Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

15/08/18 : Charente: 6 communes viennent d'être reconnues en état de catastrophe naturelle, suite à des mouvements de terrains liés à la sécheresse, survenue entre janvier et juin 2017. Il s'agit de Balzac, Chalais, La Couronne, Fouquebrune, Linars et Nabinaud.

06/08/18 : Dominique Laurent, sous préfète de Bergerac depuis quatre ans, vient d'être nommée à ce même poste à Guingamp (22). Stéphanie Monteuil, sous préfète de Saint-Jean-d'Angely (17) lui succède et prendra ses fonctions le 27 août.

06/08/18 : Jean-Philippe Dargent vient d'être nommé sous-préêfet de Lesparre-Médoc en remplacement de Claude Gobin. Il est actuellement directeur à la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

04/08/18 : Le meeting aérien de Belvès(24), le 15 août, est maintenu. L’Aéroclub Belvès Périgord a pris la décision de ne pas annuler la manifestation, suite au décès de son président. Lundi Alain Valleron a trouvé la mort dans le crash du Cessna qu’il pilotait.

03/08/18 : Jean-Philippe DARGENT nommé le 31 juillet sous-préfet de Lesparre-Médoc prendra ses fonctions le 3 septembre. Il était directeur de la citoyenneté, de la légalité et du développement territorial à la préfecture des Pyrénées-Atlantiques (64)

03/08/18 : Renforcement des mesures de limitation de prélèvements d’eau dans le 47 sur les cours d’eau non réalimentés. Ces restrictions impactent environ 2% de la surface agricole irriguée, 95% des surfaces irriguées bénéficiant de ressources en eau sécurisées

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 15/08/18 | Corrèze: l'agriculture au rdv du numérique

    Lire

    Le 25 août, lors de la 50e édition du Festival de l'élevage de Brive, la Chambre d'agriculture de la Corrèze lance un vaste plan de développement des usages numériques agricoles: AgriNumérik 19. Son objectif: mettre à disposition de tous les agriculteurs volontaires du territoire un smartphone avec des applications et services associés. Une initiative d'ampleur unique en France, sous le regard bienveillant d'Hervé Pillaud, membre du Conseil national du numérique et VP de la Chambre d’agriculture des Pays de la Loire, invité de ce lancement.

  • 14/08/18 | EasyJet relie Paris et les pistes de ski

    Lire

    EasyJet vient de lancer une ligne Paris-Pau pour l’hiver 2019. L’aéroport de Pau proposera des navettes directes vers les pistes de ski, disponibles à la vente dès le 1er septembre, et la compagnie facilite le transport des équipements de ski. Deux vols quotidiens sont proposés et jusqu’à deux vols par jour les lundis, jeudis et vendredis.

  • 14/08/18 | Madiran et Pacherenc à la fête!

    Lire

    Ces 14 et 15 août, le village béarnais de Madiran met à l'honneur les appellations Madiran et Pachrenc du Vic Bilh à l'occasion de sa Fête du vins. Pour célébrer les 70 ans des 2 appellations, à travers de nombreuses animations: un espace vins (entrée 5 €) avec dégustations, ventes de vins et rencontres avec les vignerons, mais aussi jeux pour enfants, marché gourmand, défilé des confréries, soirées tapas, bals, concerts le tout accompagnée d'une fête foraine et d'un feu d'artifice pour finir en beauté, le 15 août à 23h30.

  • 13/08/18 | Revenu de base : une expérimentation dans les départements préconisée

    Lire

    Jean-Luc Gleyze, président du département de la Gironde, note avec intérêt que le rapport de préfiguration de France stratégie, qui vient d'être remis au Premier ministre sur l'allocation sociale unique préconise en conclusion "une expérimentation préalable dans une partie du territoire. Il rappelle la volonté de la Gironde d'expérimenter le revenu de base et précise que les scénarios d'expérimentation d'un revenu de base portés par la Gironde et 12 autres départements ne "font pas de perdants".

  • 13/08/18 | L’Afrique de retour en Sud-Gironde

    Lire

    Grâce à l’engagement de la mairie de Noaillan la 4ème édition du festival Africa Ciron aura lieu le 25 août à la maison Dubernet. Différentes activités comme de la danse, des contes, un concert, des expositions ou une projection nous permettront d’enrichir notre culture africaine. Safiatou Faure, qui a créé le festival du Sahel de Saint-Médard-en-Jalles sera mise à l’honneur. Entrée gratuite. Programme : https://dubernet.noaillan.fr 

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | LGV et les nuisances sonores: Lisea explique sa méthode

07/08/2017 | Le concessionnaire de la nouvelle LGV s'active pour répondre aux inquiétudes suscitées par les nuisances sonores constatées au passage des rames

TGV Océane LGV Tours - Bordeaux

Dans un communiqué dont la tonalité se veut rassurante et marquée d'une certaine volonté de transparence après les réactions qui sont montées en gamme au sein de plusieurs municipalités - Marsas et Laruscade notamment en Gironde - le concessionnaire de la LGV Sud Europe Atlantique indique " avoir été à la rencontre de 30 communes en 15 jours" et ajoute: "le travail d’écoute, de collecte et de concertation se poursuit. Une dizaine de réunions est programmée d’ici septembre."

 

LISEA précise "qu'il porte une attention particulière aux nuisances sonores générées par la nouvelle infrastructure ferroviaire mise en service le 2 juillet dernier. Dans ce contexte, un courrier a été envoyé le 19 juin aux maires concernés, pour les informer de l’initiative d’instruire une première campagne de mesures acoustiques, à partir de septembre. Objectif : valider en situation réelle de trafic les mesures théoriques préalables relatives à la mise en place de protections acoustiques (merlons, murs anti-bruit).

80 réclamations

A ce jour, le concessionnaire a reçu "80 réclamations de riverains, a rencontré 30 communes lors de 6 réunions de travail et une dizaine de réunions de travail sont programmées d’ici septembre. Ces échanges ont déjà permis d’affiner le travail qui sera réalisé par le CEREMA, l’organisme en charge de réaliser les mesures sur le terrain, puisque145 points de mesure sont déjà identifiés et validés. Les prochaines réunions permettront de compléter ce travail de proximité la mobilisation de l’ensemble des parties prenantes, élus, associations de riverains, services de l’Etat, assure la bonne marche de cette campagne de mesures acoustiques. "

Et Lisea par le biais de questions-réponses rappelle la réglementation en cours et les dispositions qu'il compte prendre pour les études acoustiques futures.

En matière de protection acoustique, qui fait quoi ? Qu’est ce qui a été mis en place ?

"Le sujet acoustique a été initié en 2001 durant la phase de conception avec SNCF Réseau et les collectivités des territoires traversés par l’infrastructure. Lorsque LISEA a obtenu le contrat de concession en 2011, un travail d’approfondissement a été engagé pour répondre au mieux aux  besoins des riverains et des élus. Ce travail a abouti à la mise en place de différents moyens de protections en prévision d’un trafic théorique en 2036 : ce sont concrètement des déblais, des merlons et une centaine de kilomètres de murs anti-bruit."

Quelle est la réglementation en matière de protection acoustique sur une ligne à grande vitesse ?

"Les différentes protections ont été réalisées dans un souci permanent de respect de la réglementation relative au bruit des infrastructures, datant de 8 novembre 1999. La réglementation impose une limite de 60 décibels de jour en moyenne (la moyenne est calculée de 6h à 22h) et de 55 décibels en nocturne (22h – 6h)."

En quoi consiste la campagne d’impact acoustique qui sera lancée en septembre 2017 ?

"Cela fait partie des engagements de LISEA et les maires ont reçu un courrier le 19 juin avant la mise en service de la ligne pour leur expliquer la méthodologie. Cette campagne de mesure consiste à vérifier la conformité acoustique de la ligne en condition réelle de trafic, avec notamment les nouvelles grilles de circulation qui seront mises en place en septembre. Cette campagne se fera jusqu’au printemps 2018. Des relevés de terrains vont être effectués sur l’ensemble de la ligne par le CEREMA, un organisme indépendant."

Comment LISEA va procéder ?

"Avant la mise en service de la ligne, LISEA a informé les maires du lancement de cette campagne. Des rencontres sont lancées depuis mi-juillet avec les maires, à leur demande, et ce, durant tout l’été.  L’objectif ? Définir au mieux les points où seront placés les micros pour les mesures."

Comment fonctionne cette campagne de mesure ? Quand seront connus les résultats ?

"C’est le CERAMA de Blois et Bordeaux qui prend directement contact avec les riverains concernés par l’étude. L’organisme installera le micro à proximité de l’habitation, à environ 1,5 mètre de la façade, pour enregistrer et mesurer le bruit pendant 24h. Ensuite, le traitement des données prend environ 5 semaines. Les résultats seront communiqués au fur et à mesure de l’avancement des contrôles et selon les modalités choisies par les communes."

Que se passera-t ’il en cas de dépassement de la réglementation ?

"Si des écarts sont constatés et que les seuils règlementaires à certains niveaux ne sont pas respectés, LISEA mettra en place des mesures complémentaires.  LISEA s’est engagée, dans le respect des seuils règlementaires quel que soit le trafic constaté, tout au long des 44 prochaines années. D’autres campagnes de mesures seront ainsi réalisées durant toute la durée de la concession."

 

 

La Rédaction
Par La Rédaction

Crédit Photo : Aqui.fr

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
113586
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
2 réactions
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
RECARTE Pierre | 08/08/2017

C’est un concert de protestations des riverains de la LGV contre les nuisances sonores. Une seule voix ne se fait pas entendre, celle du président de la région Nouvelle Aquitaine, Alain Rousset, l’un des décideurs.
Pourtant dans une Tribune Libre parue le 02/12/2009 (http://www.renaudlagrave.fr/article-tribune-libre-d-alain-rousset-sur-la-lgv-40424618/) notre édile déclarait :
« Face aux inquiétudes soulevées, la concertation est indispensable. La Région y veillera et participera au fonds de solidarité territoriale destiné à compenser les nuisances environnementales, sonores, paysagères au-delà des obligations de RFF en la matière. Il s’agit de prendre nos responsabilités, en ayant à l’esprit que nous décidons aujourd’hui la mobilité aquitaine et européenne du XXIe siècle. »
Quand le Président de Région, l’un des co-responsables de cet état de fait, prendra-t-il ses responsabilités ?

Patrick LANTRES | 14/08/2017

L’interview que vous avez réalisée auprès de Liséa dresse un portrait idyllique de la situation. Seulement 80 réclamations reçues mais interrogez les communes, les associations et vous pouvez multiplier par 10 ce chiffre au vu du nombre de communes traversées entre Tours et Bordeaux et du sondage que nous avons effectué. Liséa annonce une campagne de mesures mais oublie de vous dire combien : 100 sur tout le trajet soit moins de 2 par commune. Ce sera aux communes de choisir. Très habile ainsi Liséa pourra se dédouaner auprès de la population… "ce n’est pas nous qui avons choisi….adressez-vous à votre Maire !" Il a fort à parier que les relevés confirmeront à quelques 1/10 de décibel ce que Réseau Ferré de France avait prévu en 2008 (étude qui a servi à Liséa d’établir les caractéristiques et lieu des protections). Certes Liséa DOIT respecter la loi sur le bruit mais qu’est ce qui lui empêche de faire mieux ? Rien mais Liséa ne veut pas. Les habitants se plaignent du bruit car on leur a dit que la limite de 60 décibels était équivalent au bruit d’un sèche linge (réponse donnée à une question lors d’une réunion publique) mais c’est comparer ce qui est incomparable : cette limite est une moyenne sur 16 heures de prise de son. Liséa oublie de bien l’expliquer et surtout "oublie" de dire qu’il faut ajouter de l’ordre de 27 décibels pour avoir le bruit réel. Soit le bruit d’une tondeuse et ceci 140 fois par jour (nombre de rames prévues en 2035). Qui peut vivre sous une telle menace ? Personne mais Liséa n’en a cure …. « Ce n’est pas de notre faute c’est la Loi « me suis-je vu rétorqué un jour, « adressez-vous à l’Etat ». Eh bien chiche … Messieurs les députés êtes-vous prêt a soutenir une telle démarche, à réviser la Loi ? Il y va de la santé publique. Patrick Lantrès Président du Comité TGV Réaction Citoyenne. Tél 0681136791

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 18 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !