Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

10/06/21 : Au mois de mai, 334 projets en Nouvelle-Aquitaine ont été sélectionnés pour bénéficier de fonds européens pour un montant global de 56.2 millions d'euros. Parmi eux, 231 projets sont dans le cadre des programmes européens de développement rural.

09/06/21 : Dans le cadre du Mois des fiertés, le Département de la Gironde et les partenaires associatifs proposent des actions d'information et de dépistages gratuits du Sida (résultats en 30 min) samedi 12 Juin 2021, de 11h à 18h Placette Munich.

09/06/21 : Le CHU de Bordeaux lance sa plateforme de don en ligne sur le site don.chu-bordeaux.fr. Accessible à tous (particuliers, entreprises, associations) il permet de faire un don en ligne, au profit du CHU de Bordeaux, de manière totalement sécurisée. + d'info

31/05/21 : En Dordogne, l’ex-militaire recherché par les forces de l’ordre a été arrêté ce lundi. Il est blessé par balles. Il était recherché depuis dimanche après avoir tiré sur des gendarmes appelés pour des violences familiales à Lardin-Saint-Lazare (24).

28/05/21 : Le Conseil régional indique que les inscriptions aux transports scolaires pour la rentrée 2021-2022 s'ouvrent au 1er juin. L’inscription et le paiement peuvent être directement réalisés en ligne.+ d'info

17/05/21 : L'Hermione repartira au printemps 2022, annonce ce soir l'association Hermione La Fayette. La frégate fera escale dans quatre pays du nord de l’Europe : l’Angleterre (Londres), la Belgique (Anvers), les Pays-Bas (Amsterdam), l’Allemagne (Hambourg).

17/05/21 : En solidarité avec les cafetiers et restaurateurs, la Ville de Pau poursuit l'effort porté l'an dernier : ils seront exonérés à 100% de la redevance sur les terrasses du 19 mai à fin juin, puis à 50% de juillet à la fin du protocole sanitaire.

10/05/21 : En soutien au secteur de la restauration, la Ville de La Rochelle a décidé de reconduire les extensions de terrasses et accorde une exonération de droits jusqu’au 30 juin avec une gratuité des extensions jusqu’au 31 décembre, à partir du 19 mai.

27/04/21 : Régionales : En Dordogne, la maire socialiste de Périgueux, Delphine Labails a été choisie comme tête de liste départementale avec Christophe Cathus, conseiller régional sortant en charge des transports scolaires et maire de Calès.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 11/06/21 | Tonneins : le pôle de santé parie sur la télémédecine

    Lire

    L’association du pôle de santé du tonneinquais en Lot-et-Garonne regroupe une équipe de médecins, infirmiers, sages-femmes, orthophonistes et psychologues. Afin d’apporter aux patients une réponse médicale rapide et efficace, l’association souhaite développer la télémédecine grâce notamment à un partenariat avec la clinique Saint-Hilaire Esquirol. Pour cela, elle va acquérir du matériel connecté comme des stéthoscopes, échographes ou encore ECG.

  • 11/06/21 | Sport et tourisme: des parcours audioguidés à Limoges

    Lire

    En partenariat avec l’application Runnin’City, la Ville de Limoges propose 3 parcours de running touristique gratuits et audioguidés. Le coureur pourra choisir entre 3 parcours, deux de 7km (Centre-Ville et Bords de Vienne) et un de 10km (Uzurat/La Bastide), et sera guidé par le GPS vocal qui lui livrera des anecdotes sur les lieux croisés en chemin. L’application gratuite est disponible en 7 langues.

  • 10/06/21 | Vrai+Local développe le circuit-court

    Lire

    A Périgny en Charente-Maritime, la société Néos est en train de développer le projet Vrai+Local. Né du constat qu’il était plus facile d’acheter un produit provenant de l’autre bout du monde que localement, Vrai+Local apporte une solution logistique afin que les citoyens puissent faire leurs courses en « bio et local » au travers d’une plateforme, d’une collecte et d’une livraison de proximité. Ces livraisons s’effectueront avec des remorques brevetées « Drive Mobile ».

  • 10/06/21 | Rochefort: Le festival Soeurs Jumelles recherche des bénévoles

    Lire

    Le première édition du festival Soeurs Jumelles aura lieu à Rochefort, hommage à la célèbre comédie musicale de Jacques Demy, du 23 au 26 juin 2021. Consacré à la musique et à l’image, tous secteurs confondus, le festival est à la recherche de bénévoles pour aider à l'accueil du public et des professionnels. Le choix des horaires est libre et seules les personnes majeures sont en mesure de postuler. Dans la mesure du possible, des billets pour les séances de films seront offerts aux bénévoles. Le formulaire pour postuler.

  • 10/06/21 | L’Atelier du Vitrail poursuit son développement

    Lire

    A Limoges, L’Atelier du Vitrail conçoit, fabrique et restaure des vitraux sur toute la France. A l’heure actuelle, tous les process de conception, de création et de présentation sont informatisés. Afin de mieux maîtriser ces outils, les salariés doivent s’approprier le Brevet des Métiers d’Art. Objectif: augmenter leurs compétences en matière d’arts appliqués et de peinture sur verre. Pour aider l'entreprise dans son développement, la Région Nouvelle-Aquitaine a décidé de lui attribuer une aide de 40 991,68 €.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Les « Vieux » de l’EHPAD Belle-Croix à Floirac

15/02/2019 | De gauche à droite, Sylvie, aide-soignante, Chrystelle Asseray, animatrice et Élise Sintot, future réalisatrice de "Vieux".

Projet de documentaire "Vieux" à l'EHPAD Belle-Croix à Floirac

Élise Sintot, diplômée de l’université Bordeaux Montaigne en réalisation documentaire, a choisi l’EHPAD Belle-Croix de Floirac pour tourner son premier film « Vieux ». Pitché au Fipadoc en janvier dernier, elle a retenu l’attention des producteurs avec son projet atypique. Elle espère commencer rapidement le tournage pour mettre en lumière ceux qu’elle a côtoyés pendant plusieurs mois en tant qu’animatrice. Un documentaire pour casser les clichés et préjugés autour des établissements pour personnes âgées.

À 24 ans, cette jeune femme originaire du Jura est diplômée d’un master en cinéma documentaire de l’université de Bordeaux. Pourquoi un film sur l’EHPAD ? Sa réponse est simple : « Au départ, j’avais un projet sur Alzheimer, qui ne s’est pas concrétisé. Je voulais faire un film sur une structure de ce type et plutôt que d’arriver quelque part de but en blanc, j’ai préféré apprendre à les connaître via mon service civique ».

Pour gagner la confiance de l’établissement et des résidants, Élise Sintot effectue un service civique de 10 mois au sein de l’EHPAD Belle-Croix. Un établissement où l’on entre en franchissant un simple portillon. Devant la machine à café, où plusieurs résidants sont déjà réunis. À la vue d’Élise, les visages s’illuminent. Tous les résidants qu’elle a côtoyés lui demandent de ses nouvelles.

Un lieu de bienveillance et de joie

Un lieu de vie comme un autre, où on ne demande pas aux habitants ce qu’ils font en permanence, ils vivent leur vie comme ils feraient chez eux, « certains vont tous les matins boire leur café au bar d’en face », explique Élise. La joie emplit les murs colorés de cet établissement. Les 80 résidants font chaque jour vivre le lieu autour de la cinquantaine de membres du personnel, soignants et administratifs.

Le choix du titre du documentaire, « Vieux », peut surprendre. « J’en ai parlé à plusieurs résidants et le mot a fait consensus. C’est comme cela qu’ils se définissent », précise la réalisatrice. Ni en fin de vie, ni malades. Simplement vieux. « Il ne faut pas oublier qu’ils sont lucides sur eux-mêmes », relève Gaëlle Étienne, directrice de l’établissement Belle-Croix. Le but d’Élise Sintot à travers ce choix, c’est aussi de lever le tabou autour de ce mot.

La direction n’a pas hésité lorsque la réalistarice est venue présenter son projet. Gaëlle Étienne explique son choix : « C’est un projet intéressant, nous n’avions jamais fait de films avant. Élise a un regard bienveillant sur les résidants et c’est ce qui nous plait aussi, pour montrer une autre image des EHPAD ». Les résidants, eux aussi, sont très enthousiastes. « Il ne faut pas se mettre de limites. On peut tout leur proposer, ils sont aussi curieux de ce qui sort des sentiers battus ».

Au cœur du documentaire d’Élise Sintot, nous suivrons Sylvie, aide-soignante au sein de l’établissement. De nature assez timide et réservée, elle est pourtant lumineuse et manie l’humour aux quotidiens avec les résidants dont elle s’occupe. « Habiller quelqu’un ou lui faire sa toilette, ce n’est pas juste une tâche, c’est un moment qu’on partage ensemble, un vrai échange humain ».

Projet de documentaire

« C’est une vraie société à taille réduite »

Âgés de 62 à 99 ans, les résidants de Belle-Croix arrivent avec leur vie, leur passé et leurs meubles : « il faut qu’ils se sentent chez eux ». En témoignent les murs recouverts de photos de famille dans la plupart des chambres. À l’atelier gym douce, animé par Chrystelle Asseray, les participants enchainent les exercices pour garder des bonnes capacités physiques et leur sens de l’équilibre.

Les résidants ne viennent pas que pour le lieu de vie. Ils cherchent aussi au sein de la structure à compenser leur perte d’autonomie et ne pas vivre seuls, isolés. « Parfois, il faut apprendre à vivre ensemble, ils ont toujours vécu chez eux, selon leurs habitudes, alors qu’ici en collectivité, il y a des règles, des horaires », raconte l’animatrice.

Mais à Belle-Croix, on ne s’ennuie pas. Ateliers de gymnastique, travail de la mémoire, discussion autour de l’actualité, lecture avec des enfants, chorale, pâtisserie… Toute la semaine, les activités s’enchainent pour que chacun s’implique. Même au sein de l’unité protégée, réservée aux résidants les plus diminués par la maladie (troubles cognitifs, Alzheimer), le lien avec l’extérieur persiste. Les résidants des services « classiques » leur rendent régulièrement visite, et pratiquent des activités à leur côté. Ce ne sont pas deux mondes séparés. Plus généralement, Belle-Croix n’est pas un monde coupé de l’extérieur.

Projet de documentaire

Projet de documentaire

Un premier projet filmé pour gagner la confiance de tous

Si « Vieux » sera le premier long-métrage documentaire d’Élise Sintot, elle a déjà tourné un projet au sein de l’EHPAD : « Bientraitance ». Cette série de saynètes a été tournée avec les véritables soignants, personnels administratifs et résidants de Belle-Croix. Réalisée sous l’égide de la psychologue de l’établissement, Fabienne Bidalon, ce projet avait pour but d’aider chacun par la fiction à remettre en question son comportement.

« Les saynètes étaient parfois exagérées. Le but était de montrer à chacun, résidants et membres du personnel, que parfois, sous prétexte d’habitude, de répétition, on oublie des choses simples ». Toquer avant d’entrer dans une chambre, demander à la personne comment elle va, des actions classiques qui parfois peuvent être oubliées. Avec « Bientraitance », chacun a pu remettre en question ses agissements ou oser évoquer des difficultés avec des résidants.

Projet de documentaire

« Parfois, ce sont certains résidants qui ne sont pas simples ou agréables. D’autres fois, il s’agit d’un simple malentendu. Et depuis ce projet, les soignants viennent plus facilement me voir pour qu’on règle les problèmes, demander des conseils pour mieux appréhender la situation de tel ou tel résidant ». Les habitants de Belle-Croix ont pris plaisir à participer à ce projet. Certains se sont même « révélés » selon les mots de Fabienne Bidalon. Épanouis, ils se sont tous impliqués. Le retour d’Élise et de sa caméra fait donc l’unanimité.

Le documentaire, un travail de patience

Le projet d’Élise Sintot prend forme, mais pour le moment, impossible pour elle de prévoir le tournage précisément : « J’attends la réponse de TV7 Bordeaux pour les bourses à la suite du Fipadoc. C’est mon premier projet, je n’ai pas encore toutes les clés, j’apprends, je découvre ». La société Ridim Productions l’a contactée, et va soutenir son projet. Mais le documentaire est un sport de patience.

Pour l’instant, seules les descriptions d’Élise Sintot laissent donc apercevoir ce à quoi ressemblera le documentaire final. Plusieurs moments de groupe parsèmeront les histoires des cinq résidents sur lesquels elle a choisis de concentrer son travail. Parmi les activités collectives les plus appréciées, le « Pluche-légumes », ce moment où des résidents se retrouvent pour préparer ensemble les repas et discuter.

Projet de documentaire

Des moments qui seront forcément mis en scène pour permettre à Élise Sintot de les filmer au mieux « mais qui illustreront des moments quotidiens de l’établissement ». Toutes les scènes envisagées ont été validées par Fabienne Bidalon. Trois parties s’entremêleront, la journée de Sylvie, les interviews des résidants et la sortie de groupe au cinéma. Elle filmera la vie, la vie des « Vieux » de Belle-Croix.

Marianne Chenou
Par Marianne Chenou

Crédit Photo : Marianne Chenou

Partager sur Facebook
Vu par vous
7518
Aimé par vous
3 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 14 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !