18/10/17 : La CGT appelle à nouveau à manifester en Dordogne contre les ordonnances Macron sur le droit du travail. Les rassemblements auront lieu ce jeudi 19, à 17 h à Périgueux (palais de justice), Bergerac (palais de justice) et Sarlat (place de la Grande-Rigaudi

18/10/17 : Malgré la protestation d’élus et des syndicats, la Direction générale des Finances publiques a entériné la fermeture de la trésorerie de Mussidan (24). D’autres pourraient connaître le même sort comme à Belvès, Saussignac, Thiviers et Brantôme.

17/10/17 : La Rochelle organise son Colloque Citoyenneté et Solidarités sur le thème "Innover aujourd’hui pour l’action sociale de demain" le 19 octobre à l'espace Giraudeau, avec l'intervention du CNAM de Paris. Gratuit sur réservation. www.ccas-larochelle.fr

15/10/17 : A TF1 Emmanuel Macron après le drame de Marseille a annoncé une nouvelle loi en matière de droit d'asile et d'immigration et la négociation en cours "d'accords bilatéraux avec les pays africains" pour rendre effectives les reconduites à la frontière.

13/10/17 : Les offices HLM de Charente-Maritime organisent une manifestation mardi à 14h devant la prefecture de La Rochelle pour protester contre la baisse des aides au logement pour les bailleurs sociaux.

11/10/17 : Le collectif national « Vive l'APL » qui regroupe 60 organisations associatives, syndicales, de consommateurs et bailleurs sociaux, appelle à la mobilisation samedi «pour défendre le droit au logement social». A Bordeaux, ce sera à Pey Berland à 14h

03/10/17 : L'organisation du Grand Pavois a enregistré quelque 80 000 visiteurs pour cette 45 e édition, identique à l'an dernier, et de nombreuses ventes d'unités. La prochaine édition se tiendra du 26 septembre au 1er octobre 2018.

- Multivote -
- Publicité -
S’abonner ici !
- Publicité -
  • 19/10/17 | Le Pays basque a déjà gagné le Tour de France

    Lire

    Le Pays basque intérieur pourrait bien ériger une statue aux organisateurs d'un Tour de France qu'il n'avait pas vu depuis 2006 -à Cambo-les-Bains-. En effet, cette étape contre la montre du samedi 28 juillet entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette se dispute la veille de l'arrivée, certes. Comble du bonheur, elle a lieu en pleine période... des Fêtes de Bayonne! Une aubaine touristique pour les maires Jean-Marie Iputcha et Pierre Marie Nousbaum. Il est vivement recommandé de réserver ses nuitées dès aujourd'hui au Pays basque.

  • 18/10/17 | Déviation de Beynac : plus de 2600 avis recueillis pour l'enquête publique

    Lire

    Concernant l'enquête publique sur la déviation de Beynac, en Dordogne, qui s'est clôturée le 17 octobre, plus de 2600 avis ont été déposés dont 2410 en ligne. La commission va remettre sous huitaine une synthèse au Conseil départemental qui pourra formuler des réponses. Dans un délai d'un mois, la commission rendra ensuite son avis avec d'éventuelles observations à la préfète de la Dordogne. C'est à elle que reviendra la décision finale de valider ou non le projet.

  • 18/10/17 | Les Pyrénées-Atlantiques "chouchoutées" par le Tour de France

    Lire

    Les Pyrénées-Atlantiques décrochent la timbale pour l'édition 2018 du Tour de France. Parti de Trie-sur-Baïse (65), le peloton arrivera à Pau le jeudi 26 juillet. Il disputera le vendredi 27 une étape émaillée de nombreux cols entre Lourdes et la commune montagnarde de Laruns (Aspin, Tourmalet, Bordères, Soulor-Aubisque). Un contre la montre entièrement basque sera enfin disputé le samedi 28 entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette. Equipes et accompagnateurs étant en prime logées pendant quatre jours à Pau. Que demander de mieux ?

  • 17/10/17 | Dominique Bussereau fait du lobbying pour le Tour de France

    Lire

    Alors qu'il assistera à la présentation du parcours du Tour de France ce mardi, le président de la Charente-Maritime compte bien "faire une petite piqûre de rappel" au patron du Tour de France Christian Prudhomme sur la volonté du Département d'accueillir le Tour de France "dans les prochaines années". Dominique Bussereau a notamment en tête un passage du Tour par les îles de Ré et d'Oléron. Une manne touristique et financière non négligeable, et une belle vitrine pour le territoire.

  • 15/10/17 | Les ours des Pyrénées donnent de leurs nouvelles

    Lire

    L'association Pays de l'ours- ADET se réjouit de "deux bonnes nouvelles" sur le massif pyrénéen. Tout d'abord la réapparition de Cannellito, le fils de l'ourse Cannelle tuée en 2004 par un chasseur béarnais. Alors que le plantigrade avait disparu depuis plusieurs mois, sa trace a été détectée grâce à la génétique en Bigorre et à Luchon. Par ailleurs, une quatrième portée comprenant deux oursons a été repérée sur le massif. "Ce qui porte à 7 le nombre minimum d'oursons cette année".

Les dossiers d'Aqui

La LGV Sud-Ouest Idées neuves en Nouvelle Aquitaine Innov'action et Agriculture

Nos partenaires


Société | Loi sur le renseignement : les voix de la discorde

04/05/2015 | Alors que la loi sur le renseignement doit être débattue dès ce mardi 5 mai à l'Assemblée Nationale, plusieurs organisations bordelaises dénoncent le texte.

Elles s'opposaient au projet de loi sur le renseignement, qu'elles jugent "liberticide"

La "sécurité nationale". C'est l'argument principal avancé par le gouvernement Valls pour faire voter dès ce 5 mai la nouvelle loi sur le renseignement. Après les tragiques attentats terroristes qui ont secoué la France depuis janvier, le texte propose des mesures fortes : interception des appels et des mails, mouchards sur les voitures, caméras, micros et données personnelles... Depuis plusieurs semaines, de nombreuses voix s'élèvent (des politiques mais aussi des organismes indépendants) contre ce texte jugé "liberticide", mettant les concitoyens "sous surveillance"...

Ce mardi 5 mai, le gouvernement Valls devrait franchir une nouvelle étape dans la surveillance avec la nouvelle loi sur le renseignement. En substance, cette loi adopte une série de mesures phares : surveillance sans passer par la case judiciaire, mails et appels interceptés, de mêmes que celles des caméras, des micros et des données personnelles, des balises qui permettent de géolocaliser les voitures en temps réel, des données conservées jusqu'à 5 ans dans des "boîtes noires" (programmes informatiques capables de profiler qui est censé débusquer des terroristes potentiels grâce notamment aux mots clef tapés, aux sites et aux mails)...

La sécurité nationale, c'était aussi le "prétexte" utilsé par Nicolas Sarkozy en 2006 (il était alors Ministre de l'Intérieur du gouvernement Villepin) pour faire voter la loi relative à la lutte contre le terrorisme. Dans l'article 6 de cette loi, il est bien précisé que les opérateurs télécoms, fournisseurs d'accès internet et tout établissement public proposant un accès à internet doivent garder les données de connexion pendant un an (déjà obligatoires depuis la loi sur la conservation des données en 2001). La loi a aussi amolli les conditions de contrôle de mise en place de caméras de vidéosurveillance et établi plusieurs autres mesures passées inaperçues, comme la lecture automatique des plaques minéralogiques. Fait qui n'étonnera donc personne : Nicolas Sarkozy a lui même annoncé le soutien de son parti à la nouvelle loi. Mais elle soulève aussi de vives protestations depuis plusieurs mois... 

L'opposition sur une même ligneD'abord celles des hommes politiques, dont certains sont prêts à dénoncer l'aspect intrusif de cette loi. Les députés du Front de Gauche et d'EELV devraient d'ailleurs voter contre (ou s'abstenir). Hervé Morin, ancien ministre de la défense, déplore "« la création de grands filets dérivants collectant de l’information infinie ». Des citoyens également : une pétition a été déposée fin avril sur le bureau du Premier Ministre, elle portait près de 120 000 signatures. L'Observatoire des libertés du numériques, qui compte des organisations telles que La Ligue des Droits de l'Homme, la Quadrature du Net ou encore Amnesty International ont organisés plusieurs rassemblements un peu partout en France. Elles appellent également les citoyens français à contacter leurs députés via ce lien pour tenter de faire pencher la balance lors du vote. A Paris, une manifestation était organisée dans la journée. Conscient des débats qui tournent autour de l'atteinte aux libertés, François Hollande a annoncé récemment qu'il saisirait le Conseil Constitutionnel, pour s'assurer que le texte soit "bien conforme" à la loi fondamentale, une saisine inédite de la part d'un Président, preuve que le débat reste vif. 

A Bordeaux, pas de manifestations de la part des organisations, mais certaines d'entre elles ont tout de même tenu à "mettre en garde les citoyens". "Il est nécessaire de déjouer les attaques terroristes, mais cette loi porte clairement atteinte au droit à la sécurité et aux libertés individuelles. Il faut interroger le gouvernement sur ce qu'il doit savoir de nous. Qui aura le contrôle de tout ça ? Une commission composée de députés. Il est dangereux de laisser un avis à ces seuls parlementaires. Il faudrait une loi avec plus de discernement, avec une réelle coordination et des dispositions précises, sinon il y a un danger pour nos libertés", alerte Maître Estellia Araez, avocate au barreau de Bordeaux. Maître Pierre-Olivier Sur, bâtonnier du barreau de Paris, dénonce aussi une loi qui "mettra les français sous une surveillance généralisée".

François Moraud, co-président d'Aquinum, a annoncé que l'organisme avait adhéré au mouvement "Ni pigeons ni espions" qui compte déjà 847 signataires et avait publié un avis officiel sur le site internet d'Aquinum. Certaines entreprises ne sont pas concernées par cette collecte des données, car elles possèdent des serveurs à l'étranger, elles s'en affranchissent donc", souligne-t-il. "Le fait que le projet ait été débattu par une dizaine de personnes pose aussi un problème démocratique. Nous ne sommes pas dans le fantasme, il y a des effets économiques dans les investissements de collecte de nos données". Les multinationales qui possèderaient leurs serveurs à l'étranger, seraient donc exemptés du dispositif ? Quid de Facebook, qui générait en 2013 dix terraoctets de données par jour ? 

Une surveillance qui existe déjà ? Dans un article datant du 22 avril 2015 paru dans Charlie Hebdo, l'éditorialiste et journaliste Laurent Léger parle de cette surveillance généralisée  : "La DGSE a mis en place un dispositif d'écoute et de surveillance généralisée similaire à celui de la NSA. Comme l'a révélé Le Monde, dans les locaux des services français sont installés des ordinateurs surpuissants de surveillance et de captation des données de télécommunication à l'étranger" (afin de "récupérer les éléments téléphoniques et Internet, capter les émissions satellitaires et déchiffrer les messages cryptés"). "A vocation clandestine, ce programme est (...) connu dans le milieu du renseignement. Mais tout ça pose de nombreux problèmes", écrit également l'enquêteur. "Que peuvent faire les maigres effectifs des services français d'une telle quantité de détails, même analysés par mots clefs ? Rien ou presque". 

Autrement dit, la surveillance et les écoutes téléphoniques existent déjà à plus ou moins grande échelle, ce n'est un secret pour personne. Encore moins pour l'Allemagne, qui était parfaitement au courant que la NSA s'était mis à espionner des sociétés européennes, dont Airbus. En 2007, la France disposait, au sein de l'Unité de coordination de lutte contre le terrorisme, d'un système pouvant traiter 20 000 requêtes par an. Dans le domaine bancaire, l'enregistrement des données peut déjà atteindre cinq ans (il varie entre six moix et cinq ans). Selon les informations du journaliste Antoine Peillon publiées dans La Croix en juin 2013, "Entre 2007 et 2010, la masse de ces réquisitions particulières a augmenté de 40% pour atteindre quelques 600.000 actes, dont des dizaines de milliers d'écoutes et de géolocalisation commandées aux opérateurs de télécommunication. (...) À cette occasion, le Groupe Orange révélait que 160 personnes sont entièrement mobilisées par l'interception des lignes téléphoniques et par le traitement policier d'environ 15.000 fadettes par mois". Chez certains élus socialistes, on a également peur que ces dispositifs soient utilisés au sein de l'administration pénitentiaire. Reste la peur du "big brother" et la dimension du "big data" qui ne cesserait de s'étendre, et qui pourrait faire fuir les investisseurs... où les faire venir. Le fameux "Big Data" (ensemble de données numériques produites par les appareils électroniques, dont les écoutes font partie) pourrait peser jusqu'à 8% du PIB européen en 2020. 

 

Romain Béteille
Par Romain Béteille

Crédit Photo : RB

Partager sur Facebook
Vu par vous
5451
Aimé par vous
0 J'aime
Les réaction
0 réaction
Envoyer par email
Email
Convertir en PDF
PDF
Imprimer cet article
Imprimer
Société
Société
Retour à la page d'accueil
Accueil
Aucune réaction à cet article pour le moment. A vous de jouer !

Nom * :
Email * :
Texte :
Combien font 22 + 16 ?*

Toutes les réactions sont soumises à validation de la rédaction d'Aqui avant leur publication sur le site. Conformément à l'article 10 du décret du 29 octobre 2009, les internautes peuvent signaler tout contenu illicite à la rédaction d'aqui.fr qui s'engage à mettre en oeuvre les moyens nécessaires à la suppression des dits contenus.

* champs obligatoires

J'aime aqui, je le soutiens ! Aqui!Presse - Professionnels des contenus ! J'aime aqui, je le soutiens !