09/08/22 : Une soixantaine de commerçants de la ville de Périgueux a prévu de participer à la grande braderie en plein coeur de l'été, pour les trois journées des jeudi 11, vendredi 12 et samedi 13 août.

09/08/22 : Dans les Deux-Sèvres, le bassin de la Charente et le sous-bassin Aume-Couture sont en alerte 1 pour l'eau. L'arrosage des espaces verts, l'alimentation des fontaines, le remplissage des piscines sont interdits ainsi que le lavage des véhicules.

09/08/22 : Le département de la Gironde est placé en vigilance orange canicule à compter de ce mardi midi. Les maximales attendues pourront atteindre 21° la nuit et 36 à 38° en journée.

09/08/22 : Le département du Lot-et-Garonne passe en vigilance orange canicule à compter de ce mardi midi, avec des températures maximales prévues de 36 à 38 °C, puis mercredi et jeudi, jusqu'à 40 °C. Fin de l'épisode attendue pour vendredi.

09/08/22 : Un décret au journal officiel du 4 août acte la création effective de la Chambre d'agriculture interdépartementale de la Charente-Maritime et des Deux-Sèvres au 1er octobre prochain. Un travail de rapprochement mené depuis plus de sept ans.

08/08/22 : En raison de la sécheresse et des prévisions météos pour la semaine, les forêts du Pignada et du Lazaret à Anglet (64) sont fermées à compter du lundi 8 août, 18 H. Une décision prise en prévention du risque maximal de départ de feu.

08/08/22 : Météo France place le département des Landes en vigilance jaune canicule à compter de ce lundi 14h00. La vague de chaleur prévoit des températures minimales comprises entre 18 °C et 20 °C la nuit et 36 °C à 38 °C en journée.

08/08/22 : La première édition de Biarritz Hall Music Festival avec les meilleurs artistes de la scène électro française a lieu le 12 et 13 août. L’équipe est à la recherche de bénévoles pour l'accueil, le bar, les animations, la logistique... pour s’inscrire:+ d'info

05/08/22 : Le festival Paseo ouvre ce 5 août à Bayonne. Entièrement gratuit, il propose un rendez-vous par soir de l’été, avec musique, chant, danse ou performance artistique. Inédit: des déambulations musicales gentiment déjantées les lundis.+ d'info

03/08/22 : La poudrerie Eurenco à Bergerac, classée Seveso, a connu plusieurs explosions ce 3 aout, en début d’après-midi. Un incendie dans un bâtiment de stockage s'est déclaré, mais il ne progresse plus. Huit personnes sont blessées. Le personnel est évacué.

03/08/22 : Entre 1,1 et 1,2 million de personnes ont participé à la 90 édition des fêtes de Bayonne pendant cinq jours et cinq nuits, en augmentation de 15 % par rapport à 2019. Le nombre de violences constatées a baissé.

03/08/22 : Depuis ce mercredi 3 août minuit, le département des Landes est placé en vigilance rouge (Niveau 4 sur une échelle de 5) pour le risque d'incendies en forêt.

03/08/22 : A compter du mercredi 3 août à midi, le Lot-et-Garonne passe simultanément en vigilance orange canicule, et vigilance rouge (vigilance très élevée - niveau 4 sur une échelle de 5) pour le « risque feux de forêt ».

02/08/22 : Un nouvel incendie s'est déclaré ce mardi à Laluque (Landes). 30 ha de pins ont déjà brulé. Deux maisons sont évacuées préventivement. Deux canadairs et un DASH réalisent des largages. 169 pompiers sont engagés. Sept trains sont immobilisés.

02/08/22 : L’incendie débuté dimanche 31 juillet à Mano (Landes) est fixé. Il est toujours actif mais contenu sur 300 ha. 100 sapeurs-pompiers, et 13 gendarmes sont encore sur place. Une partie des habitants évacués est autorisée à regagner son domicile.

01/08/22 : GIRONDE - Au vu des conditions météorologiques, le département a été placé en vigilance rouge par la préfecture (risque très élevé, niveau 4 sur 5) pour le risque d’incendies en forêt, à compter du 1er août 2022 et jusqu’à nouvel ordre.

28/07/22 : Face à la faible participation du public sur le projet de modification de la charte départementale des utilisateurs agricoles de produits phytopharmaceutiques, la préfecture 64 a décidé d'allonger le délais de la consultation jusqu'au 15 août 2022.+ d'info

- Publicité -
S’abonner ici !
proprietes-rurales.com
- Publicité -
  • 10/08/22 | Le leader du e-commerce équin s'installe en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    Blue Horse Group, leader français du e-commerce dédié au monde du cheval, sur les secteurs santé, soin et équipements pour le cheval et le cavalier, installe son siège et ses équipes de marketing digital et de e-commerce à Ambarès-et-Lagrave (33) et crée aussi sur place une plateforme logistique. Un choix dicté par "le carrefour logistique qu’offre la zone" et "le vivier de compétences Tech et Web de la métropole bordelaise", dans une région dense en haras, écuries de concours et centres équestres. 10 emplois ont déjà été créés, 4 à 5 autres nouvelles personnes devraient rejoindre la société.

  • 10/08/22 | Le train du rugby arrive en Nouvelle-Aquitaine

    Lire

    A un an de la Coupe du Monde 2022 de Rugby, un train du rugby parcourt la France depuis le 21 juillet dernier. Du 13 au 15 août, il fait escale à Bordeaux, à la gare Saint-Jean. A son bord, des expériences immersives ou la découverte des équipes qualifiées seront proposées. A cette occasion, un village Rugby va s'installer au Parc des Sports Saint-Michel. Il fera également escale à Dax, Bayonne, Biarritz, Pau, Agen, Poitiers, Limoges et Brive.

  • 10/08/22 | Orelsan chante pour les 40 ans du village Emmaus de Pau

    Lire

    Le Village Emmaüs Lescar-Pau fête ses 40 ans avec la reprise du festival le lundi 15 Août. A 18 h, rendez-vous avec une très belle programmation musicale: Orelsan, Mouss et Hakim, Specy-Men et Chamalove se partageront la scène pour un show exceptionnel vibrant d’entraide et d’espoir. Réservations des places, au bureau du Village Emmaüs Lescar-Pau, dans le réseau Ticketmaster et sur Eventick’.

  • 09/08/22 | Les urgences de Sainte-Foy-la-Grande fermées pour quatre nuits

    Lire

    Le service d’urgences du Centre Hospitalier de Sainte-Foy-la-Grande (Gironde) suspend les accueils de 18 h 30 à 8 h 30, les nuits des 10, 11, 12 et 13 aout. Le service rencontre des tensions de recrutement en personnel médical. Le service des urgences restera accessible en journée. La nuit, les usagers sont invités à contacter le Centre 15 qui les orientera vers la solution de prise en charge la plus adaptée. Le service d’urgences reprendra un fonctionnement normal à partir du dimanche 14 août 8h30 du matin. Le SMUR reste opérationnel durant la période et assurera les transferts.

  • 09/08/22 | Les Monuments aux Morts de la Grande Guerre s'exposent

    Lire

    Jusqu'au 29 septembre, les Archives Départementales de Guéret accueillent une exposition consacrée aux monuments aux morts de la Grande Guerre dans la Creuse. Réalisée par le service Patrimoine du Conseil Départemental, l'exposition présente le travail de recensement et d'analyse des 272 monuments creusois au travers de 25 panneaux.

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Société | Logement étudiant : panorama néo-aquitain

10/10/2019 | La ComUE d'Aquitaine a réalisé une étude sur les conditions de vie des étudiants de Nouvelle-Aquitaine sur les questions du logement et des transports.

1

Cela fait plusieurs rentrée que le sujet préoccupe les étudiants à Bordeaux : les logements ne sont pas en nombre suffisants face à un effectif annuel en augmentation régulière. Selon un classement des villes selon le coût de la vie étudiante réalisée par l'UNEF, le prix des loyers pour ces derniers a augmenté de 11,07% à la rentrée 2019. Mais si Bordeaux cristallise le problème, qu'en est-il des autres étudiants de la région Nouvelle-Aquitaine ? C'est la question à laquelle a tenté de répondre, nombreux chiffres à l'appui, la ComUE d'Aquitaine dans une étude récemment parue. On vous en a résumé l'essentiel aux côtés des responsables.

Le sujet ne cesse d'alimenter chaque rentrée, mais le problème demeure : le logement étudiant à Bordeaux est en sérieuse pénurie, ce qui n'empêche pas les effectifs de grimper  (102 000 étudiants l'an dernier (public et privé confondu) et les premières prévisions à 2027 montent même à 115 000). Le ratio à Bordeaux (8,5%) est en dessous de la moyenne nationale (10%). Dans une tribune libre récente, le premier adjoint à la mairie de Bordeaux, Fabien Robert, estimait qu'il faudrait, pour "disposer d'une offre de 14 500 logements étudiants conventionnés, presque doubler le rythme de construction annuel, en passant de 300 à 550 logements conventionnés par an en moyenne". De nouvelles perspectives pourraient permettre de faire remonter les chiffres : le prochain Contrat de Plan État Région (2021-2027) qui pourrait se pencher sur la facilitation du financement pour la recherche de foncier, la dévolution des bâtiments de l'Université pour qui le logement étudiant a été ciblé comme une priorité, la pression débutée auprès des plateformes de location saisonnière ayant permis de récupérer 900 logements depuis la mise en place de la règlementation à Bordeaux ou les programmes mixtes, tendance en train de monter du côté des bailleurs sociaux. L'étude, réalisée pour la première fois à l'échelle de la nouvelle région, n'est pas partie de nulle-part.

Le fait que les pénuries de logements soient un problème à Bordeaux est un fait connu depuis plusieurs années. Mais qu'en est-il pour le reste de la région Nouvelle-Aquitaine ? Les étudiants de Poitiers ou de Limoges connaissent-ils aussi des difficultés ? La réponse est oui, si l'on en croit une enquête publiée en ce début du mois d'octobre par la ComUE d'Aquitaine (Communauté d'universités et établissements) centrée sur les conditions de vie des étudiants. L'étude, réalisée pour la première fois à l'échelle de la nouvelle région, n'est pas partie de nulle-part, comme l'explique Muriel Savarit, coordinatrice des études au sein du groupement. "On a une mobilisation qui a été importante face à ce problème, on s'est tous dotés de plans nationaux ou régionaux de la vie étudiante (pour nous, ça a été un schéma directeur de la qualité de vie étudiante) pour améliorer leurs conditions de vie. Aujourd'hui, on prend de plus en plus conscience que les conditions de vie participent à la réussite des étudiants, que c'est l'objectif premier des établissements. On s'est dit qu'il fallait arriver à les suivre de manière régulière pour voir comment évoluaient leurs conditions de vie et voir là où ça pêche le plus. Entre 2015 et 2018, on a pu observer une augmentation des difficultés à se loger. On voulait objectiver ça avec des chiffres".

"Peu d'évolution"

Sans surprise, la question du logement arrive en tête des préoccupations des étudiants dans cette enquête, ce qui était déjà le cas pour la précédente à l'échelle de l'ex-Aquitaine. Avant d'évoquer ces dernières, quelques enseignement sur la typologie de logements recherchés, différentes selon le département où l'on se trouve. L'enquête précise d'abord que "la majorité des étudiants ont décohabité du domicile parental", que ce soit en location (50%), en résidence étudiante (22%), en tant que propriétaire ou chez un proche qui l'est (4%) ou en chambre chez l'habitant (2%). 21% vivent au domicile parental.

"Il y a eu peu d'évolution en termes de type de logement, mais la chambre chez l'habitant n'a pas été la proposition révolutionnaire pour ceux qui avaient des problèmes", souligne Muriel Savarit. Les résidences universitaires (13%) sont, là aussi sans surprise, plus répendues que les résidences privées (8%). 20 % vivent en colocation (sur les 50%) et 60% des étudiants en location vivent seuls. "Les types de logements occupés varient selon leur département de résidence" : on préfère la location dans les Deux-Sèvres (66%) et en Dordogne (62%), on aime davantage les résidences qu'à Bordeaux dans la Vienne et en Charente-Maritime (26 et 29%) et on cohabite plus dans les Landes (33%), les Pyrénées-Atlantiques (25%) et en Gironde (23%). En termes de critères de choix de logements, la proximité du lieu d'étude arrive loin devant (31%) derrière les raisons financières (23%) le confort (21%) ou l'indépendance (8%). En moyenne, les jeunes néo-aquitains consacrent 50% de leurs ressources (728 euros) aux frais de logement (374 euros).  

Du côté des difficultés, maintenant, on découvre que deux "décohabitants sur cinq déclarent avoir eu des difficultés pour trouver un logement et un peu plus d'un sur dix pour trouver un garant". 42% des étudiants néo-aquitains ont rencontré "au moins une des deux" et 8% ont cumulé les deux. Ceux résidant en Gironde ou en Charente-Maritime sont les plus nombreux à avoir rencontrer des difficultés (56% et 44%) quand en moyenne elles ont touché "un quart ou moins" ailleurs. "Globalement, on constate que tous les départements ont des difficultés, elles sont modérées selon les territoires mais elles sont quand même là. Il va falloir suivre ça sur les prochaines études pour voir si le problème du logement se répercutera sur ces territoires-là, parce qu'on est dans une logique où on invite les étudiants à partir faire leurs études sur des antennes, le problème du logement peut donc les suivre et monter sur les territoires environnants". Le Lot-et-Garonne, la Charente-Maritime et la Gironde sont ainsi les trois départements où le problème est le plus rapporté. "À La Rochelle, par exemple, le marché est particulièrement tendu parce que ce sont de très petites surfaces qui sont recherchées et qu'il y a aussi un problème lié à la saisonnalité, qui casse le rythme de location. Les Landes ont aussi des problèmes liés à l'offre de petites surfaces, insuffisante", argumente Sophie Lautié, rédactrice de l'étude.

Satisfaction variable 

En face des problèmes, on trouve aussi un taux de satisfaction : ce dernier est plutôt élevé (pour ceux qui ont trouvé, évidemment), sécurité (85%), confort (82%) ou état du logement (81%) satisfont la majorité, moins emballée par le prix même s'ils sont sept sur dix à être satisfaits. Globalement, la Gironde (416 euros) et les Landes (403 euros) sont les deux départements où la moyenne tarifaire des logements est la plus élevée devant le Lot-et-Garonne (357 euros), par exemple. Enfin, la Corrèze, la Vienne, les Pyrénées-Atlantiques et la Haute-Vienne, avec des temps de transports des résidences aux lieux d'études inférieurs à la moyenne, recueillent le palmarès de la satisfaction quant-à la proximité avec le lieu d'études. 

Enfin, l'étude de la ComUE donne également des précisions intéressantes sur le volet des mobilités, essentiellement sur les modes plébiscités : la "circulation douce" (marche à pieds ou vélo) représente 34% du total, la voiture individuelle 25% (le covoiturage 6% et les deux roues moins de 1%) et les transports en commun 35%. En Haute-Vienne, Vienne et Charente, on utilise plus ces derniers, quand la voiture individuelle est plus nécessaire en Dordogne ou dans les Landes (70%). En résidence, on préfère la marche ou le vélo (60%), la voiture pour les cohabitants (50%) et les transports en commun pour les étudiants ayant des chambres chez l'habitant (48%). "On voit que les étudiants utilisent d'autres modes que la voiture, notamment dans les grandes villes. Après, le niveau de satisfaction peut vraiment différer par rapport aux transports en commun pour lesquels les limites sont présentes...", rajoute Sophie Lautié. Ainsi, les plus satisfaits (97%) circulent... à pied, quand ils sont 48% seulement chez ceux qui circulent en train. "Les taux de satisfaction des étudiants résidant en Charente-Maritime, en Haute-Vienne, en Corrèze et dans les Pyrénées-Atlantiques sont supérieurs à la moyenne", ce qui prouve que le lieu géographique a un impact fort à la fois sur la satisfaction et le mode de transport plébiscité. À noter que l'étude a été réalisée auprès de 16 264 répondants avec un taux de réponse de 13,5%, ce qui est relativement faible. Mais Muriel Savari rassure : "ces données sont redressées au regard de la population initiale. Le taux de réponse n'est certes pas fou mais la quantité de données et d'individus qui ont répondu est assez intéressante pour dire que les données sont solides". Elle est censée être actualisée tous les trois ans, un délai "raisonnable par rapport à l'observation et à la réaction des établissements face aux chiffres qu'on leur donne".

L'info en plus : l'intégralité de l'étude est à retrouver en suivant ce lien

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : aqui.fr

Partager sur Facebook
Vu par vous
6580
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 12 + 14 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Des experts pour vous former ! J'aime aqui, je le soutiens !