Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

02/04/21 : Autour de la Journée de sensibilisation à l’autisme le 2 avril des villes illuminent leurs monuments en bleu: un symbole pour rappeler la nécessité de simplifier et améliorer le quotidien des personnes autistes. A Bordeaux ce sera la porte de Bourgogne.

01/04/21 : Le 9 avril prochain, la cité scolaire Alcide Dusolier de Nontron deviendra la 1ère cité scolaire 100% bio de France.

31/03/21 : Régionales- Signe de l'alliance entre GénérationS et EELV, Benoit Hamon sera à Bordeaux le 1er avril en soutien à Nicolas Thierry, tête de liste EELV de « Nos terroirs, notre avenir ». Sa numéro 2 en Gironde est Anne-Laure Bedu candidate GénérationS

24/03/21 : Charente-Maritime : Véronique SCHAAF, sous-préfète de Villeneuve-sur-Lot, est nommée sous-préfète de Saintes. Elle devrait prendre ses fonctions le 19 avril 2021. Elle succède à Adeline BARD, arrivée dans l’arrondissement de Saintes en juillet 2018.

19/03/21 : La Banque alimentaire Béarn-Soule organise, samedi 20 mars 2021, une collecte alimentaire exceptionnelle, mobilisant près de 400 jeunes bénévoles, dans 14 magasins de Pau.

18/03/21 : Charentes : L'Union Générale des Viticulteurs pour l'AOC Cognac (UGVC) vient de se doter d'un nouveau directeur général, Xavier RAFFENNE. Il était précédemment directeur de la Maison des Vins de Gaillac.

16/03/21 : La Rochelle : le festival de fiction télé se déroulera du 14 au 19 septembre, annonce aujourd'hui les organisateurs dans un communiqué. Une journée de plus sera dédiée à la création. Les candidatures pour les œuvres sont ouvertes.

04/03/21 : La Ville de Bayonne a réuni les représentants des professionnels et les partenaires de la fameuse Foire au Jambon pour envisager la suite à donner à cet événement de la semaine pascale. Il prennent date pour cet événement entre les 7 et 10 octobre

02/03/21 : Le 90e Congrès des Départements de France qui devait se tenir à La Rochelle en novembre dernier, puis les 29 et 30 avril prochain, est de nouveau reporté, selon un communiqué du Département de Charente-Maritime du jour.

26/02/21 : Faute de salon de l'agriculture cette année, la confédération paysanne organise du 27 février au 7 mars des fermes ouvertes pour faire découvrir l'agriculture paysanne.Liste des agriculteurs sur www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=11079

24/02/21 : Charente-Maritime : selon un arrêté ministériel du 19/02 publié au Journal Officiel du 24/02, les communes reconnues en état de catastrophe naturelle en inondations et coulées de boue du 3 février 2021 au 9 février 2021 sont Crazannes et Le Mung.

23/02/21 : La ministre, Frédérique Vidal, en déplacement à Poitiers ce 23 février, a annoncé, devant une cinquantaine d'étudiants, la gratuité des protections périodiques dès la rentrée prochaine. 1 500 distributeurs devraient être installés sur les campus.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 09/04/21 | « De l’air ! » en Deux-Sèvres

    Lire

    L’association Ah ? qui propose des spectacles vivants et des évènements artistiques propose pour cette année 2021, 40 représentations dans 8 communes du département comme du théâtre de rue, de la poésie ou des dispersions graphiques. Les 22 compagnies programmées auront pour thématique « De l’air ! » en référence à l’épidémie de Covid-19 et traitera du besoin de liberté, de grands espaces, et de véritables retrouvailles. Festival espéré du 27 mai au 6 juin 2021...

  • 09/04/21 | Les « Marais d’Olives » à Parempuyre recherche un agriculteur

    Lire

    Bordeaux Métropole, propriétaire des « marais d’Olives » à Parempuyre, lance un Appel à Manifestation d’Intérêt pour recruter un agriculteur sur le site. Le site de 90 ha abrite une partie en prairie, un « marais pédagogique » et une partie non-valorisée comprenant des terrains agricoles et un bâtiment. Ce bail agricole environnemental sera d’une durée de 9 ans renouvelable. Les dossiers de candidature sont à transmettre avant le 30 juin 2021.

  • 09/04/21 | David Fortems, lauréat du prix Régine Desforges

    Lire

    Pour la 6ème année, le prix Régine Desforges, porté par la Ville de Limoges et les enfants de l’auteure, récompense un premier roman écrit par un auteur francophone. Cette année, le jury a décerné son prix à David Fortems, 24 ans, pour son roman « Louis veut partir ». Le lauréat a été récompensé par la Ville à hauteur de 3 000 €.

  • 09/04/21 | Plusieurs départs de feu de forêts en Charente-Maritime

    Lire

    Le sud du département de la Charente-Maritime a été touché par plusieurs feux de forêt le dimanche 4 avril (Montendre) et le jeudi 8 avril (Cercoux), qui ont nécessité le déploiement d’importants moyens de secours, ainsi que l’évacuation de plusieurs habitants à titre préventif. Face à cette situation, le préfet a demandé à la Gendarmerie nationale d’intensifier les patrouilles de surveillance afin de repérer et de procéder à l’interpellation de tout individu présentant un comportement suspect.

  • 08/04/21 | Ségur de la santé: 240 M€ pour la modernisation du CHU de Bordeaux

    Lire

    C'est Olivier Véran, ministre de la santé et des Solidarité qui en a fait l'annonce, le CHU de Bordeaux va bénéficier de 240 M€ dans le cadre du Ségur de la Santé. Cette enveloppe permettra de mener à bien le projet de "Nouveau CHU" porté par l'établissement lourd d'un investissement de 800 M€ sur 10 ans. Au total, une dizaine d’opérations va être menée sur les différents sites du CHU entre construction de nouveaux bâtiments (90 000 m²), et rénovation de l'existant. Les sites de Pellegrin et Saint-André notamment seront entièrement réhabilités, proposant aussi une réorganisations des services.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Les saisonniers du vignoble girondin à l'épreuve du dépistage covid

25/08/2020 | Ce mardi, au Château Bertinerie, à Cubnezais, 72 vendangeurs saisonniers ont effectué un test covid organisé par l'ARS. Ils sont les premiers d'une vaste campagne de dépistage.

château Bertinerie

Matériel attribué, masques en sortie de rang et... dépistage. Cette année, pour le vignoble bordelais comme pour tous les autres, les vendanges n'auront sans doute pas exactement le même visage que d'habitude. Pour permettre aux volontaires qui le souhaiteraient de "partir tranquilles", l'ARS prend en charge en Gironde une campagne de dépistage au sein des propriétés viticoles. Au Château Bertinerie, c'est ce mardi que l'opération s'est déroulée, deux jours avant le début des premières récoltes de blanc. C'est la première du genre dans le département, mais d'autres devraient suivre.

Ambiance dépistage ce matin au Château Bertinerie à Cubnezais, dans le vignoble bordelais. 72 saisonniers (plus le personnel habituel du domaine) se font dépister pour savoir s'ils sont ou non positifs au Covid19, deux jours avant le début des premières vendanges. Pas question de créer de clusters supplémentaires dans une profession qui accueille, à cette période cruciale de l'année, "environ 14 000 travailleurs de plus". Cette opération de dépistage, déjà menée en juin dans le Saint-Émilionnais par un prestataire extérieur, est pilotée par l'Agence Régionale de Santé, qui travaille en collaboration avec la préfecture de Gironde, la MSA, le CIVB (qui fournit une cartographie des volontaires pour des soucis d'organisations du dépistage) et la Chambre d'Agriculture de Gironde, qui relaie le tout directement aux professionnels du vin. 

Protocole et objectifs

Éric Bantegnies, co-gérant du domaine de 78 hectares en Blaye Côtes de Bordeaux, premier à inaugurer le dispositif avec l'intervention de la sécurité civile pour le dépistage (en raison du nombre élevé de saisonniers), a préféré rentrer dans le rang. "Il me paraissait important de passer au tamis du test l'ensemble de l'équipe avant le début des vendanges pour s'assurer qu'il n'y ait pas d'asymptomatiques au milieu des autres. Le but est double : assurer la sécurité de tous ceux qui ont souscrit pour venir faire les vendanges chez nous et s'assurer que l'on n'ait pas un risque d'arrêt des vendanges avec la mise en quarantaine de l'ensemble de l'équipe au bout d'une quinzaine de jours. Il y a aussi un risque juridique, je n'ai pas non plus envie que certains se retournent contre l'employeur. On n'est pas à l'abri de contaminations ultérieures puisqu'on a quelques personnels qui tournent, mais au moins on part sereins. De toute façon, il n'y a pas de plan B, donc on n'a pas le choix". 

Malgré la présence de cette campagne de dépistage, le protocole interne ne change pas. "Le port du masque se fera en bout de rang, avec l'autorisation de l'enlever une fois qu'on est à l'intérieur. Dès que l'équipe est regroupée, tout le monde est protégé", assure Éric Bantegnies. "On va essayer d'encourager les nouveaux entrants à faire les tests de leur côté. Le respect des protocoles à l'intérieur de l'entreprise va réduire les risques. Ici, personne n'a refusé le test. On a aussi des gens en attente de places, ces nouveaux entrants pourraient remplacer si jamais...". Pour l'instant (à dater de vendredi), 26 propriétaires se sont déclarés volontaires au dépistage, soit environ 800 saisonniers. Encore peu, même si la campagne démarre.

Cas par cas

Mais le directeur de l'antenne girondine de l'ARS, Olivier Serre, rassure. "Comme on a pu le faire sur les différents sites ou plages grand public, on a aussi fait le choix de cibler le dépistage sur certaines professions pour participer à la rupture de la chaîne de transmission du virus et préserver l'activité économique. On a informé toute la profession mercredi dernier, on leur a proposé de signaler au CIVB combien de salariés ils souhaitaient faire dépister et où ils exerçaient. Le CIVB nous a transmis une cartographie qui nous permet d'aller chercher l'équipe de prélèvement et le labo pour être dans une logique de proximité et de respect de l'organisation du château ou du prestataire. Il faut faire attention à ne pas emboliser les laboratoires et être capables de produire les résultats dans un délai maximal de 48 heures", poursuit ce dernier, qui avoue que l'ambition n'est pas de faire tester tous les saisonniers.

"Je ne suis pas certain qu'on ait la capacité à le faire aussi rapidement qu'on pourrait le souhaiter. Il y a aussi des réticences aussi bien du côté des saisonniers que de l'employeur. Le test inquiète autant par rapport à l'acte que ça peut représenter que par rapport à son impact sur le salarié, qui prend le risque d'être mis à l'arrêt ou même de voir son contrat interrogé. Ça n'a jamais été le cas, notamment sur l'expérience du Saint-Émilionnais, mais on travaille avec les Châteaux pour ne pas rompre l'activité économique au moment où ils en ont le plus besoin. La profession nous l'a dit, il n'est pas question que l'on dépiste pour que les vendanges ne se fassent pas. On répondra à chaque demande et on le fera au cas par cas". Regrouper plusieurs propriétés et mobiliser une salle à proximité pourrait aussi être envisagé, sans compter ceux qui ont incité leurs salariés à aller se faire dépister par leurs propres moyens dans un centre dédié.
Charge aussi, notamment à la MSA, de "dédramatiser les choses", comme l'affirme Daniel Abalea, directeur de la MSA Gironde. "Pour le Château Bertinerie, on doit aussi intervenir début septembre pour voir si tous les protocoles mis en place sont fonctionnels". Ce jeudi, le domaine part pour cinq semaines de vendanges. La récolte doit durer jusqu'au début du mois d'octobre. 

L'info en plus les châteaux souhaitant lancer une opération de dépistage pour leurs saisonniers doivent au préalable remplir un formulaire en ligne disponible ici.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Inno'action et agricultureCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
25065
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 13 + 10 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !