Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

26/01/21 : La Rochelle: la compagnie aérienne britannique Jet2 va ouvrir une nouvelle ligne entre Birmingham et La Rochelle l’été 2022. Les 2 lignes actuelles avec Leeds-Bradford et Manchester seront desservies du 29/05 au 18/09 et du 3/07 au 18/09 - 1 vol/samedi.

22/01/21 : Charente-Maritime : Cédric Tranquard, 44 ans, a été élu ce matin président de la Chambre d'agriculture départementale. Il succède à Luc Servant, élu en décembre à la présidence de la Chambre régionale.

22/01/21 : La Rochelle : le Centre de vaccination de l’Espace Encan sera ouvert à partir du 25 janvier. Les vaccinations seront assurées par les professionnels de santé du lundi au vendredi, sur RDV, pour les résidents du territoire âgés de 75 ans ou plus.

21/01/21 : Charente-Maritime : Rémi Justinien, adjoint au maire de Tonnay-Charente, succède à Cyril Chappet, adjoint à Saint-Jean d'Angély, comme premier secrétaire fédéral du PS en Charente-Maritime, à l'issue d'un conseil fédéral mardi.

18/01/21 : Au 16 janvier, 34 689 vaccinations ont été réalisées en Nouvelle-Aquitaine, la plaçant parmi les régions ayant le plus vacciné. L’objectif national de 1 million de vaccinations à fin janvier, se traduit par un objectif régional de 100 000 vaccinations.

06/01/21 : 823kg de jouets et de livres ont été collectés par la Communauté d’Agglo de Pau et ses partenaires grâce à l’opération "Le père Noël fait de la récup’"! Elle se poursuit jusqu'au 17 janvier dans les déchetteries et points de dépôts.+ d'info

28/12/20 : Le 22 décembre, les communes de Tocane-Saint-Apre et Bergerac en Dordogne ont été reconnues en état de catastrophe naturelle pour inondations et coulées de boues en septembre 2020.

28/12/20 : Suite aux inondations et coulées de boues survenues dans les Landes en octobre dernier, les communes de Mimbaste, Bélus et Rivière-Saas-et-Gourby ont été reconnues le 22 décembre en état de catastrophe naturelle.

23/12/20 : Le préfet de la Charente-Maritime a validé la sortie de la communauté d'agglomération de La Rochelle du syndicat départemental Eau 17, à compter du 1er janvier 2021.

23/12/20 : 60 000 € ont été votés lors de la dernière commission permanente du Département des Deux-Sèvres en faveur de la recherche scientifique et l'innovation. Cette somme sera attribuée sous formes de bourses doctorales

23/12/20 : Le Conseil communal des jeunes de Poitiers a organisé mi-décembre, une collecte de produits de puériculture dans les collèges. Plus de 150 produits (couches, lait, produits d’hygiène…) ont ainsi été remis au restos du Coeur et au Secours Populaire

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 26/01/21 | Landes : 1 M€ pour réparer les dégâts des intempéries de 2020

    Lire

    Ce 25 janvier, le Conseil départemental des Landes réuni en séance plénière extraordinaire a voté une enveloppe d'1 M€ suite aux 4 épisodes de pluie et de crues connues en 2020, et particulièrement ravageuses sur le réseau et ouvrages d'art routiers. 500 000 € sont dédiés à la remise en état du réseau départemental et 500 000 € iront en soutien des collectivités locales dans leurs propres chantiers de réhabilitation. L'enveloppe globale pourra être revue à la hausse selon les besoins.

  • 26/01/21 | Tribord arrive à La Rochelle

    Lire

    Tribord, la marque de nautisme de Décathlon, a dernièrement quitté son siège de Hendaye pour s'installer à La Rochelle. L'équipe est en train d'emménager dans les locaux de l'ancienne Société des régates rochelaises, au niveau de la capitainerie du port des Minimes. Le site devrait être opérationnel en avril, pour une ouverture au public cet été. Ce laboratoire de recherche et de développement, le "Sailing Lab", aura vocation à développer de nouveaux produits du nautisme. 5 emplois seront créés.

  • 26/01/21 | Transition énergétique: la Région pactise avec les entreprises

    Lire

    Le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a conclu début janvier un contrat de partenariat "Compétitivité énergétique" avec l'entreprise Placoplatre, à Cherves-Richemont (Charente). Il s’agit du dixième de ce type. La volonté de la Région est de faire baisser de 30% sa consommation électrique sur l’ensemble du territoire néo-aquitain, dont 20% de celle-ci est représenté par le secteur de l’industrie. Avec ce dixième contrat, le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine atteint une économie d'énergie totale de plus de 500 GWh, ce qui correspond à la rénovation de 100 000 logements.

  • 26/01/21 | La voiture, moyen de transport préféré des Néo-Aquitains

    Lire

    Une récente étude de l'INSEE Nouvelle-Aquitaine montre que les Neo-Aquitains ont bien du mal à se séparer de leur voiture, même pour effectuer des déplacements courts. Sur 700 000 personnes habitant à moins de 5kms de leur travail, 72% prennent la voiture, contre 60% nationalement. Pour ceux qui habitent à plus de 5kms de leur travail, 16% s’y rendent en transports en commun et 11% en vélo. Les transports en communs sont davantage utilisés dans les zones fortement urbanisées. Là où le recours au vélo est aussi en hausse. Les résultats de l’enquête ici

  • 25/01/21 | Vienne: une visite guidée digitale de l'Abbaye de Saint-Savin !

    Lire

    L'abbaye de Saint-Savin (86) propose une visite virtuelle en partenariat avec la société Conférentia spécialisée dans l’organisation d’événements digitaux. Totalement gratuite, cette visite inédite se déroule ce lundi 25 janvier entre 18h30 et 20h et sera animée par 2 guides-conférenciers de l’abbaye. Le temps de cette visite atypique, le visiteur sera transporté de son salon jusqu’au au cœur du Moyen Âge, entre petite et grande histoire de France, à la découverte de l’abbaye et de lieux traditionnellement interdits d’accès ! Infos et inscription : www.conferentia.fr (onglet conférence gratuite)

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Les « Vieux » de l’EHPAD Belle-Croix à Floirac

15/02/2019 | De gauche à droite, Sylvie, aide-soignante, Chrystelle Asseray, animatrice et Élise Sintot, future réalisatrice de "Vieux".

Projet de documentaire "Vieux" à l'EHPAD Belle-Croix à Floirac

Élise Sintot, diplômée de l’université Bordeaux Montaigne en réalisation documentaire, a choisi l’EHPAD Belle-Croix de Floirac pour tourner son premier film « Vieux ». Pitché au Fipadoc en janvier dernier, elle a retenu l’attention des producteurs avec son projet atypique. Elle espère commencer rapidement le tournage pour mettre en lumière ceux qu’elle a côtoyés pendant plusieurs mois en tant qu’animatrice. Un documentaire pour casser les clichés et préjugés autour des établissements pour personnes âgées.

À 24 ans, cette jeune femme originaire du Jura est diplômée d’un master en cinéma documentaire de l’université de Bordeaux. Pourquoi un film sur l’EHPAD ? Sa réponse est simple : « Au départ, j’avais un projet sur Alzheimer, qui ne s’est pas concrétisé. Je voulais faire un film sur une structure de ce type et plutôt que d’arriver quelque part de but en blanc, j’ai préféré apprendre à les connaître via mon service civique ».

Pour gagner la confiance de l’établissement et des résidants, Élise Sintot effectue un service civique de 10 mois au sein de l’EHPAD Belle-Croix. Un établissement où l’on entre en franchissant un simple portillon. Devant la machine à café, où plusieurs résidants sont déjà réunis. À la vue d’Élise, les visages s’illuminent. Tous les résidants qu’elle a côtoyés lui demandent de ses nouvelles.

Un lieu de bienveillance et de joie

Un lieu de vie comme un autre, où on ne demande pas aux habitants ce qu’ils font en permanence, ils vivent leur vie comme ils feraient chez eux, « certains vont tous les matins boire leur café au bar d’en face », explique Élise. La joie emplit les murs colorés de cet établissement. Les 80 résidants font chaque jour vivre le lieu autour de la cinquantaine de membres du personnel, soignants et administratifs.

Le choix du titre du documentaire, « Vieux », peut surprendre. « J’en ai parlé à plusieurs résidants et le mot a fait consensus. C’est comme cela qu’ils se définissent », précise la réalisatrice. Ni en fin de vie, ni malades. Simplement vieux. « Il ne faut pas oublier qu’ils sont lucides sur eux-mêmes », relève Gaëlle Étienne, directrice de l’établissement Belle-Croix. Le but d’Élise Sintot à travers ce choix, c’est aussi de lever le tabou autour de ce mot.

La direction n’a pas hésité lorsque la réalistarice est venue présenter son projet. Gaëlle Étienne explique son choix : « C’est un projet intéressant, nous n’avions jamais fait de films avant. Élise a un regard bienveillant sur les résidants et c’est ce qui nous plait aussi, pour montrer une autre image des EHPAD ». Les résidants, eux aussi, sont très enthousiastes. « Il ne faut pas se mettre de limites. On peut tout leur proposer, ils sont aussi curieux de ce qui sort des sentiers battus ».

Au cœur du documentaire d’Élise Sintot, nous suivrons Sylvie, aide-soignante au sein de l’établissement. De nature assez timide et réservée, elle est pourtant lumineuse et manie l’humour aux quotidiens avec les résidants dont elle s’occupe. « Habiller quelqu’un ou lui faire sa toilette, ce n’est pas juste une tâche, c’est un moment qu’on partage ensemble, un vrai échange humain ».

Projet de documentaire

« C’est une vraie société à taille réduite »

Âgés de 62 à 99 ans, les résidants de Belle-Croix arrivent avec leur vie, leur passé et leurs meubles : « il faut qu’ils se sentent chez eux ». En témoignent les murs recouverts de photos de famille dans la plupart des chambres. À l’atelier gym douce, animé par Chrystelle Asseray, les participants enchainent les exercices pour garder des bonnes capacités physiques et leur sens de l’équilibre.

Les résidants ne viennent pas que pour le lieu de vie. Ils cherchent aussi au sein de la structure à compenser leur perte d’autonomie et ne pas vivre seuls, isolés. « Parfois, il faut apprendre à vivre ensemble, ils ont toujours vécu chez eux, selon leurs habitudes, alors qu’ici en collectivité, il y a des règles, des horaires », raconte l’animatrice.

Mais à Belle-Croix, on ne s’ennuie pas. Ateliers de gymnastique, travail de la mémoire, discussion autour de l’actualité, lecture avec des enfants, chorale, pâtisserie… Toute la semaine, les activités s’enchainent pour que chacun s’implique. Même au sein de l’unité protégée, réservée aux résidants les plus diminués par la maladie (troubles cognitifs, Alzheimer), le lien avec l’extérieur persiste. Les résidants des services « classiques » leur rendent régulièrement visite, et pratiquent des activités à leur côté. Ce ne sont pas deux mondes séparés. Plus généralement, Belle-Croix n’est pas un monde coupé de l’extérieur.

Projet de documentaire

Projet de documentaire

Un premier projet filmé pour gagner la confiance de tous

Si « Vieux » sera le premier long-métrage documentaire d’Élise Sintot, elle a déjà tourné un projet au sein de l’EHPAD : « Bientraitance ». Cette série de saynètes a été tournée avec les véritables soignants, personnels administratifs et résidants de Belle-Croix. Réalisée sous l’égide de la psychologue de l’établissement, Fabienne Bidalon, ce projet avait pour but d’aider chacun par la fiction à remettre en question son comportement.

« Les saynètes étaient parfois exagérées. Le but était de montrer à chacun, résidants et membres du personnel, que parfois, sous prétexte d’habitude, de répétition, on oublie des choses simples ». Toquer avant d’entrer dans une chambre, demander à la personne comment elle va, des actions classiques qui parfois peuvent être oubliées. Avec « Bientraitance », chacun a pu remettre en question ses agissements ou oser évoquer des difficultés avec des résidants.

Projet de documentaire

« Parfois, ce sont certains résidants qui ne sont pas simples ou agréables. D’autres fois, il s’agit d’un simple malentendu. Et depuis ce projet, les soignants viennent plus facilement me voir pour qu’on règle les problèmes, demander des conseils pour mieux appréhender la situation de tel ou tel résidant ». Les habitants de Belle-Croix ont pris plaisir à participer à ce projet. Certains se sont même « révélés » selon les mots de Fabienne Bidalon. Épanouis, ils se sont tous impliqués. Le retour d’Élise et de sa caméra fait donc l’unanimité.

Le documentaire, un travail de patience

Le projet d’Élise Sintot prend forme, mais pour le moment, impossible pour elle de prévoir le tournage précisément : « J’attends la réponse de TV7 Bordeaux pour les bourses à la suite du Fipadoc. C’est mon premier projet, je n’ai pas encore toutes les clés, j’apprends, je découvre ». La société Ridim Productions l’a contactée, et va soutenir son projet. Mais le documentaire est un sport de patience.

Pour l’instant, seules les descriptions d’Élise Sintot laissent donc apercevoir ce à quoi ressemblera le documentaire final. Plusieurs moments de groupe parsèmeront les histoires des cinq résidents sur lesquels elle a choisis de concentrer son travail. Parmi les activités collectives les plus appréciées, le « Pluche-légumes », ce moment où des résidents se retrouvent pour préparer ensemble les repas et discuter.

Projet de documentaire

Des moments qui seront forcément mis en scène pour permettre à Élise Sintot de les filmer au mieux « mais qui illustreront des moments quotidiens de l’établissement ». Toutes les scènes envisagées ont été validées par Fabienne Bidalon. Trois parties s’entremêleront, la journée de Sylvie, les interviews des résidants et la sortie de groupe au cinéma. Elle filmera la vie, la vie des « Vieux » de Belle-Croix.

Marianne Chenou
Par Marianne Chenou

Crédit Photo : Marianne Chenou

Partager sur Facebook
Vu par vous
7118
Aimé par vous
3 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 29 + 7 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !