Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

22/06/21 : L'ancien vice-président du Conseil départemental de la Dordogne en charge de l'agriculture, Jean-Pierre Saint-Amand est décédé lundi à l'âge de 71 ans. Il a été conseiller départemental du canton de Vergt de 1992 à 2015.

21/06/21 : Usinage, soudage, maintenance, aéronautique... Le CFAI Adour ouvre ses portes au public les 25 juin et 7 juillet sur ses 3 sites d'Assat (64), Lanne (65) et Tarnos (40). Il propose 148 offres en apprentissage dans les entreprises industrielles locales+ d'info

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Véronique Chabreyrou et Jacques Ranoux, candidats de gauche, soutenus par la majorité sortante, sont en tête avec 37,80 %, devant le binôme RN Pascale Léger et Serge Muller à 23,80 %.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : Sur le canton de la vallée de la Dordogne, Germinal Peiro (PS) le président du conseil départemental sortant est réélu avec 64,96 % dès le premier tour. Il est associé à Patricia Lafon-Gauthier.

20/06/21 : Départementales en Dordogne : le binôme socialiste composé de Marie-Lise Marsat et Serge Mérillou est réélu sur le canton de la Lalinde.

20/06/21 : Régionales en Dordogne : Sur le canton de Saint-Astier, Alain Rousset (PS) est en tête avec 30,39 % des voix devant la candidate RN Edwige à 23 %. L'écologiste Nicolas Thierry est en 3e position à 10,51 %.

20/06/21 : En Dordogne, l'abstention estimée pour les élections départementales et régionales en Dordogne est de 66,2%. C'est la participation la plus faible de toutes élections confondues dans le département.

20/06/21 : En Haute-Vienne, le taux de participation à 17h était de 28,54% en forte baisse par rapport à 2015 où on avait enregistré 52,36 % de votants à la même heure.

20/06/21 : Dans les Pyrénées-Atlantiques, après un taux de participation à midi s'élevant à 14,5%, ce même taux s'affichait à 31,37 % pour le double scrutin des élections régionales et départementales du 20 juin 2021.

20/06/21 : A 17h, le taux de participation aux élections régionales et départementales s'élève à 25,68%. En 2015, il était de 45,09% pour les régionales et 44,78% pour les départementales, soit une baisse de près de vingt points.

20/06/21 : Dans la Vienne, la baisse de la participation aux élections régionales et départementales se confirme. À 17h, le taux était de 26,07% contre 43,77% pour les départementales en 2015 et 44,87% pour les régionales en 2015.

20/06/21 : En Dordogne, le taux de participation au premier tour des élections départementales et régionales estimé à 17 h est de 33,78 %, en baisse par rapport aux scrutins de 2015.

Arte Flamenco
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 23/06/21 | 5000 € de dons remis au Téléthon Gironde

    Lire

    Les salariés d'EDF Commerce sud ouest, qui participent régulièrement aux courses du Téléthon, se sont adaptés au contexte sanitaire en participant à un challenge à distance via une application de loisir qui permet de cumuler des points en pratiquant l’activité physique de son choix. En 15 jours, du 30 novembre au 13 décembre 2020, les 260 participants ont réussi à récolter la somme de 5 000 €, qui servira "à soutenir la recherche et la mise en œuvre des premiers médicaments pour des maladies rares et génétiques", précise Christian Capdeville coordinateur du Téléthon en Gironde. Le don a été remis à l'association ce 22 juin.

  • 23/06/21 | Une nouvelle bâtonnière pour l'Ordre des avocats de Bordeaux

    Lire

    Les élections du Bâtonnat de Bordeaux se sont déroulées ce mardi 22 juin. A l'issue des votes, c'est Christine Maze qui a été élue Bâtonnière du Barreau de Bordeaux. Avocate depuis 1992, elle collabore à l'Association des avocats pénalistes de France. Elle prendra ses fonctions, à la suite de Christophe Bayle, le 1er janvier 2022, avec à ses côtés, Monsieur Pierre Fonrouge, vice Bâtonnier, lui même successeur de Caroline Laveissière. Ils sont élus pour 2 ans.

  • 22/06/21 | Maïsadour cède son pôle Charcuterie à la Fipso

    Lire

    Le groupe Fipso (Filière Porc du Sud-Ouest), fondé en 1965, vient d’acquérir, afin de poursuivre sa croissance, l’activité salaisons sèches de la coopérative landaise Maïsadour. Cette acquisition, réalisée grâce à l'intervention des 4 caisses régionales du Crédit Agricole, va permettre à la Fipso de récupérer 5 sites de production (en plus de se 3 usines) et de se positionner en leader du Jambon de Bayonne. Maïsadour, de son côté, va ainsi se recentrer sur l'activité Foie gras et vise à retrouver la voie de la croissance d'ici à 2023.

  • 22/06/21 | Le bassin de la Midouze se restaure

    Lire

    Dans le cadre de l’appel à projets initié par l’Agence de l’Eau Adour-Garonne, l’Institution Adour en partenariat avec l’Association de protection de l’environnement du Gers ainsi que les syndicats mixtes du Midou et de la Douze, et celui du bassin versant de la Midouze ont déposé un projet de restauration et d’aménagement de 8 périmètres de zones humides sur le bassin de la Midouze.

  • 21/06/21 | Régionales : Pas d'accord Rousset-Thierry ce lundi

    Lire

    Alors que se pose depuis hier soir la question d'un accord entre la liste du président sortant Alain Rousset et celle de Nicolas Thierry pour EELV, les négociations semblent pour aujourd'hui dans l'impasse. "Ce lundi, aucun accord n’a pu être signé. Il n’y avait manifestement aucune volonté d’accord tant les exigences et le ton employé étaient incompatibles avec une possibilité de négociation.", indique le service de presse du candidat Alain Rousset. "Je ne conçois pas la politique régionale comme une simple question de partage de postes. C'est une relation politique, pas une question comptable", indique le président sortant.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Lever les tabous lors de la Quinzaine de l’Egalité

19/11/2017 | Pour la 4ème édition de la quinzaine de l’égalité, de la diversité et de la citoyenneté des activités sont proposées pour mieux appréhender les différences.

Affiche quinzaine de l'égalité

Depuis le 9 novembre et pour quelques jours encore, Bordeaux et les communes alentours proposent d’aborder la diversité sur toutes ses formes. Des violences faites aux femmes, aux situations de handicap en passant par l’orientation sexuelle, dans la métropole bordelaise il est temps de lever les tabous.

Jeudi soir, au cinéma de Mérignac quelques spectateurs sont venus assister à une séance un peu spéciale. Celle de la projection du film « 1 :54 » de Yan England. Quelques minutes avant la diffusion, dans le cadre de la quinzaine de l’Egalité, la diversité et de la citoyenneté, le maire de Mérignac, Alain Anziani, était invité à signer la charte d’engagement LGBT (Lesbienne, Gay, Bisexuel, Transgenre) de l’Autre Cercle. Par cette charte, la ville de Mérignac s’engage à veiller à l’égalité des droits de tous et à créer un environnement inclusif pour les collaborateurs et collaboratrices LGBT. Un engagement fort qui fait directement écho au film qui suit. L’histoire de Tim, un jeune homme timide, brillant, sportif hors pair qui s’interroge sur son orientation sexuelle. Le harcèlement qu’il va subir de la part de ses camarades le poussera dans ses derniers retranchements, là où les limites humaines atteignent le point de non-retour. Une séance qui sert de prétexte pour le débat qui suivra : l’homophobie dans le domaine du sport.

Souffrance chronique

Il faudra quelques minutes à la salle pour reprendre ses esprits après l’histoire qu’ils ont vue. Les intervenants du débat se disent eux aussi émus et choqués par le film. Des représentants du Comité Départemental Olympique et Sportif de Gironde sont là pour animer la discussion qui suit. « Avec l’armée, le sport est un de milieux les plus sexistes » confirme Anthony Mette, Docteur en psychologie, préparateur mental, formateur et auteur du livre « Les homos sortent du vestiaire ! ». De son côté, Julien Pontes, Président de l’association Rouge Direct, collectif qui lutte contre l’homophobie dans le domaine du sport, interpelle sur « ces blagues qui n’en sont pas ». Les chants homophobes lors de rencontres, les plaisanteries entre équipiers « tapette, PD » participent à créer un environnement homophobe et particulièrement malsain. En effet selon les chiffres annoncés par Julien Pontes, 10% des français sont homosexuels, soit 1 joueur par équipe de foot et pourtant très peu sont les sportifs qui veulent assumer publiquement leur orientation. Et pour cause, les organisateurs de cette quinzaine avouent ne pas avoir trouvé de sportif concerné présent ce soir pour témoigner lors de la discussion.

Selon un membre de l’association le Girofard (centre LGBT de Bordeaux) ces attitudes discriminantes ont de graves conséquences notamment chez les plus jeunes. Selon lui, treize fois plus de tentatives de suicides ont lieu chez les ados homosexuels. Une orientation sexuelle qui peut être extrêmement discriminante même au sein de la famille. « Une personne racisé pourra trouver refuge dans sa famille tandis qu’une personne homosexuelle a souvent peur de la réaction de sa famille » rappelle Anthony Mette.

Interrogations

Alors dans la salle on s’interroge sur les leviers à activer pour lutter contre l’homophobie. Le Comité Départemental Olympique et Sportif de Gironde rappelle que des formations existent et sont proposées pour les professeurs, entraineurs et coach afin de mieux appréhender des situations de sexisme et discriminations. Pourtant « c’est toujours les mêmes qui viennent ». Des professeurs présents dans la salle s’alarment qu’en STAPS (licence de sciences et techniques des activités physiques et sportives) aucune formation ne soit dispensée sur les discriminations.

Pour Julien Pontes, une triple action pourrait améliorer la situation de l’homophobie dans le sport. D’abord faire évoluer les mentalités. Rouge Direct espère par exemple que les commissions d’observation, déjà mises en place pour le PSG, deviennent obligatoires pour tous les matchs ce qui permettrait de relever les attitudes homophobes ou lesbophobes et de les condamner. «Concernant l’éducation il y a tout à faire », insiste Julien Pontes, « l’héritage patriarcal de notre société se reflète dans le foot et dans les autres sports ».  Enfin, des signaux doivent être envoyés par les autorités publiques. En effet des symboles politiques forts peuvent participer à changer les choses. Dans la salle on regrette qu’aucun homme ou femme politique ou sportif n’assume son homosexualité.

Des solutions qui manquent de moyens pour se mettre en place. Du côté du Comité Départemental Olympique et Sportif de Gironde on se dit ravi de l’existence de ce ciné-débat « qui n’aurait pas reçu le même accueil il y a vingt ans ». Preuve que les choses avancent ? « Doucement ».

Jusqu’au 25 novembre vous pouvez assister aux rendez-vous de la quinzaine de l’Egalité, de la diversité et de la citoyenneté. Plus d’informations sur le site. 

Alizé Boissin
Par Alizé Boissin

Crédit Photo : Bordeaux Métropole

Partager sur Facebook
Vu par vous
32316
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 12 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !