aqui.fr lance Aqui-Bordeaux-Métropole le 9 novembre 2015

27/07/16 : Le vendredi 29 juillet, journée de jeûne et de prière, demandée par Mgr Pontier, président de la conférence des évêques de France, à la Cathédrale Saint-Caprais d'Agen, à 18h se déroulera une célébration Eucharistique pour la Paix

26/07/16 : Suite à l'odieux attentat de Saint-Etienne-du-Rouvray, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve a annulé une visite qu'il devait effectuer pour se faire présenter tout le dispositif de sécurité des Fêtes de Bayonne qui débutent ce mercredi.

20/07/16 : Fierté pour le Comité régional Olympique et Sportif d'Aquitaine: 31 sportifs licenciés et 19 sportifs originaires de la Nouvelle-Aquitaine représenteront la France aux Jeux Olympiques (5-21 août) et Paralympiques (7-18 septembre) de Rio au Brésil!

19/07/16 : Le jury de la 23ème édition du Concours National de la Création d'Entreprises Agroalimentaires organisé depuis 1994 par Agropole se réunira le lundi 26 septembre prochain dans les salons du Sénat à Paris pour désigner ses lauréats.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 27/07/16 | A Cambo, les sapeurs-pompiers en délicatesse avec leur chef

    Lire

    Insolite: les sapeurs-pompiers de la station thermale de Cambo-les-Bains, au Pays basque, se sont mis en grève pour protester contre leur chef de centre qui ferait preuve de "manque de respect à leur égard". Soulignant que certains de leurs collègues étaient sous anti-dépresseurs. Après brève interruption, les sapeurs-pompiers ont décidé de reprendre leur mouvement. La direction départementale pour sa part, a entamé une enquête. L'incendie couverait-il sous les braises? Toujours est-il que le maire de la ville chère à Edmond Rostand, Laurent Bru, recevra les antagonistes ce jeudi.

  • 26/07/16 | Chômage : + 0,2% en juin en Nouvelle Aquitaine

    Lire

    Fin juin en Nouvelle Aquitaine il y avait 301 563 demandeurs d'emploi (catégorie A) tenus de rechercher un emploi et sans activité: + 0,2 % sur 3 mois (soit +731 personnes), + 0,2 % sur un mois et - 0,3 % sur un an. (France: - 0,2 % sur 3 mois + 0,2 % sur un mois et - 0,7 % sur un an. En Nouvelle Aquitaine, en juin, le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A augmente de 0,7 % pour les moins de 25 ans (+0,5 % sur un mois et –5,9 % sur un an), de 0,3 % pour ceux âgés de 25 à 49 ans (+0,1 % sur un mois et –0,5 % sur un an) et recule de 0,1 % pour ceux âgés de 50 ans ou plus ( +3,7 % sur un an).

  • 26/07/16 | Viticulture : la mort de Denis Dubourdieu

    Lire

    La viticulture bordelaise est en deuil. Denis Dubourdieu qui vient de mourir à 67 ans lui a beaucoup apporté en tant que vigneron lui-même mais aussi qu'oenologue de réputation mondiale. Alain Rousset auprès duquel il avait conçu l'ISSV lui rend hommage "Denis Dubourdieu a transformé les vins de Bordeaux en profondeur. On le surnommait d'ailleurs avec beaucoup d'admiration « le pape du vin blanc » dans le monde entier. La planète vin n'est aujourd'hui plus la même sans lui. Je repense avec émotion à la création de l'Institut des Sciences de la Vigne et du Vin (ISVV), dont il a rédigé le projet et dont il était le directeur.

  • 26/07/16 | Les (bons) chiffres du Big Festival 2016 de Biarritz

    Lire

    Le organisateurs du Big Festival ont livré leurs chiffres de l'édition 2016: 48 500 personnes ont défilé au BiG Village de la Côte des Basque durant 9 jours, 48 concerts ont été donnés sur 3 sites différents. 22 000 personnes étaient présentes au Stade Aguilera sur les deux soirs du BiG Live, 4 000 entrées ont été enregistrées chaque soir à la BiG boîte d'Iraty. Enfin, 280 bénévoles ont prêté main forte pendant toute la durée du festival qui, toujours selon le comité d'organisation a attiré plus de 90 000 festivaliers sur les 9 jours. En somme les chiffres qu'ils espéraient.

  • 26/07/16 | Le Feu d'artifice du 15 août à Biarritz maintenu

    Lire

    La lettre envoyée par un conseiller municipal de Biarritz, Frédéric Domège n'a fait que lever le feu qui couvait sous les cendres et auquel chacun pensait. "Etait-il prudent de maintenir le Feu d'artifice du 15 aoüt, apothéose de la saison en raison de l'état d'urgence et des événements dramatiques de Nice. Le maire de Biarritz, Michel Veunac a apporté sa réponse sans appel:" « Le feu d’artifice du 15 août aura lieu dans des conditions de sécurité définies en collaboration étroite et permanente avec les services de l’Etat.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Elections régionales 2015 Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Les sages-femmes de la maternité du CHU Bordeaux en grève pour obtenir des renforts

05/02/2009 |

Un nouveau né

Cela fait désormais quatre semaines qu'une partie des sages-femmes de la maternité de Bordeaux portent quotidiennement sur leurs blouses un bandeau "en grève". Elles dénoncent des conditions de travail déplorables et un sous-effectif chronique. Le malaise semble profond et pour l'heure, aucun accord n'a pu être trouvé entre la direction de l'hôpital et l'intersyndicale.

« On est à bout aussi bien physiquement que moralement. Parfois, nous travaillons 7h30 sans même avoir le temps de faire une pause pour manger », soupire Marie, 30 ans, sage-femme à la maternité du CHU (Centre hospitalier universitaire) de Bordeaux. Depuis le 12 janvier, une partie du personnel de cet établissement public - entre 25 à 50% selon les jours- est en grève. La continuité des soins est tout de même assurée, grâce à la réquisition du personnel. L'intersyndicale réclame « d'urgence » l'embauche de six sages-femmes ainsi que de huit aides-soignantes ou auxiliaires de puériculture pour travailler « correctement » dans cette maternité, la deuxième de France, qui a pratiqué 4 300 accouchements en 2008. « Les congés maternité et les arrêts maladie ne sont pas remplacés. Nous sommes sans cesse rappelés sur notre temps de repos. On ne même peut plus avoir de vie de famille », s'insurge Catherine Vion, délégué CFDT.

Une situation "dangereuse" pour les patientes ?
Mais, surtout au-delà du stress et de la fatigue, ces sages-femmes s'inquiètent de la qualité des soins qu'elles prodiguent. « Il y a des patientes qui viennent d'accoucher que nous n'avons plus le temps d'aller voir. On pare au plus urgent », déclare Marie, désespérée. Résultat, « les protocoles d'hygiène ne sont plus strictement appliqués, les appareils sont réglés moins souvent... Toutes les conditions sont réunies pour qu'il y ait un accident », souligne Catherine. Ici, le décès du petit Ilyès, 3 ans, le 24 décembre dernier, suite à une erreur de perfusion d'une infirmière à l'hôpital parisien de Saint Vincent de Paul, est dans toutes les têtes.

Un simple problème de réorganisation selon la direction
De son côté, Yves Vignau, directeur du groupe hospitalier Pellegrin (CHU de Bordeaux) avoue comprendre ce « malaise ». Il reconnaît que le vaste plan de rénovation de 42 millions d'euros de la maternité, lancé en 2001 et qui se terminera en 2011, a occasionné de nombreuses réorganisations, qui ont affecté le personnel. Ainsi, le service de néonatologie qui prenait en charge les bébés prématurés a transféré cette activité à la maternité en 2004. « Sans création de postes », précise Catherine Vion. A cet égard, la direction rappelle qu'elle vient d'embaucher des sages femmes en intérim, une secrétaire médicale, deux agents en brancardage, un assistant social supplémentaire et deux agents des services hospitaliers (ASH).

Un audit commandé par la direction de l'hôpital
Selon le professeur Dominique Dallay, chef de la maternité et président de la Commission médicale d'établissement du CHU de Bordeaux, « le recrutement de sages-femmes n'est pas la réponse adaptée ». « Les effectifs à Bordeaux (99 sages-femmes et près de 120 auxiliaires de puériculture ou aides-soignantes, ndlr) sont même un peu au dessus de la moyenne nationale. Il s'agit avant tout d'un problème de réorganisation des services ». Mais, « cela suppose aussi une meilleure coopération entre des services aujourd'hui trop cloisonnés qui n'ont pas forcément l'habitude de travailler ensemble », souligne Yves Vignau.

Un audit pour dessiner la nouvelle organisation va être commandé par la direction dans les semaines à venir. En attendant, il faut gérer l'urgence. Dans huit mois, la maternité devra faire face à un nouveau défi. Le bloc opératoire va être fermé et « délocalisé » le temps des travaux. « Il devient indispensable de vite réussir à se mettre autour d'une table pour discuter », assène-t-il. Aujourd'hui, le Conseil de pôle se réunit pour faire le bilan de l'activité de la maternité en présence des cadres et des représentants salariés. La direction du CHU espère enfin y trouver un terrain d'entente et mettre fin à cette « longue » grève de quatre semaines.

Nicolas César

Partager sur Facebook
Vu par vous
500
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 13 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !