Soutenez aqui.fr face au défi de la Nouvelle Aquitaine

21/02/18 : Charente-Maritime: Dominique Bussereau a annoncé sur twitter qu'il quittait Les Républicains. "Je reste attaché aux militants, aux amis. Le faux pas grave d'un chef ne me permet pas de rester dans l'équipe du chef",s'est-il justifié sur Public Sénat.

20/02/18 : Pont d'Aquitaine fermé et la section de la rocade A630 comprise entre les échangeurs 2 (Lormont - Croix Rouge) et 4 (Bordeaux – Labarde), les nuits du mercredi 21 février à 21h00 au jeudi 22 à 6h00 et du 22 à 21h00 au 23 février 6h00

16/02/18 : Suite au décès de Joan Taris, les élus MoDem & Apparentés du Conseil régional néo-aquitain ont choisi Pascale Requenna, tête de liste du département des Landes lors des élections régionales de 2015, pour incarner la Présidence de leur groupe.

- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 23/02/18 | La Charente-Maritime en alerte pollution atmosphérique

    Lire

    La préfecture de Charente-Maritime a placé en alerte pollution atmosphérique le 22 février, jusqu'à nouvel ordre. La vitesse des véhicules à moteur est donc limitée sur les routes du département : à 110km/h sur les portions d’autoroutes normalement limitées à 130km/h ; à 90 km/h sur les routes normalement limitées à 110 km/h, à 70 km/h sur les routes limitées à 90 km/h. Il est également interdit de brûler des déchets verts ou autre à l'air libre.

  • 22/02/18 | Bordeaux: Anne Walryck démissionne à son tour après les propos de Wauquiez

    Lire

    Anne Walryck, adjointe au maire de Bordeaux, vice-présidente de la métropole, annonce ce jour sa démission des Républicains « devant les propos assumés et calomnieux de Laurent Wauquiez sur Alain Juppé », rejoignant ainsi d'autres conseillers démissionnaires: Elizabeth Touton, Anne Brézillon, Jean-Louis David, Stéphane Delaux, Joël Solari, Laetitia Jarty-Roi.

  • 22/02/18 | Pic de pollution en Gironde: réduction des vitesses maximales autorisées

    Lire

    En conséquence du déclenchement d'une alerte de pollution aux particules fines émise par Atmo Nouvelle-Aquitaine pour jeudi 22 et vendredi 23 février sur le département de la Gironde, Didier Lallement, préfet du département, a pris un arrêté qui réduit de 20km/h les vitesses maximales autorisées sur l’ensemble du réseau routier du département (hors voiries urbaines) jusqu’à la fin de l’épisode de pollution.

  • 22/02/18 | La Gironde déclenche le niveau 2 du plan Grand Froid

    Lire

    Compte tenu de la vague de froid attendue cette semaine sur la Gironde, le préfet Didier Lallement a décidé, dans le cadre du niveau 2 du plan Grand froid, de renforcer la capacité d’accueil en hébergement d’urgence. 66 places supplémentaires sont ainsi ouvertes dont 34 pour les familles et 32 pour les personnes isolées. Au total, ce sont 1 576 places qui sont mobilisées pour l’accueil des sans-abri en Gironde dont 365 places au titre du dispositif hivernal.

  • 21/02/18 | Du mouvement au sein de la Gauche régionale

    Lire

    Des élus du conseil régional ayant quitté le groupe (et le parti) socialiste en début d'année (dont son ex-président Stéphane Delpeyrat-Vincent) un nouveau groupe annonce sa création au sein de l'assemblée régionale : le « Groupe Génération.s », issu du mouvement de Benoît Hamon. Créer par Naïma Charaï, Stéphane Delpeyrat-Vincent, Mathieu Bergé et William Jacquillard, il ambitionne "d'alimenter la Gauche d’idées nouvelles en adéquation avec les valeurs que nous avons toujours portées, notamment au sein de l’assemblée régionale, dans la perspective de la voir gagner les prochaines élections régionales de 2021"

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Libourne veut ajouter son grain de SEL au "business" collaboratif

25/02/2015 | Il existe plus de 600 "systèmes d'échanges locaux" en France depuis leur création au milieu des années 90. Sans promouvoir le troc, ils restent un échange de bons procédés

En 2015, le conseil d'administration du SEL de Libourne est composé de 6 membres

540 euros. C'est ce que rapportait en une seconde la consommation collaborative en 2014, soit environ 20 milliards d'euros, dont 2,7 pour les particuliers. Mais à la permanence de l'association des SEL de Libourne, on ne parle presque jamais en euros, tout se fait en grains. Cette association, née dans les années 80 au Canada, a débarqué en France dans les années 90. On y échange des services contre une monnaie parallèle, souvent particulière à chaque région. On compte plus de 600 de ces ancêtres de l'économie collaborative en France. A Libourne, ça fait presque 20 ans que ça dure.

Comme tous les samedis, la porte est grande ouverte à la permanence du SEL, le "système d'échanges locaux" de Libourne, autrement nommée "Grains de S.A.B.L.E du Libournais", fondée en 1997. On n'y attend pas forcément les 70 adhérents que compte cette antenne locale depuis sa création, mais au moins quelques uns, les plus fidèles, font le déplacement. Au milieu des tables, des chaises ou s'affairant derrière le bar, on y trouve aussi les 6 membres du conseil d'administration, ceux qui font vivre "l'asso". Il ne reste presque plus personne des débuts, d'autres ont pris leur place. 

Bernard Corbier, le secrétaire du SEL de Libourne, est là depuis 3 ans. Il raconte comment il a rejoint le mouvement. "J'en avais déjà un peu entendu parler. Un jour, je suis allé à la bourse du travail pour régler un problème avec mon syndicat. Dans les mêmes locaux, pas très loin, il y avait une assemblée générale du SEL. Ca m'a intrigué, alors j'ai poussé la porte. Et c'est comme ça que j'ai commencé à m'impliquer", déclare-t-il. Concrètement, quel est le but de cette association ? Leur devise, "le lien est plus important que le bien", est sans doute la plus à même de définir leur utilité. Il s'agit en fait d'établir, pour chaque adhérent, une série d'offres et de demandes de services, réunis dans un catalogue. Les services "demandés" ou rendus peuvent être très variés : cela va du co-voiturage à la garde d'animaux domestiques, en passant par des passions comme la philatélie ou le jardinage collectif. 

Une naissance compliquéeVéritable ancêtre de l'économie dite "collaborative", qui fleurit de plus en plus, les SEL regroupent l'ensemble de ces pratiques dans un seul et même but : la coopération entre adhérents sans avoir recours à aucun échange d'argent quel qu'il soit. Les services sont ainsi rémunérés en grains de SABLE (les monnaies changent en fonction des endroits ou l'on se trouve. Dans le périgord, on appelle la monnaie du SEL la "truffe"... logique !), à raison d'un grain par minute, soit 60 grains pour une heure de service. Ainsi, chaque adhérent, comme quand il souhaite spéculer en bourse, reçoit, après une cotisation annuelle de 12 euros, un "capital" de 150 grains qu'il peut "dépenser" à l'envie. Nés au Canada dans les années 80, les SEL se nommaient alors LETS (Local Exchange Trading System), sur l'île de Vancouver touchée par le chômage de masse. C'est là qu'est né ce système de "troc" détourné, avec la monnaie locale, le "green dollar". 5 ans plus tard, minés par des problèmes de trésorerie et de logistique interne et une profonde perte de confiance de l'ensemble des adhérents, l'expérience s'arrête, non sans avoir créée des clones quelques centaines de kilomètres plus bas, en Amérique du Nord. 

Ironie du sort, le tout premier SEL de France a été initié en 1990 par un entrepreneur privé à l'entreprise au nom très évocateur : "Trader France". On gérait alors les échanges par Minitel ! Aujourd'hui, il existe un peu plus de 600 antennes un peu partout en france, qui peuvent aller de 2 ou 3 à plusieurs centaines d'adhérents, pour un total estimé entre 25 et 30 000. Non sans heurts, comme en Ariège ou trois adhérents ont été poursuivis pour travail clandestin en 1996 puis relaxés. Le Fisc ne semble pas vouloir chercher des noises aux SEL, qui n'a connu aucune condamnation judiciaire réelle depuis sa création en France. 

Libourne, une antenne comme les autres A Libourne, c'est en 1997 que l'association a vu le jour, au 36 ter rue du 1er RAC. Pour autant, si Bernard Cormier parle volontiers d'échange, il n'est ici nulle question de troc : "La personne à qui on rend le service n'est pas obligatoirement celle qui doit nous en rendre un en retour. C'est un échange en réseau, avec tous les adhérents. Le but, c'est avant tout de faire découvrir à des gens que tout le monde a quelque chose à offrir". Renée Charles, ancienne trésorière du SEL de Libourne, confirme : "On ne fonctionne pas vraiment sur le principe de la réciprocité. C'est aussi, parfois, pour sortir de la solitude". En effet, sur le catalogue d'offres et de demandes, on voit fleurir des propositions comme des "ballades à vélo" ou "de l'écoute et de la présence" : c'est là que l'on constate la différence avec une entreprise de services plus "traditionnelle". Le SEL a depuis créé diverses initiatives comme "La route des SEL", sorte d'ancêtre du "couchsurfing" qui permet de voyager en faisant des rencontres sans vider son porte-feuille. 

Chaque année, une agence organise des "rencontres nationales", histoire de réunir et de fédérer encore plus toutes les initiatives. La prochaine se tiendra en août en région PACA. En 2014, elle s'est tenue en Ariège, en plein coeur du lycée agricole de Pamiers. "Pendant une semaine, on a un peu fait du camping, on avait installé des tentes, on faisait les repas ensembles, c'était convivial. C'est tout à fait l'esprit", affirme le secrétaire de l'agence libournaise. Et si, de l'aveu même des adhérents, le public de ce type d'initiative est plutôt "âgé", c'est sans doute parce que les plus jeunes se tournent vers une économie collaborative plus ciblées, avec des marques identifiées. Mais "l'ancêtre" se défend encore pas mal. En 2015, le SEL de Libourne comptait environ 70 adhérents, avec quelques renouvellements chaque année. Elle organise régulièrement des animations, des "repas communs", des braderies, "mais pas trop souvent sinon les gens se lassent et ne viennent pas". 

Et elle n'est pas la seule : d'autres clones ont su s'inspirer de l'idée entre temps. C'est notamment le cas de "Portraits de Famille", centre socio-culturel et lieu de rencontres et d'échanges qui organise des rendez-vous de tous genres, de la visite de théâtre à la sortie au cirque en passant par le "café des parents", le tout pour une adhésion d'une dizaine d'euros par famille. Quand on sait que selon de récentes statistiques, la consommation collaborative pourrait représenter un marché de 335 milliards de dollars d'ici à 2020, nul doute que ce genre d'initiative locale a encore de beaux jours devant lui.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
8955
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 8 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !