Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

23/09/20 : Après consultation du comité d’experts, la préfète des Landes a décidé qu'à compter de ce jour 14h00, la vigilance revient au niveau jaune pour les feux de forêt. Autrement dit une vigilance moyenne, au niveau 2 sur une échelle de 5.

22/09/20 : La Chambre d'agriculture de la Haute-Vienne va engager une procédure pour obtenir le statut de calamité sécheresse en raison du déficit en eau des derniers mois. Les agriculteurs bénéficieraient d’aides pour pallier la baisse de rendement en céréales.

22/09/20 : L'édition 2020 du festival Animasia, prévue les 10 et 11 octobre prochains a finalement été annulée pour respecter les annonces de la Préfecture concernant les nouvelles restrictions sanitaires notamment la réduction de la jauge d'évènements publics.

18/09/20 : L'incendie du 17 septembre en Nord Gironde avait causé l'interruption du trafic sur la LGV Sud Europe Atlantique. Après vérification du bon fonctionnement des installations par Lisea, le trafic a repris très progressivement depuis 16 heures.

17/09/20 : Dans le 47, la fibre optique arrive dans le Pays de Duras. 1ers foyers lot-et-garonnais raccordables début septembre grâce à l’action d’Orange passé avec le Conseil départemental.

17/09/20 : Touchés par la crise liée au Covid, les producteurs de Foie gras ouvrent leurs portes lors des journées du patrimoine (19-20/09). En Lot-et-Garonne, 2 élevages accueillent le public : La Ferme de Souleilles à Frespech et la Ferme de Ramon à Lagarrigue.

16/09/20 : Trois statues de la flèche de Notre-Dame⁩ sont de retour à Paris depuis mardi, plus précisément à la cité de l'architecture. Elles avaient été déplacées dans le cadre de travaux trois jours avant l’incendie pour être restaurées en Dordogne.

10/09/20 : Le Mouvement Européen France - Gironde a tenu son Assemblée Générale début septembre. François Adoue, directeur de l'Observatoire International des Métiers Internet a été élu président de l'association et succède ainsi à Jean-Michel Arrivé.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 24/09/20 | Covid-19: après les premiers tests, l'UPPA reste vigilante

    Lire

    Dans la matinée du mardi 22 septembre 2020, le Laboratoire Bio-Pyrénées a réalisé sur le campus de Pau une campagne de 200 tests de dépistage à la Covid-19 auprès des étudiants. Celle-ci a révélé 6 cas positifs à la Covid-19 sur les 107 prélévements nasopharyngés analysés par PCR, soit 5,6 % des étudiants testés. Un résultat qui incite l'Université "à rester vigilante" au regard de la moyenne au niveau nationale du taux de positivité (6.2 % au 23/09/20 à 14h) et des moyennes départementales publiées le 17/09/20 : Pyrénées-Atlantiques (4.2%), Landes (4.8 %) et Hautes-Pyrénées (3.1%).

  • 24/09/20 | Charente-Maritime : premier bilan de la tornade du 23 septembre

    Lire

    Mercredi vers 16h30, une tornade s'est abattue d'un coup sur le sud de l'île d'Oléron. Elle a ensuite traversé le pertuis pour remonter par Marennes, Port-des-Barques, Fouras et Saint-Laurent-de-la-Prée avant de perdre en intensité à l'intérieur des terres. Renforcés par le SDIS de Charente, les pompiers ont effectué une soixantaine d'interventions. Hormis deux blessés légers la tornade a fait de nombreux dégâts matériels : véhicules retournés, tuiles ou toitures arrachées, arbres à terre...

  • 24/09/20 | La Nature s’expose à Guéret

    Lire

    Du 22 septembre au 10 octobre, la Ville de Guéret, en partenariat avec l’association Creusographie, propose l’exposition du Concours Photo 2020 au centre culturel Espace Fayolle. Chacun des 23 participants à cette exposition sera récompensé avec une attention particulière. Les 3 premiers se verront remettre officiellement leur lot le 1er octobre prochain, pour des raisons sanitaires.

  • 24/09/20 | Bordeaux : opération de dépistage COVID-19 pour les publics prioritaires

    Lire

    L’ARS Nouvelle-Aquitaine en lien avec la Préfecture, la Mairie et la Métropole de Bordeaux, avec l’appui du CHU de Bordeaux et de la Protection civile, organisent une opération de dépistage gratuit Place des Quinconces à Bordeaux du 23 septembre au 30 octobre, de 13h à 17h. Cette opération concerne les personnes présentant des symptômes compatibles avec la Covid-19 munies d’une prescription médicale et celles définies comme contact à risque d’un cas confirmé par l’autorité sanitaire disposant d’un justificatif de l’Assurance maladie.

  • 23/09/20 | EELV appelle aux candidatures pour les cantonales

    Lire

    Ils entendent faire "basculer" la majorité départementale. Les écologistes de Charente-Maritime appellent aujourd'hui à candidature dans les 26 cantons. Un projet commun sera bâti sur des thèmes comme l’eau, de l’agriculture de la conchyliculture ; l’action sociale; le handicap ; l’insertion ; le tourisme durable ; la biodiversité; le transport - ainsi que la création d'emplois utiles et non délocalisables respectueux de la nature et des hommes au service des nouvelles solidarités écologiques.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | LGV : les mesures acoustiques ne convainquent pas

09/03/2018 | La restitution des mesures acoustiques liées à la pollution sonore de la LGV souligne de plus en plus la nécessité de faire évoluer la règlementation

Nuisances sonores LGV

Ambiance électrique, ce 8 mars, en soirée à la salle des fêtes de Cézac où l'état major de Lisea, son président Hervé Le Gaignec en tête, accompagné par l'organisme chargé des études, le CEREMA (Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement ) rendait compte, en manière de restitutions, des mesures acoustiques réalisées depuis l'automne, dans dix communes girondines. Trente deux l'ont été à ce jour et quatre restent encore à mettre en place. Sur l'ensemble du dispositif d'enregistrement, seules deux maisons d'habitations à Laruscade et Marsas ont été impactées par des bruits dépassant le seuil règlementaire. Un constat qui n'a pas apaisé, au contraire, les riverains de la LGV.

L'ensemble des restitutions a été présenté dans un contexte de franche opposition de la part des riverains et de certains élus. Il faut dire, et cela avait déjà été le cas lors de réunions précédentes, que ces mesures de bruit qui, dans une collecte d'informations, expriment une manière de synthèse sont en profond décalage avec le ressenti des riverains. Qu'en est-il, notamment, de ce qui est qualifié de "bruit aérodynamique" lorsqu'un train circule au-delà de 320 km/heure? Le problème des pics de bruit est, en effet, au coeur de l'incompréhension et de la colère de nombreux habitants: " que fait-on pour gérer les pics de bruit à 90 décibels?". Elle repose, en particulier, la question de la règlementation qui remonte à 1999 et dont il semble de plus en plus évident qu'elle doit être reconsidérée. Cela a été dit et souligné lors de cette réunion souvent tendue : " la solution ne peut venir seulement de Lisea mais aussi de l'Etat." Véronique Hammerer, la députée LREM de la onzième circonscription de la Gironde, l'a dit sans détour, se prévalant d'un entretien avec la ministre des transports, Elisabeth Borne, qui lui a dit "comprendre tout à fait" la situation, s'engageant à se rendre sur le terrain vers la fin juin. Un Fonds de soutien de l'Etat aux travaux nécessaires est évoqué et dix députés des départements traversés par la Grande vitesse ont décidé de se concerter pour faire évoluer la règlementation. Mais il y faudra sans doute du temps même si Lisea, conscient de la gêne occasionnée et des conséquences économiques sur l'environnement de la ligne, a rappelé qu'elle "s'engageait quand on tangente les seuils de bruit à faire des travaux avec le constructeur." Des travaux dont la logique actuelle de ceux qui l'ont été, avant l'ouverture de la ligne, ne sautent pas toujours aux yeux des habitants. Certains n'ont pas caché d'ailleurs leur inquiétude, à cause des incidences sur la valeur des maisons et des terrains qui sont impactés par les nuisances actuelles. Brigitte Misiak la maire de Marsas, regrettant l'absence de représentant de la préfecture, et faisant écho à ces préoccupations a pointé l'incompréhension de ces administrés qui voient passer le train vers Bordeaux où il arrivera en moins d'un quart d'heure, quand il leur faut une heure et demie pour rejoindre la métropole et leur travail. De son côté Alain Renard vice-président du conseil départemental note que "Lisea prend acte que les riverains disent subir des nuisances, mais c'est à l'Etat de faire évoluer la norme, ajoutant :" je demande que soit contrôlée la conformité des travaux de traitement des nuisances sonores effectuées par Lisea, au vu du dossier d'exécution de la plate-forme ferroviaire puisque son profil initial a été modifié et,  d'autre part, que des mesures de gestion des vitesses des rames soient mises en oeuvre pour réduire au plus vite les nuisances sonores sublies."

Joël Aubert
Par Joël Aubert

Crédit Photo : RB

La LGV Sud-OuestCet article fait partie du dossier

Voir les autres articles de ce dossier
Partager sur Facebook
Vu par vous
65161
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 26 + 15 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !