18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 21/10/17 | Edouard Philippe à Bordeaux

    Lire

    Edouard Philippe était en déplacement aujourd'hui à Marseille et Bordeaux où le Premier ministre a rendu visite à Alain Juppé. Entre autres politesses et admirations mutuelles ("la relève est assurée" a déclamé le maire de Bordeaux, "j'ai appris en vous regardant" lui a répondu le Premier ministre), Edouard Philippe s'est rendu à une réunion de travail à la métropole et devait faire un discours à la Convention Nationale des avocats en fin d'après-midi.

  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Libourne veut ajouter son grain de SEL au "business" collaboratif

25/02/2015 | Il existe plus de 600 "systèmes d'échanges locaux" en France depuis leur création au milieu des années 90. Sans promouvoir le troc, ils restent un échange de bons procédés

En 2015, le conseil d'administration du SEL de Libourne est composé de 6 membres

540 euros. C'est ce que rapportait en une seconde la consommation collaborative en 2014, soit environ 20 milliards d'euros, dont 2,7 pour les particuliers. Mais à la permanence de l'association des SEL de Libourne, on ne parle presque jamais en euros, tout se fait en grains. Cette association, née dans les années 80 au Canada, a débarqué en France dans les années 90. On y échange des services contre une monnaie parallèle, souvent particulière à chaque région. On compte plus de 600 de ces ancêtres de l'économie collaborative en France. A Libourne, ça fait presque 20 ans que ça dure.

Comme tous les samedis, la porte est grande ouverte à la permanence du SEL, le "système d'échanges locaux" de Libourne, autrement nommée "Grains de S.A.B.L.E du Libournais", fondée en 1997. On n'y attend pas forcément les 70 adhérents que compte cette antenne locale depuis sa création, mais au moins quelques uns, les plus fidèles, font le déplacement. Au milieu des tables, des chaises ou s'affairant derrière le bar, on y trouve aussi les 6 membres du conseil d'administration, ceux qui font vivre "l'asso". Il ne reste presque plus personne des débuts, d'autres ont pris leur place. 

Bernard Corbier, le secrétaire du SEL de Libourne, est là depuis 3 ans. Il raconte comment il a rejoint le mouvement. "J'en avais déjà un peu entendu parler. Un jour, je suis allé à la bourse du travail pour régler un problème avec mon syndicat. Dans les mêmes locaux, pas très loin, il y avait une assemblée générale du SEL. Ca m'a intrigué, alors j'ai poussé la porte. Et c'est comme ça que j'ai commencé à m'impliquer", déclare-t-il. Concrètement, quel est le but de cette association ? Leur devise, "le lien est plus important que le bien", est sans doute la plus à même de définir leur utilité. Il s'agit en fait d'établir, pour chaque adhérent, une série d'offres et de demandes de services, réunis dans un catalogue. Les services "demandés" ou rendus peuvent être très variés : cela va du co-voiturage à la garde d'animaux domestiques, en passant par des passions comme la philatélie ou le jardinage collectif. 

Une naissance compliquéeVéritable ancêtre de l'économie dite "collaborative", qui fleurit de plus en plus, les SEL regroupent l'ensemble de ces pratiques dans un seul et même but : la coopération entre adhérents sans avoir recours à aucun échange d'argent quel qu'il soit. Les services sont ainsi rémunérés en grains de SABLE (les monnaies changent en fonction des endroits ou l'on se trouve. Dans le périgord, on appelle la monnaie du SEL la "truffe"... logique !), à raison d'un grain par minute, soit 60 grains pour une heure de service. Ainsi, chaque adhérent, comme quand il souhaite spéculer en bourse, reçoit, après une cotisation annuelle de 12 euros, un "capital" de 150 grains qu'il peut "dépenser" à l'envie. Nés au Canada dans les années 80, les SEL se nommaient alors LETS (Local Exchange Trading System), sur l'île de Vancouver touchée par le chômage de masse. C'est là qu'est né ce système de "troc" détourné, avec la monnaie locale, le "green dollar". 5 ans plus tard, minés par des problèmes de trésorerie et de logistique interne et une profonde perte de confiance de l'ensemble des adhérents, l'expérience s'arrête, non sans avoir créée des clones quelques centaines de kilomètres plus bas, en Amérique du Nord. 

Ironie du sort, le tout premier SEL de France a été initié en 1990 par un entrepreneur privé à l'entreprise au nom très évocateur : "Trader France". On gérait alors les échanges par Minitel ! Aujourd'hui, il existe un peu plus de 600 antennes un peu partout en france, qui peuvent aller de 2 ou 3 à plusieurs centaines d'adhérents, pour un total estimé entre 25 et 30 000. Non sans heurts, comme en Ariège ou trois adhérents ont été poursuivis pour travail clandestin en 1996 puis relaxés. Le Fisc ne semble pas vouloir chercher des noises aux SEL, qui n'a connu aucune condamnation judiciaire réelle depuis sa création en France. 

Libourne, une antenne comme les autres A Libourne, c'est en 1997 que l'association a vu le jour, au 36 ter rue du 1er RAC. Pour autant, si Bernard Cormier parle volontiers d'échange, il n'est ici nulle question de troc : "La personne à qui on rend le service n'est pas obligatoirement celle qui doit nous en rendre un en retour. C'est un échange en réseau, avec tous les adhérents. Le but, c'est avant tout de faire découvrir à des gens que tout le monde a quelque chose à offrir". Renée Charles, ancienne trésorière du SEL de Libourne, confirme : "On ne fonctionne pas vraiment sur le principe de la réciprocité. C'est aussi, parfois, pour sortir de la solitude". En effet, sur le catalogue d'offres et de demandes, on voit fleurir des propositions comme des "ballades à vélo" ou "de l'écoute et de la présence" : c'est là que l'on constate la différence avec une entreprise de services plus "traditionnelle". Le SEL a depuis créé diverses initiatives comme "La route des SEL", sorte d'ancêtre du "couchsurfing" qui permet de voyager en faisant des rencontres sans vider son porte-feuille. 

Chaque année, une agence organise des "rencontres nationales", histoire de réunir et de fédérer encore plus toutes les initiatives. La prochaine se tiendra en août en région PACA. En 2014, elle s'est tenue en Ariège, en plein coeur du lycée agricole de Pamiers. "Pendant une semaine, on a un peu fait du camping, on avait installé des tentes, on faisait les repas ensembles, c'était convivial. C'est tout à fait l'esprit", affirme le secrétaire de l'agence libournaise. Et si, de l'aveu même des adhérents, le public de ce type d'initiative est plutôt "âgé", c'est sans doute parce que les plus jeunes se tournent vers une économie collaborative plus ciblées, avec des marques identifiées. Mais "l'ancêtre" se défend encore pas mal. En 2015, le SEL de Libourne comptait environ 70 adhérents, avec quelques renouvellements chaque année. Elle organise régulièrement des animations, des "repas communs", des braderies, "mais pas trop souvent sinon les gens se lassent et ne viennent pas". 

Et elle n'est pas la seule : d'autres clones ont su s'inspirer de l'idée entre temps. C'est notamment le cas de "Portraits de Famille", centre socio-culturel et lieu de rencontres et d'échanges qui organise des rendez-vous de tous genres, de la visite de théâtre à la sortie au cirque en passant par le "café des parents", le tout pour une adhésion d'une dizaine d'euros par famille. Quand on sait que selon de récentes statistiques, la consommation collaborative pourrait représenter un marché de 335 milliards de dollars d'ici à 2020, nul doute que ce genre d'initiative locale a encore de beaux jours devant lui.

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
8366
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 25 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Affichez Vous chez Nous ! J'aime aqui, je le soutiens !