Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/20 : Le TramBus de l'agglomération Bayonne-Anglet-Biarritz a franchi le cap du million de voyages, dont 200 000 en janvier. Les abonnements mensuels et annuels observent une progression de plus de 50%; les abonnements scolaires ont eux augmenté de +14 %

20/02/20 : A partir du lundi 24 février, les détenteurs d'un abonnement TBM pourront emprunter la ligne 42 du TER entre Bordeaux Saint-Jean et Parempuyre, et entre Pessac-Centre et Parempuyre, avec cette même carte TBM. Une expérimentation d'1 an renouvelable.

20/02/20 : C'était une figure de la presse française: Jean Daniel le fondateur du Nouvel Observateur s'est éteint ce 19 février à 99 ans. Ce natif d'Algérie, comme Camus, fut aussi un des témoins exigeants de la renaissance du parti socialiste dans les années 70.

19/02/20 : La métropole de Bordeaux a choisi le groupement Eiffage/UCPA/Dalkia et Banque des Territoires pour construire le futur stade nautique de Mérignac. Les travaux doivent démarrer en novembre pour une livraison en 2022.

19/02/20 : Municipales: la liste "Changer!" présente son programme pour Villenave d'Ornon autour de Patrick Bouillot et Florence Rialland ce samedi 22 février, à 10h, salle Jacques Brel

18/02/20 : Présence annoncée de Benoît Biteau député européen EELV et agriculteur en Charente-Maritime à la réunion, ce jeudi 20 février à 19h30, de la liste "Villenave écologique, solidaire et citoyenne" à l'auditorium de Sourreil.

18/02/20 : Dans le cadre des Conférences Montaigne organisées par l'Université bordelaise du même nom, Noël Mamère interviendra ce jeudi 20 février (Amphi B - 18h) sur le thème de "L’écologie, le paradigme politique du XXIe siècle".

18/02/20 : La FDSEA 64 a renouvelé son bureau: Franck Laborde, céréalier, secrétaire général de l’AGPM et éleveur de canards à Préchacq-Navarrenx en est le nouveau président, remplaçant Bernard Layre, devenu l'an dernier Président de la Chambre d'agriculture 64

16/02/20 : Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a démissionné et conduira finalement la liste LREM aux municipales de Paris sur décision évidente d'Emmanuel Macron; le député Olivier Véran lui succède au ministère.

10/02/20 : Charente-Maritime : le festival electro Stereoparc a dévoilé les premiers noms de la programmation de la soirée Coco Coast du samedi 18 juillet 2020 : Martin Solveig, Bakermat et Bellecour.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/02/20 | Le périgourdin André Barbé, président de l'association régionale des grands acteurs du tourisme

    Lire

    André Barbé, directeur Général de la Semitour, gestionnaire de sites touristiques en Dordogne devient président de l'Association régionale des grands acteurs du tourisme. Il succède à Jean-Michel Brunet (PDG de DéfiPlanet-86)) qui reste vice-président de l’association. Créée en 2013, l’ARGAT rassemble 44 grands sites touristiques de Nouvelle-Aquitaine qui partagent l’attachement à la richesse du territoire régional et la même volonté de promouvoir leurs destinations auprès de tous les publics.

  • 21/02/20 | Cas de rage en Charente-Maritime

    Lire

    Suite à la découverte d’un cas de rage sur la commune de Saint-Martin-de-Ré chez un chien provenant d’Espagne il y a quelques jours, les personnes et les chiens ayant pu être en contact ont été identifiés. Elles ont été prises en charge et les chiens ont été mis sous surveillance vétérinaire. Toutefois, des personnes ou des animaux ayant été en contact peuvent subsister. L’arrêté préfectoral pris le 14 février dernier, restreint encore sur la commune les mouvements des chiens et des chats. Les autorités municipales ont également renforcées les mesures vis-à-vis des animaux trouvés errants.

  • 21/02/20 | 528 000 euros pour les quartiers prioritaires d'Angoulême

    Lire

    Les ministères de l’Éducation nationale et de la Ville et du Logement ont dévoilé les enveloppes budgétaires accordées aux 80 « cités éducatives » de France. Parmi elles, les quartiers de Bel-Air-Grand-Font et de Basseau-Grande-Garenne d'Angoulême qui bénéficieront de 176 000 euros par an sur trois ans, entre 2020 et 2022. Ces secteurs sont déjà reconnus « quartiers de reconquête républicaine » et le financement accordé vise à améliorer la qualité de l'enseignement scolaire.

  • 21/02/20 | Le 11e concours français de la harpe s'invite à Limoges

    Lire

    Une centaine de harpistes internationaux est attendue à Limoges du vendredi 28 février au dimanche 1er mars pour la 11e édition du concours national de la harpe. Organisé en partenariat avec le conseil municipal et le conservatoire de la ville, le concours aura lieu à l'auditorium du conservatoire et dans la salle Louis Longequeue de la mairie. La harpiste lauréate internationale Mélanie Laurent y tiendra un récital le vendredi dès 20h. L'entrée est libre et gratuite sur les trois jours. Programme complet : programme-concours-harpe

  • 21/02/20 | Le Poitou en force au Salon International de l’Agriculture à Paris

    Lire

    C’est la troisième fois que la marque Poitou participe au Salon International de l’Agriculture qui a lieu cette année à Paris du 22 février au 1er mars. Les Départements de la Vienne et des Deux-Sèvres ont prévu pour cette nouvelle édition un stand de 71m2 regroupant une quinzaine de producteurs tout au long de la semaine. Une immersion totale en pays poitevin avec des shows culinaires, des ventes de produits locaux et la promotion touristique de cette belle région.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Les « Vieux » de l’EHPAD Belle-Croix à Floirac

15/02/2019 | De gauche à droite, Sylvie, aide-soignante, Chrystelle Asseray, animatrice et Élise Sintot, future réalisatrice de "Vieux".

Projet de documentaire "Vieux" à l'EHPAD Belle-Croix à Floirac

Élise Sintot, diplômée de l’université Bordeaux Montaigne en réalisation documentaire, a choisi l’EHPAD Belle-Croix de Floirac pour tourner son premier film « Vieux ». Pitché au Fipadoc en janvier dernier, elle a retenu l’attention des producteurs avec son projet atypique. Elle espère commencer rapidement le tournage pour mettre en lumière ceux qu’elle a côtoyés pendant plusieurs mois en tant qu’animatrice. Un documentaire pour casser les clichés et préjugés autour des établissements pour personnes âgées.

À 24 ans, cette jeune femme originaire du Jura est diplômée d’un master en cinéma documentaire de l’université de Bordeaux. Pourquoi un film sur l’EHPAD ? Sa réponse est simple : « Au départ, j’avais un projet sur Alzheimer, qui ne s’est pas concrétisé. Je voulais faire un film sur une structure de ce type et plutôt que d’arriver quelque part de but en blanc, j’ai préféré apprendre à les connaître via mon service civique ».

Pour gagner la confiance de l’établissement et des résidants, Élise Sintot effectue un service civique de 10 mois au sein de l’EHPAD Belle-Croix. Un établissement où l’on entre en franchissant un simple portillon. Devant la machine à café, où plusieurs résidants sont déjà réunis. À la vue d’Élise, les visages s’illuminent. Tous les résidants qu’elle a côtoyés lui demandent de ses nouvelles.

Un lieu de bienveillance et de joie

Un lieu de vie comme un autre, où on ne demande pas aux habitants ce qu’ils font en permanence, ils vivent leur vie comme ils feraient chez eux, « certains vont tous les matins boire leur café au bar d’en face », explique Élise. La joie emplit les murs colorés de cet établissement. Les 80 résidants font chaque jour vivre le lieu autour de la cinquantaine de membres du personnel, soignants et administratifs.

Le choix du titre du documentaire, « Vieux », peut surprendre. « J’en ai parlé à plusieurs résidants et le mot a fait consensus. C’est comme cela qu’ils se définissent », précise la réalisatrice. Ni en fin de vie, ni malades. Simplement vieux. « Il ne faut pas oublier qu’ils sont lucides sur eux-mêmes », relève Gaëlle Étienne, directrice de l’établissement Belle-Croix. Le but d’Élise Sintot à travers ce choix, c’est aussi de lever le tabou autour de ce mot.

La direction n’a pas hésité lorsque la réalistarice est venue présenter son projet. Gaëlle Étienne explique son choix : « C’est un projet intéressant, nous n’avions jamais fait de films avant. Élise a un regard bienveillant sur les résidants et c’est ce qui nous plait aussi, pour montrer une autre image des EHPAD ». Les résidants, eux aussi, sont très enthousiastes. « Il ne faut pas se mettre de limites. On peut tout leur proposer, ils sont aussi curieux de ce qui sort des sentiers battus ».

Au cœur du documentaire d’Élise Sintot, nous suivrons Sylvie, aide-soignante au sein de l’établissement. De nature assez timide et réservée, elle est pourtant lumineuse et manie l’humour aux quotidiens avec les résidants dont elle s’occupe. « Habiller quelqu’un ou lui faire sa toilette, ce n’est pas juste une tâche, c’est un moment qu’on partage ensemble, un vrai échange humain ».

Projet de documentaire

« C’est une vraie société à taille réduite »

Âgés de 62 à 99 ans, les résidants de Belle-Croix arrivent avec leur vie, leur passé et leurs meubles : « il faut qu’ils se sentent chez eux ». En témoignent les murs recouverts de photos de famille dans la plupart des chambres. À l’atelier gym douce, animé par Chrystelle Asseray, les participants enchainent les exercices pour garder des bonnes capacités physiques et leur sens de l’équilibre.

Les résidants ne viennent pas que pour le lieu de vie. Ils cherchent aussi au sein de la structure à compenser leur perte d’autonomie et ne pas vivre seuls, isolés. « Parfois, il faut apprendre à vivre ensemble, ils ont toujours vécu chez eux, selon leurs habitudes, alors qu’ici en collectivité, il y a des règles, des horaires », raconte l’animatrice.

Mais à Belle-Croix, on ne s’ennuie pas. Ateliers de gymnastique, travail de la mémoire, discussion autour de l’actualité, lecture avec des enfants, chorale, pâtisserie… Toute la semaine, les activités s’enchainent pour que chacun s’implique. Même au sein de l’unité protégée, réservée aux résidants les plus diminués par la maladie (troubles cognitifs, Alzheimer), le lien avec l’extérieur persiste. Les résidants des services « classiques » leur rendent régulièrement visite, et pratiquent des activités à leur côté. Ce ne sont pas deux mondes séparés. Plus généralement, Belle-Croix n’est pas un monde coupé de l’extérieur.

Projet de documentaire

Projet de documentaire

Un premier projet filmé pour gagner la confiance de tous

Si « Vieux » sera le premier long-métrage documentaire d’Élise Sintot, elle a déjà tourné un projet au sein de l’EHPAD : « Bientraitance ». Cette série de saynètes a été tournée avec les véritables soignants, personnels administratifs et résidants de Belle-Croix. Réalisée sous l’égide de la psychologue de l’établissement, Fabienne Bidalon, ce projet avait pour but d’aider chacun par la fiction à remettre en question son comportement.

« Les saynètes étaient parfois exagérées. Le but était de montrer à chacun, résidants et membres du personnel, que parfois, sous prétexte d’habitude, de répétition, on oublie des choses simples ». Toquer avant d’entrer dans une chambre, demander à la personne comment elle va, des actions classiques qui parfois peuvent être oubliées. Avec « Bientraitance », chacun a pu remettre en question ses agissements ou oser évoquer des difficultés avec des résidants.

Projet de documentaire

« Parfois, ce sont certains résidants qui ne sont pas simples ou agréables. D’autres fois, il s’agit d’un simple malentendu. Et depuis ce projet, les soignants viennent plus facilement me voir pour qu’on règle les problèmes, demander des conseils pour mieux appréhender la situation de tel ou tel résidant ». Les habitants de Belle-Croix ont pris plaisir à participer à ce projet. Certains se sont même « révélés » selon les mots de Fabienne Bidalon. Épanouis, ils se sont tous impliqués. Le retour d’Élise et de sa caméra fait donc l’unanimité.

Le documentaire, un travail de patience

Le projet d’Élise Sintot prend forme, mais pour le moment, impossible pour elle de prévoir le tournage précisément : « J’attends la réponse de TV7 Bordeaux pour les bourses à la suite du Fipadoc. C’est mon premier projet, je n’ai pas encore toutes les clés, j’apprends, je découvre ». La société Ridim Productions l’a contactée, et va soutenir son projet. Mais le documentaire est un sport de patience.

Pour l’instant, seules les descriptions d’Élise Sintot laissent donc apercevoir ce à quoi ressemblera le documentaire final. Plusieurs moments de groupe parsèmeront les histoires des cinq résidents sur lesquels elle a choisis de concentrer son travail. Parmi les activités collectives les plus appréciées, le « Pluche-légumes », ce moment où des résidents se retrouvent pour préparer ensemble les repas et discuter.

Projet de documentaire

Des moments qui seront forcément mis en scène pour permettre à Élise Sintot de les filmer au mieux « mais qui illustreront des moments quotidiens de l’établissement ». Toutes les scènes envisagées ont été validées par Fabienne Bidalon. Trois parties s’entremêleront, la journée de Sylvie, les interviews des résidants et la sortie de groupe au cinéma. Elle filmera la vie, la vie des « Vieux » de Belle-Croix.

Marianne Chenou
Par Marianne Chenou

Crédit Photo : Marianne Chenou

Partager sur Facebook
Vu par vous
5640
Aimé par vous
3 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 24 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !