Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 30/11/20 | Les Chemins de l’Art Rupestre Préhistorique a un nouveau président

    Lire

    A l’occasion du renouvellement du Bureau Directeur de l’association ; principal réseau de tourisme archéologique du continent, Germinal Peiro, président du Conseil Départemental de la Dordogne, a été élu Président de l’Association pour la période 2020-2024. Initiée en 2010 en tant que projet d’initiative européenne de promotion, du patrimoine, de la culture et du tourisme, l’Association est une association internationale qui compte 151 sites d’art rupestres et près de 41 institutions dans tout le continent européen.

  • 30/11/20 | Travaux d’urgence sur les lignes Brive-Ussel et Périgueux-Brive

    Lire

    Afin de sauvegarder le réseau néo-aquitain, le Conseil régional s’est engagé en faveur d’un Plan Directeur d’investissements du réseau ferroviaire. Compte-tenu de l’état très dégradé des lignes régionales, des travaux d’urgence vont être menés sur 6 axes en 2021 parmi lesquels Brive-Ussel et Périgueux-Brive. La Région va prendre en charge 3 930 000 euros.

  • 30/11/20 | Lacs médocains: Début du programme global de restauration

    Lire

    Le conseil régional de Nouvelle-Aquitaine a voté une subvention de 184 000€ au Syndicat intercommunal d’aménagement des eaux du bassin versant des étangs du littoral girondin. En effet, les deux grands lacs médocains et le bassin d’Arcachon sont des écosystèmes qui apportent beaucoup à l’activité économique et touristique. Seulement, ils sont soumis à des risques de dégradation de l’eau. C’est donc dans un but de restauration et préservation que le programme global des restauration des zones humides et des lacs médocains est mis en oeuvre.

  • 30/11/20 | L’argile bentonite se développe en Dordogne

    Lire

    Lafaure, située à Mazeyrolles en Dordogne, est spécialisée dans l’exploitation de carrières et la commercialisation de produits extraits ou transformés. Afin de se positionner sur de nouveaux secteurs, l’entreprise souhaite développer l’exploitation d’argile bentonite en perspective de 3 domaines d’application : la cosmétique, avec le développement de la marque « Argile du Périgord », la protection des plantes et l’alimentation animale. Pour l'aider dans ce développement, la Région la soutient à hauteur de 173 712 euros.

  • 28/11/20 | Forte mobilisation contre la loi sécurité

    Lire

    Forte mobilisation populaire à l'initiative de La Ligue des Droits de l'Homme, d'Amnesty, de syndicats de journalistes, contre la loi sécurité globale, ce samedi, dans plusieurs villes de la région, à Pau, Bayonne, Mont-de-Marsan, Périgueux, La Rochelle, Bordeaux où La marche des libertés réunissaient quelques huit mille personne qui se sont rassemblées place de la Bourse et se sont dirigées vers la place Pey Berland. Des casseurs ont saccagé en marge de la manifestation plusieurs magasins du centre ville notamment entre la rue Sainte Catherine la place Camille Jullian

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Lever les tabous lors de la Quinzaine de l’Egalité

19/11/2017 | Pour la 4ème édition de la quinzaine de l’égalité, de la diversité et de la citoyenneté des activités sont proposées pour mieux appréhender les différences.

Affiche quinzaine de l'égalité

Depuis le 9 novembre et pour quelques jours encore, Bordeaux et les communes alentours proposent d’aborder la diversité sur toutes ses formes. Des violences faites aux femmes, aux situations de handicap en passant par l’orientation sexuelle, dans la métropole bordelaise il est temps de lever les tabous.

Jeudi soir, au cinéma de Mérignac quelques spectateurs sont venus assister à une séance un peu spéciale. Celle de la projection du film « 1 :54 » de Yan England. Quelques minutes avant la diffusion, dans le cadre de la quinzaine de l’Egalité, la diversité et de la citoyenneté, le maire de Mérignac, Alain Anziani, était invité à signer la charte d’engagement LGBT (Lesbienne, Gay, Bisexuel, Transgenre) de l’Autre Cercle. Par cette charte, la ville de Mérignac s’engage à veiller à l’égalité des droits de tous et à créer un environnement inclusif pour les collaborateurs et collaboratrices LGBT. Un engagement fort qui fait directement écho au film qui suit. L’histoire de Tim, un jeune homme timide, brillant, sportif hors pair qui s’interroge sur son orientation sexuelle. Le harcèlement qu’il va subir de la part de ses camarades le poussera dans ses derniers retranchements, là où les limites humaines atteignent le point de non-retour. Une séance qui sert de prétexte pour le débat qui suivra : l’homophobie dans le domaine du sport.

Souffrance chronique

Il faudra quelques minutes à la salle pour reprendre ses esprits après l’histoire qu’ils ont vue. Les intervenants du débat se disent eux aussi émus et choqués par le film. Des représentants du Comité Départemental Olympique et Sportif de Gironde sont là pour animer la discussion qui suit. « Avec l’armée, le sport est un de milieux les plus sexistes » confirme Anthony Mette, Docteur en psychologie, préparateur mental, formateur et auteur du livre « Les homos sortent du vestiaire ! ». De son côté, Julien Pontes, Président de l’association Rouge Direct, collectif qui lutte contre l’homophobie dans le domaine du sport, interpelle sur « ces blagues qui n’en sont pas ». Les chants homophobes lors de rencontres, les plaisanteries entre équipiers « tapette, PD » participent à créer un environnement homophobe et particulièrement malsain. En effet selon les chiffres annoncés par Julien Pontes, 10% des français sont homosexuels, soit 1 joueur par équipe de foot et pourtant très peu sont les sportifs qui veulent assumer publiquement leur orientation. Et pour cause, les organisateurs de cette quinzaine avouent ne pas avoir trouvé de sportif concerné présent ce soir pour témoigner lors de la discussion.

Selon un membre de l’association le Girofard (centre LGBT de Bordeaux) ces attitudes discriminantes ont de graves conséquences notamment chez les plus jeunes. Selon lui, treize fois plus de tentatives de suicides ont lieu chez les ados homosexuels. Une orientation sexuelle qui peut être extrêmement discriminante même au sein de la famille. « Une personne racisé pourra trouver refuge dans sa famille tandis qu’une personne homosexuelle a souvent peur de la réaction de sa famille » rappelle Anthony Mette.

Interrogations

Alors dans la salle on s’interroge sur les leviers à activer pour lutter contre l’homophobie. Le Comité Départemental Olympique et Sportif de Gironde rappelle que des formations existent et sont proposées pour les professeurs, entraineurs et coach afin de mieux appréhender des situations de sexisme et discriminations. Pourtant « c’est toujours les mêmes qui viennent ». Des professeurs présents dans la salle s’alarment qu’en STAPS (licence de sciences et techniques des activités physiques et sportives) aucune formation ne soit dispensée sur les discriminations.

Pour Julien Pontes, une triple action pourrait améliorer la situation de l’homophobie dans le sport. D’abord faire évoluer les mentalités. Rouge Direct espère par exemple que les commissions d’observation, déjà mises en place pour le PSG, deviennent obligatoires pour tous les matchs ce qui permettrait de relever les attitudes homophobes ou lesbophobes et de les condamner. «Concernant l’éducation il y a tout à faire », insiste Julien Pontes, « l’héritage patriarcal de notre société se reflète dans le foot et dans les autres sports ».  Enfin, des signaux doivent être envoyés par les autorités publiques. En effet des symboles politiques forts peuvent participer à changer les choses. Dans la salle on regrette qu’aucun homme ou femme politique ou sportif n’assume son homosexualité.

Des solutions qui manquent de moyens pour se mettre en place. Du côté du Comité Départemental Olympique et Sportif de Gironde on se dit ravi de l’existence de ce ciné-débat « qui n’aurait pas reçu le même accueil il y a vingt ans ». Preuve que les choses avancent ? « Doucement ».

Jusqu’au 25 novembre vous pouvez assister aux rendez-vous de la quinzaine de l’Egalité, de la diversité et de la citoyenneté. Plus d’informations sur le site. 

Alizé Boissin
Par Alizé Boissin

Crédit Photo : Bordeaux Métropole

Partager sur Facebook
Vu par vous
31970
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 32 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !