18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Une soirée "électrisante" aux Vibrations Urbaines de Pessac

28/10/2015 | Danse, compétitions de BMX et soirée électro, tel était le programme de la soirée de clôture de la dix-huitième édition des Vibrations Urbaines de Pessac

Les Vibrations inauguraient leur première soirée électro

Ce samedi 24 octobre, la salle Bellegrave de Pessac se remplit petit à petit, et le public se montre plus nombreux à partir de 21 heures. Ils sont venus participer à la toute première soirée électro proposée par les Vibrations Urbaines. Un pari que le festival a tenté de remplir pour fêter sa majorité (il s'agissait de la dix-huitième édition) en guise de baroud d'honneur. L'évènement fait partie des soirées Here I Come, traditionnellement organisées à la Rock School Barbey de Bordeaux. Nous nous y sommes rendus, curieux de voir le résultat. Ambiance.

Il est vingt heures ce samedi 24 octobre, et le parking de la salle Bellegrave de Pessac est déjà presque rempli. A côté des voitures, des tentes de fortunes sont dressées, et quelques "troupeaux" de jeunes sont assis dans l'herbe en attendant de rentrer dans la salle. Le site des Vibrations Urbaines, situé juste à côté, est déjà presque vide, seul un bâtiment reste éclairé alors que la nuit est tombée. Comme attirés par le bruit et les acclamations de la foule, on entre. Sur place, un "contest trick" de BMX : ca vole, ca se retourne, ça roule des mécaniques. Les pro et amateurs, enfants ou de plus de 15 ans tentent de réaliser la figure qui va impressionner tout le monde. Plus loin, un atelier sérigraphie et des artistes qui s'activent sur un live painting. C'est ça, aussi, les Vibrations Urbaines : la diversité de la culture street, dans le but de toucher le plus de monde possible. 

Ca se balance pas mal, à Pessac...

Début de soiréeA l'intérieur de la salle Bellegrave, on ne peut pas dire que c'est l'effervescence. Il est encore un peu tôt mais déjà, quelques curieux se pressent devant la scène. Si l'année dernière, Black M a fait le plein, cette année le pari est plus osé. : une soirée électro, lancée par "Here I Come", un label de soirées qui parcourt toute la France lancées par le label X-Ray Production, et qui s'est déjà arrêté plusieurs fois à la Rock School Barbey de Bordeaux. C'est la toute première fois qu'ils investissent la salle Bellegrave et organisent une programmation totalement électro. En tête d'affiche, on retrouve notamment les italiens de The Bloody Beetroots, Tha Trickaz (qui ont notamment collaboré avec Wax Tailor et Chinese Man), DJ Netik ou encore Twinztrack, duo rennais amoureux du beat à cheval entre l'électro et le hip-hop. Derrière le bar, par contre, c'est une vraie fourmilère : la soixantaine de bénévoles du label s'active pour que la nuit se déroule le mieux possible, d'autant que le marathon a commencé à 19h30 et se tient jusqu'à 4 heures du matin ! 

Nuit de folieTony Mourgues, booker pour la société de production X-ray organisatrice de la soirée, n'a pas une minute à lui. Il est à cheval entre l'organisation, l'accueil, la gestion... enfin, il a quand même eu le temps de nous en dire un peu plus sur ce pari un peu fou de remplacer Black M par de l'électro. "L'année dernière, les organisateurs du festival ont souhaité diversifier un peu plus les soirées. Nous avons donc eu l'idée de la musique électro puisque c'est dans la continuité de ce qu'écoute le public qui vient au festival. On est arrivés avec un concept de soirée ultra large de programmer des artistes pour une salle de 1300 personnes, alors qu'on en acceuille environ 700 lors des soirées Here I Come d'habitude. C'est évidemment un challenge, d'autant que c'est la première fois que le label investit cette salle. C'est un premier jet, nous n'avons pas pris les plus gros noms pour ne pas prendre trop de risque, mais il y a quand même des artistes internationaux", affirme le responsable. 

C'est qu'il faut contenter le public des Vibrations, déjà nombreux-environ 20 000 personnes en 2014- et ne pas trop les déboussoler de leurs habitudes. Tony, qui est impliqué dans les Vibrations depuis longtemps (il faisait déjà parti d'un groupe qui a joué lors des premières années sur scène), a l'air assez heureux d'être passé du visiteur lambda à l'organisateur de ces nouvelles soirées branchées. "C'est un évènement assez fou qu'on ne peut pas voir ailleurs. Toutes les maisons de quartier de la Métropole le connaissent, les "VU" jouent même sur l'initiation et l'apprentissage, des élèves viennent découvrir les spectacles, certains se produisent même en dehors des murs du festival. Je pense que c'est une volonté de vouloir montrer toutes les facettes de cette culture urbaine, de rajouter une notion de société à cet évènement culturel". 

Toute première foisPas le temps d'en dire beaucoup plus, le monde est en train d'affluer. Le devant de la scène est de plus en plus serré, les cocktails sont prêts, la nuit peut enfin commencer. Et quand on demande à Tony, au détour d'une question, s'il pense que cette première soirée va bien marcher, on est nous-même plutôt enthousiasmé par son optimisme. "Pour l'instant, le pari est bien parti. Notre objectif pour cet évènement, c'est évidemment de le faire perdurer". Après cette soirée chargée, le festival s'est terminé dimanche avec plusieurs manifestations, notamment une grande compétition de BMX. Les tables et les stands sont ensuite repartis se reposer, jusqu'à l'année prochaine. Et puis il a fallu faire le bilan. A la surprise générale (pas si surprenante, étant donné la baisse de fréquentation des évènements culturels au niveau national), l'édition 2015 fait un peu moins bien que la précédente : 18 000 festivaliers sur 10 jours, mais "20% de fréquentation supplémentaire pour les expositions street art, le battle de break et la création de danse hip hop qui ont affiché complet" selon les organisateurs. Au rang des nouveautés, on a compté plus de 700 personnes pour le premier match de roller derby féminin. En revanche, pas encore de chiffres officiels concernant la soirée électro. Mais il faut des premières fois pour tout. Et puis c'est bien connu : un festival, plus ça vieillit, moins ça devient raisonnable... et c'est tant mieux !  

L'info en plus : très actifs sur les réseaux sociaux, les organisateurs des VU ont régulièrement posté des photos et vidéos de l'évènement sur Facebook ou Youtube. Voici un petit aperçu de la soirée à laquelle nous avons partiellement assisté. Si ça peut vous donner envie d'aller y faire un tour l'année prochaine... 

 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
3088
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !