a bien longtemps maintenant, j’avais rencontré une femme remarquable. De son visage buriné par les difficiles conditions de montagne émanait une douceur, un regard… Bruits de vaisselle, petit chemin d’herbe… nous suivons un sentier. Par terre, des noix. Comme des gosses on se jette dessus. Les poches du sac à dos se remplissent. Et, à peine un peu plus loin, perçant l’ombre légère qui protège le chemin, des colchiques par dizaines jonchent le sol. Chanson de mon enfance. C’est la fin de l’été. « Tiens je croyais que tu t’en souvenais ». En fait, ça ne dit rien à Aurore. Comme si c’était la première fois qu’elle voyait ces fleurs fragiles et gracieuses. Dernière touche violette offerte au sol, petit à petit recouvert de la rousseur des feuillages d’automne. Le sentier s’ouvre. Nous sommes à flanc de montagne, sur le chemin qui fait le tour complet du Poey. Un banc de bois n’attend que nous. Non loin, ça et là, des panneaux de bois expliquent la faune et la flore des alentours. Le paysage grandiose et calme de la vallée nous aspire. Machinalement nous avalons notre casse-croute, sans lâcher du regard ce magnifique tableau. La chienne se régale. Elle court, saute les fougères. Va et revient. Au loin des cloches tintinnabulent. Un nuage de brebis monte et descend le flan de la montagne d’en face. Allez, il faut repartir, la fête du fromage n’attend pas. D’ailleurs on y est presque.

Un jour, Canfranc?...

La vallée, lumineuse, est bien paisible… pour un jour de fête. Nous entrons dans le bourg… le traversons… et rien !  La fête du fromage d’Etsaut se tient chaque année en juillet. Merci Internet. Oh c’est pas vrai ! J’avais pourtant lu dans le journal… Aurore pouffe de rire. Bon, que dit le GPS ? D’ici à Laruns, il y en a pour 1 heure et quart de route. On essaye ? En passant par le col, on devrait gagner un peu de temps. Ce serait dommage d’arriver à la fin, non ? Oh, et là, il faudra absolument revenir, le fort du Portalet vaut vraiment le détour. Construit dans les pans de la montagne, il est, pour moi, chargé d’histoire et de mystères. Tout comme cette voie de chemin de fer qui relie Oloron à Bedous… Depuis cet été, le passé de la ligne Oloron – Canfranc remonte à la surface. J’essaye d’expliquer à Aurore l’histoire du tunnel en escargot creusé dans la montagne, le train de marchandises qui déraille ; Et de toute une vallée qui s’en souvient, longtemps, longtemps après. Et même quand, petit à petit, elle ne fut plus visitée que par les randonneurs amoureux de ses sommets. Aujourd’hui, la route est à nouveau empruntée et le train s’est offert un beau lifting, avant, un jour peut-être, de retrouver le chemin mythique de la Gare Internationale de Canfranc.

« C’était pas là la route du col ? » Heu oui… Pas grave on va passer par en bas. Décidément cette journée improvisée nous réserve bien des surprises. Traversée de la forêt du Bager d’Oloron. Chênes pédonculés, Hêtres et grands Sapins. De temps à autre, au détour d’un virage, des panneaux interpellent. Pas de carrière ici. Serait-il possible que ces bois soient transformés en carrière d’exploitation ? Les voitures sur les côtés se font plus nombreuses. Ça sent le champignon ! Les sous-bois sont comme dans les contes, tapissés de fleurs et de petits arbustes de toutes sortes. Immenses, les arbres, souvent présentés comme les essences nobles, me rappellent les forêts Californiennes. Majestueux, ils se dressent vers la lumière en protégeant de leur ombre les petits houx. Oups regarder la route, ça tourne ici. Déjà, nous retrouvons la vallée d’Ossau, nous sommes bientôt arrivées. Sortant du parking, nous croisons de nombreux visages radieux. Les poches semblent remplies de victuailles. C’est bien ici ! Mais n’est-il pas trop tard ?

La Foire au fromage à Laruns

Paille blonde et bien sèche sur les pavés, la rue principale du village nous accueille. Dès l’entrée, sur la droite, un couple explique aux passants l’estive, la traite et l’affinage du fromage. Petite rue étroite, tous les 5 mètres, un étal. Des montagnes de Pastis nous tendent les bras. Plus loin des crêpes made in Béarn, tentent de concurrencer le fameux gâteau à la broche qui tourne, inlassablement, devant le regard fasciné des enfants. Plus loin, un bar, tout grand ouvert sur la rue, sert habitués et passants. Cuirs et laines apportent la touche artisanale de ce grand marché. La place, recouverte de parasols de toutes les couleurs, a un air de fête de village. Partout des bodegas, des personnes en tenue traditionnelle, des chants qui s’élèvent…S’ils n’étaient en béarnais, on se croirait à Bayonne, Saint Pé ou Ixtassou… Peu importe. En fait, le fromage n’est qu’un prétexte pour se retrouver. Ici, accoudés au comptoir on discute, on rit, on s’agglutine aux groupes de chanteurs. « Heu, c’est combien le kg, s’il vous plait ? » Rieur, de ce sourire espiègle qui fait briller les yeux des béarnais, l’éleveur me répond. Je regarde à côté. Et celui-là ? « Ah là, c’est pas moi, c’est mon voisin. Mais c’est le même prix ! » Tous les producteurs de fromage jouent le jeu. Un prix unique pour la fête du Fromage. Ce qui les distingue ? Il faut les goûter, un à un. Se laisser guider par les prix fièrement exposés. Ou encore se laisser emporter par le charme des costumes de berger, des histoires d’estives et des mots gourmands. Là c’est plus printanier. Celui-ci est légèrement fruité. Celui-là, a le caractère bien trempé. On en salive !

Le soleil commence à se cacher derrière les montagnes. La chienne, intimidée par tant de monde, est soulagée de nous voir retourner dans la ruelle qui se vide progressivement. Allez, on craque. Un Pastis s’il vous plait. « Choisissez celui qui vous plait ». Comme d’autres avant nous, nous regagnons le parking… où d’autres noix viennent de tomber juste à côté de la voiture. Elles seront délicieuses avec le fromage de brebis.

Il faudra revenir, n’est-ce pas ?! Derrière nous, les montagnes se cachent, doucement, derrière leur ombre dessinée par le soleil couchant.

Alice
Par Alice

Crédit Photo : Alice

Partager sur Facebook
Vu par vous
5371
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 11 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !