Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

24/11/20 : Âgé de 90 ans, André Luberriaga, ancien maire d'Ascain, au Pays basque, s’est éteint lundi, une semaine après son épouse Martta. Conseiller général d’Ustaritz de 1976 à 1988, l'UDF André Luberriaga, avait dirigé la commune de 1977 à 2001.

19/11/20 : Charente-Maritime : le taux de positivité au Covid-19 était ce soir de 75 pour 100 000 habitants, et de 90 pour La Rochelle, soit moitié moins que la semaine dernière, selon l'ARS. 34 patients sont hospitalisés à La Rochelle, dont 14 en réanimation.

17/11/20 : Charente-Maritime: dans le cadre de la poursuite du chantier de changement des câbles du Pont de Ré, la circulation automobile aura de courtes interruptions jeudi 19 novembre entre 12 et 13h, sans conséquence pour le passage des piétons et des vélos.

17/11/20 : Le festival de la BD d'Angoulême se fera en deux temps: en janvier pour la remise des fauves et en juin pour un festival en présentiel. Une exposition sera dédié à l'art d'Emmanuel Guibert au musée des beaux arts d'Angoulême, inauguré le 20/11/2021.

16/11/20 : Les communes de La Mothe Saint Héray et Saint Maixent l'Ecole dans les Deux-Sèvres ont été reconnues en état de catastrophe naturelle, suite aux inondations subies au mois de mars.

15/11/20 : Le Centre communal d’action sociale CCAS de La Rochelle lance un appel à la solidarité et au bénévolat pour épauler les acteurs de l’aide alimentaire. Contact : Frédérique Duchesne àfrederique.duchesne@ccas-larochelle.fr ou au 05 46 35 21 16.

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 28/11/20 | Forte mobilisation contre la loi sécurité

    Lire

    Forte mobilisation populaire à l'initiative de La Ligue des Droits de l'Homme, d'Amnesty, de syndicats de journalistes, contre la loi sécurité globale, ce samedi, dans plusieurs villes de la région, à Pau, Bayonne, Mont-de-Marsan, Périgueux, La Rochelle, Bordeaux où La marche des libertés réunissaient quelques huit mille personne qui se sont rassemblées place de la Bourse et se sont dirigées vers la place Pey Berland. Des casseurs ont saccagé en marge de la manifestation plusieurs magasins du centre ville notamment entre la rue Sainte Catherine la place Camille Jullian

  • 28/11/20 | Rajeunissement pour Les Halles d'Andernos-les-bains

    Lire

    L’équipe municipale d’Andernos-les-bains se lance un défi de taille : reconstruire son centre-ville afin de donner un coup de boost à son attractivité. Trois opérations principales : construction d’un complexe cinématographique et culturel, réaménagement des espaces publics dans la rue du 11-Novembre, sur la place du 14-Juillet et l’avenue de Bordeaux. La dernière, et pas des moindres : la démolition-reconstruction des halles du marché. Cette structure de 1200m2 qui accueille 25 commerces, ne répond plus aux usages et normes en vigueur. Pour cette reconstruction, la Région soutien la commune avec une aide de 600 000€.

  • 28/11/20 | Un magasin de producteurs à Châteauneuf-sur-Charente

    Lire

    En 2017, la commune de Châteauneuf-sur-Charente (16) a acquis un bâtiment au sein duquel différents commerces et services de proximité sont actuellement installés. Au sein de ce bâtiment, un magasin de producteurs va voir le jour sur une surface de 167 m² et où la gestion de celui-ci sera réalisés par les producteurs. Afin de permettre à la collectivité d’aménager les espaces adaptés à cette activité, la Région Nouvelle-Aquitaine a attribué lors de sa dernière commission permanente une aide de 32 750 euros.

  • 28/11/20 | Saintes : le site de la Palu va devenir un espace naturel sensible

    Lire

    Classé en zone Natura 2000, La Palu est un site naturel unique de 122 hectares, situé non loin du centre-ville et au bord du fleuve Charente, au coeur de la ville de Saintes. Le conseil municipal vient de valider une convention avec le Département pour faire du site un Espace naturel sensible (ENS). Le Département co-financera à hauteur de 40% l'ensemble des actions liées à la gestion, la préservation et la valorisation de l'environnement des lieux, ainsi que la mise en place d'une éco-taxe.

  • 27/11/20 | La collecte nationale des banques alimentaires est lancée

    Lire

    La banque alimentaire de Bordeaux et de la Gironde organiste sa collecte ces 27 et 28 novembre. Cette fois-ci, elle sera physique dans le respect des gestes barrière,comme habituellement dans les magasins les plus importants. La seconde est dématérialisée, avec l’opération de distribution de coupons correspondant à des repas (2 euros pour un repas). Les sommes réunies sont transformées ultérieurement en achat de denrées alimentaires. Au niveau des produits, il est préférable de favoriser féculents et conserves de poisson, viande et légumes. Surtout pas de produits frais, ni de produits pour bébé.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | LGV Tours-Bordeaux : vers des actions en justice

06/10/2019 | Le comité TGV Réaction Citoyenne a organisé ce samedi 5 octobre une réunion d'informations juridique et d'expertise. Plus de 150 personnes étaient présentes.

Plus de 150 personnes se sont réunies à Jaunay-Marigny pour une réunion d'informations juridique et d'expertise sur la LGV Bordeaux-Tours

Le comité TGV Réaction Citoyenne s’est réuni une nouvelle fois ce samedi 5 octobre à la salle de L’Agora de Jaunay-Marigny, pour revenir sur les nuisances engendrées par la ligne grande vitesse Bordeaux-Tours et surtout  pour évoquer les actions en justice  possibles . Invités à cette réunion d’information juridique et d’expertise, les avocats Christian Huglo et Corinne Lepage ainsi qu’un expert foncier, Jérôme Liévin. Au total, ce sont plus de 150 personnes impactées par la LGV qui se sont rendues à ce rendez-vous. Beaucoup d’entre elles envisagent de s’organiser pour intenter des actions en justice de manière individuelle contre la SNCF, SNCF Réseau ou encore le constructeur de la ligne. 

Salle comble à L’Agora de Jaunay-Marigny. Aux murs, des pancartes et des banderoles, contre le bruit et les nuisances engendrées par la ligne grande vitesse (LGV) Bordeaux-Tours. Les voisins et riverains de cette LGV se retrouvent pour un nouveau rendez-vous, toujours autant agacés et remontés face aux nuisances qu’ils subissent depuis le 2 juillet 2017 et l’inauguration du tracé Bordeaux-Tours. Ils sont venus de la Vienne, des Deux-Sèvres, de Charente, d’Indre-et-Loire ou encore de la Sarthe avec la présence en nombre du Collectif pour la Représentation des Intérêts des riverains de la LGV Paris-Rennes (le CRI 72). C’est une réunion d’information juridique et d’expertise organisée en présence des avocats Corinne Lepage et Christian Huglo et de l’expert foncier Jérôme Liévin. Jaunay-Marigny, un lieu qui n’est pas choisi par hasard. « La commune est impactée par le tracé choisi. C’est le plus proche des habitations et le plus nuisible, rappelle le maire de la commune Jérôme Neveux. La pollution sonore n’est pas prise en compte à son juste niveau. Elle touche au quotidien les habitants de ma commune ». 

Après deux années d’activité de la liaison inaugurée le 2 juillet 2017, les habitants ont la fâcheuse impression que les choses n’ont pas évolué et n’ont pas changé le long des 302 kilomètres de la ligne, plus les 38 kilomètres de raccordement. Cela représente 117 communes traversées par 50 à 80 trains à des vitesses dépassant les 300 km/h. Un passage de ces trains à grande vitesse qui n’est pas sans impact sur les riverains et leur maison. Certaines ont perdu de 30 à 40% de leur valeur selon Patrick Lantrès président du comité TGV Réaction Citoyenne. Réduire le bruit semble être un priorité du comité. Et cela pour le bien-être des habitants limitrophes du tracé. Cela peut passer par la réduction de la vitesse. « C’est un bon moyen de le réduire. On perd 7 décibels à chaque passage et seulement 13 minutes entre Bordeaux et Paris », précise Patrick Lantrès. Puis il y a les fameux murs anti-bruit. Coûteux. « On annonce 10 000 euros pour un mètre », poursuit le président du comité. Autre proposition, la mise en place d’une taxe sur le schéma « pollueur-payeur ». Des choses à étudier. En plus, le comité craint l’ouverture à la concurrence qui entraînerait une augmentation du nombre de trains. « Cela multiplierait également le nombre d’interlocuteurs à qui nous adresser, indique-t-il. En 2030, il est prévu 140 trains par jour sur cette ligne. » 

Corinne Lepage est l'une des avocates à défendre les riverains de la LGV Bordeaux-Tours

Le cabinet Huglo-Lepage à la manoeuvre

« Il faut passer la vitesse supérieure maintenant. On ne peut pas mener une action de groupe, mais les requêtes peuvent être individuelles », s’indigne Patrick Lantrès. Selon lui, il faut agir maintenant. Les riverains qui subissent la LGV ont jusqu’au 1er juillet 2021 pour agir en justice, soit 4 ans après l’ouverture de la ligne. Le comité TGV Réaction Citoyenne a choisi de faire appel au cabinet d’avocat Huglo-Lepage, le même que celui qui s’occupe des dossiers sur le ligne Rennes-Paris. Qui plus est, il est connu pour s’être battu dans des affaires comme l’Amoco Cadiz, l’Erika ou même lors de le tempête Xynthia. Plus récemment l’association Respire a fait appel à lui après l’incendie de Lubrizol à Rouen. Les deux avocats en ont profité pour expliquer leur stratégie. « Selon la loi, on a tous le droit de vivre dans un environnement sain et qui respecte la santé », introduit Corinne Lepage. Elle veut poser un recours sur l’arrêté du 8 novembre 1999 relatif au bruit des infrastructures ferroviaires.

En revanche, « ce ne sera pas un recours collectif. Ce n’est pas possible en France » avertit-elle. Mais via son cabinet, elle propose de mettre en place une procédure pour attaquer au tribunal administratif en envoyant des lettres recommandées signées des avocats. Elles seront soumises aux personnes considérés responsables. Elle a même identifié plusieurs adversaires possibles : SNCF réseau, le constructeur de la ligne (Vinci) et la SNCF. « Cela ne mange pas de pain d’attaquer différentes personnes, explique son associé Christian Huglo. Il faut partir du point zéro et voir comment était la situation avant la ligne grand vitesse. Chaque dossier devra être composé d’éléments précis. L’acte de propriété, les rapports d’expertises… des documents qui doivent avoir une valeur pénale. » Corinne Lepage va même plus loin en disant qu’il faut être assez fin sur les indications données, qu’elles soient validées par des experts ou des médecins pour ce qui est de l’impact sur la santé des riverains. « Se regrouper ensemble et faire appel au même cabinet permet que les démarches soient moins coûteuses », conclut Corinne Lepage. Au niveau de la jurisprudence, les deux avocats se veulent rassurants. Puisque la présence du bruit est indéniable et que celui-ci provoque des troubles pour le voisinage. « Souvent la SNCF se couche devant les décisions des tribunaux administratifs », précise Corinne Lepage. 

Une réunion d'informations qui a rassemblé de nombreuses personnes ce samedi 5 octobre à Jaunay-Marigny

L’exemple de la Sarthe

Dans la salle, la présidente du CRI 72, Laure Artru  est venue apporter son soutien. Cette association a commencé les démarches avec le cabinet Huglo-Lepage dès juillet 2018 pour les 24 communes traversées et les 30 communes impactées par la LGV Rennes-Paris dans la Sarthe. « Nous avons avancé et nous avons des remontées. Nous sommes allés expliquer à tous les maires les démarches que leurs habitants doivent entreprendre. Des solidarités se sont créées face aux nuisances ». « Aujourd’hui, il se passe quelque chose », confirme sa secrétaire Anne-Marie Guitton. D’autres échanges et questions ont découlé des interventions. Chacun s’est exprimé sur son expérience personnelle et sur l’impact de cette LGV. Certains ont même rappelé que des installations auraient dues être prévues initialement et qu’elles n’ont jamais vu le jour.

La solidarité, Corinne Lepage l’a remarquée. « Elle renforce les actions de chacun. Ce n’est facile de savoir comment il faut se défendre face à ces nuisances. Les comités et les associations essaient de simplifier les choses. Les gens ne risquent rien au mieux, ils peuvent avoir une indemnisation », encourage-t-elle. Cela fait plus de deux ans que les habitants subissent les nuisances des trains à grande vitesse. L’association LGV Nord 86 a décidé de faire son propre relevé de décibels dans toutes les conditions météorologiques et à tous moments. On sent le ras-le-bol de ces passages courts mais nombreux et parfois même jusqu’au milieu de la nuit. Tous espèrent se faire entendre et s’organisent donc pour faire une action en justice. Elles devraient bientôt se multiplier… 

Julien Privat
Par Julien Privat

Crédit Photo : Aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
4492
Aimé par vous
1 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 31 + 17 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !
Sophie Binet, Pierre Ferracci et Jean-Luc Placet Société | 29/11/2020

Tribunes de la presse: quel avenir des différents métiers?

La ligne D du tramway a de forts enjeux politiques Société | 26/11/2020

Mobilités à Bordeaux Métropole : quand la jeunesse s’en mêle

Julien et Myriam Cruege, propriétaires du restaurant Julien Cruege à Bordeaux Société | 25/11/2020

Face à la crise, les restaurateurs se réinventent

Plaquette Nord Bassin Solidarite Société | 24/11/2020

Bassin d’Arcachon : commerces et clubs sportifs main dans la main !

Opération « Urgence Froid Bordeaux » dans la Maison éco-citoyenne de Bordeaux Société | 23/11/2020

Opération « Urgence Froid Bordeaux » : carton plein pour « Les Gratuits »

Entrée de l’hôpital de La Rochelle Société | 20/11/2020

L'hôpital de La Rochelle développe un outil précurseur pour anticiper les cas graves de Covid-19

La Maison Régionale des Sports de Talence Société | 18/11/2020

Coronavirus : le mouvement sportif néo-aquitain perd 165 000 licenciés

Travailleur en situation de handicap Société | 17/11/2020

Handicap et insertion professionnelle : naissance du passeport compétences "gestes barrières"

Illustration représentant Mathilde Puges et Maud Begon Société | 13/11/2020

Mathilde Puges, l'infectiologue bordelaise contaminée par la BD

statistiques pauvreté 2018 Société | 13/11/2020

« La crise est un révélateur de pauvreté » Christophe Vénien (Secours Catholique)

Les salariés de l'Atelier Remuménage pendant une livraison Société | 13/11/2020

Reconfinement : A Bordeaux l’Atelier Remuménage va plus loin dans la solidarité

Enquête Cyberlife Société | 11/11/2020

Cyber-harcèlement au collège : L'Université de Bordeaux mène l'enquête

Hopital mobile Bayonne Société | 10/11/2020

Bayonne accueille l'hôpital mobile déployé par le CHU de Toulouse

L'arrivée du train TER en gare de Bedous Société | 09/11/2020

La régularité des TER au coeur du comité de lignes Sud Aquitaine (Béarn)

Les ateliers du Mois de l'Innovation Publique en Nouvelle Aquitaine se dérouleront à La Base à Bordeaux Société | 08/11/2020

Mois de l’Innovation Publique : imaginer le service public du futur dans nos territoires