Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

16/10/18 : Des opposants au projet du contournement de Beynac ont bloqué ce mardi à Vézac, les véhicules qui participaient à une visite de presse du chantier organisée par le Département. Sur décision de la préfecture, les gendarmes ont délogé les manifestants.

16/10/18 : Christelle Dubos, secrétaire de la commission des affaires économiques de l'Assemblée Nationale et députée girondine, a été nommée ce mardi secrétaire d'Etat auprès de la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn.

16/10/18 : Remaniement - Christophe Castaner : ministre de l'Intérieur ; Marc Fesneau (MoDem) : secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement ; Franck Riester (Ex-LR) : ministre de la Culture ; Didier Guillaume (ex-PS) : ministre de l'Agriculture

16/10/18 : Remaniement suite - Jacqueline Gourault (MoDem) : ministre de la Cohésion des Territoires et des Collectivités Locales ; Marlène Schiappa : secrétaire d'Etat à l'Egalité Femmes-Hommes et à la lutte contre les discrimination

16/10/18 : Le 17 octobre à 11h15, un coaching des demandeurs d'emploi est organisé à la Chambre des Métiers et de l'Artisanat de Poitiers en vue de les accompagner avant le Forum emploi qui aura lieu le lendemain.

16/10/18 : Le Conseil municipal de Biarritz a voté par 20 voix pour, face à 15 contre, le projet de gestion du Palais proposé par le maire Michel Veunac à l'issue d'une réunion très tendue. Une conseillère municipale, Virginie Lannevère a démissionné

15/10/18 : A l'occasion de ses 25 ans, l’Université de La Rochelle propose une exposition sur l'histoire de l’établissement, « Histoire d’avenirs, chronique d’une université en mouvement », exposée du 16 octobre au 30 décembre au Cloître des Dames Blanches.

15/10/18 : Charente-Maritime : Pole emploi et le Département 17 organisent un forum des emplois saisonniers hivernaux, le 16 octobre DE 9h à 16h30 à la Maison de la Charente-Maritime, 85 boulevard de la République à La Rochelle. Entrée libre.

15/10/18 : Yves Foulon, maire d'Arcachon, a été élu ce week-end en tant que nouveau président du parti LR en Gironde. Il succède à Alain Juppé dans un scrutin dans lequel il était le seul candidat avec 100% des voix et 55,73% de participation.

15/10/18 : Dans le cadre du cycle de ses conférences-débats #europedémocratique2019, la Maison de l'Europe Bordeaux Aquitaine reçoit le 19/10 à 19h, Pascal Durand, eurodéputé Ecologiste sur le thème “L’Europe face au glyphosate: un signal d’alerte?”

11/10/18 : Ligne Ter Bordeaux-Agen : comité de ligne, lundi 15 octobre à 17h45, salle F. Mauriac, à Langon. Cette réunion est ouverte aux usagers et vise à échanger sur l'actualité de la ligne notamment sur les horaires prévus à partir du 9 décembre 2018.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 18/10/18 | Floirac : budgets participatifs n°2

    Lire

    A Floirac dans le cadre de la 2ème édition des budgets participatif, 160 000 € ont été réservés par le conseil municipal pour financer ces actions proposé par les habitants, dont 60 000 € pour des projets visant à améliorer le cadre de vie en milieu scolaire. 45 projets ont été déposés: 35 pour la ville, 10 pour les écoles. Le vote est désormais ouverts aux habitants jusqu'au 29 octobre, pour l'élection de 4 projets de ville et 3 projets d'écoles. Les 45 projets déposés sont présentés sur internet et à la M.270, où une urne est disposition pour le vote qui peut aussi se faire sur internet.

  • 18/10/18 | Une journée de travail autour des migrations

    Lire

    Samedi 20 octobre, de 9h30 à 17h le département DEFLE de l’Université Bordeaux 3 Montaigne à Talence accueille une journée de travail des Etats Généraux des migrations en Gironde portés localement par le collectif d'associations Collectif Réfugiés Solidarité 33. L'occasion à travers 6 ateliers de réfléchir et être force de proposition sur des thèmes liés à l'action, à la communication, et à la structuration du collectif, ainsi qu'aux conditions d’accueil des personnes migrantes en France, et particulièrement en Gironde. L’objectif est de préparer les actions que ce collectif militant veut organiser tout au long de l’année.

  • 18/10/18 | René Goscinny prend ses quartiers

    Lire

    Le Musée de la BD d’Angoulême accueille jusqu’au 2 janvier 2019 une exposition pour toute la famille « Goscinny et le cinéma, astérix, lucky luke et cie ». Cinéphile averti, Goscinny s’est nourri des classiques américains et européens avant que le cinéma ne s’empare de ses créations. Cette exposition met en lumière des centaines de documents dans une scénographie claire et ludique. Un parcours enfant permet aux plus jeunes de découvrir l’exposition tout en jouant et en se déguisant.

  • 17/10/18 | Les métiers de la propreté en lumière

    Lire

    Le 18 octobre aura lieu la 1ère journée nationale des métiers de la propreté afin de mettre en lumière ces métiers souvent oubliés. A Bordeaux, une animation dédiée au métier « Laveur de vitres » se déroulera de 10h à 12h entre la place de la Comédie et le cours Alsace-Lorraine avec entre autre une parade originale et décalée ou encore une boîte à CV place Saint-Projet à destination des demandeurs d'emploi. De 8h à 20h, la gare Saint-Jean accueillera une exposition éphémère #500000visages atour des jeunes en formation qui seront présents pour échanger avec le grand public.

  • 17/10/18 | La restauration du château de Commarque (24) récompensée

    Lire

    Le château de Commarque à Sireuil sur la commune des Eyzies -de- Tayac (24) vient de se voir décerner le grand trophée 2018 de la plus belle restauration d'un monument historique par le journal le Figaro. Doté de 30 000 euros, il a été remis au propriétaire Hubert de Commarque le 11 octobre à Paris. Ce prix récompense près d'un demi siècle de travaux menés par le propriétaire. Il accueille 45 000 visiteurs chaque année depuis son ouverture au public.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Les petites merveilles d'Aqui ! Colchiques et brebis, retour en vallées d’Aspe et Ossau

12/11/2016 | C'est à un beau voyage dans nos vallées pyrénéennes que nous convie Alice, une vraie petite merveille

Colchiques et brebis, retour en vallées d’Aspe et Ossau

« Ça te dit d’aller à la fête du fromage ? » Garçons absents, belle journée ensoleillée en prévision… Hop c’est parti ! Thon à la catalane, reste de poulet, compote et petites graines (pistaches, noisettes et autres canneberges). Le pique-nique est déjà dans le sac. Coup d’œil sur le portable. C’est à Etsaut. La chienne est dans le coffre. Ses yeux frétillent de joie. Dans mon petit bolide rouge, pas chic mais pratique, l’ambiance est gaie, légère. La route s’annonce magnifique. Même en fin de matinée, la lumière de septembre est vaporeuse. Entre deux bavardages, on répète l’entretien programmé par skype d’Aurore. « Bon, c’est pas mal du tout. Allez répète. Ça doit tenir en 2 minutes maxi ». Pas simple de se concentrer. Sur les côtés, les bosquets aux essences variées, attirent nos regards. Les pins et champs de maïs sont maintenant dernière nous. Longeant la vallée des gaves, nous approchons Oloron. Tout le monde est en montagne.

Un dimanche ensoleillé à Oloron, c’est calme. « Non, mais tu sens ce que je sens ? » Une odeur fine et intense de chocolat s’engouffre dans nos narines. Envoûtante, elle nous accompagne à travers la ville. Habitées par cette senteur exquise, nous nous engageons sur la route qui mène en vallée d’Aspe. Chaque nom de village qui défile me rappelle des souvenirs de cette, si belle, vallée. Inconsciemment, et comme portée par eux, je quitte la route principale pour entrer dans le village d’Accous. Alors, telles un feu d’artifice, les couleurs vives de la carte de géologie tourbillonnent devant mes yeux. « Mais oui, ça y est, c’est bien là ! Tu vois cette petite montagne, comme un pain de sucre, c’est le Poey. Et, si ma mémoire est bonne, il est composé d’une roche remarquable : de l’Ophite dont on se sert pour les ballastes des voies de chemin de fer ». Tout se bouscule. Est-ce bien là ? Est-ce là aussi qu’a lieu, chaque année, la Course de la fête des patates ? Sculpté dans la fougère, une sorte d’écusson, décore le pied du Poey. Sans vraiment comprendre, je laisse la voiture avancer, s’engouffrer dans les petites rues sinueuses qui séparent les vieilles maisons aux toits d’ardoise. « Et !? on va finir coincées ! » Aurore me sort de l’hypnose étrange qui s’emparait de moi. OK on se gare là. La maison de la grand-mère de Chantal et Patrick, c’est cela que ma mémoire cherchait. Est-ce elle ? Peut-être. Derrière un de ces murs de pierre, il y a bien longtemps maintenant, j’avais rencontré une femme remarquable. De son visage buriné par les difficiles conditions de montagne émanait une douceur, un regard… Bruits de vaisselle, petit chemin d’herbe… nous suivons un sentier. Par terre, des noix. Comme des gosses on se jette dessus. Les poches du sac à dos se remplissent. Et, à peine un peu plus loin, perçant l’ombre légère qui protège le chemin, des colchiques par dizaines jonchent le sol. Chanson de mon enfance. C’est la fin de l’été. « Tiens je croyais que tu t’en souvenais ». En fait, ça ne dit rien à Aurore. Comme si c’était la première fois qu’elle voyait ces fleurs fragiles et gracieuses. Dernière touche violette offerte au sol, petit à petit recouvert de la rousseur des feuillages d’automne. Le sentier s’ouvre. Nous sommes à flanc de montagne, sur le chemin qui fait le tour complet du Poey. Un banc de bois n’attend que nous. Non loin, ça et là, des panneaux de bois expliquent la faune et la flore des alentours. Le paysage grandiose et calme de la vallée nous aspire. Machinalement nous avalons notre casse-croute, sans lâcher du regard ce magnifique tableau. La chienne se régale. Elle court, saute les fougères. Va et revient. Au loin des cloches tintinnabulent. Un nuage de brebis monte et descend le flan de la montagne d’en face. Allez, il faut repartir, la fête du fromage n’attend pas. D’ailleurs on y est presque.

Un jour, Canfranc?...

La vallée, lumineuse, est bien paisible… pour un jour de fête. Nous entrons dans le bourg… le traversons… et rien !  La fête du fromage d’Etsaut se tient chaque année en juillet. Merci Internet. Oh c’est pas vrai ! J’avais pourtant lu dans le journal… Aurore pouffe de rire. Bon, que dit le GPS ? D’ici à Laruns, il y en a pour 1 heure et quart de route. On essaye ? En passant par le col, on devrait gagner un peu de temps. Ce serait dommage d’arriver à la fin, non ? Oh, et là, il faudra absolument revenir, le fort du Portalet vaut vraiment le détour. Construit dans les pans de la montagne, il est, pour moi, chargé d’histoire et de mystères. Tout comme cette voie de chemin de fer qui relie Oloron à Bedous… Depuis cet été, le passé de la ligne Oloron – Canfranc remonte à la surface. J’essaye d’expliquer à Aurore l’histoire du tunnel en escargot creusé dans la montagne, le train de marchandises qui déraille ; Et de toute une vallée qui s’en souvient, longtemps, longtemps après. Et même quand, petit à petit, elle ne fut plus visitée que par les randonneurs amoureux de ses sommets. Aujourd’hui, la route est à nouveau empruntée et le train s’est offert un beau lifting, avant, un jour peut-être, de retrouver le chemin mythique de la Gare Internationale de Canfranc.

« C’était pas là la route du col ? » Heu oui… Pas grave on va passer par en bas. Décidément cette journée improvisée nous réserve bien des surprises. Traversée de la forêt du Bager d’Oloron. Chênes pédonculés, Hêtres et grands Sapins. De temps à autre, au détour d’un virage, des panneaux interpellent. Pas de carrière ici. Serait-il possible que ces bois soient transformés en carrière d’exploitation ? Les voitures sur les côtés se font plus nombreuses. Ça sent le champignon ! Les sous-bois sont comme dans les contes, tapissés de fleurs et de petits arbustes de toutes sortes. Immenses, les arbres, souvent présentés comme les essences nobles, me rappellent les forêts Californiennes. Majestueux, ils se dressent vers la lumière en protégeant de leur ombre les petits houx. Oups regarder la route, ça tourne ici. Déjà, nous retrouvons la vallée d’Ossau, nous sommes bientôt arrivées. Sortant du parking, nous croisons de nombreux visages radieux. Les poches semblent remplies de victuailles. C’est bien ici ! Mais n’est-il pas trop tard ?

La Foire au fromage à Laruns

Paille blonde et bien sèche sur les pavés, la rue principale du village nous accueille. Dès l’entrée, sur la droite, un couple explique aux passants l’estive, la traite et l’affinage du fromage. Petite rue étroite, tous les 5 mètres, un étal. Des montagnes de Pastis nous tendent les bras. Plus loin des crêpes made in Béarn, tentent de concurrencer le fameux gâteau à la broche qui tourne, inlassablement, devant le regard fasciné des enfants. Plus loin, un bar, tout grand ouvert sur la rue, sert habitués et passants. Cuirs et laines apportent la touche artisanale de ce grand marché. La place, recouverte de parasols de toutes les couleurs, a un air de fête de village. Partout des bodegas, des personnes en tenue traditionnelle, des chants qui s’élèvent…S’ils n’étaient en béarnais, on se croirait à Bayonne, Saint Pé ou Ixtassou… Peu importe. En fait, le fromage n’est qu’un prétexte pour se retrouver. Ici, accoudés au comptoir on discute, on rit, on s’agglutine aux groupes de chanteurs. « Heu, c’est combien le kg, s’il vous plait ? » Rieur, de ce sourire espiègle qui fait briller les yeux des béarnais, l’éleveur me répond. Je regarde à côté. Et celui-là ? « Ah là, c’est pas moi, c’est mon voisin. Mais c’est le même prix ! » Tous les producteurs de fromage jouent le jeu. Un prix unique pour la fête du Fromage. Ce qui les distingue ? Il faut les goûter, un à un. Se laisser guider par les prix fièrement exposés. Ou encore se laisser emporter par le charme des costumes de berger, des histoires d’estives et des mots gourmands. Là c’est plus printanier. Celui-ci est légèrement fruité. Celui-là, a le caractère bien trempé. On en salive !

Le soleil commence à se cacher derrière les montagnes. La chienne, intimidée par tant de monde, est soulagée de nous voir retourner dans la ruelle qui se vide progressivement. Allez, on craque. Un Pastis s’il vous plait. « Choisissez celui qui vous plait ». Comme d’autres avant nous, nous regagnons le parking… où d’autres noix viennent de tomber juste à côté de la voiture. Elles seront délicieuses avec le fromage de brebis.

Il faudra revenir, n’est-ce pas ?! Derrière nous, les montagnes se cachent, doucement, derrière leur ombre dessinée par le soleil couchant.

Alice
Par Alice

Crédit Photo : Alice

Partager sur Facebook
Vu par vous
5483
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 20 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !