18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Les politiques auront-ils le courage d'engager une vraie réforme du droit d'asile

22/10/2013 | L'affaire Leonarda a mis en exergue les dysfonctionnements du système. Une réforme du droit d'asile en France est en cours.

Le droit d'asile, un dossier sensible en France

L'affaire Leonarda a révélé au grand jour les failles de tout un système. Aujourd'hui, la réforme du droit d'asile apparaît comme une évidence. D'ailleurs, une mission d'information parlementaire a été confiée à la sénatrice UDI Valérie Létard et au député socialiste du Rhône Jean-Louis Touraine le 15 juillet. Elle devrait s'achever le 31 octobre. Quelle est la situation sur le terrain à Bordeaux, par exemple ? Eclairage avec le docteur Christophe Adam, responsable de Médecins du Monde à Bordeaux.

"Comme partout ailleurs en France, les demandeurs d'asile n'ont pas de place en Cada (Centre d’accueil des demandeurs d’asile) et se retrouvent en CHRS (Centre d'hébergement d'urgence), où ils n'ont rien à faire", regrette Christophe Adam, responsable de Médecins du Monde à Bordeaux. Dans les CHRS, près de 70% des places sont prises par des demandeurs d'asile. Ce qui n'empêche pas certaines familles de demandeurs d'asile de se retrouver dans la rue... Les situations sont parfois d'une grande complexité, avec des enfants nés en France, mais de parents de différentes nationalités et dans une grande instabilité. "Notre système du droit d'asile crée des impasses. On ne leur donne pas le droit de travailler et on leur demande de bien s'insérer. On leur donne juste une allocation de 400 euros. Il faudrait faire l'inverse", suggère-t-il. "Dans un contexte de fort chômage dans le pays, il faut avoir le courage politique de le dire", poursuit le docteur Christophe Adam. En outre, "'n'oublions pas que la plupart de ceux qui demandent le droit d'asile sont des personnes à forte personnalité, courageuses, qui quittent des pays en guerre", rappelle-t-il.

Comment réformer le droit d'asile ?Une réforme de l’asile est en préparation au ministère de l’intérieur. Cette dernière, dont le calendrier n’a pas encore été précisé, aura notamment pour mission de réduire les délais. Certains éléménts font consensus entre les associations et les politiques, comme le fait d’assumer l’expulsion de personnes légalement déboutées, à condition que ces procédures respectent la Convention européenne des droits de l’homme et la Convention internationale des droits de l’enfant. Deuxième objectif commun : mieux répartir les demandeurs sur le territoire, alors que ceux-ci sont concentrés dans les grandes métropoles. Cela pourrait se traduire par la création d’un système national d’orientation qui dirige les personnes sans point de chute, là où il y a de la place pour elles, et où davantage de ressources administratives seront à disposition pour leur apporter une réponse. En outre, les associations demandent aux autorités de réaffirmer le modèle du centre d’accueil des demandeurs d’asile qui, contrairement aux 23 000 places d’hôtel ouvertes ces dernières années, propose sans surcoût un accompagnement des personnes. Autre souhait, que " l’allocation temporaire d’attente", soit les 11 euros par jour proposés uniquement aux personnes hébergées en Cada, puisse également profiter aux demandeurs qui souhaitent s’installer chez des proches ou chez des amis.

Nicolas César
Par Nicolas César

Crédit Photo : Alifs

Partager sur Facebook
Vu par vous
918
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !