18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Pyrénées-Atlantiques: les Restos du Cœur bousculés par la crise

25/11/2014 | La campagne 2014-2015 vient de débuter. Mais, avec la crise, les difficultés s’accumulent dans les centres

Le déchargement de la "ramasse", les aliments collectés chez les producteurs et les distributeurs

L'hiver dernier, 302 500 repas ont été distribués par les Restos du Cœur, qui dénombrent plus de 4 000 inscrits dans les Pyrénées-Atlantiques. Malgré la crise, l'association tient bon. Mais pour combien de temps encore ? La 30e campagne vient d’être lancée dans toute la France. Elle durera 16 semaines. En Béarn et au Pays basque 400 bénévoles tiennent des permanences hebdomadaires pour assurer la distribution. Ils ont déjà constaté une augmentation sensible du nombre de bénéficiaires : de l’ordre de 30%, comme l’été dernier. Alors que les seuils d'inscription pour cette période sont relevés.

Lundi, au centre de Bourbaki à Pau, François Bayrou a tenu à afficher le soutien de la Ville à l’œuvre des Restos : "Vous êtes là pour répondre à un besoin de solidarité que personne d’autres ne peut apporter. Vous proposez des solutions que l’on ne trouve nulle part ailleurs » a-t-il confié aux bénévoles. Avant  d’annoncer que la municipalité remplacera le camion d’approvisionnement volé et incendié cet été, et qu’elle effectuera de travaux dans les locaux de l’ancienne gendarmerie, fournis gratuitement à l’association.

Le geste a été salué. Car la saison s’annonce rude : les dons de particuliers stagnent tandis que l’aide du Fonds européen d’aide aux plus démunis (FEAD) versée aux Restaurants du Cœur, renégociée en janvier dernier, a baissé de 11%.

Collecte d’aliments : les limites de « la ramasse »Comme toutes les autres, l’antenne départementale des Restos doit gérer son propre budget. L’apport en denrées non périssables par l’association nationale représente les trois quarts de ses ressources alimentaires. Pour le reste, mais aussi pour faire face aux dépenses logistiques et de fonctionnement, il faut se débrouiller.

Des partenariats sont  conclus avec des distributeurs ou des producteurs locaux. Les bénévoles appellent cela la "ramasse". Il s’agit de collecter les denrées dont la date limite de mise en vente arrive à très court terme, mais qui ne sont en aucun cas périmées. Charcuterie, viandes, yaourts, fromage mais aussi légumes, fruits, pain etc. sont remis dans le circuit de distribution des Restos du coeur le jour même. Problème : les magasins pratiquent de plus en plus de promotions sur ce type de produits. Et le tonnage diminue. 

Pour vivre, l’association s'appuie donc sur de multiples initiatives: dons des particuliers,  manifestations culturelles ou sportives organisées au profit des Restos, demandes de subventions,  aides accordées par des entreprises locales, collecte annuelle du mois de mars.

Les mille et une galères du quotidienCe réseau d’entraide est d’autant plus nécessaire que le stockage  et l’expédition des denrées assurée depuis le dépôt palois vers les onze centres de distribution des Pyrénées-Atlantiques représentent 75 000 euros chaque année. Sans parler des mille et un tracas du quotidien, tels la vétusté ou l’exiguïté des lieux d’accueil.

Mauléon éprouve des difficultés à organiser le planning de ses collectes en raison d’un partage de salles avec d’autres associations. 70% des bénéficiaires du centre d’Anglet proviennent de Bayonne, qui ne possède toujours pas ses propres locaux. Résultat : les jours de distribution, la file d’attente se poursuit  jusque dans la rue, et elle pose des problèmes de sécurité. Les bénévoles ne sont pas assez nombreux  à Orthez et Salies-de-Béarn. Quant à la quasi-totalité des centres (hormis ceux d’Anglet et de Pau), ils sont dépourvus d’équipements informatiques. Ce qui complique la gestion des stocks.

Un volet social important"Un repas ne suffit pas, à favoriser la réinsertion socio-professionnelle des personnes accueillies", ajoute le président départemental, Jacques Soulade. Des actions spécifiques, qui elles aussi demandent des moyens, ont donc été mises en place. Elles vont du micro-crédit à l’accompagnement pour l’accès aux soins,  de l’atelier coiffure au relais bébé, des lieux d’écoute au jardin solidaire. Et l’on en passe. Car les besoins sont immenses.

En savoir plus : www.restosducoeur64.org.

Un don peut également être fait en envoyant un chèque à l’ordre de Restaurants du Cœur, à Association départementale des Restos du Cœur, zone Indusnor, rue Jean Zay, 64000 Pau. Un reçu fiscal vous sera adressé (déduction fiscale de 75% du montant du don en numéraire si celui-ci ne dépasse pas 521 euros). L’association est également à la recherche de matériel informatique ou électroménager, de produits d’hygiène ou pour bébés, de jouets, de vêtements en bon état.

Jean-Jacques Nicomette
Par Jean-Jacques Nicomette

Crédit Photo : Aqui

Partager sur Facebook
Vu par vous
1579
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !